En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 8 heures 13 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 10 heures 44 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 12 heures 47 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 15 heures 17 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 8 heures 41 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 14 heures 6 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 14 heures 27 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 15 heures 11 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 15 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

François Hollande défend une attractivité de la France qui ne sert plus à rien

Publié le 18 février 2014
Les trente grands patrons d’entreprises internationales qui ont été reçus par François Hollande sont repartis un peu perplexes. Très polis, ils ont écouté le discours new-look de la France. Ils ont pris note des initiatives annoncées par le président de la République, mais ils considèrent dans leur grande majorité que la gouvernance française est à côté de la plaque.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les trente grands patrons d’entreprises internationales qui ont été reçus par François Hollande sont repartis un peu perplexes. Très polis, ils ont écouté le discours new-look de la France. Ils ont pris note des initiatives annoncées par le président de la République, mais ils considèrent dans leur grande majorité que la gouvernance française est à côté de la plaque.

Tous ces patrons, industriels et investisseurs qui représentent en France plus de 100 000 emplois ont d’abord été un peu surpris d’avoir droit à un tel traitement. "Il n’y a que dans les pays très centralisés, en Chine, en Russie, en Afrique et en Corée du nord que les patrons sont ainsi traités" explique l’un d’eux.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
  


Ailleurs, dans les grandes et vieilles démocraties, on se débrouille avec les chambres de commerce, les agences, les ministères et les collectivités locales dès qu'il s’agit d’implantations industrielles, mais la France sait encore recevoir sous les lambris de la République.

Au-delà du décorum, ils ont écouté avec beaucoup d’attention ce que le président français pouvait leur dire et "Franchement, rien de ce qui nous a été dit était choquant, dit l’un d’eux. On achète tout, ou presque."

Une agence pour l’export, la création d’un passeport pour les talents, des cartes de séjour, un visa spécial entrepreneur, des facilités d’installation pour les start-up étrangères, un régime de TVA applicable aux entreprises importatrices. Mais aussi des facilités d’investissement, des démarches allégées…

Toutes ces initiatives vont évidemment dans le bon sens, et aucun chef d’entreprise ne les rejettera, mais pour la plupart, le problème français n’est pas là.

Le problème français n’est pas un problème d’attractivité mais de compétitivité. L’écosystème français est trop lourd, trop coûteux, les entreprises françaises ou étrangères installées dans l’hexagone n’ont pas  la souplesse, la réactivité, la rentabilité et la visibilité pour affronter un modèle de développement qui est désormais dominé par trois caractéristiques : une course à l’innovation, une pression concurrentielle, et un marché mondial.

La question de l’attractivité est secondaire. Il nous faut être attractif pour séduire les touristes, les étudiants, les grands professeurs, les meilleurs chercheurs, mais s’il s’agit d’être attractif pour  attirer des usines et des ateliers de fabrication, ce n’est pas le sujet.

Qu’on le veuille ou non, les entreprises  étrangères ne viendront pas en France monter des usines. D’abord parce qu'on monte les usines à proximité des centres de consommation. Toyota restera encore longtemps comme le dernier exemple d’implantation réussie en Europe. Ensuite parce que l’industrie créatrice de main d’œuvre  se développe  surtout dans les pays émergents.

En revanche, nous devrions pouvoir attirer des centres de recherche, des activités à haute valeur ajoutée et des industries liées au savoir des nouvelles technologies. Nous devrions surtout être capables d’investir à l’étranger beaucoup plus que nous le faisons. Parce que la croissance industrielle se développe hors du continent européen. Elle peut revenir en Europe, mais pas au point de nous ramener le plein emploi.

La France a donc moins besoin d’attractivité que de compétitivité pour affronter la concurrence étrangère et de conquérir le monde. L’économiste Jean- Marc Daniel expliquait très justement hier sur Atlantico que la France, compte tenu de sa démographie et de son degré de développement, devrait être exportatrice nette de capitaux. Nous devrions pouvoir avec notre épargne acheter et investir à l’étranger. Seul moyen de sécuriser notre propre avenir.

Or, pour l’instant on essaie de faire tout le contraire. Attirer des usines qui ne viendront pas, attirer des capitaux pour qu'ils achètent des outils et des talents… Pourquoi pas, à condition que la réciproque soit vraie.

Nous avons un besoin de compétitivité et de rentabilité pour voyager, exporter et investir. Un besoin énorme. L’attractivité, c’est autre chose. Le discours officiel tombe un peu à plat,  du point de vue de l’efficacité économique. A moins qu’on assiste là à un nouvel épisode de communication politique à des fins de pédagogie.

Imaginons en effet que depuis une semaine François Hollande ne s’adresse pas aux chefs d’entreprise mais en réalité , cherche a être entendu de l’opinion publique française et de ses électeurs pour dire : La France n’est pas séduisante pour la croissance , pas attractive , il faut que nous Français fassions des efforts , il faut que nous français puissions ranger nos chambres pour que les visiteurs ne soient pas déçus. Il faut que nous réparions les ascenseurs, les fondations, et la toiture des maisons pour pouvoir travailler.

Si François Hollande fait en réalité passer ce message, alors la pédagogie sera utile. Sauf qu’il y avait une façon plus simple et plus crédible de le dire.

Le pacte de responsabilité n’est rien d’autre que l’obligation pour tous les acteurs de la sphère économique de faire son travail : les chefs d’entreprises, les salariés du privé (l’exemple du contrat de compétitivité signé chez Renault restera exemplaire), et ça concerne aussi tous les fonctionnaires.  Ce n’est ni de droite, ni de gauche. Ça  devrait être efficace si c’était bien géré. C’est à dire autrement que par des comités et des commissions, des hauts conseils et des directoires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nok
- 19/02/2014 - 12:56
LE PACTE DE RESPONSABILITE N'AURA JAMAIS LIEU !
COMME le CICE et tous les pactes annoncés depuis 21 mois ! Rien ne se fera, que du vent ! Mais en attendant, cela fait travailler les journalistes, les ministres et hauts fonctionnaires, ET C'EST TOUT ! LAMENTABLE SITUATION POUR LA FRANCE ET LES FRANCAIS !
jean fume
- 19/02/2014 - 12:46
Pour le racolage, Pépère donne dans la caricature.
Il ressemble de plus en plus à une vieille pute qui n'a plus de clients,
et qui lourdement maquillée, en fait des tonnes pour attirer l'attention des possibles clients qui ne la voient même plus.
fentreti
- 19/02/2014 - 09:25
Attractivité de la France
Assedic , caisses d'allocation familiales , sécurité sociale , association en tout genre subventionnés , cran , crif , sos racisme . Etc etc etc etc etc .......