En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 42 min 57 sec
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 3 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 5 heures 35 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 7 heures 49 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 11 heures 27 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 2 heures 24 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 4 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 5 heures 27 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 5 heures 50 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 6 heures 45 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 11 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 45 min
L'après Ben Laden

Qui sera le prochain ennemi numéro 1 de l'Occident ?

Publié le 30 août 2016
Après la mort de Ben Laden, l'Occident se cherche un nouvel ennemi commun. Une quête absurde à l'heure de la mondialisation ?
Jean-Michel Schmitt est politologue, spécialiste des relations internationales. Il s'exprime sur Atlantico sous pseudonyme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Schmitt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Schmitt est politologue, spécialiste des relations internationales. Il s'exprime sur Atlantico sous pseudonyme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la mort de Ben Laden, l'Occident se cherche un nouvel ennemi commun. Une quête absurde à l'heure de la mondialisation ?

Atlantico : après la mort de Ben Laden, quel est "l'ennemi public numéro 1" de l'Occident ? A quel méchant doit-il faire face ?

Jean-Michel Schmitt : Il faut distinguer l’ "ennemi" du "méchant" et se poser la question de savoir si la notion d’ennemi est applicable aux relations internationales telles que nous les connaissons aujourd’hui. Cette notion s'est forgée dans un contexte d’équilibre de puissances : l’ennemi était celui qui pouvait représentait une menace. Il était alors identifié à un Etat qui nous ressemblait par sa puissance, avec une armée, une diplomatie, un territoire… Mais, dès lors que l’on passe à des formes nouvelles de violences internationales, tel que le terrorisme, la notion d’ennemi tient-elle toujours ?

Un retour historique s'impose : quand l’URSS a disparu comme ennemi frontal dans les années 1989-1991, les États-Unis ont été à la recherche d’autres ennemis et celui qui se rapprochait le plus du portrait robot que je viens de dresser était la Chine. Mais ce pays n’a pas voulu tenir ce rôle : dès 1978, la Chine a entamé une politique d’ouverture pour rentrer dans la mondialisation. Cela s'est traduit par des candidatures très concrètes notamment à l’OMC, ainsi que par une volonté de commercer, d’échanger, de conquérir des marchés et la Chine a finalement été pionnière dans la banalisation de l’idée d’interdépendance : elle s’est construite en puissance économique interdépendante avec l’Occident, en particulier avec les États-Unis dont elle est devenue très vite la créancière et un partenaire commercial important, s’éloignant tout autant d’une stratégie d’inimitié.

Par conséquent, les États-Unis sont allés chercher un autre concept, celui d' "États voyous" (ou "rogue states"), forgé par l’administration Clinton. Le terme impliquait un déséquilibre avec l’Iran, l’Irak ou Cuba. L’idée d’inimitié était déjà plus difficilement tenable.

Avec le 11 septembre on est passé à une troisième figure : un ennemi qui correspondant à des réseaux terroristes, n’avait plus la face d’un Etat, n’avait plus de territoire, ni les ressources que l’on prête généralement à un ennemi (une armée, une diplomatie, une structure organisée lui permettant de produire une stratégie). Du coup, pour couvrir cette dissymétrie, on a glissé davantage vers le jugement moral que le jugement stratégique, et on est peu à peu passé de l’ennemi au méchant, en transitant par cette notion que l’on doit aux néo-conservateurs, de « mal » que déjà en son temps Reagan avait inventée, mais qui a été actualisée par les neo conservateurs : celui qui était en face n’était pas un challenger, ou un rival, c’était devenu un méchant.

Ben Laden, c'était le méchant idéal ?

En tout cas, il a été construit comme tel. Ce qui est remarquable, c’est la manière dont on a très vite personnalisé ce terrorisme pourtant très polycéphale. D’un certain point de vue, il y a eu une connivence entre les USA et Al-Qaïda qui ont l’un et l’autre joué le jeu de cette personnalisation. Les Etats-Unis en en faisant le centre névralgique de cette constellation terroriste et Al-Qaïda en entretenant le mythe d’un personnage mystérieux, caché, qui était en quelque sorte le coordonnateur de tout un ensemble de manœuvres et d’entreprises violentes qui rattachaient Ben Laden au mal, mais aussi à la peur.

