En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

06.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 14 heures 57 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 19 heures 49 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 20 heures 58 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 21 heures 37 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 22 heures 37 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 14 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 15 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 15 heures 15 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 16 heures 10 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 19 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 20 heures 11 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 23 heures 11 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 14 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 16 heures
© Reuters
Les Français n'ont plus confiance dans les potilitiques.
© Reuters
Les Français n'ont plus confiance dans les potilitiques.
Clash

Le grand divorce : la crise politique française vient-elle du fait que ceux qui savent gagner les élections ne sont plus ceux qui savent gouverner ?

Publié le 12 décembre 2013
Avec
Le rejet des élites va croissant. En cause, la perte de confiance et la sensation d'un manque de sincérité des représentants politiques arrivant aux plus hautes fonctions. Problème : c'est justement le profil politique le plus rejeté par l'opinion qui est le mieux armé pour accéder au pouvoir... pour ne rien changer ensuite.
Denis Payre est le cofondateur de Business Objects et fondateur de Kiala. Il a lancé le mouvement politique "Nous, citoyens".François de Closets mène, depuis une trentaine d’années, une double carrière de journaliste et d’écrivain. Il notamment l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Payre est le cofondateur de Business Objects et fondateur de Kiala. Il a lancé le mouvement politique "Nous, citoyens".François de Closets mène, depuis une trentaine d’années, une double carrière de journaliste et d’écrivain. Il notamment l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le rejet des élites va croissant. En cause, la perte de confiance et la sensation d'un manque de sincérité des représentants politiques arrivant aux plus hautes fonctions. Problème : c'est justement le profil politique le plus rejeté par l'opinion qui est le mieux armé pour accéder au pouvoir... pour ne rien changer ensuite.
Avec

De plus en plus de mouvements composés d'acteurs de la société civile naissent, à droite comme à gauche. Est-ce le signe que les Français ne croient plus à la structure partisane ? Faut-il y voir le symptôme d'un divorce entre les politiques et la société civile ?

Denis Payre : Les Français sont très désabusés par rapport à la vie politique et les enquêtes le montrent : il y a un divorce très clair entre la société civile et ceux qui nous gouvernent. De ce point de vue, ce qui se passe en Bretagne en est l'illustration : il n'y plus de clivage entre droite et gauche mais une contestation générale vis-à-vis d'un Etat omniprésent. Toutes les classes sociales se réunissent pour dénoncer la même chose. 

François de Closets : L'offre politique en France est structurée idéologiquement. Il y a deux camps, deux églises qui proposent chacune leurs valeurs, leur système, et qui ont leur clientèle. C'est toujours cette opposition droite/gauche qui est proposée aux Français. Mais, auparavant, la droite signifiait la bourgeoisie et la gauche le peuple. Aujourd'hui, la droite représente le privé et la gauche le public. Et le peuple, lui, est parti aux extrêmes parce que l'offre idéologique ne tient pas compte de la réalité. Il y a un divorce clair.

Michel Guénaire : La société française a le sentiment qu'elle n'est plus représentée par ses responsables. Ceux-ci ne répondent plus à ses aspirations. Voici pourquoi les Français ne croient plus à leur classe politique. Il y a eu, dans l'histoire de notre pays, des crises équivalentes. A l'issue de chacune d'entre elles, dont la dernière est sans doute celle de la fin de la IVe République, des régimes nouveaux sont survenus qui ont désigné de nouveaux responsables. Nous y sommes. La France connaît aujourd'hui de multiples initiatives qui veulent mettre en avant de nouveaux projets pour dépasser le divorce entre représentés et représentants.

Eric Verhaeghe : En fait, il me semble que ce qui est surtout en cause, c'est l'inadaptation des partis politiques à la décision publique. Depuis 1945, la France vit sur la doctrine de plus en plus obsolète, selon laquelle la démocratie se reconnaît à l'existence de plusieurs partis. On s'aperçoit aujourd'hui que cette idée a vécu. Je ne veux pas bien évidemment pas dire qu'un système à un seul parti est plus démocratique que le multipartisme. Je veux en revanche dire que le multipartisme ne paraît pas une définition suffisante de la démocratie. On le voit clairement chez les Français : la confrontation entre une doctrine UMP et une doctrine PS leur paraît à juste titre un appauvrissement démodé du débat politique et ils ne se retrouvent guère dans cette vision binaire.

