En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

07.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Une page se tourne ?

La fin de règne d’Angela Merkel se dessine dans le congrès du SPD

il y a 6 min 28 sec
décryptage > France
Dichotomie

Gilets jaunes, black blocks et délinquants : une répression à géométrie variable

il y a 55 min 28 sec
décryptage > France
Vieillesse

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

il y a 1 heure 28 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 13 heures 2 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 15 heures 17 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 17 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Politique
Insatisfaction croissante

Retraites : le gouvernement face au piège du paradoxe de Tocqueville

il y a 19 min 35 sec
décryptage > Politique
Futurs scrutins

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

il y a 1 heure 8 min
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 12 heures 2 sec
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 14 heures 59 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 55 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 19 heures 8 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 20 heures 31 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 22 heures 45 min
L'après Ben Laden

Qui sera le prochain ennemi numéro 1 de l'Occident ?

Publié le 30 août 2016
Après la mort de Ben Laden, l'Occident se cherche un nouvel ennemi commun. Une quête absurde à l'heure de la mondialisation ?
Jean-Michel Schmitt est politologue, spécialiste des relations internationales. Il s'exprime sur Atlantico sous pseudonyme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Schmitt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Schmitt est politologue, spécialiste des relations internationales. Il s'exprime sur Atlantico sous pseudonyme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la mort de Ben Laden, l'Occident se cherche un nouvel ennemi commun. Une quête absurde à l'heure de la mondialisation ?

Atlantico : après la mort de Ben Laden, quel est "l'ennemi public numéro 1" de l'Occident ? A quel méchant doit-il faire face ?

Jean-Michel Schmitt : Il faut distinguer l’ "ennemi" du "méchant" et se poser la question de savoir si la notion d’ennemi est applicable aux relations internationales telles que nous les connaissons aujourd’hui. Cette notion s'est forgée dans un contexte d’équilibre de puissances : l’ennemi était celui qui pouvait représentait une menace. Il était alors identifié à un Etat qui nous ressemblait par sa puissance, avec une armée, une diplomatie, un territoire… Mais, dès lors que l’on passe à des formes nouvelles de violences internationales, tel que le terrorisme, la notion d’ennemi tient-elle toujours ?

Un retour historique s'impose : quand l’URSS a disparu comme ennemi frontal dans les années 1989-1991, les États-Unis ont été à la recherche d’autres ennemis et celui qui se rapprochait le plus du portrait robot que je viens de dresser était la Chine. Mais ce pays n’a pas voulu tenir ce rôle : dès 1978, la Chine a entamé une politique d’ouverture pour rentrer dans la mondialisation. Cela s'est traduit par des candidatures très concrètes notamment à l’OMC, ainsi que par une volonté de commercer, d’échanger, de conquérir des marchés et la Chine a finalement été pionnière dans la banalisation de l’idée d’interdépendance : elle s’est construite en puissance économique interdépendante avec l’Occident, en particulier avec les États-Unis dont elle est devenue très vite la créancière et un partenaire commercial important, s’éloignant tout autant d’une stratégie d’inimitié.

Par conséquent, les États-Unis sont allés chercher un autre concept, celui d' "États voyous" (ou "rogue states"), forgé par l’administration Clinton. Le terme impliquait un déséquilibre avec l’Iran, l’Irak ou Cuba. L’idée d’inimitié était déjà plus difficilement tenable.

Avec le 11 septembre on est passé à une troisième figure : un ennemi qui correspondant à des réseaux terroristes, n’avait plus la face d’un Etat, n’avait plus de territoire, ni les ressources que l’on prête généralement à un ennemi (une armée, une diplomatie, une structure organisée lui permettant de produire une stratégie). Du coup, pour couvrir cette dissymétrie, on a glissé davantage vers le jugement moral que le jugement stratégique, et on est peu à peu passé de l’ennemi au méchant, en transitant par cette notion que l’on doit aux néo-conservateurs, de « mal » que déjà en son temps Reagan avait inventée, mais qui a été actualisée par les neo conservateurs : celui qui était en face n’était pas un challenger, ou un rival, c’était devenu un méchant.

Ben Laden, c'était le méchant idéal ?

En tout cas, il a été construit comme tel. Ce qui est remarquable, c’est la manière dont on a très vite personnalisé ce terrorisme pourtant très polycéphale. D’un certain point de vue, il y a eu une connivence entre les USA et Al-Qaïda qui ont l’un et l’autre joué le jeu de cette personnalisation. Les Etats-Unis en en faisant le centre névralgique de cette constellation terroriste et Al-Qaïda en entretenant le mythe d’un personnage mystérieux, caché, qui était en quelque sorte le coordonnateur de tout un ensemble de manœuvres et d’entreprises violentes qui rattachaient Ben Laden au mal, mais aussi à la peur.

