En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

01.

La semaine mythomane de Nicolas Bedos

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 20 min 11 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 3 heures 32 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 7 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 14 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 3 heures 41 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 4 heures 24 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 1 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 27 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 21 heures 28 min
© Reuters
Comment bien s'orienter en fin de troisième ?
© Reuters
Comment bien s'orienter en fin de troisième ?
Colin-maillard

L’orientation en fin de 3e déléguée aux parents : pourquoi ça ne règlera pas plus le problème que de les en exclure

Publié le 14 janvier 2014
Une expérimentation permet à certains parents de décider eux-mêmes de l'orientation de leurs enfants en fin de troisième. Un choix controversé qui pointe l'échec de l'Education nationale en la matière.
Emmanuel Davidenkoff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Davidenkoff est directeur de publication de l'Etudiant et chroniqueur à France Info. Il a également publié de nombreux livre traitant du système scolaire et universitaire français notamment Lycée tome 1 et 2 aux éditions Jacob Duvernet...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une expérimentation permet à certains parents de décider eux-mêmes de l'orientation de leurs enfants en fin de troisième. Un choix controversé qui pointe l'échec de l'Education nationale en la matière.

Atlantico : Un décret du 9 janvier dernier autorise, à titre expérimental, les parents à avoir le dernier mot sur l'orientation de leur(s) enfant(s) en classe de 3ème. L'orientation est-elle l'enfant malade de l'Education nationale ? En quoi et pourquoi ? Quels en sont les principaux handicaps ?

Emmanuel Davidenkoff : Je pense que les problèmes liés à l'orientation sont plus un symptôme qu'une maladie.

La maladie, c'est l'obsession de hiérarchiser de manière binaire, entre "bonnes" et "mauvaises" filières, tout au long des études, alors que toutes les filières ont leurs vertus... dès lors qu'on y réussit, et a fortiori si on y excelle.

La maladie, c'est aussi d'avoir des évaluations strictement individuelles alors qu'une partie pourrait porter sur la capacité à travailler avec les autres, à résoudre des problèmes ensemble, à écouter, toutes compétences qui seront déterminantes dans la vie active.

La maladie, c'est d'avoir une hiérarchie qui situe une discipline - les mathématiques - au-dessus des autres, alors que les philosophes, les économistes, les artistes ou les historiens peuvent eux aussi rendre d'éminents services à la collectivité et accéder à des niveaux d'abstraction, de conceptualisation, très élevés, sans parler de l'apport des techniques, et du geste professionnel.

Tout cela brouille complètement le jeu, interdit à beaucoup de s'interroger sur ce qu'ils veulent vraiment faire et sur ce pour quoi ils ont un talent singulier.

A lire également : Parents au bord de la crise de nerfs : pourquoi cette génération d'ados est encore plus délicate à guider que les précédentes

Le décret du 9 janvier vise notamment à lutter contre "l'orientation subie" et les discriminations. Donner davantage de poids aux volontés des parents d'élèves constitue-t-il une réponse adaptée aux problèmes que connaît l'orientation en France ? Cette expérimentation va-t-elle dans le bon sens ou risque-t-elle d'être contre-productive ?

En tant que telle, cette expérimentation ne résoudra rien. Mais si elle devient le pilier d'un meilleur dialogue avec les familles, alors elle pourra aider les jeunes à mieux bâtir leur projet d'orientation.

Quelles mesures devraient être étudiées pour rendre l'orientation plus efficace ? De quels exemples étrangers serait-il possible de s'inspirer ?

Malheureusement, je doute qu'une réforme de l'orientation, isolément, change quoi que ce soit. L'information est là, elle est accessible, variée puisque diffusée aussi bien par le service public que par des médias comme l’Étudiant. Évidemment il n'y a pas beaucoup de conseillers d'orientation, sans doute pas assez, mais même en en recrutant plus, vous ne changerez pas les représentations.

Or l'orientation est pour beaucoup une affaire de représentation. Un exemple : savez-vous que deux diplômés de grande école sur trois n'ont pas fait de classe préparatoire mais sont passés par des BTS, des DUT, des études universitaires, ou bien par des écoles de commerce et d'ingénieurs qui recrutent directement après le bac ? Deux sur trois ! Pourtant, dans la tête des gens, l'équation "grande école = classe prépa obligatoire" reste très forte. Nous avons un enseignement supérieur beaucoup plus riche que ne le pensent bien des parents... et trop souvent bien des enseignants de lycée. Sans doute faudrait-il mieux faire passer ce message.

Au delà des décisions prises au cas par cas et sans réelle vision d'ensemble, comment expliquer que l'orientation ne fasse pas l'objet de davantage d'attention ? En quoi cela pourrait-il changer la donne en matière de lutte contre l'échec scolaire ?

La formulation de votre question est intéressante. Vous liez orientation et échec scolaire. Et c'est en effet comme cela que raisonnent beaucoup de personnes : elles choisissent leur orientation avant tout en fonction de critères scolaires.

Une véritable révolution serait d'apprendre à s'orienter en fonction de ce qu'on est, de ce qu'on voudrait faire, et bien sûr, de ce qu'on peut faire - ce qui recouvre les mérites scolaires mais va bien au-delà. Il faut sortir les questions d'orientation du strict cadre scolaire, arrêter de définir les "bonnes" et les "mauvaises" orientations uniquement en fonction de valeurs et de hiérarchies scolaires. La méritocratie élitiste peut et doit rester une voie de réussite. Mais il fait urgemment valoriser les autres voies de réussite, car elles existent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DES VESSIES POUR DES LANTERNES
- 14/01/2014 - 23:51
cqfd et aveu
l' EN n'ayant aucune connaissance du monde du travail et de l'entreprise : il n'est pas étonnant d'acter leur incompétence voire leur jemenfoutisme en matière d'orientation :ils en ont rien à braire !
Sauf .......... si l'on supprime des postes de conseiller d'orientation !
MauvaiseFoi
- 14/01/2014 - 22:26
Foutage de gueule
Expérience perso et des environs :
- Qu'aimerais-tu faire + tard ?
- J'sais pas.
- D'accord. Alors voilà, je t'explique .... blablabla, internet, bouquins, exemples dans la famille, chez des amis, les parents des copains et copines ...
Périodiquement et inlassablement, le même dialogue.
6 mois avant le bac : idem
- Surtout mon/ma petit/petite chéri(e), fais ce que tu as envie de faire.
DEL
- 14/01/2014 - 15:06
souplesse et info
Si quelqu'un est concerné par l'orientation, c'est bien le jeune, et celui-ci est en général très mal informé sur les multiples possibilités que lui offre la vie de maintenant; de plus il devrait pouvoir changer d'orientation sans difficulté majeure au long de son parcours, et c'est précisément ce que l'on n'arrive pas à offrir dans le système actuel qui est trop rigide.
Manque d'information donc, et rigidité des filières, comment voulez-vous que l'orientation se passe bien?