En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 min 14 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 30 min 22 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 2 heures 3 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 19 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 39 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 20 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 28 min 54 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 1 heure 57 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 8 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 3 heures 45 sec
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 44 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 36 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 57 min
© Reuters
© Reuters
Accès à la propriété

Et vos parents sont propriétaires ? Pourquoi l'immobilier reste un marqueur social si puissant en France

Publié le 11 novembre 2013
Malgré des prix mirobolants, l'acquisition d'un bien immobilier reste un rêve largement convoité par les Français.
Fanny Bugeja-Bloch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fanny Bugeja-Bloch est sociologue, spécialiste du logement et de la sociologie urbaine. Elle est maître de conférences à l'Université Paris Ouest Nanterre. Elle est l'auteur de Logement, la spirale des inégalités (PUF, septembre 2013).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré des prix mirobolants, l'acquisition d'un bien immobilier reste un rêve largement convoité par les Français.

Atlantico : Le prix des biens immobiliers est en nette augmentation, ainsi que le précise la dernière étude du groupe Empruntis. En 2013, l’acquisition d’un bien immobilier coute 220.387 euros en France, soit une hausse de 10.000 euros par rapport à 2012. Pourtant, l’accession à la propriété continue d’être un leitmotiv pour beaucoup de Français. Pourquoi cela reste un marqueur social si puissant en France ? Est-ce un fait durable ?

Fanny Bugeja-Bloch : Rapportés aux revenus disponibles, les loyers n’ont que peu évolué alors que les prix immobiliers ont presque doublé depuis les années 1980. Mais d’où vient alors cet engouement pour la propriété ? Ce n’est en fait que depuis le début des années 1990 que la location est devenue un secteur spécialisé dans l’accueil des foyers modestes. Avant cette date, toutes les catégories de revenus étaient locataires dans le secteur privé dans des proportions comparables.

D’un côté, la location privée s’est paupérisée, de l’autre, la propriété à crédit apparaît plus socialement réservée. Dit autrement, la location est devenue un statut « subi » plutôt que « choisi ». Pourquoi ? Une raison possible à cette polarisation des deux secteurs est sans doute la politique de promotion de la propriété qui s’est développée dans les années 1980 et qui ne s’est accompagnée, dans le même temps, d’alternatives réfléchies sur la gestion collective de la location.

Peut-on voir dans le désir d’accession à la propriété une durabilité du besoin de rattachement à la terre ? Y a-t-il une raison purement historique et traditionnelle à cette particularité française ?

Au Moyen Age, avec la paysannerie, lieu d’habitation et lieu de travail ne formaient qu’un. Par conséquent, la propriété était le statut le plus répandu. Avec la montée du salariat et de l’urbanisation, la propriété, qui était jusqu’alors associée à l’exploitation ou au travail, a régressé, et on a pu observer parallèlement un développement rapide du statut de locataire. A moins de remonter très loin dans le temps, la préférence actuelle pour la propriété n’a donc rien d’évident.

Toutefois, la politique de logement française développée dans les années 1980 s’inscrit bien dans une logique patrimoniale qui valorise la possession d’une maison individuelle. On véhicule une image rassurante de la propriété, elle assure à terme non seulement un toit, une résidence pour laquelle les crédits auront été remboursés, présentant ainsi des charges en moins au moment de la retraite, mais encore un patrimoine transmissible, un héritage à léguer ses enfants.

La propriété est-elle l’illustration de la réussite sociale ? Qui peut y prétendre aujourd’hui ?

En 2005, plus de 80% des 25% foyers les plus riches étaient propriétaires, comparés à 40% parmi le quart de la population la plus pauvre. De même, 77% des cadres étaient propriétaires pour seulement 47% des employés. On peut donc affirmer sans ambiguïté que la propriété est un indicateur de réussite sociale et constitue par conséquent un marqueur social fort. De surcroît, ce marquage s’est nettement renforcé puisque ce statut était porté en 1985 par moins de 65% des plus favorisés et par à peine plus de la moitié du quart le plus pauvre.

Alors que l’acquisition à la propriété peut être vécue comme un gouffre financier pour certains ménages, pourquoi les Français répugnent à vivre en tant que locataire ? Le désir d’accession à la propriété est-il révélateur d’une diabolisation du statut de locataire, pour quelles raisons ?

Sans résulter d’une diabolisation du statut de locataire, il est clair que ses atouts sont faibles et peu valorisés en comparaison de ceux de la propriété. Bien que la location offre davantage de mobilités (spatiales et professionnelles) que la propriété, et donc une certaine forme de liberté, elle pèse aujourd’hui trop lourd dans les budgets des ménages sans contreparties à long terme. Pour disposer d’une pièce d’habitation par personne, en 2005 le quart des ménages les plus pauvres amputait effectivement plus de 15% de leur budget comparé à moins de 8% chez les plus aisés. A ce constat, ajoutons que ces charges ont doublé en 20 ans dans le bas de la hiérarchie (8,5% en 1985), en évoluant ainsi de manière comparable chez les locataires (en passant de 9% à 15% dans le même temps). A l’inverse, elles ont diminué dans la partie haute et à peine augmenté pour les propriétaires ayant un crédit en cours. Tant que la location sera plus couteuse au quotidien que la propriété à crédit, sans offrir en échange la sécurité et la transmission propre à la possession de la résidence principale, elle se présentera comme un second choix.

