En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 1 min 14 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 13 min 22 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 46 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 2 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 22 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 3 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 11 min 54 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 43 min 57 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 51 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 43 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 27 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 19 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 40 min
"Parler plusieurs langues offre la possibilité de diversifier ses sentiments d’appartenance."
"Parler plusieurs langues offre la possibilité de diversifier ses sentiments d’appartenance."
You talkin’ to me ?

Pourquoi on change de personnalité en changeant de langue

Publié le 15 novembre 2013
Anglais, espagnol, allemand, français... Les langues parlées par les polyglottes influencent directement leur personnalité.
Christiane Perregaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christiane Perregaux est  professeure honoraire à l'Université de Genève (christiane.perregaux@unige.ch). "J’ai vécu pendant plusieurs années en milieu maghrébin à Marseille pour ensuite enseigner à Genève dans des classes d’école maternelle...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anglais, espagnol, allemand, français... Les langues parlées par les polyglottes influencent directement leur personnalité.

Atlantitco : Benjamin Lee Whorf, un linguiste américain décédé en 1941, a estimé que chaque langue encode une vision du monde qui influence radicalement ses locuteurs. Le fait de parler une, deux ou trois langue influerait donc sur nos personnalités. Cette donnée se vérifie-t-elle ? Parler plusieurs langues influence-t-il nos caractères ? Les différents types de structure de langues ont-ils un effet direct sur notre personnalité ou ces changements sont-ils seulement liés aux différentes cultures?

Christiane Perregaux : Dans l’hypothèse du relativisme linguistique de Whorf se trouve en effet le problème complexe de la constitution des langues entre transcendance et activité humaine. Les situations de migration que nous vivons actuellement ont transformé en terre d’immigration des Etats nations qui avaient décréter la trilogie peuple-état-nation comme une interdépendance naturelle dans laquelle la langue représentait la spécificité nationale. Or, actuellement, les liens entre langues et appartenances nationales et/ou culturelles se relâchent, se pluralisent et sont dit désacouplées [1].

En revanche, dans la réappropriation d’une pureté identitaire qui irait de concert avec une pureté de langues obsolète, d’autres pays du monde sont à la recherche d’un nouveau nationalisme où la langue ne pourrait être qu’unique et pure. Ce qui tient du fantasme ou de l’idéologie, sachant que la circulation des humains et de leurs biens développent les langues notamment par les emprunts qui proviennent d’autres langues (voir tomate et chocolat du nahuatl par l’espagnol – hasard et alcool de l’arabe, etc.) et donc que la pureté n’est qu’un leurre mais utilisée à des fins de pouvoir et d’exclusion. Si la ou les langues premières résonnent particulièrement dans l’affectif de chacun, cela ne veut pas dire qu’elle(s) n’en accepte(nt) pas d’autres qui vont diversifier les contacts humains des locuteurs et locutrices qui les parlent. Leurs expériences culturelles et identitaires vont s’élargir et s’hybrider mais les tensions ne sont pas absentes de ces changements. Parler plusieurs langues offre cette chance de pouvoir élargir ses relations sociales, connaître et s’approprier plusieurs spécificités culturelles qui changent au cours du temps et diversifier ses sentiments d’appartenance.

[1] Baier, L. (1997). A la croisée des langues : du métissage culturel d’Est en Ouest. Arles : Actes Sud.

Sommes-nous toujours plus influencés par notre langue maternelle ou pouvons-nous développer une identité plus proche d’une seconde langue et culture ?

La plupart des personnes ont un lien affectif particulier avec leur(s) langue(s) première(s) que l’on appelle souvent langue maternelle, bien que ça ne soit pas toujours la langue de la mère et qu’elle puisse être plurielle. La connaissance d’autres langues et d’autres contextes culturels ne met pas en danger la ou les langue(s) première(s) mais elle lui/leur donne un autre statut puisque c’est dans cette/ces langue(s) que chacun d’entre nous à appris à parler ; ce que nous ne faisons qu’une fois. Notre identité est également plurielle dans la mesure où elle est formée de différentes composantes qui vont s’élaborer et se modifier tout au cours de la vie. Il ne s’agit donc pas ici de penser à des états statiques et essentialistes mais à des déconstructions et reconstructions identitaires, culturelles langagières dynamiques.

