En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 4 min 49 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 7 min 13 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 8 min 21 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 12 min 33 sec
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 15 heures 50 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 16 heures 28 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 19 heures 10 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 20 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 23 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 min 11 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 8 min 14 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 8 min 27 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 12 min 49 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 16 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 18 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 19 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 21 heures 6 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 23 heures 49 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 jour 5 min
© Reuters
Sotchi a été quatre fois candidate aux JO d'hiver, avant de remporter ceux de cette année.
© Reuters
Sotchi a été quatre fois candidate aux JO d'hiver, avant de remporter ceux de cette année.
Maladresse ou provoc' ?

Les habitants perdus de Sotchi : 1864, l’exil forcé des Circassiens chassés par les Cosaques de l’Empire russe

Publié le 23 février 2014
La Russie a la mémoire courte... L'organisation des JO à Sotchi a heurté la communauté circassienne, victime d'un exil forcé il y a 150 ans, certains estimant même qu'il s'agit d'un affront comparable à celui qui aurait été fait au peuple juif, si les Jeux avaient pris place à Auschwitz.
Régis Genté
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Régis Genté est un journaliste basé à Tbilissi, correspondant au Caucase et en Asie centrale du Figaro, de Radio France Internationale, France 24 et du Bulletin de l’Industrie Pétrolière. Il est l'auteur de Poutine et le Caucase, Coll. Document,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Russie a la mémoire courte... L'organisation des JO à Sotchi a heurté la communauté circassienne, victime d'un exil forcé il y a 150 ans, certains estimant même qu'il s'agit d'un affront comparable à celui qui aurait été fait au peuple juif, si les Jeux avaient pris place à Auschwitz.

Atlantico : L'organisation des Jeux Olympiques à Sotchi a provoqué de nombreuses réactions. Si la presse s'est amusée des toilettes collectives, la réaction des Circassiens a été on ne peut plus sérieuse. Certains tweets estiment même qu'il s'agit d'un affront comparable à celui qui aurait été fait au peuple juif, si les Jeux avaient pris place à Auschwitz. Pourquoi ? Comment peut-on expliquer cette attitude ? Que s'est-il passé pour les circassiens, qui justifie de si graves accusations ?

Régis Genté : Il faut comparer ce qui est comparable. Mais effectivement, il y a 150 ans exactement, en 1864, la Russie impériale achevait, ou croyait achever, sa conquête du Caucase, entreprise un siècle plus tôt par Catherine II. La tactique russe a été de construire la « ligne militaire caucasienne », un chapelet de fortifications allant d’un bout à l’autre de l’Isthme caucasien, de la mer Caspienne à la mer Noire. Après avoir terminé la conquête de la partie orientale du Caucase du Nord, au Daghestan et en Tchétchénie, avec l’arrestation en 1859 du fameux imam Chamyl, les troupes tsaristes se sont concentrées sur la moitié occidentale de la région.

Peu à peu, les tribus circassiennes se sont retrouvées repoussés sur les bords de la mer Noire, dans les environs de Sotchi entre autres, où une partie d’entre elles vivaient déjà. En 1863, elles se sont vues imposer un terrible choix : ou bien s’installer dans la plaine du Kouban, au Nord, ou fuir vers l’empire ottoman. L’immense majorité des Circassiens, plus d’un million de personnes, va choisir la seconde option. Mais l’exil s’avère meurtrier, à cause des naufrages de navires, des épidémies, de la famine. Plusieurs centaines de milliers d’entre eux perdent la vie. Pour le Tsar, c’est la victoire « finale » sur le Caucase, laquelle est célébrée le 21 mai 1864 (selon l’ancien calendrier russe) dans une vallée appelée Krasnaïa Poliana, le Champ rouge, où une partie des compétitions olympiques ont été organisées cette année.

Qu'est-il advenu des circassiens, après les événements de Sotchi, au XIXè siècle ? Quel a été l'impact sur les générations suivantes et quel est-il, aujourd'hui encore ?

Ils ont vécus dans l’empire ottoman. Aujourd’hui, ils vivent en diaspora. Ils seraient entre trois et cinq millions à vivre en Turquie, en Syrie, en Israël ou en Jordanie, où ils forment la garde royale en raison de leur réputation d’excellents guerriers. Dans la Fédération de Russie, il n’en resterait que 700.000. Ce qui s’est passé dans les années 1860 demeure pour tous une sorte de traumatisme, en tous cas cela fait partie de leur mémoire collective. Les communautés de la diaspora sont très actives, pour faire reconnaître ces évènements comme un « génocide ». Les Circassiens de Russie sont moins actifs, en partie en raison de l’ambiance autoritaire qui règne en Russie.