Et aujourd’hui, où en est-on après la mort de Ben Laden ? L'Occident peut-il vivre sans "méchant" à qui faire face ?

C’est une question plus philosophique que stratégique. C’est vrai que dans notre pensée occidentale, on a tendance à penser les relations internationales à travers l’idée d’ennemis/amis et qu’on a beaucoup de mal à s’en défaire. La preuve : lorsque le Pacte de Varsovie s’est dissout suite à la chute du mur de Berlin, l’OTAN est demeurée. Pour justifier son existence elle a dû trouver de nouveaux ennemis et a donc laissé peu de chances à l’innovation. C’est peut-être là l’une des erreurs de l’administration de George Bush père ou de Bill Clinton : ils ont voulu prolonger cette logique d’opposition qui venait de donner à l’OTAN un nouveau rebond sur la scène internationale.

La mondialisation qui est faite d’interdépendance - là où les relations internationales d'autrefois étaient faites de confrontations - ne rime peut-être plus aujourd’hui avec l’idée d’ennemi. Le débat mérite d’être posé. L’obsession avec laquelle on découvre ou redécouvre des ennemis est peut-être le signe d’une certaine incapacité à prendre la mesure de ce qui a de nouveau dans l’ordre international d’aujourd’hui, où tout le monde dépend de tout le monde.

La machine à fabriquer des méchants s’est mise en route et rien ne semble l’arrêter. Plutôt que de vide on risque d’assister à un trop plein : Ahmadinejad, Kadhafi, Chavez, peut-être demain les maîtres du Kremlin... Le fait que l’on pose si souvent la question de savoir si Ben Laden a un successeur prouve notre obsession de personnaliser l’ennemi. D’autant plus que le terrorisme est plus social que psychologique : derrière cette violence terroriste il y a des sociétés malades beaucoup plus que des individus. La personnalisation excessive du terrorisme correspond donc à un risque d’égarement dans l’analyse.

Pour l’instant, au "box-office", c’est Kadhafi qui est en train de détrôner Ahmadinejad, à cause de l’action militaire menée par l’Occident en Libye. Mais le processus est très volatile. Ben Laden a tenu une décennie dans ce rôle. Mais la conjoncture est reine : que Kadhafi vienne à disparaitre ou que le conflit vienne à être marginalisé et on oubliera très vie ce méchant… Rappelez-vous comment Gbagbo a été présenté par les médias comme celui qui était responsable d’absolument tous les maux en Côte d’Ivoire : à partir du moment où il a été détrôné, on n’en a plus parlé.

Autrefois, quand on avait un ennemi, c’était pour plusieurs générations : les ennemis prussien, allemand ou soviétique s’inscrivaient dans la durée. Dans ce nouveau jeu des relations internationales, l’ennemi est fugace, volatile, il entre, il sort, il disparait, il prend des visages démesurés puis disparaît ensuite dans un trou de souris.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

07.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
xano
- 13/05/2011 - 23:15
Suivez mon regard
Une chose est sure, le prochain ennemi de l'occident ne possédera pas l'arme nucléaire. Donc, ce ne sera pas le Pakistan, ni la Chine, ni la Corée du Nord, ni l'Inde ... Il occupera une place stratégique et sera de préférence riche en matières premières. Autrement dit l'Afrique et le Moyen Orient sont en première ligne. Tiens, tiens, çà ressemble à la Libye ! Vous ne trouvez pas ? Wait and see ..
Chamaco
- 11/05/2011 - 12:50
@Moonray
Pour l'Iraq, armes de destruction massive, anthrax, nucléaire...

si ce n'est pas de l'obsession pour se fabriquer un ennemi je me demande bien comment appeler ça !
Chamaco
- 11/05/2011 - 12:39
les EU ont besoin du "diable"
la "destinée manifeste" des EU - s'estimant vertueux, démocrates, nés pour apporter la paix et la justice, aimés de dieu - appelle la contrepartie : pour apprécier la bonté, il faut un méchant.
De préférence, il faut le diaboliser (sens premier) et lui coller sur le dos tous les péchés du monde (bouc). Pendant qu'on regarde d'un côté, on ne fait pas attention au reste.
... le sot regarde le doigt