Quels autres avantages les bilingues ou multilingues développent-ils grâce à leur capacité langagière ?

Les bilingues développent, selon les recherches canadiennes commencées depuis les années 1960, des compétences cognitives et sociales plus précoces que les bilingues. En effet, le bilinguisme développe une flexibilité mentale et une faculté de raisonnement favorisant la construction de concepts [2], une attention particulière à la langue et aux langues menant à des comparaisons et à des habiletés métalinguistiques (réflexion sur la langue).

Socialement, les personnes bilingues et plurilingues sont plus aptes à entrer en communication avec des personnes parlant d’autres langues et leur inhibition pour discuter dans une langue étrangère est beaucoup plus faible que chez les monolingues. Dans une recherche que j’ai menée dans les années 1990 sur l’apprentissage de la lecture par des enfants monolingues et bilingues de milieux socio-économiques modestes et favorisés, les résultats ont montré que les élèves bilingues de milieu favorisé étaient les meilleurs suivi des élèves monolingues de même milieu social, puis des élèves bilingues de milieux modestes et enfin des élèves monolingues de même milieu [3]. On voit donc ici le rôle du bilinguisme au niveau cognitif.

[2] Lüdi, G. & Py., B. (2001). Rtre bilingue.Berne, Lang..

[3] Perregaux, C. (1994). Les enfants à deux voix : des effets du bilinguisme sur l’apprentissage de la lecture. Berne : Lang.

A contrario, être multilingue peut-il avoir des répercussions négatives sur les individus, notamment dans la complète maîtrise de la langue ?

La mauvaise réputation du bilinguisme a disparu depuis près de 50 ans et les discussions sur la confusion mentale et identitaire que l’on pouvait attribuer aux bilingues à cette époque ainsi que la peur d’une mauvaise connaissance des langues parlées par les locuteurs bilingues ont laissé la place à de nouvelles recherches optimistes. Cependant, chez les bilingues dont la langue maternelle (ou première) est dévalorisée dans le contexte où ils vivent (voir la situation de nombreux migrants ou requérants d’asile), l’apprentissage de la langue seconde aura plus de difficulté à se développer pour des questions de non reconnaissance (de déni de la personne à travers la mauvaise représentation de leur(s) langue(s) première(s) qu’ils ressentent chez les autres). Chez les enfants, la loyauté familiale peut être un obstacle. C’est une question très présente dans les écoles où l’on cherche à développer des projets qui soutiennent les apprentissages en reconnaissant les langues familiales des élèves . Enfin, pour apprendre une, deux ou plusieurs langues, il est indispensable de les pratiquer dans des contextes variés. Le manque de pratique ou une pratique restreinte à certaines situations de vie (vie familiale, vie professionnelle presque exclusivement) peut être un obstacle à leur développement.

Pouvons- nous tous devenirs bilingues ou cette capacité à manier parfaitement une langue ou une autre est strictement réservée aux individus évoluant dans des milieux multilingues ?

Le bilinguisme est à la portée de chacun en fonction des besoins qu’il peut avoir. Aujourd’hui d’ailleurs, il y a plus de personnes bilingues que monolingues sur notre planète. La question qui se pose est de savoir ce que veut dire être bilingue.