Les classes moyennes ou populaires tout comme les jeunes, faute de revenus assez conséquents, sont exclues de l’accès de la propriété. Quelles peuvent être les conséquences de ce blocage ? L’entrave à l’accession à la propriété peut-elle être un déterminant de l’exclusion sociale ?

Dès lors que l’on entre dans un processus de paupérisation de la location et de gentrification de la propriété, la spirale des inégalités est enclenchée. Sans intervention publique, la propriété attirera alors toujours plus ceux qui en ont les moyens (les classes supérieures, les hauts revenus, les héritiers, etc.) et/ou ceux ayant le profil permettant d’accéder au crédit (revenus moyens, ceux qui ont des emplois stables, les fonctionnaires, etc.), les autres se trouveront ainsi, pour la plupart d’entre eux, comme relégués dans le parc locatif. La position sur le marché du logement entretient donc la ségrégation à l’œuvre. Mais la principale conséquence pour les locataires renvoie plus gravement à la pression budgétaire croissante que représente le logement sur leurs autres dépenses. Premières victimes du renchérissement du logement, ils se trouvent contraints à limiter leurs dépenses de loisirs (sports, sorties et pratiques culturelles, restauration, vacances, etc.) et ajustent donc leurs modes de vie à la baisse. De ce point de vue, les locataires se trouvent aujourd’hui, plus qu’hier, exclus de certaines pratiques sociales et culturelles.

Comment peut-on imaginer résoudre le problème de l’accession à la propriété ?

Je ne pense pas qu’il faille résoudre le problème de l’accession à la propriété en la diffusant aux franges modestes de la population mais bien davantage en valorisant la location ou en rééquilibrant les atouts des deux statuts. Concrètement, pour rendre la location attractive, il est nécessaire que le coût quotidien qu’elle implique pour les locataires soit plus bas, sinon équivalent, que celui supporté par les propriétaires. L’encadrement des loyers, mesure phare du projet de loi sur l’Accès au Logement et à un Urbanisme Rénové (ALUR), présente de ce point de vue une certaine avancée. Le rééquilibrage peut également être envisagé en rendant moins attractif le statut de propriétaire. Perçue comme injuste par les propriétaires, la taxe sur les loyers fictifs envisagée par François Hollande, visant les propriétaires dégagés de leurs crédits d’achat, s’inscrit néanmoins dans cette perspective de réduction des inégalités de logement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ilmryn
- 11/11/2013 - 19:29
Damnés interventionnistes !
Dans l'accession à la propriété l'état se sert à tous les niveaux grassement et sert aussi toutes les corporations associées comme les notaires. Il fait aussi de la location un jeux dangereux fiscalement et pénalement pour les propriétaires ce qui renchéri et ferme le marché de la location.
.
Le marché du travail aussi a été verrouillé pour les jeunes à cause de la régulation et de la fiscalité, pour eux, c'est la double peine.
.
Dire qu'il faille que la force publique "intervienne" c'est vraiment se moquer du monde.
ignace
- 11/11/2013 - 17:57
article interessant mais provocateur (derniéres lignes)
Votre article est une analyse sociologique, mais sachez qu'une bonne partie des forumeers n'est pas présente pour parler ou commenter l'article, mais pour "fieler"..du style :
il faut savoir que tout ce que l'on paye aux impôts 40% est donné pour les affaires sociales.
c'est quoi les affaires sociales: RSA, CMU, A.M.E, ALLOCATIONS EN TOUS GENRES.
la classe moyenne qui fait des efforts pour avoir sa propriété ne va pas se faire tondre plus.
Là, il y en a marre de payer pour la fange du tiers et quart monde.
coletteb
- 11/11/2013 - 16:58
A mort les hommes politiques
On ne se saigne pas pour finir par payer un loyer quand on a payé notre propriété pendant 25 ans de sa vie en faisant des sacrifices.
le choix ont l'a fait sans voler personnes et sans aides sociale.
ON A JUSTE PAYER POUR LES AUTRES !
l'état français, finit par me dégoûter...
ils vont finir par provoquer une révolution en France car ils ne sont pas capables de la gérer.
ils gèrent en donnant de plus en plus dans le social.
il faut savoir que tout ce que l'on paye aux impôts 40% est donné pour les affaires sociales.
c'est quoi les affaires sociales: RSA, CMU, A.M.E, ALLOCATIONS EN TOUS GENRES.
la classe moyenne qui fait des efforts pour avoir sa propriété ne va pas se faire tondre plus.
Là, il y en a marre de payer pour la fange du tiers et quart monde.
On va finir par virer tous ces politiques qui se prennent pour des rois qu'ils ne sont pas et ne seront jamais.
ils sont les rois des fous, mais pas nos aristocrates.
ils ne leur arrivent même pas à la cheville.
CAR EUX ILS N'ONT AUCUNE CLASSE !
LEUR CLASSE, C'EST L' AVIDITÉ DE POUVOIR ET D'ARGENT.
VOUS ÊTES DES ÊTRES NUISIBLES AUX FRANÇAIS !