En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La pipe plus dangereuse que le cigare

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 4 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 2 heures 43 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 3 heures 5 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 6 heures 54 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 22 heures 49 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 45 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 5 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 6 heures 24 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 6 heures 40 min
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 22 heures 36 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 23 heures 6 min
© Flickr
© Flickr
Chocolat, montres et alloc'

2 000 euros mensuels pour tous : pourquoi l’allocation universelle qui compenserait la fin de toutes les autres est une idée moins folle qu’il n’y parait

Publié le 16 novembre 2013
Souvent débattue, l'allocation universelle est en passe de devenir la base du système social suisse. Les Helvètes se prononceront par referendum dans les mois à venir pour ou contre cette nouvelle structure d'aide, qui prévoit la donation tous les mois de 2 000 euros par habitant à la place de toute autre forme d'allocations.
Vincent Touzé est économiste senior au département des études de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Touzé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Touzé est économiste senior au département des études de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Souvent débattue, l'allocation universelle est en passe de devenir la base du système social suisse. Les Helvètes se prononceront par referendum dans les mois à venir pour ou contre cette nouvelle structure d'aide, qui prévoit la donation tous les mois de 2 000 euros par habitant à la place de toute autre forme d'allocations.

Atlantico: Les Suisses envisagent de proposer au référendum un système d’allocation universelle. Les citoyens suisses auraient ainsi droit à un revenu unique de 2 000 euros chaque mois qui remplacerait les aides solidaires. Comment un tel système peut-il fonctionner ?

Vincent Touzé: Le projet de loi s’ouvre à tous résidents suisses, cela va donc même au-delà de la citoyenneté. L’idée est d’introduire dans la Constitution fédérale un revenu de base inconditionnel, tandis que la loi réglerait le financement et le montant du revenu. Le referendum ne détermine pas encore le montant. Cela pose donc plusieurs questions : puisque c’est inconditionnel, le revenu serait-il versé quel que soit l’âge ou la profession ? Le montant est sujet à questionnement: 2 000 euros par mois, cela semble énorme, voire utopiste. Bien sûr l’économie suisse se porte très bien : le chômage est inférieur à 3%, le PIB par habitant est de 60.000 euros par habitant, la croissance pour 2014 est estimée à 2.1%. Par comparaison, la France n’a un PIB par habitant que de 30.000 euros. Néanmoins, le pouvoir d’achat est plus faible en Suisse. La question reste maintenant le financement d’un tel projet : si c’est 2 000 euros par mois, soit 24 000 euros par an, on est autour de 40% du PIB. Pour financer cela, il faudra faire un prélèvement de 40 % du PIB avec des impôts qui ne financent que cela. Par ailleurs, on vous donne certes 2 000 euros mais tout devient payant : assurance maladie, assurance chômage privée… Il résulte des inconvénients, dès lors que l’on fait appel à des systèmes privés, à l'instar de la hausse des frais.

En quoi ce système pourrait-il être avantageux ? Serait-il la meilleure façon de créer une société plus juste ?

L’avantage certain d’un tel système est bien sûr l’assurance de ne pas perdre d’aide en travaillant. Avec ce type d’aide, en bas de l’échelle des revenus, dès lors que vous travaillez, comme vous ne perdez pas en prestation, cela peut avoir un effet non pénalisant sur l’activité.  Prenez par exemple les débats qu’il y a eu en France sur le RMI,. Quelqu’un qui est au RMI et qui accepte de travailler à mi-temps au SMIC, va perdre son RMI. La prestation étant conditionnelle, cela posait problème. Dans les années 1990, le grand débat avait lieu à propos de la courbe en U des taux marginaux d’imposition. Par exemple, si vous gagniez un demi-SMIC à 500 euros, alors que vous aviez 500 euros d’allocations, en acceptant ce travail, votre revenu ne changeait pas. Ceci limitait logiquement la reprise de l'activité.  Nous avons donc privilégié en France le système RSA. Par ailleurs, avec l’allocation universelle, le coût d’administration est nul, nous n’avons pas besoin de vérifier le revenu des gens c’est beaucoup plus simple. Avec le RSA par exemple, il faut un minimum de surveillance, car celui-ci finit par disparaître, à partir de 1200 euros. Le revenu RSA activité a permis de redonner de l’efficacité sans le coût de l’allocation universelle. Enfin, il garantit un revenu à tous indépendant de la productivité de chacun. Il y a un effet distributif évident, notamment pour les plus pauvres. On assiste donc à une baisse certaine de la pauvreté, mais cela s’accompagne de certaines critiques. Avec un très bon revenu, sans travailler, n’y aurait-il pas un problème d’efficacité du système ? Les individus seraient surement tentés de ne pas travailler ou de travailler dans un milieu qu’ils aiment sans que cela ne profite à l’économie suisse. Il y a un aspect très libéral très critiquée ici.