Trop souvent, on croit qu’être bilingue, c’est connaître deux langues comme deux natifs, or de la même manière que nous n’avons jamais une connaissance achevée de notre langue première, il est rare d’en connaître deux ou plusieurs de façon identique. Selon les domaines, nous connaîtrons ou non les termes qui conviennent dans une langue ou une autre. Chacun, dans sa langue première est-il aussi à l’aise avec la théorie des particules qu’avec la diététique? Il en est de même avec le bilinguisme et le multilinguisme. On peut connaître une langue à l’oral et à l’écrit, en compréhension et en production et une autre en compréhension orale et écrite, la production étant moins employée. Une des langues sera plus développée dans la vie professionnelle alors que dans l’autre, les recettes de cuisine seront plus familières. A cet égard, le répertoire verbal de Gumperz (1989) [4] nous aide à prendre conscience des langues que nous connaissons ou qui ont traversé notre vie à certains moments. Il rassemble sur un continuum de vie toutes les langues avec lesquelles nous avons été en contact et que nous avons plus ou moins utilisées à certains moments de notre vie. Il se construit de toutes ces expériences langagières.

Le bilinguisme n’est bien sûr pas réservé aux personnes vivant dans des contextes plurilingues mais ces derniers favorisent l’apprentissage des langues par les interactions qu’ils proposent. On pourrait parler d’un bilinguisme d’usage (qui n’a rien à voir avec un bilinguisme fantasmé "dit parfait") qui va se développer dans la mesure des besoins sociaux des locuteurs et locutrices.

[4]  Gumperz.,J.(1989) Engager la conversation. Introduction à la sociolinguistique interactionnelle. Paris : Minuit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
trapanel
- 16/11/2013 - 18:29
Le bilinguisme ( où plus) est un bienfait...
pour l'ouverture d'esprit. Avec ma femme, nous avons un fils qui fut guide, parle depuis pas mal d'années 5 langues étrangères et il y a dix ans maintenant , à saint peterbourg, rencontre une russe avec laquelle il parle en anglais. Il apprend également le russe,Elle apprend le français.Une fille nait et pendant 2 ans elle ne parle pratiquement pas. Un beau jour elle commence à parler en français, puis en anglais,( le couple continue à se parler en anglais également) en plus du russe bien sûr, presque parfaitement mais comme on peut parler une langue à deux ans .Nous avons essayé de suivre en apprenant suffisamment de russe.
Quand vous vivez avec des étrangers et que vous parlez (où au moins comprenez ce qu'on vous dit), vous n'avez la même vision de leur société, de leurs coutumes, leurs moeurs...Après avoir habité plusieurs pays,nous sommes maintenant à la retraite et nous vivons en Espagne, et après 18 mois, nous parlons avec nos voisins espagnols, devenus des amis,(car ils ont fait l'effort de parler lentement ) nous a permis vraiment de mieux comprendre leur vie.
Et cela a énormément modifié notre vision du monde, théorie vérifiée cher monsieur Benjamin Whorf.
Le gorille
- 16/11/2013 - 05:14
A prendre avec
Naître dans un bilinguisme de société (pas familial) peut ( générer un déficit d'expression : tout est mélangé, imprécis, et l'accent ou la prononciation peuvent rendre le discours incompréhensible.
Une semaine en hôpital avec un jeune breton qui parlait français : je n'y pigeais que couic et malgré ses efforts démentiels, le pauvre.
pour d'autres, après des années de pratique, il est nécessaire de corriger... souvent, ne serait-ce que pour être bien sûr de se comprendre.
En cas de plusieurs dialectes de naissance, dont le français : cela donne un patois fort pittoresque, mais les incompréhensions sont aussi dramatiques, jusqu'à l'écrit, qui peut être même inexistant (confirmé par la mesure du taux d'illettrisme aux JAPD) ...
Non : je crains que les affirmations de cette dame ne soient à prendre qu'avec de multiples précautions.
lsga
- 15/11/2013 - 15:53
C'est ainsi qu'en abandonnant les langues régionales
pour adhérer au parisien mondialisé, les habitants de la France ont perdu leur personnalité en plus de perdre leurs cultures et leurs traditions.