En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

06.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 12 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 14 heures 33 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 16 heures 25 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 18 heures 14 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 18 heures 47 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 19 heures 7 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 19 heures 23 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 20 heures 1 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 21 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 11 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 14 heures 23 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 16 heures 20 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 17 heures 46 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 18 heures 56 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 20 heures 49 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 11 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 13 heures
Responsable ?

Elisabeth Lévy : Dieudonné, produit de "cette rhétorique du ressentiment qui infuse l'idée que les 'riches' sont haïssables et qu'il y a des salauds derrière tous nos malheurs"

Publié le 09 janvier 2014
Dieudonné continue de déchaîner les polémiques. Mais face à la popularité dont jouit le personnage chez son public se pose la question de la responsabilité de ceux chez qui il provoque l'indignation : la rhétorique anti-raciste et le sentiment d'une liberté d'expression à deux vitesses ne sont-elles pas des moteurs du succès de Dieudonné ?
Elisabeth Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elisabeth Lévy est une journaliste, polémiste et essayiste française. Elle est également directrice de la rédaction du magazine Causeur et auteur de plusieurs livres dont La gauche contre le réel aux Editions Fayard et Les Maîtres-censeurs aux Editions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dieudonné continue de déchaîner les polémiques. Mais face à la popularité dont jouit le personnage chez son public se pose la question de la responsabilité de ceux chez qui il provoque l'indignation : la rhétorique anti-raciste et le sentiment d'une liberté d'expression à deux vitesses ne sont-elles pas des moteurs du succès de Dieudonné ?

Atlantico : De polémique en polémique, l'affaire Dieudonné n'en finit plus de susciter l'indignation, en particulier chez une partie de la gauche effarée devant la violence des propos tenus par l'humoriste et ses supporters. Mais quels sont les facteurs à l'origine de la montée de tels mouvements au sein de l'opinion publique ? Les politiques peuvent-ils s'exonérer de toute responsabilité ? La gauche plus particulièrement ?

Elisabeth Levy : L’urgence n’est pas de désigner des coupables mais de comprendre ce qui se passe. Comment se fait-il que d’honnêtes citoyens, raisonnables, intégrés, diplômés, enseignants ou travaillant dans la com’ n’aient pas envie de se lever et de partir quand Dieudonné traîne Faurisson en pyjama rayé sur une scène ou quand il laisse entendre qu’il regrette les chambres à gaz ? Tous des salauds et des antisémites ? Non, il s’agit d’autre chose : ils sont, dit-on et disent-ils, « contre le système », et nous l’entendons comme une circonstance atténuante comme s’il était forcément bon et intelligent d’être « contre le système ». Marine Le Pen est contre le système, Jean-Luc Mélenchon est contre le système, Anelka est contre le système. Eh bien, nous avons tous une responsabilité dans la montée de cette rhétorique du ressentiment qui infuse l’idée que les « riches » sont haïssables (sauf quand ils sont humoristes professionnels ou footballeurs) et qu’il y a des salauds derrière tous vos malheurs. Ajoutez le complotisme ambiant et des tas de gens bien sous tous rapports finissent par croire que le réel c’est ce qu’on nous cache, et que la vérité, c’est ce qu’on nous interdit de dire. Au lieu de nous ébahir quand des pseudo-sociologues déclarent la guerre aux « riches » ou qu’un responsable politique réclame un « coup de balai », nous devrions démonter sans relâche la faiblesse d’une argumentation faite de slogans creux et de ritournelles binaires.

Mélenchon-Dieudonné même combat ?

