En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Les entrepreneurs parlent aux Français

Les gêneurs : pourquoi le crowdfunding n'épargnera pas les banquiers très longtemps

Publié le 03 février 2014
Fédérations, confédérations, syndicats et ordres de tous poils briment les innovateurs au lieu de les encourager à créer de la richesse et des emplois. Voilà pourquoi "Les gêneurs" lancent leur mouvement.
Joachim Dupont est conseiller financier agréé auprès de l’AMF.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joachim Dupont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joachim Dupont est conseiller financier agréé auprès de l’AMF.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fédérations, confédérations, syndicats et ordres de tous poils briment les innovateurs au lieu de les encourager à créer de la richesse et des emplois. Voilà pourquoi "Les gêneurs" lancent leur mouvement.

Depuis plusieurs mois, l’économie semble regorger de ces gêneurs, des entrepreneurs de plus en plus nombreux et de plus en plus gênants ! Mais que le cartel des télécoms se rassure, il n’est plus seul à rêver du doux souvenir d’un proche passé où statu quo et entente étaient de mise.

Désormais, les hôteliers ont eux aussi leur gêneur, avec Airbnb, le site de locations entre particuliers. La cause de la gronde des hôteliers ? En 2013, 223 000 voyageurs ont préféré le charme d’un séjour chez l’habitant au détriment d’un séjour au sein d’un hôtel sans âme.

Paris n’est pas un cas isolé, la startup affiche une croissance mondiale insolente avec plus de 10 millions de nuitées vendues en 5 ans.

Plus récemment encore, ce fut au tour des taxis de faire de la résistance face à l’arrivée en trombe des chauffeurs d’Uber, startup californienne soutenue à coup de centaines de millions de dollars par Google.  

Le corporatisme des chauffeurs de taxis n’en est pas à son coup d’essai. Le gouvernement précédent avait tenté une libération du marché en 2008 pour augmenter le nombre de taxis dans la capitale ; les opérations escargots avaient eu raison de la patience de l’exécutif.  

Bis repetita, en 2013, cette fois pour protester contre la concurrence jugée déloyale  des Véhicules de Tourisme avec Chauffeur (VTC).

Là encore, le corporatisme sort vainqueur du bras de fer réglementaire. Les VTC devront désormais attendre 15 minutes avant de pouvoir prendre un client…

Que l’on se le dise, les taxis parisiens souhaitent continuer à pester dans leur auto en toute impunité.

Mais qu’ont en commun ces corporatismes adeptes de l’immobilisme ?

Les corporatismes les mieux organisés sont souvent des activités réglementées, rendant difficile l’arrivée de nouveaux acteurs et des activités présentant peu ou pas de produits de substitution.

Ainsi le client se retrouve prisonnier d’un service dont il a besoin mais dont la qualité ou le prix peut ne pas être au rendez-vous.

C’est ici que les gêneurs interviennent, en identifiant une opportunité d’amélioration du service proposé, un besoin client non assouvi ou en proposant une offre mieux adaptée.

Commander un taxi par smartphone ou payer sa course de taxi par carte bleue, à l’heure du paiement par mobile et de l’avènement du bitcoin semble être le minimum exigible. Et pourtant !

Demander à son banquier de connaître la destination des fonds confiés semble être le minimum syndical en termes de transparence après les excès des années 2000. Et pourtant !

Ainsi le gêneur identifie les modèles économiques dépassés, exploitant pleinement les nouvelles technologies et se concentrant sur les attentes des clients. En un mot, le gêneur innove. Et s’il gêne tant la vieille économie, c’est qu’il est dans l’air du temps.

Comment consommer de manière plus intelligente ? Comment faire plus avec moins ? Comment payer un prix juste et contrer les situations de rente ? Les théories autour de l’innovation frugale et de l’économie collaborative favorisent l’émergence de nouveaux modèles, n’en déplaisent aux anciens.

La finance 2.0

Les financiers du monde entier freinent des quatre fers pour étouffer la croissance du crowdfunding (financement par la foule). Derrière ce barbarisme, une ambition simple créer la banque du XXIème siècle.

Le principe : fédérer une large communauté d’internautes venant soutenir financièrement le développement d’entreprises ou de projets (culturels, artistiques ou autre).