Et aujourd’hui, où en est-on après la mort de Ben Laden ? L'Occident peut-il vivre sans "méchant" à qui faire face ?

C’est une question plus philosophique que stratégique. C’est vrai que dans notre pensée occidentale, on a tendance à penser les relations internationales à travers l’idée d’ennemis/amis et qu’on a beaucoup de mal à s’en défaire. La preuve : lorsque le Pacte de Varsovie s’est dissout suite à la chute du mur de Berlin, l’OTAN est demeurée. Pour justifier son existence elle a dû trouver de nouveaux ennemis et a donc laissé peu de chances à l’innovation. C’est peut-être là l’une des erreurs de l’administration de George Bush père ou de Bill Clinton : ils ont voulu prolonger cette logique d’opposition qui venait de donner à l’OTAN un nouveau rebond sur la scène internationale.

La mondialisation qui est faite d’interdépendance - là où les relations internationales d'autrefois étaient faites de confrontations - ne rime peut-être plus aujourd’hui avec l’idée d’ennemi. Le débat mérite d’être posé. L’obsession avec laquelle on découvre ou redécouvre des ennemis est peut-être le signe d’une certaine incapacité à prendre la mesure de ce qui a de nouveau dans l’ordre international d’aujourd’hui, où tout le monde dépend de tout le monde.

La machine à fabriquer des méchants s’est mise en route et rien ne semble l’arrêter. Plutôt que de vide on risque d’assister à un trop plein : Ahmadinejad, Kadhafi, Chavez, peut-être demain les maîtres du Kremlin... Le fait que l’on pose si souvent la question de savoir si Ben Laden a un successeur prouve notre obsession de personnaliser l’ennemi. D’autant plus que le terrorisme est plus social que psychologique : derrière cette violence terroriste il y a des sociétés malades beaucoup plus que des individus. La personnalisation excessive du terrorisme correspond donc à un risque d’égarement dans l’analyse.

Pour l’instant, au "box-office", c’est Kadhafi qui est en train de détrôner Ahmadinejad, à cause de l’action militaire menée par l’Occident en Libye. Mais le processus est très volatile. Ben Laden a tenu une décennie dans ce rôle. Mais la conjoncture est reine : que Kadhafi vienne à disparaitre ou que le conflit vienne à être marginalisé et on oubliera très vie ce méchant… Rappelez-vous comment Gbagbo a été présenté par les médias comme celui qui était responsable d’absolument tous les maux en Côte d’Ivoire : à partir du moment où il a été détrôné, on n’en a plus parlé.

Autrefois, quand on avait un ennemi, c’était pour plusieurs générations : les ennemis prussien, allemand ou soviétique s’inscrivaient dans la durée. Dans ce nouveau jeu des relations internationales, l’ennemi est fugace, volatile, il entre, il sort, il disparait, il prend des visages démesurés puis disparaît ensuite dans un trou de souris.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
xano
- 13/05/2011 - 23:15
Suivez mon regard
Une chose est sure, le prochain ennemi de l'occident ne possédera pas l'arme nucléaire. Donc, ce ne sera pas le Pakistan, ni la Chine, ni la Corée du Nord, ni l'Inde ... Il occupera une place stratégique et sera de préférence riche en matières premières. Autrement dit l'Afrique et le Moyen Orient sont en première ligne. Tiens, tiens, çà ressemble à la Libye ! Vous ne trouvez pas ? Wait and see ..
Chamaco
- 11/05/2011 - 12:50
@Moonray
Pour l'Iraq, armes de destruction massive, anthrax, nucléaire...

si ce n'est pas de l'obsession pour se fabriquer un ennemi je me demande bien comment appeler ça !
Chamaco
- 11/05/2011 - 12:39
les EU ont besoin du "diable"
la "destinée manifeste" des EU - s'estimant vertueux, démocrates, nés pour apporter la paix et la justice, aimés de dieu - appelle la contrepartie : pour apprécier la bonté, il faut un méchant.
De préférence, il faut le diaboliser (sens premier) et lui coller sur le dos tous les péchés du monde (bouc). Pendant qu'on regarde d'un côté, on ne fait pas attention au reste.
... le sot regarde le doigt