Evidemment pas ! Bien entendu, Mélenchon n’a rien à voir avec Dieudonné et ne montre aucune complaisance pour l’antisémitisme. Mais cet homme éminemment cultivé contribue par ailleurs à propager une vision simpliste du monde : qu’ils s’en aillent tous et tout ira bien ! Notre faiblesse face à des argumentations indigentes qui divisent le monde entre exploités et exploiteurs, bons et méchants, victimes et bourreaux laisse le champ libre à toutes sortes de sottises. Le succès de Dieudonné dans des milieux supposément cultivés est l’un des signes les plus préoccupants de la catastrophe scolaire et de la dégradation du débat intellectuel français dans son ensemble. Mais il est loin d’être le seul. J’ajouterai une hypothèse : peut-être que, pour beaucoup de ces dieudonnistes intégrés, l’applaudir est, comme lire Stéphane Hessel, une façon de se racheter, de vivre le sort des dominés par procuration. Bref, on achète ses indulgences en ricanant contre le système avant d’aller faire la queue devant l’Apple store.

La persistance des injonctions morales proférées depuis les années 1980 ont-elles joué dans la dégradation et la polarisation du débat public ? N'y a-t-il pas un risque d'effets pervers ?

De fait le refus d’affronter la complexité du monde va de pair avec le triomphe des prêchi-prêcheurs et de leur fausse morale – comme Marx parle de fausse conscience. Mais quand la morale est partout, elle n’est plus nulle part. Le débat public est un champ d’interdits qui peuvent vous sauter à la figure et qui ne frappent pas seulement des opinions que nous jugeons tous insoutenables, mais tout point de vue qui contrevient à l’idéologie dominante – qui ne domine d’ailleurs que dans les médias. Globalement, cela correspond à ce que Le Goff appelle le « gauchisme culturel », ou encore à la gauche que je dirais « terranoviste », à la fois multicul et libérée ou en passe de l’être, de l’antique différence des sexes. Bref, le « politiquement correct » appelle le « politiquement incorrect » maximal, la transgression radicale. C’est ainsi que nous sommes condamnés à la double-peine : le poids d’une censure sociale intellectuellement étouffante et l’effroi face à « la libération de la parole » - et pas de la plus reluisante. S’il y a des vaches sacrées à tous les coins de rue, rien n’est sacré. Pour épater le bourgeois et éprouver le frisson du mal il faut aller aux extrêmes – en l’occurrence à Auschwitz si l’on peut dire.

La rhétorique anti-raciste, en sur-amplifiant les enjeux autour des sorties de l'humoriste et de ses supporters, ne porte-t-elle aussi une part de responsabilité dans cette affaire ?

Si à l’évidence, Manuel Valls en a fait trop, il serait aussi problématique de ne pas en faire assez ou pas du tout. Ce n’est pas si simple de doser. Il est inévitable que le cas Dieudonné ressorte périodiquement, au gré du tempo médiatique. Ce qui est grave et qui apparaît aujourd’hui, c’est que ses idées progressent, et progressent dans de nouvelles couches sociologiques jusque-là immunisées. Mais nous manquons d’éléments pour évaluer ce phénomène sans exagérer ni minimiser. Je le répète, l’urgence, c’est de penser ce qui arrive. 

Par ailleurs, en quoi l'adoption en France des fameuses "loi mémorielles" a pu contribuer à enfermer le débat et à alimenter la rhétorique complotiste des extrêmes politiques ? Quel en est le résultat aujourd'hui ?

Je n’ai jamais été très convaincue par la loi Gayssot. On voulait lutter contre l’antisémitisme tendance négationniste et 20 ans après Faurisson, on a Dieudonné. Donc, ça n’a pas marché et ça a sans doute aggravé les choses, d’une part en lançant la funeste compétition des victimes, de l’autre en nourrissant l’idée que s’agissant des juifs on ne peut rien dire parce qu’ils sont puissants. Par ailleurs, les défenseurs de la mémoire juive doivent aussi s’interroger: 30 années de "devoir de mémoire", d'effroi et de religiosité autour d'Auschwitz n'ont visiblement pas contribué à ériger des digues contre l'antisémitisme. Proclamer l'unicité de l'Holocauste, c'est déjà théoriser l'idée qu'il existerait un "palmarès du malheur" qui viendrait classer les différentes exactions commises tout au long de l'Histoire. Que le génocide des juifs soit un séisme dans l’histoire et la conscience européennes ne doit pas en faire un objet de culte. C’est un événement historique qui doit être interrogé comme tel. Dans le public de la Main d’or, beaucoup ont dû aller au mémorial de la Shoah. L'effroi et la vénération ne suffisent pas à faire transmission..