Avec le crowdfunding, votre banquier, c’est vous, comme dirait l’autre.

Au détour d’une conversation, un banquier concédait récemment en évoquant le sujet du crowdfunding « ces gens-là sont bien sympathiques, mais laissons les gens sérieux faire de la finance ».

Justement, les gens sérieux semblent bien peu préoccupés  par « l’air du temps ». 

La crise financière est passée par là et a laissé des séquelles auprès des épargnants et de toute une génération, la génération Y en particulier. Et pourtant, ce sera bien cette dernière qui sera en charge dans les prochaines années, qui entreprendra (et qui entreprend déjà) et qui sera amenée à imaginer les modèles de demain.

Mais les gêneurs se sont déjà mis en ordre de marche. Preuve s’il en fallait une qu’il existe une demande pour une finance plus transparente et moins intermédiée, les plateformes devraient collecter 10 milliards de dollars en 2014 (contre 5 milliards en 2013).

Epiphénomène qui faisait sourire les financiers il y a quelques années, le crowdfunding intrigue et gêne désormais. Et ce à mesure que le montant des collectes augmente et que les gouvernements se prennent d’affection pour cette nouvelle source de financement, redynamisant l’investissement dans les PME à l’heure où les caisses sont vides.

Car c’est bien en période de crise que les gêneurs sont le plus à l’aise. D’après la fondation Kauffman pour l’entrepreneuriat aux Etats-Unis, plus de la moitié des entreprises du classement Fortune 500 (500 entreprises les plus puissantes des Etats-Unis), ont été fondées durant des périodes de récession ou de retournement économique. Parmi ces dernières, nous retrouvons Fedex, CNN, Microsoft…

Ainsi qu’il s’attaque aux chauffeurs de taxis, aux banquiers ou aux hôteliers, le gêneur est le symbole d’une génération d’entrepreneurs qui apprend à composer avec un héritage encombrant : une économie morne, dépourvue de toute consommation ou espoir de croissance.

Alors aux corporatistes en tout genre, aux rentiers, aux adeptes de l’immobilisme et du "c’était mieux avant", nous pouvons annoncer que les gêneurs arrivent et ne s’arrêteront pas en chemin, pour le bien du plus grand nombre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jemima
- 03/02/2014 - 21:27
liste incomplète ...
tout se loue et même les véhicules de particuliers à la demi-journée ...
le secteur des ventes d'occasions est lui aussi en train de révolutionner les habitudes d'achats ...
on y fait des affaires et surtout l'on rencontre des personnes convaincues de consommer autrement ...
à ce rythme, c'est tout un pan de l'économie qui échappera à l'impôt ... quand le travail se "libéralise" lui aussi de façon clandestine, c'est toute la société qui est en mutation ... et cette fois les lobbies n'y pourront rien ...
Djelmé
- 03/02/2014 - 16:32
Boîte de nuit
Si le corporatisme c'est vouloir interdire l'entrée dans une boîte, l'impérialisme c'est de remplir cette boîte avec ses amis de sorte que, pleine, elle ne peut que refuser du monde.
L'innovateur d'aujourd'hui, en effet, sera demain corporatiste ou impérialiste s'il a vraiment bien manœuvré, s'il a été capable de kicker les membres de la corporation pour ensuite les faire entrer, au prix fort.
L'innovation n'est jamais qu'une inventivité alliée au pragmatisme. Cela se fait depuis toujours outre-Atlantique, en soi c'est très bien.
C'est après que ça se gatte. En vouloir est une chose, faire sa place est d'une dynamique humaine, entrepreneuriale noble. Mais vivre et laisser mourir, s'agrandir au point de tout rafler sur son passage fait évoluer la noblesse de départ en sang-sue malfaisante. Et pourtant, le choix existe-t-il si une entreprise n'a d'autre alternative que de bouffer sa voisine pour ne pas être elle-même dévorée ?
Le système marche, il n'en est pas de meilleur (ou de moins mauvais), mais il ne survivra qu'à une condition : un minimum d'éthique. Sinon c'est un château de cartes qui s'effondrera, et Marx qui gagnerait.
ignace
- 03/02/2014 - 15:48
@SteakKnife.........trés bonne remarque
........