Provisoirement, le Front National profite de cette insatisfaction, mais le Front ne tardera pas lui aussi à subir le même désintérêt des Français, car, ce qui est en cause, ce n'est pas le programme des partis, mais la notion même de parti.

D'où vient ce divorce ? Quelles en sont les causes ?

Denis Payre : C'est la conséquence du fonctionnement de la vie politique aujourd'hui. Les dirigeants sont des personnes qui raisonnent en termes de réélection, de carrière, et non d'intérêt général. Notre conception à Nous citoyens est que l'on doit aller en politique avec des compétences de la société civile, travailler pour le bien de tous, et puis retourner dans la société civile.

Le problème de la France est qu'il y a beaucoup trop de fonctionnaires. Nombreux sont de qualité mais il y en a beaucoup trop en politique. Ils représentent la moitié du parlement. Forcément, lorsqu'il s'agit de réformer, de se confronter à la problématique de l'emploi, ils sont comme une poule devant un couteau. 

François de Closets : Ceux qui nous gouvernent n'arrivent pas à tenir un langage de vérité. Ils continuent à dire qu'ils vont nous protéger, qu'ils vont protéger également les acquis sociaux, qu'ils ont une solution pour tout et qu'en plus, cette solution n'est pas douloureuse. C'est l'exemple typique de Nicolas Sarkozy qui dit pendant 4 ans qu'il n'a pas été élu pour augmenter les impôts mais qui l'a fait, et de François Hollande, président de gauche, qui est obligé de reconnaître qu'il faut baisser les dépenses publiques de 100 milliards d'euros. Ils sont obligés de faire des choses contraires à leur idéologie. C'est la réalité qui, désormais, commande.

Le gouvernement  demande des efforts et les gens s'irritent parce qu'on n'a pas clairement expliqué le pourquoi de ces efforts. C'est pour cela qu'il y a un divorce complet entre le peuple et les élites. Tous les Français sont parfaitement conscients que la situation est grave et dans ces conditions, l'optimisme de la classe dirigeante donne le sentiment qu'ils sont irresponsables et incapables. Cet optimisme devient anxiogène. Ou bien on mobilise tout le monde, ou bien le tissu social casse et naissent alors des mouvements, des partis catégoriels.

Michel Guénaire : Ce divorce vient de la professionnalisation de la classe politique. Le standard au sein de celle-ci est devenu un cursus honorum au nom duquel un élu local devient un jour un élu national, puis un élu un ministre, un ministre nécessairement et presque candidement autre chose… Faire de la politique est devenu un métier, non plus un service. Cette professionnalisation est la cause de l'enfermement de la classe politique sur elle-même.

Eric Verhaeghe : De mon point de vue, le diagnostic est assez simple : la démocratie représentative est morte, et les Français aspirent aujourd'hui à une forme supérieure de démocratie, qui ne reposerait pas sur un verrouillage du débat et des décisions par des partis subventionnés qui fonctionnent comme des écuries électorales.

Lorsque la Constitution de la Ve République a reconnu que la démocratie reposait sur les partis, elle a oublié de soumettre les partis à des règles démocratiques. De telle sorte qu'aujourd'hui ce sont autant de baronnies et de féodalités qui captent la démocratie à leur profit.

Prenez les attributions de tête de liste à Paris : pas une n'a échappé au fait du prince. Pour être investi, il faut être "parrainé" par un cacique qui a tous les droits sur les militants. Cette situation est ancienne, mais elle s'est aggravée avec les lois sur la parité. Brutalement, il a fallu trouver des femmes pour respecter la loi, mais on les a choisies dociles et peu encombrantes pour préserver les avantages acquis - ce qui était le contraire même de l'intention initiale. C'est comme cela qu'on se retrouve, à Paris, avec une élection municipale qui ressemble plus à l'élection de Miss France qu'à un débat sur l'avenir de l'une des principales métropoles mondiales. Comment voulez-vous que les citoyens s'intéressent à ces parodies ?

Quelles sont les conséquences de ce divorce ? Explique-t-il notamment le manque d'idées qui émanent des partis ? Ceux qui gouvernent sont-ils aujourd'hui incapables de comprendre ce qui se passe dans le pays réel ?

