En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© REUTERS/Arnd Wiegmann
Christopher Pissarides, prix Nobel de l'Economie en 2010, voit dans l'euro l'une des plus grandes menaces pour la cohésion de la construction européenne.
Désillusion
Le prix Nobel d'économie qui aimait l'euro et qui le voit maintenant en train de détruire l'Europe
Publié le 13 décembre 2013
Il avait décroché le prix Nobel d'économie en 2010 et était un fervent partisan de la monnaie unique. Aujourd'hui, Christopher Pissarides voit dans l'euro l'une des plus grandes menaces pour la cohésion de la construction européenne.
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il avait décroché le prix Nobel d'économie en 2010 et était un fervent partisan de la monnaie unique. Aujourd'hui, Christopher Pissarides voit dans l'euro l'une des plus grandes menaces pour la cohésion de la construction européenne.

Dans un discours prononcé le 12 décembre à la London School of Economics, le Professeur Christopher Pissarides, prix Nobel d’économie 2010, a pu présenter les « choix difficiles » qui attendent les européens. En un mot, soit démanteler l’euro soit accepter de le réformer en profondeur. Et pourtant, Pissarides a été un fervent défenseur de la monnaie unique. Comme le rappelle la London School of Economics :

« Le Professeur Pissarides a été un supporter passionné des bénéfices de l’union monétaire européenne. Il pense aujourd’hui que soit l’euro doit être démantelé, soit la direction des politiques économiques doit être dramatiquement bouleversée pour promouvoir la croissance et l’emploi, et éviter de faire naître une génération perdue ».

Pissarides déclare : « Les politiques poursuivies aujourd’hui pour sauver l’euro sont en train de coûter des emplois à l’Europe, elles créent une génération perdue. Ce n’est pas ce qu’avaient promis les pères fondateurs. »

« L’austérité fiscale est en train de détruire des emplois. La troïka ; la Commission, la BCE, le FMI, et les gouvernements nationaux doivent relâcher leur politique d’austérité. Elles ont créé une Europe à deux vitesses, L’Allemagne et les autres pays du nord, pour lesquels la politique monétaire européenne est adaptée, et les pays du sud, pour lesquelles elle est bien trop stricte. »

« Une action forte aussi bien pour la politique budgétaire que pour la politique monétaire : ce qui va requérir un profond revirement de ceux qui pensaient que l’austérité serait profitable à court terme, et cela va coûter des votes aux représentants des pays riches de l’Europe du Nord. »

La question essentielle est ici posée. L’Europe est-elle une addition d’intérêts nationaux ou est-il possible de développer un intérêt européen ? Cette question était déjà posée par un autre prix Nobel, Milton Friedman, qui mettait en garde les européens dès 1997  dans un article intitulé « L’euro, une union monétaire pour une désunion politique ? » (the Euro: Monetary Unity To Political Disunity?)

« Le marché commun européen est l’exemple d’une situation non favorable à une union monétaire. Elle est composée de nations séparées, dont les résidents parlent différentes langues, ont différentes coutumes, et ont une bien plus grande loyauté et un plus grand attachement à leur propre pays qu’à un marché commun ou à l’idée d’ «Europe ».

 « La volonté de créer l’euro a été motivée par la politique, non par l’économie. Elle a été inspirée par le besoin de lier la France et L’Allemagne, de façon si resserrée qu’une guerre future deviendrait impossible, et de mettre en place les bases des États Unis d’Europe. Je crois que l’adoption de l’euro va avoir les effets inverses. Il va exacerber les tensions politiques en convertissant des chocs divergents qui auraient pu être corrigés par les taux de change, en des problèmes politiques qui vont diviser ces nations. Une union monétaire réalisée dans des conditions défavorables va se révéler être une barrière à la réalisation de l’unité politique. »

