En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 40 min 21 sec
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 3 heures 58 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 5 heures 47 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 20 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 23 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 23 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 53 min 11 sec
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 3 heures 44 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 4 heures 53 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 5 heures 34 min
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 20 heures 23 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 21 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 23 heures 41 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 1 jour 1 heure
Bonnes feuilles

Chef tyrannique ou belle-mère pot de colle : comment mieux gérer les relations toxiques

Publié le 25 décembre 2013
Difficile à croire, mais le bonheur est un choix ! Même par les temps qui courent, on peut décider de vivre mieux, en paix, en cohérence avec soi-même, selon ses propres critères, en harmonie avec les autres et, finalement, en accord avec la vie comme elle est. Pleine d’embûches et aléatoire. Extrait de "Faire le choix du bonheur" (1/2).
Marie Andersen est psychologue clinicienne et psychothérapeute depuis plus de quarante ans. Elle est l'auteur des best-sellers La Manipulation ordinaire et L'Emprise familiale et du livre l'Art de se gâcher la vie. http://marieandersen.net/ 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Andersen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Andersen est psychologue clinicienne et psychothérapeute depuis plus de quarante ans. Elle est l'auteur des best-sellers La Manipulation ordinaire et L'Emprise familiale et du livre l'Art de se gâcher la vie. http://marieandersen.net/ 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Difficile à croire, mais le bonheur est un choix ! Même par les temps qui courent, on peut décider de vivre mieux, en paix, en cohérence avec soi-même, selon ses propres critères, en harmonie avec les autres et, finalement, en accord avec la vie comme elle est. Pleine d’embûches et aléatoire. Extrait de "Faire le choix du bonheur" (1/2).

Les relations épuisantes

Le domaine le plus envahissant dont on doit se libérer est celui des relations emprisonnantes, dévalorisantes, violentes ou toxiques.

Schématiquement, face à l’agression, nous avons trois niveaux de protection. Imaginons que nous sommes sur un champ de tir (symboliquement !) :

• Premier niveau : informer le tireur du mal qu’il nous fait. Très clairement, pas seulement en le manifestant tièdement ou en le lui faisant comprendre. Le dire d’une manière efficace, afin d’être certain d’avoir été entendu et compris.

•Deuxième niveau : se protéger des projectiles tout en restant sur le champ de tir. On s’arme d’un bouclier : on met fin à la conversation, on refuse, on ferme la porte. On empêche d’une manière ou d’une autre les coups de nous atteindre. On peut aussi inventer un bouclier prévisionnel : anticiper désagréments et agressions potentielles, et prendre les devants en établissant des mesures de prévention.

• Troisième niveau : quitter le champ de tir ! Parfois, il faut reconnaître qu’il ne sert à rien de demander à l’agresseur de cesser de nous faire mal et que nos protections sont dérisoires. Il ne nous reste plus qu’à aller voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs !

Nous verrons plus loin comment résoudre des relations problématiques sans les rompre, mais, si nous n’y parvenons pas, pourquoi maintenir des liens qui nous font souffrir ?

Pour quelle raison continuer à fréquenter des individus qui nous mettent systématiquement mal à l’aise ?

Devons-nous rester attachés à des gens qui nous méprisent ou nous nuisent, au nom d’un quelconque engagement ?

Jusqu’où rester fidèle ou loyal à l’égard de personnes qui ne le sont pas ?

Le privilège de l’adulte, c’est sa liberté. Vous êtes libre de fréquenter qui vous voulez. Vous n’avez à cet égard aucune obligation, si ce n’est celle que vous vous imposez vous-même.

Si vous ne réussissez pas à résoudre les contentieux, si vous échouez à vous faire respecter, si toutes vos tentatives se soldent par des échecs, il vous reste toujours le choix de rompre la relation.

–– Oui, mais ce n’est pas évident !

–– Effectivement, c’est parfois compliqué, et lourd de conséquences.

–– Oui, mais moi, j’aimerais bien ! Mais s’éloigner de sa famille, ce n’est pas toujours possible.

–– Si, c’est possible, mais c’est difficile.

–– Oui, mais moi, c’est ma mère qui me pourrit la vie, je ne peux quand même pas rompre avec ma mère !

–– Pourquoi pas ?

–– Parce qu’une mère, quand même, on n’en a qu’une…

–– D’accord… –– Mais la mienne, vraiment, je n’en peux plus !

–– Ah bon ?

–– Oui, elle critique tous mes choix ! Elle détruit toutes mes relations de couple ! Je lui ai déjà dit cent fois de me laisser tranquille, mais elle n’en fait qu’à sa tête. Elle est intrusive et dévalorisante. Nuisible ! Toxique !