Denis Payre : Comme les politiques sont dans une logique de réélection, ils ne prennent pas de risques. On se retrouve avec un pays qui n'arrive pas à évoluer. On ne parle pas des réformes et personne n'ose réformer. C'est ce qui explique certains comportements étonnants de la part de gens par ailleurs intelligents, comme François Fillon qui nous explique aujourd'hui qu'il n'a pas été d'accord avec Sarkozy pendant 5 ans.

Ils manquent d'idées parce qu'ils vivent dans un bulle totalement déconnectée de la réalité. Ils ne connaissent pas les problèmes réels et quand finalement ils parviennent à les comprendre, ils n'en parlent pas parce que cela risque de leur faire perdre la prochaine élection. Une fois élu, pour peu qu'on ait un programme réformiste, un peu comme Sarkozy en 2007, on ne prend pas de risque.

François de Closets : Je pense qu'ils sont conscients de ce qui se passe mais ils n'osent pas le dire. Face à un danger, il y a deux discours politiques possibles : soit on rassure, on minimise le danger, et on espère qu'on s'en sortira, soit on s'appuie sur la réalité. C'est ce qu'a fait Churchill en présentant les efforts à faire pour redresser son pays. 

Tous les rapports, toutes les études qui se sont accumulées depuis 15 ans, on sait ce qu'il faut faire, à droite comme çà gauche mais on n'a pas le courage de le faire. Diminuer par moitié le nombre de députés, supprimer les départements, etc. Voilà des propositions concrètes que tous les politiques savent nécessaires.

Michel Guénaire : La première conséquence est que le pays ne se retrouve pas dans les choix de ses gouvernants. Il n'adhère plus à l'action de ceux qui sont censés le gouverner. Les gouvernants sont coupés eux-mêmes de la sève de la société civile. Ils gèrent le pays comme des responsables aveugles. Car, enfin, une classe politique professionnelle est une classe politique technicienne. Elle ne croit qu'à la valeur de réformes techniciennes sans donner du sens aux dites réformes. C'est une fuite en avant, autant qu'un terrible gâchis.

Eric Verhaeghe : Il me semble qu'il y a plusieurs questions dans votre question.

Premier sujet : les partis et les idées. Je ne suis pas sûr que l'on ait inventé les partis politiques pour penser. L'époque où l'on imaginait changer le monde globalement à partir d'une politique conçue par un parti s'est achevée avec la chute du mur de Berlin. On oublie trop souvent que le rôle "messianique" du parti est une invention marxiste. La fin de l'utopie marxiste a eu raison de cette idée. Reste des machines à gagner (ou à perdre) les élections pour lesquelles les idées et les programmes sont secondaires.

Deuxième sujet : les gouvernants et le pays réel. Le fossé qui sépare les deux univers est probablement beaucoup plus grand que les Français ne peuvent l'imaginer. Et c'est d'ailleurs un bien que les Français ne le mesurent pas, car une prise de conscience sur ce point risquerait d'agir comme une véritable onde de choc. Par exemple, lorsque NKM propose que les bus roulent à Paris après 21 heures, elle avoue d'un coup sa profonde ignorance de ce qui fait la vie d'énormément de Parisien. Par exemple, lorsque Pierre Moscovici soutient que la France a renoué avec la croissance, il avoue brutalement qu'il ne sait absolument pas ce qui se passe en micro-économie.

Troisième sujet : quelles conséquences? Manifestement, négatives. Je crois ne pas me tromper que nous assistons à une formidable crise de la légitimité des élus. Mon sentiment est que cette crise emporte avec elle le principe de la délégation générale de mandat qui fonde la démocratie représentative

Ce divorce-là permet-il d'expliquer la crise politique que connaît la France ? Cette crise peut-elle finalement être résumée ainsi : ceux capables de gagner les élections ne sont plus ceux capables de gouverner ?

Denis Payre : Tout à fait, et cela explique le discrédit des politiques et la montées des extrêmes puisque certains se disent que eux, finalement, on ne les a pas essayé. Mais les extrêmes ne parlent pas non plus des vrais sujets comme le poids de l'État et ses conséquences, notamment fiscales.

Il y a en France une conviction qui consiste à penser que l'on ne peut pas gagner une élection présidentielle en tenant un langage de vérité, en expliquer ce que sont réellement les problèmes et quelles sont les solutions à apporter. C'est exactement ce qui s'est passé avec François Hollande. Mais on ne peut pas tout remettre à plat au lendemain d'une élection sans en avoir au préalable informé les électeurs. Les processus de gestion du changement sont très connus en entreprises et l'étape 1, c'est la transparence. La politique française a un problème de méthodologie.

