En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Les Black Eyed Peas dédient leur clip au Japon

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 16 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 18 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 19 heures 54 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 21 heures 16 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 20 min 14 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 2 heures 30 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 16 heures 36 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 18 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 19 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 21 heures 14 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 22 heures 12 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 22 heures 26 min
Bonnes feuilles

Le méchant est-il l'ingrédient indispensable d'un film réussi ?

Publié le 06 janvier 2014
Le Dictionnaire de la méchanceté propose au lecteur, à travers 169 notices rédigées par 80 spécialistes des sciences humaines et sociales, une variété de portraits historiques (Catherine de Médicis, César Borgia, Marie Tudor…), fictifs (la Marquise de Merteuil, Tatie Danielle, Voldemort…) ou mythologiques (Médée, Circé, Mélusine…), ainsi qu'une redéfinition des concepts liés à la méchanceté (tyrannie, perversité, cruauté…). Extrait (2/2).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dictionnaire de la méchanceté propose au lecteur, à travers 169 notices rédigées par 80 spécialistes des sciences humaines et sociales, une variété de portraits historiques (Catherine de Médicis, César Borgia, Marie Tudor…), fictifs (la Marquise de Merteuil, Tatie Danielle, Voldemort…) ou mythologiques (Médée, Circé, Mélusine…), ainsi qu'une redéfinition des concepts liés à la méchanceté (tyrannie, perversité, cruauté…). Extrait (2/2).

« Plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film ».

Phrase percutante, digne d’un slogan, révélée à François Truffaut lors de leurs célèbres entretiens. Alfred Hitchcock est réputé pour avoir fait des films où le crime occupe une place prépondérante, cette maxime semble donc logique dans la bouche de celui qui fut surnommé le maître du suspense. Mais que signifie cette phrase, certainement un brin provocatrice, et qui peut induire en erreur sur son cinéma. Rappelons tout d’abord le contexte dans lequel furent prononcés ces quelques mots. Lui et François Truffaut évoquent Le grand alibi (1950), célèbre dans l’histoire du cinéma pour son flash-back mensonger. Tous deux sont très critiques sur ce film qui, il est vrai, ne fait pas partie de ses meilleurs films. François Truffaut déplore « qu’aucun personnage ne s’y trouve réellement en danger ». Hitchcock lui répond que « c’est la grande faiblesse du film, car cela brise la grande règle : plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film. Voilà la grande règle cardinale ; or, dans ce film, le méchant était raté. »

Cette phrase ne sous-entend nullement que le méchant est l’ingrédient indispensable d’un film réussi. Notons que Hitchcock a fait de très bons films dans lesquels le méchant est peu présent, voire même rapidement mis de côté dans ce qui est un de ses meilleurs films, Sueurs froides (1958). Si un film se doit de comporter un méchant dans son intrigue, plus celui-ci est réussi, plus la menace sera grande, plus le film pourra être riche en émotions. Nous savons tous bien sûr combien le cinéma d’Alfred Hitchcock est avant tout un cinéma d’émotions. Si le film repose essentiellement sur la menace, le danger, alors celui qui impose cette menace se doit d’être réussi.

Mais qu’est ce qu’un méchant réussi ? Pour qu’il soit réussi, il faut que le spectateur sente une menace sérieuse sur le ou les héros du film. Pour Alfred Hitchcock, il semble qu’un méchant est bien plus dangereux quand il est intelligent, élégant, courtois. Son cinéma est truffé de méchants tous plus sympathiques et distingués les uns que les autres. Cela va du professeur Jordan dans Les 39 marches (1935) à Phillip Vandamm dans La mort aux trousses (1959), en passant par Stephen Fisher dans Correspondant 17 (1940). Le méchant est bien plus dangereux quand il inspire confiance.

François Truffaut cite parmi les méchants les plus réussis d’Alfred Hitchcock Claude Rains, Joseph Cotten et Robert Walker, soit ceux des films Les enchaînés (1948), L’ombre d’un doute (1943) et L’inconnu du Nord-Express (1951). Nous partageons son choix en ce qui concerne les deux derniers, mais Les enchaînés ne nous semblent pas correspondre à ce cas de figure. Certes le personnage joué par Claude Rains est réussi, ainsi que le film, mais il ne l’est pas grâce à ce personnage qui reste assez secondaire. L’intérêt de ce film repose avant tout sur l’histoire d’amour entre Cary Grant et Ingrid Bergman, soulignée par des scènes au suspense mémorable.

En revanche, la réussite du Crime était presque parfait (1954), film cependant moins apprécié que Les enchaînés, nous semble en grande partie liée au méchant joué par Ray Milland. Celui-ci occupe une place importante dans le film, voire la plus importante. A l’exception de la dernière séquence, nous n’avons que son point de vue, c’est finalement lui le héros. Ce mari jaloux et cupide est l’archétype du méchant distingué. Ce film est presque un exercice de style sur le méchant qui atteint ici des summums de cruauté. Après avoir payé un homme pour étrangler sa femme, que celle-ci parvient à tuer, le mari n’a alors de cesse de la faire accuser de ce meurtre qui n’est que légitime défense. 

La devise de Hitchcock ne signifie pas que le réalisateur aime à placer le méchant au centre de son film. Le crime était presque parfait est en fait une exception dans la filmographie de Hitchcock. Ce n’est pas le méchant qui l’intéresse vraiment, contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est ce qu’il va provoquer.

