En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Les prix agricoles, notamment pour les céréales, ont tendance à régresser.
Decod'Eco
Comment expliquer la baisse surprise des prix alimentaires dans le monde
Publié le 16 décembre 2013
Alors que l'on craignait encore il y a quelques années une multiplication des "émeutes de la faim", les prix agricoles, notamment pour les céréales, ont tendance à régresser.
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'on craignait encore il y a quelques années une multiplication des "émeutes de la faim", les prix agricoles, notamment pour les céréales, ont tendance à régresser.

Rien ne résiste aux classes moyennes émergentes. Depuis qu’elles ont envahi les marchés internationaux, la demande pour les sacs Louis Vuitton, les tonnes de cuivre ou les Range Rover ne se dément pas.

Depuis plusieurs années, les prix restent ainsi à des hauteurs stratosphériques. Un secteur a été particulièrement touché par la fringale de ces populations : les produits alimentaires. La demande était telle qu’elle provoqua même des émeutes, dites “émeutes de la faim” en 2008 dans plusieurs pays africains et asiatiques.

Pourtant, cette année, le scénario de flambée des prix agricoles auquel nous nous étions habitués avec fatalisme ne fonctionne plus. Les classes moyennes brésiliennes, indiennes ou chinoises consomment toujours autant de protéines, mais les prix alimentaires sont en baisse.

La FAO confirme

Dans son dernier rapport mensuel de novembre, la Food and agriculture organization (FAO) confirmait une nouvelle fois la baisse. Son indice food commodity a affiché un nouveau déclin en novembre de 4% comparé à novembre 2012. Sur l’année, le prix des céréales a baissé de 24%.

L’annonce de la FAO est d’autant plus importante que l’organisation, basée à Rome, était devenue le premier lanceur international d’alerte en matière d’agriculture, en tirant notamment la sonnette d’alarme en 2008 sur la gravité de la hausse des prix alimentaires. Aujourd’hui, c’est avec soulagement que les pays ont dû accueillir cette baisse.

L’organisation a été rejointe par les professionnels de la finance. Ainsi, la banque Macquarie a également annoncé que son propre indice pourrait afficher une baisse de 11% cette année, voire l’année prochaine également. “Nous nous attendons à ce que les prix alimentaires dans leur ensemble restent baissiers pour les deux années à venir, à l’exception d’un problème d’approvisionnement lié au climat”, a déclaré Kona Haque, analyste agriculture de la banque. Selon ses calculs, ce n’est qu’en 2015 que les prix des matières premières alimentaires pourraient remonter.

C’est une nouvelle fois la baisse des céréales qui est la plus étonnante. Elle est le fait, d’une part, d’une récolte abondante dans les pays producteurs traditionnels, et, d’autre part, d’une forte récolte dans de nouveaux pays.

Le Canada, nouveau grenier à blé ?

Il y a quelques jours, Statistics Canada a annoncé que la récolte de blé avait atteint les 37,5 millions de tonnes en 2013… soit un bond de 38% en un an ! Les agriculteurs canadiens ont réussi à quasiment égaler leur record de 1990. Par conséquent, les prix sur le marché local, coté à Minneapolis, ont atteint un plus bas depuis trois ans et demi.

Le Canada n’est pas le seul à tutoyer les records. L’Australie devrait afficher la troisième meilleure récolte de son histoire. En hausse de 16%, sa production devrait atteindre les 26,2 millions de tonnes, selon l’Australian Bureau of Agricultural and Resource Economics and Sciences.

Malgré une demande qui reste forte, l’offre a su, cette année, répondre à la faim des nouveaux marchés émergents.

Le bémol de Macquarie 

Cette quasi-unanimité ne doit pas laisser croire que les marchés agricoles ne connaîtront plus de tensions. A vrai dire, le diable se cache dans les détails. Si les prix alimentaires sont en baisse, celle-ci n’est pas généralisée. Si, à Chicago, les cours du blé affichent une baisse de 24% depuis un an, ils sont repartis à la hausse depuis fin août. La chute du maïs, à l’inverse, s’est accélérée depuis l’été, avec une perte de plus de 2,5$ le boisseau depuis juillet.

Si le risque climatique est une menace latente pour toutes les cultures, le blé reste un marché particulièrement sensible. Les exemples des catastrophes climatiques en Russie en 2010 ou aux États-Unis en 2012 doivent cependant nous inciter à la prudence.

[Tout savoir sur le marché des matières premières agricoles -- et les opportunités qu'il offre à l'investisseur individuel : tout est là... ]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Chine, Chicago, Inde, Canada, fao, céréales
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 16/12/2013 - 13:24
Nos agriculteurs vont être contents d'apprendre cela!
Si les prix alimentaires augmentent, cela veut dire que les distributeurs se sucrent sur le dos des agriculteurs, qui eux, n'ont plus que leurs fourches pour réclamer des subventions aux con-tribuables...
myc11
- 16/12/2013 - 11:21
La baisse qui motivera l'opinion publique,
Sur le bien-fondé des cultures OGM. Notre inconscient est programmé pour la peur du manque, d'où l'insécurité face aux nouvelles donnes climatiques, pour une croissance démographique constante, notre soulagement est tel que nous verrons dans cette agriculture la manne du progrès. Et cela effacera toutes les questions sanitaires, concernant les pesticides dans notre assiette.