François de Closets : Ce qui est grave aujourd'hui, ce n'est pas que les socialistes et Hollande soit en perte de confiance. Ce qui est grave c'est que cette perte de confiance ne se reporte pas sur la droite. C'est une crise de régime. 

Michel Guénaire : Exactement. La compétition électorale est devenu un jeu totalement décorrelé de l'enjeu du gouvernement des hommes, mais elle appartient encore à la seule classe politique qui ne sait pourtant plus gouverner.

Eric Verhaeghe : Je vais radoter, mais c'est un problème classique dans ce pays. En réalité, chaque régime met en place des sortes d'amortisseurs politiques qui permettent de préserver les gens en place et d'éviter l'arrivée de nouveaux visages. Je propose un petit jeu récréatif : comptez, dans le gouvernement actuel, le nombre de ministres qui ont commencé leur carrière politique à l'époque où pas un Français ne possédait un ordinateur individuel, et à l'époque où Internet apparaissait comme une idée de science-fiction. Et ce sont ces dinosaures qui prétendent montrer la voie du redressement ? Quelle bouffonnerie....

D'un point de vue politique, est-ce que ce divorce et la multiplication des mouvements représente un danger pour les partis traditionnels et pour le fonctionnement de la démocratie ?

Denis Payre : L'émergence de nouveaux partis est une très bonne chose pour la démocratie française. Cela permet de la revitaliser et de faire en sorte que l'on parle des vrais sujets, contrairement à la campagne 2012 où les partis traditionnels nous ont parlé de viande halal et de coût du permis de conduire. Et, dans l'entre-deux tours, ils ont repris les boucs émissaires des extrêmes : les riches pour François Hollande, les immigrés pour Nicolas Sarkozy.

Michel Guénaire : Le danger est double, selon moi. D'une part, une classe politique qui tente sa survie par des initiatives débridées, racoleuses et irrationnelles. D'autre part, une société civile qui ne fonctionne plus qu'en mouvements catégoriels.

Eric Verhaeghe : Vous me permettez une boutade ? Ce qui menace la démocratie, ce ne sont pas les mouvements qui apportent de l'oxygène, ce sont les partis actuels. Quand des idéologues, sous couvert de mesures généreuses, multiplient les décisions liberticides, on peut s'inquiéter pour la démocratie et pour nos bonnes vieilles libertés chèrement arrachées à la tyrannie. Songez quand même qu'une loi prétendument démocratique se proposait d'instaurer des gardes à vue de 4 jours entiers pour un soupçon de fraude fiscale. Là encore, je rabâche, et je ne prétends pas défendre le personnage, mais enfin, c'est un citoyen, il a des droits : quand vous voyez que Bernard Tapie, dans une affaire financière, a subi une garde à vue de trois jours, en principe réservée aux terroristes, vous vous dites quand même que ce recours désinvolte à la privation de liberté devient un vrai problème.

Comment faire converger la société civile et les politiques pour les faire travailler ensemble ?

Denis Payre : Il faut un véritable exercice de diagnostic honnête de la situation du pays. Il faut également une proposition transparente et courageuse des solutions qui doivent être apportées aux problèmes du pays. Mais il faut surtout un renouvellement des élites. Nous ne sommes pas dans le "Tous pourris" mais ce ne sont pas ceux qui nous ont mis dans la situation actuelle qui vont nous en sortir. Il faut que les nouveaux décideurs ne soient plus des politiques de carrière.

C'est l'exemple de Christine Lagarde qui, nommée à Bercy, affirme que le problème du chômage en France est lié au code du travail. Mais ses supérieurs, François Fillon et Nicolas Sarkozy, des politiques de carrière, lui ont fait comprendre que ce sujet était trop sensible et donc elle l'a abandonné. Tant mieux pour elle : elle fait une belle carrière. Mais le problème du chômage en France n'est pas résolu.

Si on ne change pas ça, il n'y aura jamais de changement. Il faut des profils différents, des gens qui n'ont pas besoin de la politique mais font de la politique sur une courte durée, dans l'intérêt général. 

François de Closets : Il faut un système où la représentation populaire a la légitimité et où l'exécutif est fondé indépendamment des partis sous le contrôle du parlement. Ce qu'il nous faut, c'est un gouvernement apolitique composé de gens qui n'essayent pas de se faire réélire mais pense à l'intérêt public. C'est ce qu'a essayé de faire l'Italie avec Mario Monti mais qui a échoué à cause de Silvio Berlusconi. 