Prenons les deux films cités par Truffaut, L’ombre d’un doute et L’inconnu de Nord-Express. Bruno est la face maléfique de Guy, tout comme l’oncle Charlie pour sa nièce nommée également Charlie.

Dans L’ombre d’un doute Bruno, étant à la fois intelligent et déséquilibré, et donc capable du pire, est bien sûr un méchant dangereux et donc réussi. Son originalité est qu’il va finalement réaliser le souhait caché de Guy, se débarrasser de sa femme. Notons qu’après s’être violemment disputer avec elle, il dit à sa fiancée, comme pris d’une soudaine pulsion, qu’il aimerait lui tordre le cou, ce que Bruno fera. Bruno met à exécution ce que le surmoi de Guy lui interdit de faire. La confrontation entre ces deux hommes va faire évoluer Guy. Cet homme qui se laissait apparemment manipuler par sa femme va devoir à la fin affronter Bruno dans un dangereux corps à corps. C’est lors de son match de tennis que l’on constate qu’il va désormais de l’avant au sens propre comme au sens figuré. Le commentateur du match le décrit comme un joueur habituellement attentiste, ce qu’il n’est finalement plus grâce à Bruno.

La nièce de Charlie dans L’ombre d’un doute va elle aussi évoluer au fil du film. Son oncle, qu’elle admire tant va finalement la faire devenir adulte, elle sera la seule de la famille à connaître l’identité de criminel de son oncle, gardant ce lourd secret comme un chef de famille, dans le but de préserver sa mère. Au début du film, nous la voyons allongée sur son lit, désespérant de voir qu’il ne se passe rien dans sa vie. Son cher oncle Charlie va lui donner de quoi ne plus s’ennuyer. Pour Rohmer et Chabrol, dans leur fameux livre Hitchcock, elle « perd son innocence. »

Que ce soit dans des films ou dans des contes de fées, autre type d’œuvre où la réussite du méchant est cruciale et qui ont inspiré Hitchcock, c’est l’épreuve du Mal qui va donner au Bien toute sa valeur, toute sa légitimité. Ces épreuves sont autant de défis lancés par les méchants aux héros pour qu’ils puissent se transfigurer. Comme l’a écrit le psychiatre Willy Pasini « les fées n’auraient aucun charme sans les sorcières. »

Les sorcières d’Alfred Hitchcock n’ont pas le vilain visage que l’on se représente habituellement, elles prennent l’apparence de gentlemen au physique agréable. Avec ses différents personnages de méchants à la fois cruels et raffinés, Hitchcock montre ainsi toute la complexité de la personne humaine. On ne sait que trop, à la lecture des faits divers que le pire des criminels peut aussi être un homme aux apparences des plus respectables.

Bibliographie : Hitchcock / Truffaut, Paris, Gallimard, 2001, p. 159 ; Rohmer Eric et Chabrol Claude, Hitchcock, Paris, Editions Universitaires, 1957, p. 78 ; Pasini Willy, La méchanceté, Paris, Editions Payot et Rivages, 1993, p. 74.

Extrait du "Dictionnaire de la méchanceté", Collectif dirigé par Christophe Regina et Lucien Faggion, (Max Milo Editions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Les Black Eyed Peas dédient leur clip au Japon

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
willycat
- 05/01/2014 - 17:22
Nécessaire
On s'ennuierait sans méchants, une sorte de monde qu'avec des Mimie Mathys
http://www.horreursmusicales.fr/
EREC56
- 05/01/2014 - 16:36
le commentaire de Vangog est plus intéressant que l'article
Concernant l'article, on pourrait dire beaucoup d'autres choses.
Que dans une approche amorale, que la figure du bien donne toute la valeur au mal (le plus souvent déguisé formellement en objet repoussoir pour des raisons de convenances et de chiffres d'affaire).
On pourrait dire également que la figure du mal est diverse et évolutive.
On pourrait dire encore qu'il y a d'autre thèmes que la relation au mal qui excite l'intérêt du spectateur comme par exemple le concept de transformation (voir le film Adaptation avec Nicolas cage et Merryl streep).....

Dis moi ce qui te paraît transgressif et je te dirai dans quelle société et à quelle époque tu vis !
vangog
- 05/01/2014 - 13:45
Oui, bof, intéressant, mais incomplet...
Dans les films d'Hitchcock, le caractère du méchant est moins primordial que la situation, car ses films comportent une plus grande part de drame que de comédie.
Ce qui comptait pour Hitchkock, c'était la spatialité de la mise en situation, en l'édulcorant, si besoin était, d'où l'importance des caméras et du montage.
Plus intéressant est l'évocation de Truffaut, qui inaugure, avec la nouvelle vague, un cinéma où caractères et situations sont gommés au profit du "message scenaristique (souvent teinté d'idéologie sociétale).
Ce cinéma typiquement Français s'est affranchi de ce qui faisait le plaisir du téléspectateur pour faire passer le message éducationnel et égocentrique de l'auteur (d'où le nom: "cinéma d'auteur")...
Ce faisant, il a perdu les très anciennes vertus de la comédie et du drame Grecs.
En bref, il est devenu chiant et pompeux!
Les scénaristes français d'aujourd'hui ne savent pas s'affranchir de ce cinéma d'auteur, et font un mauvaise pot-pourri à partir des reliquats de chacun.
Cet enseignement uniforme est réalisé par d'archaïques écoles enfumées par l'idéologie et aboutit à une création française atrophiée, et de plus en plus subventionnée pour survivre