En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 2 heures 7 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 37 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 3 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 38 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 17 heures 27 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 2 heures 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 16 heures 29 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 18 heures 2 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 20 heures 19 min
© Capture d'écran / actu ciné
Le trio les Inconnus sort ce mercredi son nouveau film.
© Capture d'écran / actu ciné
Le trio les Inconnus sort ce mercredi son nouveau film.
Poilant

Les Inconnus, le retour : l’humour années 80 a-t-il bien vieilli ?

Publié le 12 février 2014
Mercredi 13 février sort "Les Trois frères, le retour". Le trio a réussi à garder les ressorts de leur humour, qui plaisait dans les années quatre-vingt-dix. Pourtant en deux décennies, l'humour a évolué vers des approches nouvelles.
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mercredi 13 février sort "Les Trois frères, le retour". Le trio a réussi à garder les ressorts de leur humour, qui plaisait dans les années quatre-vingt-dix. Pourtant en deux décennies, l'humour a évolué vers des approches nouvelles.

Atlantico : Le trio les Inconnus sort ce mercredi son nouveau film, presque vingt ans après leur dernière apparition collective. Les critiques sont assez dures avec le film, reprochant au trio de n'avoir pas évolué. Quels sont les nouveaux thèmes qui sont apparus depuis vingt ans dans le domaine de l'humour ? Quelles places ont-ils prises ?

Michel Fize : Je me félicite que les Inconnus n'aient pas évolué, j'y verrais plutôt une qualité. Ils portent ainsi un humour qui traverse le temps et dont on peut penser qu'il va encore fonctionner. Pour ce qui a changé, on peut faire remonter une fracture non pas à vingt, mais à trente ans en arrière, avec l'après-Coluche, où l'humour a lentement glissé vers ce qui le caractérise aujourd'hui : la méchanceté. On a clairement un humour méchant, qui s'applique maintenant à viser des personnes précises. Coluche se moquait certes des Juifs, des Arabes, des Noirs, mais il le faisait en visant une collectivité. Ce qui a changé c'est l'humour sur une personne précise en raison de son appartenance religieuse ou de son origine géographique. Il n'y a donc pour moi rien de comparable entre d'un côté les Inconnus d'un côté, et un Dieudonné, un Stéphane Guillon ou un Gaspard Proust de l'autre qui sont foncièrement méchants. Les choses n'ont donc pas vraiment évolué au niveau des contenus. On est juste dans une approche plus primaire, moins élégante. Coluche exprimait l'humour des petites gens, mais sans la vulgarité que l'on peut voir aujourd'hui.

Les Inconnus formaient un trio comique bien identifié avec des textes écrits, alors que la tendance semble plutôt être actuellement au "one man show", voire au "stand-up" (spectacle en partie improvisé et basé sur la répartie). Comment expliquer cette évolution ?

On est dans le siècle de l'individualisme exacerbé, où seul le "moi" compte, et si possible sans les autres. Vous citez les Inconnus, mais on peut également citer avant encore Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, ou Jean Poiret et Michel Serrault, et ce que l'on appelait les "duos comiques". Il y a aujourd'hui ce désir de s'affranchir de l'autre et de réussir une carrière seul. J'y vois un peu de narcissisme. Les inconnus incarnent, eux, une certaine fraternité dans le jeu qui, à mon sens, a largement disparu aujourd'hui.

Malgré les évolutions du monde de l'humour, le retour du trio comique vedette des années quatre-vingt-dix est très attendu. Que nous apprend une telle anticipation pour un retour sur scène de ce trio, alors que les comiques n'ont pas manqué dans l'intervalle ?

Ils sont attendus d'abord parce qu'ils ont laissé un excellent souvenir. Or, comme nous sommes en panne d'imagination pour l'avenir, on se retourne avec nostalgie vers les valeurs sûres du passé. De plus, je pense que le gens ont envie de rire "simplement". Les Inconnus incarnent une certaine bonne humeur, un humour à la française. L'humour, c'est pour faire rire, pas pour se moquer. Or, on a l'impression que de plus en plus d'humoristes ne montent sur scène que pour attaquer, pour se moquer.

Les comiques comme les Inconnus faisaient souvent rire indépendamment du niveau social ou de l'âge (autant que faire se peut). On a aujourd'hui des humoristes visant clairement un public "jeune", "issu des quartiers" ou "féminin". Pourquoi cette segmentation croissante ?

Il y avait sans doute un humour plus universel, plus "social" au sens large du terme, qui se moquait des clivages. L'humour aujourd'hui sert sans doute un projet social qu'il n'avait pas auparavant, en assurant la défense d'une population dont, peut-être, on parle peu ou mal. On voit que des humoristes, comme Jamel Debbouze ont tendance à vouloir valoriser leur communauté d'origine.  On a donc le sentiment d'un humour plus engagé, plus politique. Est-ce bien ou mal ? C'est en tout cas un peu nouveau par rapport à Raymond Devos ou Fernand Raynaud qui, eux, s'adressaient à l'ensemble des Français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 12/02/2014 - 16:01
Du comique du vrai...pas les eternels imitateurs
......