En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Achtung !

Protection des données : quelle efficacité pour le projet Merkel de défense européenne contre l’espionnage électronique américain ?

Publié le 18 février 2014
Alors que François Hollande doit s'entretenir avec la chancelière allemande mercredi 19 février, cette dernière a évoqué sa volonté de créer un réseau de communication européen afin d'échapper à l'emprise américaine.
Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Nesterenko
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que François Hollande doit s'entretenir avec la chancelière allemande mercredi 19 février, cette dernière a évoqué sa volonté de créer un réseau de communication européen afin d'échapper à l'emprise américaine.

Atlantico : Angela Merkel, dont les communications téléphoniques avaient été espionnées par la NSA,  s'est récemment prononcée pour la création d'un réseau de communication européen, qui permettrait d'échapper à l'emprise américaine. Comment se présenterait concrètement un tel réseau ? La plupart des "peering points" (ou "points d'échange internet") se trouvant aux Etats-Unis, cela implique-t-il de créer de toute pièce un nouveau réseau ?

Michel Nesterenko : Depuis 2000, la mise en œuvre d'un réseau "européen" est incontournable pour des raisons de sécurité informatique et de géopolitique, et pour éviter que chaque pays européen ne devienne un simple vassal économique et industriel des USA. Il aura fallu 14 longues années pour que les politiques européens acceptent finalement de s'affranchir du joug américain, qui avec l'offensive tous azimuts et sans limites de la NSA est devenu insupportable. Aucune des grandes entreprises de télécommunications européennes, qui sont globalisées, n'ont désiré s'affranchir du contrôle américain, auquel elles participent par le biais de leurs filiales américaines, mais surtout parce-que les informations à risque ne sont pas les leurs mais celles de leurs clients, y compris politiques, qui ont soigneusement été tenus dans l'ignorance.
 
Depuis 2000, l'Europe dispose, sur le plan technique, de tous les éléments constitutifs et le socle même de ce qui devra être le réseau européen. Il suffit de mettre en place un point d'échange internet européen. Cela nécessite un petit investissement, qui ne sera fait que si les politiques de chaque Nation font pression sur la bureaucratie de la Commission européenne pour imposer la mise en place d'un réseau totalement indépendant du réseau contrôlé par les USA. Il faudra imposer à chaque opérateur européen d'offrir l'option de l'utilisation exclusive de ce nouveau réseau, sans pour cela pénaliser les interconnections pour les communications hors-europe.  Si des pays comme le Brésil, la Chine et autres peuvent le faire avec de la technologie européenne, alors pourquoi l'Europe se refuserait elle cette grande liberté ?
 

La mise en place de ce réseau implique-t-elle de développer des technologies qui jusqu'ici étaient fournies uniquement par les Etats-Unis ? Disposons-nous des moyens de recherche et développement nécessaires ?

L'Europe dispose déjà de toutes les technologies nécessaires. Le très modeste investissement budgétaire permettra de développer et de commercialiser des solutions très en avance sur les produits américains. En effet les États Unis sont maintenant freinés par une infrastructure vieillissante, et qui du fait qu'elle est largement amortie, offre des profits supérieurs à l'utilisation de nouvelles technologies. L'Europe, les entreprises et la recherche européenne disposent là d'un outil pour prendre une avance technologique non négligeable. Les investissements sont sans commune mesure avec les retombées économiques ainsi qu'en termes de nouveaux emplois.
 

Cela pourrait-il marquer la naissance d'un internet européen ? Les interdépendances actuelles ne rendent-elles pas un tel objectif extrêmement compliqué, voire utopique ?

Il n'est pas concevable de raisonner en termes d'Internet européen, américain, chinois ... Tout est interconnecté. Il reste juste à aménager les portes et rond-points des autoroutes de l'information planétaire. La diversité des systèmes n'est pas un frein, car il suffit de mettre en place des plateformes de "traduction". Tout cela, ont sait le faire depuis l'an 2000.
 

Sans une harmonisation de la législation européenne sur la protection des données, y a-t-il un réel intérêt à la création de ce réseau européen ?

Absolument. Il y deux enjeux. Le premier, qui est la sécurité informatique et la protection des secrets industriels et commerciaux, voire de la recherche, des entreprises européennes. Le second c'est la protection des données personnelles des consommateurs européens. Sans portes et sans fenêtres qui ferment, comment concevoir protéger quoi que ce soit ? L'harmonisation européenne est désirable, mais l'inertie de la bureaucratie de la Commission européenne pourrait reporter la mise en œuvre dans un avenir lointain. En attendant, chaque pays peut déjà mettre en place un arsenal législatif et Pénal efficace tout en permettant aux associations de Consommateurs de poursuivre au portefeuille les entreprises laxistes. Cela motivera certainement la Commission européenne.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

03.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

04.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 18/02/2014 - 17:04
OK mais PAS un net OBLIGATOIRE !
C'est à nous de savoir si on préfère que nos données soient traitées par la NSA, ou, et/ou, par les sécurités des pays européens ! Il y a des pays européens qui sont assez limites pour les libertés (Pologne catholique, etc) et quid si d' aventure la Turquie faisait partie un jour de l'Europe ???, là encore je préfère Google et la NSA pour mes libertés !
Et si c'est pour nous offrir des clouds aussi peu pratiques que celui d'Orange par rapport à Google Drive et Dropbox, je dis non merci ! (je ne me sers pas du tout de mes 100 Go gratuits du cloud d'Orange alors que je paye par exemple pour iCloud et bientôt pour Google Drive !)
chrisbord
- 18/02/2014 - 15:39
Heuh !
Il me semble que le net avait été inventé par les américains, en circuit fermé pour échapper aux fuites en direction de l'URSS du moment !
Alors que maintenant TOUT est ouvert a tout le monde.
Alors je souhaites bien du courage a Mme Merkel pour réaliser un tel projet avec nos serveurs implantés un peu partout !
cyrevo
- 18/02/2014 - 13:55
Reinventons le minitel... européen
Le principe même d'Internet est de connecter (entre eux) des réseaux distincts. C'est déjà le cas aujourd'hui, quel intérêt d'essayer de réinventer la roue. Ensuite si c'est dans un but de centralisation (minitel) pourquoi vouloir tout centraliser en Europe. Si l'idée est de mettre des datacenters européens où il sera plus simple d'espionner (mais cette fois par les espions européens). Je ne pense pas que ce soit plus sécurisant !
Pour la sécurité des données un minimum de précaution laisse les espions à la porte, mais la tendance à la centralisation et au côté user friendly favorise des comportements humains stupides. Et ce n'est pas en créant une enième structure étatique (européenne) que ça éduquera les personnes.