En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 8 heures 31 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 10 heures 48 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 12 heures 45 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 16 heures 59 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 16 heures 22 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 16 heures 30 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 16 heures 56 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 17 heures 4 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Divorce à l'amiable

Comment reconnaître les amis qui vous détestent en secret (et vaut-il mieux les garder ou s'en débarrasser) ?

Publié le 15 décembre 2013
Vaut-il mieux avoir de faux-amis que pas du tout ? A l'heure des réseaux sociaux, qui instaurent une course au nombre d'"amis", la question est plus que jamais d'actualité.
Michel Grossetti est sociologue , directeur de recherche au CNRS. Il est membre du LISST (Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires).Il a notamment publié, avec Claire Bidart et Alain Degenne, La vie en réseau. Dynamique des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Grossetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Grossetti est sociologue , directeur de recherche au CNRS. Il est membre du LISST (Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires).Il a notamment publié, avec Claire Bidart et Alain Degenne, La vie en réseau. Dynamique des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vaut-il mieux avoir de faux-amis que pas du tout ? A l'heure des réseaux sociaux, qui instaurent une course au nombre d'"amis", la question est plus que jamais d'actualité.

Atlantico : Dans un article intitulé Le dilemme de la solitude : vaut-il mieux avoir de faux-amis (frenemies) ou pas d’ami du tout ?, la scénariste Lauren Martin tient un discours désillusionné sur les relations humaines, faisant l’apologie de la solitude sur les relations qui, selon elle, sont souvent prétendument amicales, notamment à l’époque de la vingtaine. A choisir entre des « amis » prêts à nous abandonner à tout moment et pas d’ami du tout, quelle est la moins mauvaise option ? Pourquoi ?

Michel Grossetti : Commençons peut-être par la question de la solitude. De nombreuses études sur les relations sociales (en général) mettent en évidence que celles-ci sont plutôt bénéfiques : elles permettent de surmonter plus facilement les difficultés de l’existence (problèmes de santé, séparations, deuils, etc.), elles aident pour différents aspects de la vie sociale comme trouver du travail par exemple. L’isolement est plutôt associé à des situations socialement difficiles et à des formes de souffrance. Si l’on suit ces travaux (tous convergents), l’isolement ne semble pas préférable à l’entretien de liens sociaux. Peut-être vaut-il mieux être mal entouré que seul …

Venons-en à l’amitié. Les travaux de sciences sociales sur l’amitié (voir entre autres l’excellent ouvrage de Claire Bidart, L’amitié, un lien social) montrent que ce qu’on appelle « ami » peut varier selon les contextes historiques, nationaux, ou sociaux. Ces études montrent également que le nombre de personnes à qui l’on se sent prêt à confier des choses graves est extrêmement restreint (moins de cinq) et que ce nombre pourrait bien diminuer dans la période actuelle. Nous appelons « amis » bien plus de personnes que cela, ce qui inclut des relations d’intensité très variable.

Par ailleurs, comme les autres relations sociales, celles qui suscitent le qualificatif « ami », sont complexes et ne sont pas réductibles à un engagement spécifique vis-à-vis de l’autre personne, hors de tout contexte collectif. Elles incorporent des effets de réseau (on est parfois « ami » surtout parce qu’on a des amis communs) et d’appartenance à des collectifs (on est « ami » parce qu’on est membre d’un même groupe de sociabilité). Surtout, là encore comme les autres relations, les relations d’amitié ne sont jamais dénuées d’ambiguïté : elles peuvent inclure aussi bien de l’engagement affectif que de la rivalité, de la confiance aussi bien que de la méfiance, de la sympathie « pure » autant que de l’intérêt bien compris. Lauren Martin a peut-être découvert à se dépens, à l’occasion de situations pénibles qu’elle a vécues, que les relations sociales ne peuvent pas se ramener à une logique binaire : « ami » ou « non ami ».

Le discours peu réjouissant de Lauren Martin est-il déterminé en partie par la conception qu’ont les Américains de l’amitié ? Américains et Français désignent-ils par le terme ami/friend exactement les mêmes personnes ?

Des études ont montré que les Américains désignent assez souvent des personnes qu’ils connaissent comme des « amis ». Ils utilisent un peu plus facilement ce qualificatif que les Britanniques par exemple, ou plus généralement les Européens. Si toutefois on se retreint aux personnes qui sont désignées comme « amis » sans autre qualificatif (« collègue », « voisin », etc.), ces différences s’estompent. La sociologue Ainhoa de Federico a compilé plusieurs études et montré que, pour ce qui concerne les caractéristiques des « réseaux personnels » (les 20 ou 30 personnes de notre entourage ordinaire), la France et les Etats-Unis ont plutôt des caractéristiques proches.

Une application Facebook, HateWithFriends.com, permet de dire lesquels de ses « amis » sur le réseau social on déteste. Si une des personnes haïes utilise la même application et que le sentiment d’hostilité est mutuel, le site informe alors les deux « frenemies », qui peuvent décider de ne plus être amis sur Facebook. Les réseaux sociaux ont-ils redéfini la notion d’amitié, ou bien ont-ils fait complètement perdre tout repère en la matière ? Qu’est-ce que l’amitié à l’ère de Facebook ?