Michel Guénaire : Les efforts doivent être partagés. La classe politique doit se renouveler, et le renouvellement viendra de la limitation du nombre de mandats dans le temps. Un élu qui conserve durablement son siège en oublie les responsabilités, écrivait déjà au XIXème siècle John Stuart Mill. De son côté, la société civile ne peut pas s'exprimer qu'au travers de seuls mouvements de fronde. Elle doit avoir une conscience politique. J'ai créé avec plusieurs amis SOCIETECIVILE2017 dans ce sens : donner à la société une capacité d'expression politique qui débouche sur la définition d'un projet politique positif pour la France.

Eric Verhaeghe : C'est tout l'enjeu de cette nouvelle forme de démocratie qu'on appelle la démocratie liquide. En quoi consiste-t-elle? Deux points majeurs. D'abord, la question des mandats attribués sans contrôle pour des durées exorbitantes doit être mise sur la table. En démocratie liquide, l'attribution des mandats se fait de façon plus souple et plus raisonnable, en tenant compte des compétences effectives et réelles des élus. Ensuite, la forme de la décision (le recours systématique au vote majoritaire) pose un problème essentiel. Le vote majoritaire (on compte les "oui", on compte les "non", et le plus fort décide) est une forme archaïque et sous-optimale de démocratie. D'autres modes de scrutin, comme le vote alternatif ou le vote préférentiel donnent de meilleurs résultats. Enfin, il est temps de passer à la transparence sur les informations publiques. Et sur ce point, la France accumule un retard inadmissible.

Propos recueillis par Sylvain Chazot

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

06.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Baskerville
- 13/12/2013 - 17:28
Vaste programme
Diagnostic connu, mais que faut-il faire ? Il faudrait d'abord rétablir le septennat, mais le septennat unique NON renouvelable, pour donner une durée suffisante au mandat et que le président ne se soucie pas de sa réélection. Il faudrait ensuite s'attaquer d'urgence aux gaspillages tous azimuts de l'argent public ; supprimer l'échelon des départements ; simplifier les différentes réglementations ; supprimer la plupart des niches fiscales et des dispositifs "d'optimisation" ; rendre le régime des retraites plus équitable (régimes spéciaux, calcul des retraites entre public et privé, etc.). Suivre un peu plus les avis de la Cour des comptes. Ça ne serait qu'un début. Si vous êtes d'accord, comment on fait ?
Berseker
- 13/12/2013 - 12:16
Autres interrogations... (suite)
Je souhaite ajouter un petit commentaire à mon précédent texte et m'excuser pour une faute d'orthographe: pertinent avec un E.

Donc, je souhaite ajouter qu'en finalité, la citoyenneté originelle s'est totalement diluée, le système qui s'est instauré fonctionne sans pensée réellement politique. Il apparaît bien que l'on a définitivement admis que l'initiative politique n'est que marginale, que la vraie décision est soit administrative, soit économique, que le citoyen s'en trouve exclu, et qu'il n'existe réellement plus aucun choix citoyen possible dans la France d'aujourd'hui.
Berseker
- 13/12/2013 - 12:02
Autres interrogations...
Cet article est très documenté et l'analyse des intervenants tout à fait pertinante. Je suis d'accord avec ce qui y est dit.
Pourtant , une approche qui me semble, elle aussi, juste n'a été qu'effleurée dans cet article; Le phénomène du sondage. De nos jours, j'ai souvent l'impression que le sondage supplée au vote. Le citoyen ou plutôt le "sondé" devient anonyme. Il se résume à une opinion statistique et la singularité du vote devient statistique d'opinion!... Si l'on considère que cela revient au même, il reste à savoir si la conduite d'une nation dépend de l'élection ou de la manière dont on accepte son résultat; Si c'est affaire d'opinion, sachant bien qu'elle est changeante, le résultat ne sera plus vrai le lendemain du vote!... Or aujourd'hui les opinions sont tenues pour vérités...
C'est donc une régression où le citoyen est considéré comme mineur, à la limite de l'infantilisme et donc crédule. On est crédule quand on n'est plus dans la raison mais dans l'opinion. On aboutit à une " structure de formatage " et donc à une représentation de modèles où les citoyens ne font même plus usage d'une raison qu'ils n'ont même pas explorée...