–– Et quel âge avez-vous ?

–– 45 ans.

–– D’accord. Et vous comptez attendre quel âge avant de pouvoir vivre librement et aimer la personne que vous choisirez ?

Certaines relations se rompent sans trop de heurts. Il suffit de ne plus rien faire pour les entretenir et elles se tarissent d’elles-mêmes. Mais parfois il faut trancher dans le vif, exiger que cet ami indélicat ou cet individu blessant vous laisse tranquille, éventuellement lui en donner les raisons, mais il n’est pas indispensable de se justifier. Parfois même, tenter d’expliquer est contre-productif, crée une escalade de critiques mutuelles pénibles ou se retourne contre nous On a le droit de rompre. Toujours. Même sans explication.

Lorsqu’un couple se sépare, les anciens partenaires ont parfois besoin (ou envie) de se battre, pour la garde des enfants et les biens matériels. S’ils divorcent à l’amiable, les problèmes se résolvent avec bonne volonté. Chacun fait quelques compromis et s’accommode des demandes de l’autre avec une certaine souplesse. Mais l’affectif s’en mêlant, les combats se transforment malheureusement parfois en pugilats. La séparation met un terme à une histoire d’amour qui fut pleine d’espoir et l’échec est torturant. Pour compenser la colère et le sentiment de tout perdre, tous les coups sont permis. Parfois, un des conjoints se sent entraîné dans une guerre « à mort » qui ne correspond pas à ce qu’il souhaite consciemment. Il y participe avec l’impression d’y être contraint. Le sentiment d’injustice mord cruellement et, malgré ses principes, il essaye d’avoir gain de cause, il a tellement souffert qu’il ne veut plus rien lâcher et le voilà emporté dans une bataille qui ne lui ressemble pas.

Les situations de divorce ne sont pas les seules qui nous poussent vers ces luttes intestines. Dans la vie professionnelle et sociale, on se laisse parfois dériver sans volonté ni contrôle dans un enchaînement de coups et ripostes qui nous mène vers les tribunaux, alors que cette spirale ne correspond apparemment ni à nos désirs ni à nos valeurs. Mais la rage nous étreint et reculer équivaudrait à capituler.

Or, à tout moment, nous pouvons nous poser la question « Stop ou encore ? ». Les enjeux valent-ils vraiment cette peine ? Pour qui, pour quoi combattons-nous ? Avec le recul, ne regretterons-nous pas d’y avoir englouti tant d’énergie ? Nous avons souvent le choix entre la justice ou la paix.

–– La justice ou la paix ?! Mais je ne vais quand même pas tout laisser tomber !

–– La question n’est pas là. Mesurez bien ce que vous coûte ce combat, non seulement en monnaie sonnante et trébuchante, mais en énergie, en temps, en stress, en insomnies et en amis lassés…

–– Oui, mais abandonner le combat, ce n’est pas évident ! Je n’en peux plus, j’ai déjà tant perdu, je ne veux plus rien lâcher !

–– Ce n’est jamais évident, mais vous pouvez choisir. Rien ne vous oblige à persister dans cette voie douloureuse.

–– Oui, mais choisir entre la justice ou la paix, quand même…

–– Peut-être pourriez-vous réfléchir au prix à mettre pour acheter votre ticket de sortie ?

–– Mon ticket de sortie ?

–– Oui, pour sortir de cette relation. Que devriez-vous lâcher pour avoir enfin la paix ? Quel est le prix de votre paix ?

Certains combats valent la peine d’être menés, évidemment ! Parfois on s’en sort avec la justice ET la paix, heureusement ! Mais les cas que j’envisage ici sont ceux dont l’issue est incertaine ou disproportionnée face au gain. Alors, il vaut mieux lâcher du lest. C’est le prix de la paix. C’est votre vie et elle est précieuse.

Extrait de "Faire le choix du bonheur", Marie Andersen, (Ixelles Editions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
coucou.cmoi35
- 25/12/2013 - 11:19
Harcèlement au travail et à la cuisine
Rien à voir entre les 2 situations.
L'un est très simple. Est-ce que le supérieur hierarchique se comporte comme un connerd/une connasse et agresse avec l'aval de la hierarchie ? Si oui, chercher à partir avec le maximum de fric. Bataille perdue d'avance et tant bien elle serait gagné, quelle sort nous donnerions nous en travaillant dans une telle entreprise satanique ?
pour la maman/belle-mêre, beaucoup de tact, on n'a qu'une maman. N'écoutez jamais un étranger, surtout un psy, pour régler des conflits familiaux.