Sur Facebook, on ne dispose que du qualificatif d’« ami » pour désigner une relation entre deux personnes, ou même un lien entre une personne et une organisation (je suis ainsi « ami » avec une revue scientifique par exemple). Cela produit une sorte de dilution de la notion d’amitié, qui existe pourtant depuis l’Antiquité (voir les travaux de l’historienne Anne Vincent-Buffault). Par ailleurs, Facebook, comme d’autres sites de sociabilité en ligne, encourage ses utilisateurs à ajouter sans cesse de nouveaux « amis », entretenant ainsi une sorte de compétition, notamment chez les jeunes : avoir beaucoup d’« amis » sur ce site est en général valorisé. En revanche, rien ne pousse les utilisateurs à supprimer des « amis », même s’ils n’interagissent plus guère avec certains (ou n’ont jamais beaucoup interagi d’ailleurs).

Les études sociologiques montrent que les relations sociales se renouvellent fortement au cours de la vie. Le principal mécanisme qui font que les relations « s’endorment » ou disparaissent n’est pas le conflit explicite (qui existe mais n’est pas si fréquent), mais plus simplement l’éloignement géographique ou social et la raréfaction des échanges (« on ne se voit plus, je ne sais pas pourquoi, c’est la vie »). La fonction introduite par ce site formalise les situations de conflit ou d’antipathie. Le risque est naturellement de dramatiser des ruptures relationnelles qui pourraient autrement s’effectuer « en douceur » par la raréfaction des échanges. L’ambiguïté des relations est essentielle à leur existence. Quels que soient les efforts pour « équiper » et formaliser les liens, cette ambiguïté se recréera toujours.

L’amitié est une chose plus vécue que théorisée ; on ne prend pas forcément le temps de s’interroger dessus : est-ce à dire que l’amitié entre deux personnes va davantage de soi, est plus « naturelle » que la vie amoureuse en couple, qui elle, suppose de formuler des aspirations et des engagements explicites ?

Les humains ont toujours entretenus des liens sociaux. Très tôt dans l’histoire, ils ont trouvé des termes (la « philia » des grecs, l’« amicitia » des romains) pour désigner un type de relation impliquant un engagement affectif dirigé vers une personne particulière, différent de l’attirance sexuelle (« éros » des grecs) ou de l’amour des autres en général (« agapè »). Au fil de l’histoire le mot français « amitié » a désigné des situations variables, mais comportant en général cette dimension d’engagement affectif réciproque. Il est vrai que ces relations sont peu formalisées. Même si la vie amoureuse ne donne pas toujours lieu à une explicitation aussi systématique que vous ne le suggérez (là aussi, l’ambiguïté est très présente), elle est plus fréquemment formalisée que les relations amicales. A certaines époques toutefois (au XIVe siècle par exemple), ce type de relation pouvait être partiellement formalisé par les liens de parrainage et commérage. Peut-être pourrait-on dire que, d’une certaine façon, les sites de sociabilité recréent des formalisations analogues ?

Comment reconnaître les "amis" qui vous détestent en secret ?

En mourant et en observant qui se réjouit de l’événement ! Plus sérieusement, peut-être vaut-il mieux ne pas chercher à savoir …

A-t-on intérêt à totalement couper les ponts avec eux ou bien au contraire, au nom de l'importance du lien social, à continuer de les fréquenter ?

Tout dépend de ce que l’on considère comme son intérêt. Au-delà de ces considérations utilitaristes, il faut peut-être se dire que l’on peut détester quelqu’un (en secret ou non) dans une période donnée, puis l’apprécier à nouveau dans une autre période. Les sentiments humains ne sont pas figés pour l’éternité…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Stef
- 17/12/2013 - 07:32
Eh ben
T' as pas d' ami la saucisse, pourtant tu sembles bien venir chercher ici la compagnie.
la saucisse intello
- 17/12/2013 - 01:35
J'adore les commentaires................
Ici et ailleurs ! Il faut dire que ne lisant pas les articles la plupart du temps, ce sont les commentaires que je commente. Ce qui me stupéfait c'est que des articles aussi vides (ça se devine au titre !), aussi inutiles puissent provoquer des réactions alors que souvent les sujets supposés sérieux restent sans apport. Heureusement "la saucisse "est là pour apporter sa modeste pierre à ces dérisoires constructions.
pascalou2
- 16/12/2013 - 19:44
bonjour @philippe Mouillac
c est vrai que notre langue reste le language de referance dans les domaine on nous somme rester au top ...
-
certe dans le passer nous fument bon en diplomate , qu en reste il aujourd hui ?
-
par contre notre langue reste la reference en mathematique , en dance , dans l escrime , et pour le domaine erotique "rendez vous " et "comdon " en sont la preuvent pour un expert litteraire ...
-
donc , j affirme que le français doit evoluer pour decrire amitier dans toutes ses nuance ...car le fronton de nos mairie , nous dit que la fraterniter (version equivalente l amitier ) doit etre notre specialiter ...mlais lje suis peut etre d un opptimisme trop grand ...

pascalou
amateur de science