Le phénomène Dieudonné n'est-il finalement que le produit de notre aveuglement collectif ?

Disons qu’il est la somme de nos aveuglements collectifs, ceux dont j’ai déjà parlé, mais aussi le retard à l’allumage sur le « nouvel antisémitisme » - « nouvel » signifiant ici arabo-musulman – qui s’est affiché dans nos banlieues à partir des années 2000. Aveuglement aussi d’une certaine extrême gauche face à cet antisémitisme et à l’islamisme qui va souvent avec, au nom d’une fantasmatique solidarité des opprimés. Cela dit, n’ayons pas la mémoire si courte : des scandales Dieudonné, il y a en a eu pas mal depuis son outing antisémite ! 

Quelles solution, quelle réponse intelligente, peut concrètement être apportée ?

Il n'y a pas UNE réponse intelligente qui suffirait à faire s'évaporer le phénomène. La "stratégie Al Capone" (principe d'attaquer quelqu'un sur le plan fiscal, NDLR) me semble déjà utile dans le sens ou l'aura de Dieudonné sera forcément limitée une fois que ses moyens d'expression et de diffusions seront réduits, même si Internet reste pour lui un moyen de contournement. Il me semble par ailleurs nécessaire d'aller au contact, de se bagarrer pied à pied et même, n’en déplaise à mon ami Alain Finkielkraut d'opposer l'humour au ricanement. Dieudonné teste nos limites, à nous de montrer que nous sommes les plus forts. C’est-à-dire, en premier lieu, les plus intelligents. Et dans la perspective de la bagarre, essayons de conserver un peu de distance et d’abandonner les trémolos.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (96)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
SteakKnife
- 13/01/2014 - 12:07
@golvan
Bonjour golvan, voici une liste des gangs d'asiatiques aux Etats-Unis, où les vietnamiens, les coréens et les chinois ont immigré en masse, et on fait face aux mêmes difficultés que les musulmans ici en Europe, ce qui prouve bien que la délinquance des musulmans en France n'a rien de culturel, mais est bien économique: http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_gangs_in_the_United_States#Asian_American
Pauvre golvan, qui refuse de voir les faits quand ça dérange sa vision manichéenne du monde, blancs = gentils, musulmans = méchants.
ヒナゲシ
- 11/01/2014 - 22:50
Contorsionnistes
@ mateo62 (10/01, 8 h 57).
Dieudonné & Lévy, c'est exactement le même personnage.
• Le premier affirme que les Juifs
dirigent le monde, ils tiennent les
médias et nous dictent ce que l'on
doit penser, contre quoi on peut — ou
ne peut pas — s'indigner ;
• la seconde affirme que l'idéologie
de gauche est dominante et nous dicte
ce que l'on doit penser, contre quoi
on peut — ou ne peut pas — s'indigner.
 
Deux complotistes, donc, selon qui le « réel » (en clair : les questions qui les obsèdent) nous est caché par les dominants.
Pour l'un ce sera la traite négrière
orchestrée par les Juifs, ou un
projet secret supranational de
soumettre les peuples ;
pour l'autre ce sera le désastre
causé par l'immigration, mai 68,
l'islam et les communautarismes
(presque tous).
La frustration due au fait que leurs contemporains persistent à ne pas voir ce qui — à eux ! — crève les yeux, les conduit naturellement à fustiger qui le complot sioniste, qui la police de la pensée et le politiquement correct.
 
Pour ma part je n'adhère à aucun de ces deux syndromes de persécution.
Je ne suis pas sûr que ce soit votre cas…
ignace
- 11/01/2014 - 01:33
Golvan....vous avez certainement des choses
a dire, mais elles sont noyées dans vos injures gratuites (signe de votre incapacité a défendre normalement vos arguments)

@ SteakKnife nr faites pas attention a lui, il se cherche