Nous, européens, étions avertis. Et Le 12 décembre n’était pas le jour des europhiles. L’éditorialiste du Telegraph, Ambrose Evans-Pritchard, enfonce le clou un peu plus fort : « Depuis quelques mois, les barrières eurosceptiques ont explosé. Le soutien Français au projet européen a chuté de 60% à 41% depuis la mi-2012, selon la Fondation Pew. Ceci est en partie le résultat de cette meurtrière austérité, de la double récession, qui menace de se transformer en triple récession, mais aussi parce que l’axe Franco-Allemand, qui a été le fondement de l’Europe depuis 60 ans, a finalement été brisé. Il est devenu trop inégal pour permettre de défendre les intérêts français. »

Source : www.pewglobal.org

François Hollande y laisse encore quelques plumes. La faiblesse du Président français, confronté à une période cruciale de l’union, doit se réveiller de sa léthargie européenne. La défense de l’euro ne peut passer que par une profonde révision des traités européens, afin d’adapter la monnaie unique, non à l’intérêt de quelques-uns, mais à un intérêt général européen. Dans la logique de l’axe franco-allemand, c’est bien à lui qu’il appartient d’agir. Cette immobilité est le vecteur de la défiance actuelle.

Sans cela, l’euro ne sera qu’un souvenir pour une génération perdue qui ne se laissera pas faire. La réforme de l’euro est possible, les solutions sont sur la table, il ne manque que la force politique pour la promouvoir. Il serait trop facile de croire que la position rigoriste d’Angela Merkel serait la seule cause de cette situation, celle-ci ne fait que défendre les intérêts du pays du Nord, et remplit ainsi son rôle. La construction européenne est une confrontation d’intérêts, confrontation inexistante aujourd’hui, car le Président Hollande se révèle pour le moment incapable de porter les intérêts de la France au sein de l’Union, et de ceux des pays du Sud.

Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez le nouveau livre de Nicolas Goetzmann : Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, (Atlantico éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (51)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jo1934
- 16/12/2013 - 22:30
Rectif !
''....Milton Friedman avait raison...''
jo1934
- 16/12/2013 - 22:29
A quoi sert une monnaie ?
Milton Friedman a raison .
L'euro ne fonctionne pas , il n'a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais car la zone euro ne pourra jamais être une zone monétaire optimale. Pour les raisons données par Friedman dans l'article!
Bien fonctionner pour une monnaie ne consiste pas simplement à exister. C'est aussi et surtout atteindre les objectifs et remplir les missions qu'on lui assigne: développer et aider l'économie à prospérer, créer de la richesse , de la prospérité , de la croissance , de l'emploi,etc...
Aucun des objectifs que l'on faisait miroiter au moment de Maastricht n'a été atteint. Il faudra bien en tirer les conséquences un jour .
Le Lampiste
- 16/12/2013 - 13:39
@Mani : Ni diversion, ni bouc émissaire, mais cache-misère.
L'euro n'est ni une diversion ni un bouc émissaire. Personne ne dit que l'Allemagne ne serait plus compétitive avec un Mark valant 3,25 Francs Français. C'était le taux de change avant l'adoption de l'euro. A l'époque, nous avions encore une industrie, et par exemple, nous étions les premiers en aéronautique avec Aérospatiale, alors que EADS et Airbus, ont placé le tout sous contrôle allemand, cadeau de Tonton.
De même, dégringolade du marché de la "petite bagnole", alors que le haut de gamme allemand prospère.
Mais le problème est que le rapport devrait sans doute être beaucoup plus proche de 1 pour 5 pour que la France puisse avoir espoir de retrouver une compétitivité. Encore faudrait-il avoir les moyens et les marchés. Et dans un pays où l'on cite Zola en parlant d'industrie, comme si le marteau-pilon du Creusot était la dernière nouveauté... et où "l'innovation détruit l'entreprise", la cause est entendue.
Quant à l'euro, il a permis une fausse croissance reposant sur l'emprunt, que la bonne gestion de l'europe du nord garantissait. Fausse croissance produite par l'endettement public, qui est le vrai paravent cachant la misère réelle d'un système sclérosé en bout de course.