En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 8 min 58 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 25 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 8 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 12 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 13 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 4 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 16 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 51 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 58 min
© Reuters
Camions de livraison d'Amazon.
© Reuters
Camions de livraison d'Amazon.
Le droit ? Quel droit ?

Loi "anti-Amazon" : l'Etat de droit mis en cause

Publié le 07 janvier 2014
Le Sénat va examiner un texte proposé par le gouvernement qui renchérira le prix de vente des livres vendus uniquement en ligne, afin de de "protéger" les réseaux de distribution physique. Discutable sur le plan économique, l'idée est en outre en contradiction avec les règles de droit.
Jean-Philippe Feldman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Feldman est juriste.Il est professeur agrégé des facultés de droit à Rennes et avocat à la Cour de Paris. Il est aussi maître de conférences à SciencesPo. Il a publié "La famine menace-t-elle l'humanité ?", aux Editons JC Lattès. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Sénat va examiner un texte proposé par le gouvernement qui renchérira le prix de vente des livres vendus uniquement en ligne, afin de de "protéger" les réseaux de distribution physique. Discutable sur le plan économique, l'idée est en outre en contradiction avec les règles de droit.

Le sourire d’Amazon est-il à ce point rayonnant que la mobilisation législative actuelle à son endroit vaille celle imaginée par Frédéric Bastiat au XIXe siècle à l’encontre du soleil et de sa lumière gratuite ? Sous la plume de l’économiste ironique, les fabricants de chandelles soumis à « l’intolérable concurrence d’un rival étranger » qui « inonde notre marché national à un prix fabuleusement réduit » et menace « une branche d’industrie française dont les ramifications sont innombrables » réclamaient au législateur bienveillant « une loi qui ordonne la fermeture de toutes les fenêtres ».

Ce 8 janvier, le Sénat français examinera un texte proposé par le gouvernement dont l’inspiration économique peut sembler proche des revendications des vendeurs de bougies : il a pour objet d’empêcher les distributeurs en ligne de cumuler des frais de port gratuits et la réduction du prix du livre de 5% encadrée par la loi Lang de 1981. Le texte est rédigé de telle façon que ces derniers seront contraints de vendre le livre à son prix maximum, mais pourront, s’ils pratiquent un prix de livraison, le réduire de 5 % du montant de l’ouvrage. Ces contraintes ne s’appliqueront pas aux acteurs qui feront livrer les livres en librairie. En pratique, c’est Amazon qui est visé : personne n’est dupe, au point que le texte a partout été rebaptisé « loi anti-Amazon ».

Si la logique économique de l’affaire repose sur des fondements discutables, il est surtout ennuyeux, pour le juriste, de constater que le fondement en droit de cette loi fait question. A maints égards, le texte prend de biais certains droits fondamentaux.

Premier élément de doute : le respect de l’égalité de traitement. En France, selon une jurisprudence constitutionnelle bien établie, les citoyens sont égaux devant la loi. Or, le texte proposé par le gouvernement introduit, en droit comme en fait, une discrimination évidente. Il vise clairement à interdire à une catégorie d’acteurs et à elle seule, les distributeurs en ligne et par correspondance en général, de pratiquer une réduction de 5% sur le prix du livre. Cette discrimination aboutit à traiter de manières totalement différentes des actes commerciaux similaires, au détriment volontaire d’une catégorie d’acteurs économiques délibérément visés (voire d’une entreprise), quand dans un Etat de droit et selon la jurisprudence du Conseil constitutionnel la loi ne peut être « ad hominem » et doit rester générale et impersonnelle. La pratique le montrera : alors qu’Amazon ne pourra pas cumuler la réduction du prix du livre et les frais de port gratuits, la FNAC, par exemple, ou tout autre libraire qui dispose à la fois d’une plateforme de vente en ligne et de magasins physiques, le pourra, pour autant que l’internaute vienne retirer en magasin l’achat validé on-line.

Ce faisant, le projet du gouvernement introduit un deuxième élément d’interrogation : la contrainte opposée à la liberté d’entreprendre en France (liberté dont la valeur constitutionnelle a été rappelée il y a quelques jours encore par le Conseil constitutionnel), sans que celle-ci soit motivée par la moindre considération d’intérêt général. Pour proposer la réduction de 5% du prix du livre, il faudra détenir un réseau de commerces physiques, ce qui constitue un investissement énorme sans réelle justification du point de vue du consommateur. Si le législateur peut souhaiter préserver l’industrie du livre en France, la restriction que le texte se propose d’apporter à une liberté économique est éminemment disproportionnée. Qui plus est, il est douteux qu’elle parviendra à atteindre son objectif.

Autre point problématique : le durcissement du contrôle des prix que cette mesure introduira dans la distribution de livres et son élargissement au secteur de la logistique et de la livraison. Il serait souhaitable que l’Autorité de la concurrence s’exprime rapidement sur ce projet pour qu’un avis juridique et économique autorisé se fasse enfin entendre dans un débat où la passion semble l’avoir emporté.

Les sirènes des fabricants de chandelles traversent l’histoire économique avec une constance déconcertante. Le législateur soucieux d’apaiser des angoisses plus ou moins légitimes peut être tenté d’y céder. Aujourd’hui, pour la Loi « anti-Amazon », la solution ne serait pas seulement économiquement fragile : elle serait juridiquement périlleuse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 07/01/2014 - 21:57
Article interessant......merci
Il est possible que la proximité des élections poussent nos gouvernants a la démagogie ,
je fais voter cette loi,
elle est rejetée (je le savais),
je dis que j'aurai voulu, mais je ne peux pas....

Mis a part cette hypothèse, je n’apprécie pas ces multinationales qui écrasent tout sur leur passage, oublient les impôts..

a prix égal ou quelques pour-cents de plus , il me semble normal de prioritiser le commerce en magasin...ce qui n’empêche pas Amazon d'exister (mais a sa juste place)
jurgio
- 07/01/2014 - 21:32
De toute façon, Amazon
offre déjà aux adhérents « premium » de livrer sans frais toutes sortes de produits. Donc, la livraison gratuite des livres pourra être noyée dans une offre générale..
zelectron
- 07/01/2014 - 21:19
bizarre ...
Pourquoi Amazon a eu droit à des primes à l'installation ?