Les événements qui ont eu lieu à Sotchi durant les années 1860 sont-ils comparables à un massacre ? Pourquoi ?

Il y a un débat sur la nature des crimes commis à l’époque. Selon la Convention des Nations Unies pour la prévention et la répression du crime de génocide, de 1948, on ne peut pas exclure qu’il s’agisse bien d’un génocide, c’est-à-dire d’actes « commis dans l'intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux » (article II). L’historien américain Walter Richmond estime que le plan du général Evdokimov serait une véritable pièce à conviction au cas où les avocats des Circassiens venaient à invoquer la catégorie « b) Atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe » ou « c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle. » Dans les années 1860, Evdokimov, qui dirigeait les forces impériales dans la région, estimait que « l’évacuation totale de la population locale » est essentielle à la défense des côtes de la mer Noire. Il avait ainsi fait accepter par le Tsar un plan prévoyant un véritable nettoyage ethnique, avec incendie des villages, comblement des puits et destruction des cultures et cheptels.

Selon vous, la décision d'organiser les Jeux d'Hiver de 2014 à Sotchi relève-t-elle de la maladresse, de l'oubli, ou de la provocation ?

Sotchi a été quatre fois candidate pour organiser les JO d’hiver. Il s’avère qu’en 2007 elle a remporté l’organisation de ceux de cette année. Ce qui tombe à une sorte de date anniversaire. Ce n’était pas voulu, cela a même me semble-t-il été plutôt un embarras pour le Kremlin. Cela dit, le fait que cela se passe au Caucase est une dimension capitale pour Poutine. Lui-même l’a dit dès 2007, il voit ces JO comme une manière de dire au monde « vous voyez, nous avions raison de relancer la guerre en Tchétchénie en 1999 », pour mettre fin à l’effondrement de l’URSS, quand bien même des dizaines de milliers de Tchétchènes ont été tués. L’ambition avec ces JO était de faire venir le monde entier dans une région où la légitimité et l’image de Poutine, notamment sur la scène internationale, a été souillée. Il entendait s’appuyer sur l’énorme machine médiatique olympique pour imposer sa géographie. D’où par exemple la cérémonie d’ouverture, du 7 février, où il n’y a pas une référence au Caucase. Tout n’était qu’à propos de la Russie, de son histoire, de sa grandeur. En ce sens, et c’est capital, ces JO sont pour Moscou comme un nouvel épisode des guerres du Caucase, qui durent depuis 200 ans, une partie des peuples de la région n’acceptant par le joug colonial russe.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
En savoir plus
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 23/02/2014 - 23:57
Les Circassiens méritent notre souvenir pour
les souffrances qui leur ont été infligées par la Russie, qui possède, décidément une bien grande responsabilité dans le déclenchement de nombreuses guerres et massacres...
Voyons comment va réagir le petit KGBiste Poutine, ex-fasciste rouge qui a gardé les réflexes de l'idéologie, face à l'Ukraine qui devrait s'en sortir sans partition, depuis qu'elle est débarrassée de l'appui russe à la corruption...
Affaire à suivre,
et c'est aujourd'hui!
pas à l'époque de la Rome antique...
Gamelledebouse
- 23/02/2014 - 20:49
Les Italiens aussi
Si on déterre les archives il y aura du boulot . Les Pieds Noirs chassés d'Algérie (merci Gogaulle) , les Cajuns canadiens déportés en Louisiane , les Allemands chassés des Sudètes et de Prusse Orientale , les Serbes chassés du Kosovo , les Palestiniens et tous les autres . Ayons aussi une pensée pour ces millions de Gaulois dispersés comme esclaves dans l'empire romain après Alésia : à quand un procès contre l'Etat italien pour crime contre l'Humanité ?
Adi Perdu
- 23/02/2014 - 19:36
Les Tchétchènes ???
Ah oui, les frères Tamerlan et Dzhokhar Tsarnaev, Tchétchènes, musulmans, acteurs de l'attentat du marathon de Boston pour remercier les USA et les organisations humanitaires américaines de les avoir accueillis.
°
Les autorités russes avaient décidé de placer Zubeidat (la mère) et Tamerlan Tsarnaev sur une liste noire de terroristes faisant l'objet d'une surveillance et prévenu les américains.
°
C'est bien la Tchétchénie !