Le principe d’allocation universelle ou de revenu de base est un modèle étudié depuis plusieurs années par les économistes, notamment en Europe. Y-a-t-il déjà eu des expérimentations de ce type de modèle dans certains pays, ou bien la Suisse est-elle un échantillon test ? Si oui, le succès a-t-il été effectif?

En Europe, des études ont été faites, mais le coût est trop important. Dans l’idée de redonner de la valeur au travail, il y a eu la prime à l’emploi. L’idée, puisque les prestations universelles sont compliquées, c'est de rester sur des prestations conditionnelles avec un lien entre rémunérations au travail et récompense. Il existe quelques exemples de ce genre d’allocations universelles dans les pays pétroliers. En Arabie -Saoudite par exemple, certains services publics, comme les hôpitaux, sont complètement gratuits.  Mais je ne connais pas de pays ayant appliqué l’allocation universelle à la mesure de ce qui proposé par le referendum suisse.

Pouvons-nous imaginer qu’un tel système puisse être implanté en France ?

Finalement, et bien qu’il y ait encore débat sur l’efficacité du RSA, ce dernier semble être un système tout aussi avantageux et juste que l’allocation universelle. Le RSA concerne les populations à bas revenus; il n’est pas trop couteux et est surement plus efficace. Le RSA est fixé à 492,90 euros, aux se rajoutent  le droit aux allocations logement, l’assistance médicale gratuite, sachant que les Français dépensent en moyenne 280 euros par habitants en dépense de santé. Les avantages sont assez significatifs et peuvent concurrencer ceux de l’allocation universelle. Mais nous parlons en ne considérant qu’un seul individu isolé. La donne change dès lors que l'on considère des conjoints et des foyers.

Propos recueillis par Clémence Guinard

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La pipe plus dangereuse que le cigare

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Aldorande
- 17/11/2013 - 20:40
Le revenu de base est juste et efficace
L'article fait une présentation caricaturale du revenu de base (RDB). Je peux affirmer qu'il est possible de mettre en oeuvre un (RDB) de 500€ mensuel universel ( à tous), inconditionnel ( quoi qu'il arrive), sans toucher au socle des assurances collectives notamment la santé et la retraite ni même dégrader la situation des entreprises. Ce (RDB) viendrait se substituer au RSA, à la PPE et aux allocations familiales ( choc de simplification) mais cela est de bon sens et serait appuyé par une réforme des barèmes de l'impôt raisonnée cad conciliant efficacité et justice. Le monopole de l'emploi salarié ( temps plein 43 ans d'affilé) pour avoir droit à une vie materielle ( revenu) et morale ( estime de soi) digne n'est plus de notre temps. Le ( RDB) n'est pas l'égalitarisme mais une couche d'égalité et de sécurité pour tous à partir de laquelle les individus accumulent des revenus d'activité salariée différents, se différencient.
Après 40 ans, continuer à exposer la population et notamment les jeunes à l'insécurité sociale par le chômage de masse est un drame. Faire exister ( positivement) les individus dans et hors l'emploi est une nécessité. C'est ce à quoi s'attache le RDB.
Ganesha
- 17/11/2013 - 00:57
Jean-Jacques Rousseau
Il faut bien sûr se méfier des ''attrape-nigauds'' : une réforme aussi importante ne pourrait être mise en place et son installation surveillée que par une Assemblée Constituante.
Et il faudrait que cela fasse partie d'un grand mouvement populaire de destruction du Capitalisme !
Cette Révolution mondiale pourrait-elle démarrer en Suisse ?
Vous êtes la patrie de Jean-Jacques Rousseau...
trapanel
- 16/11/2013 - 19:28
Ce que les commentateurs n'ont pas l'air de comprendre....
c'est que cela remplace toutes les aides existantes...il n'y a plus rien..Plus de sécu, plus d'allocs, plus de chômage, plus de contrats aidés,plus d'aides aux entreprises. plus de retraite....rien de rien.
Tout est payant. par contre, c'est, aussi, financé par une totale absence de fonctionnaires pour gérer tout ça. Au bas mot 2 à 3 millions de moins...Je signale à tous les français qu'un ancien futur candidat à la présidence de 2007, Mr de Villepin avait proposé cette formule mais avec 700 euros comme solde de tout compte...Il avait calculé, je crois, que toutes les aides distribuées mensuellement aux ménages et aux entreprises en France, coutaient plus de 1000 euros par mois, par français.
Avec 2000 francs en Suisse, nous avons approximativement le même rapport que 700 euros en France.( par exemple, nos meilleurs amis, français, mais habitant la Suisse depuis 40 ans, payent 2400 francs pour un T4 1/2 en banlieue de Genève) Et si les Suisses le proposent , c'est qu'ils ont dû étudier tous les avantages et les inconvénients avant de proposer cette solution.