En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 3 heures 49 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 5 heures 44 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 6 heures 55 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 8 heures 46 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 10 heures 10 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 11 heures 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 4 heures 3 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 5 heures 13 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 6 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 7 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 13 heures 38 min
© wikipedia.org
HLM de Chavanoz Moulin-Villette.
© wikipedia.org
HLM de Chavanoz Moulin-Villette.
Bonnes feuilles

Face à la diversification ethnique, comment vivent les "petits Blancs" des quartiers pauvres de la République ?

Publié le 04 novembre 2013
Aymeric Patricot a enquêté sur une figure encore méconnue du paysage culturel français : "le petit Blanc", c'est-à-dire un Français blanc et pauvre, qui se perçoit comme tel ou que l'on désigne ainsi. Le problème est qu'il reste considéré, dans un contexte de métissage, comme un privilégié, en dépit des situations humiliantes qu'il peut vivre au quotidien. Depuis des décennies, les Américains ont fait une place à ce groupe très particulier sous le nom de "White Trash". Assiste-t-on à l'émergence d'un équivalent français ? Extrait de "Les Petits Blancs" (2/2).
Aymeric Patricot, diplômé d’HEC et de l’EHESS, agrégé de lettres, est professeur dans la banlieue parisienne. Il est l’auteur de quatre romans, Azima la rouge, Suicide Girls, L’Homme qui frappait les femmes et J’ai entraîné mon peuple dans cette...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aymeric Patricot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aymeric Patricot, diplômé d’HEC et de l’EHESS, agrégé de lettres, est professeur dans la banlieue parisienne. Il est l’auteur de quatre romans, Azima la rouge, Suicide Girls, L’Homme qui frappait les femmes et J’ai entraîné mon peuple dans cette...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aymeric Patricot a enquêté sur une figure encore méconnue du paysage culturel français : "le petit Blanc", c'est-à-dire un Français blanc et pauvre, qui se perçoit comme tel ou que l'on désigne ainsi. Le problème est qu'il reste considéré, dans un contexte de métissage, comme un privilégié, en dépit des situations humiliantes qu'il peut vivre au quotidien. Depuis des décennies, les Américains ont fait une place à ce groupe très particulier sous le nom de "White Trash". Assiste-t-on à l'émergence d'un équivalent français ? Extrait de "Les Petits Blancs" (2/2).

Fabrice a repris l’exploitation de ses parents dans le pays de Caux, sur le plateau calcaire haut-normand. Il aime son activité – culture de lin, betterave et colza – malgré la charge de travail et des revenus incertains. Mais il me dit souffrir de l’image qu’ont les agriculteurs. Il raconte son angoisse lorsqu’il monte en ville. « C’est surtout dans ma tête. Quand je vais au Havre, je me fais l’impression d’être un bouseux. Je fais l’effort de mettre un jean propre et des chaussures correctes. Si je me laissais aller, je resterais en salopette mais ça n’est possible que dans les villages et les petites villes comme Étretat. Les touristes y sont nombreux mais les commerçants nous connaissent. Je vais souvent prendre un apéritif dans un bistrot du coin, comme à Octeville les jours de marché. Ce sont des endroits chaleureux, nous nous y retrouvons entre exploitants. J’ai senti parfois l’amusement de Havrais qui s’arrêtaient là de retour du marché et qui nous jetaient des regards curieux. Pour eux, nous devons représenter des gens d’autres mœurs, des gens qui n’existeront bientôt plus. Bien sûr, on a notre accent, nos expressions. Mais j’ai du plaisir à les entretenir. Et puis je ne vais pas me mettre en costume pour aller au bistrot !

« Je n’ai pas honte de moi-même au travail ou dans ma campagne, mais en ville, oui. Je me demande toujours ce qu’on pense de moi. Chez le banquier, ça va. Chez le coiffeur aussi. Dans les bistrots, pas de problème. Ça me prend dans les rues piétonnes où il n’y a jamais grand monde et où je me sens scruté. Je me dis que ma démarche est remarquée, qu’un petit quelque chose révèle que je ne suis pas de la ville. Je me répète que chacun a sa particularité, mais je continue de guetter les sourires.

« Le pire, c’est dans la ville haute, celle des HLM. Je n’y suis allé que deux ou trois fois mais ça m’a suffi pour me dire que ce n’était pas mon monde. Ce qui est bizarre, c’est qu’au fond je ne suis pas plus riche qu’eux. Mais ils doivent m’associer à la ville basse, celle du plein emploi et des gens qui s’en sortent. Ou quelque chose du genre. Je ne sais rien d’eux, sinon que ces gens-là étaient ouvriers quand il y avait du travail. Je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer qui que ce soit là-bas, mais je m’y sens oppressé. La pauvreté doit y tendre les rapports et je pense que la méfiance, la colère doivent compliquer les choses. J’ai une certaine indifférence pour ces populations-là, je pense qu’eux-mêmes ne se sentent pas sur un pied d’égalité avec moi. Il doit y avoir de l’hostilité pour les gens comme moi. Quoiqu’après tout, je n’en suis pas sûr… Si je me reconnais dans l’expression petit Blanc ? Je n’avais jamais réfléchi à ce mot-là. Mais peut-être, oui, suis-je un petit Blanc quand je vais au Havre, ville haute comme ville basse. »

Extrait de "Les petits blancs : Un voyage dans la France d'en bas", Aymeric Patricot (Editions Plein Jour), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici. Aymeric Patricot tient aussi un blog.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 04/11/2013 - 23:34
C'est étonnant cet article misérabiliste sur le "campagnard".
Je ne sais pas si tout le bouquin est comme ça, mais il est à coté de la plaque.
Le "petit blanc" à plaindre, est celui qui est resté immergé au milieu de la "diversité ethnique" des cités, ne pouvant en partir, faute d'en avoir les moyens. C'est lui qui est le plus à plaindre.
Concernant le "campagnard", quand il dit :
"c’est qu’au fond je ne suis pas plus riche qu’eux", il a tout faux.
En fait il est beaucoup plus riche qu'eux (pas nécessairement en argent), sauf qu'il n'en a pas conscience.
dormezbonnesgens
- 04/11/2013 - 22:47
Pas représentatif 2
L"exemple n'est donc pas représentatif. Pour moi, le petit blanc c'est déjà une appelation donnée par des jeunes d'origine immigrée aux jeunes français de souche. En général, cette appelation a pour objet de démontrer une sorte de supériorité physique sur le petit blanc, vu comme plutôt androgyne, craintif, ne sachand pas se défendre même en groupe, proie revée pour un vol de portable, un dominé quoi, un homme qui ne l'est plus vraiment. Le côté fric ne vient qu'en second. Un bobo peut très bien être vu comme "un petit blanc". Le petit blanc d'un point de vue économique et social serait le blanc pauvre, ce qui n'est pas le point de vue des groupes ethniques qui est celui qui est dominé. C'est donc un point de vue venant des blancs eux mêmes qui abordent le problème dun point de vue ethnique. Le petit blanc est alors le pauvre blanc dans une france métissée, qui n'a personne pour le défendre, ni l'intelligentsia de gauche et son gouvernement, protégeant uniquement le pauvre d'origine immigré, tant d'un point de vue culturel qu'économique, ni un groupe solidaire puisque cette intelligentsia condamnerait aussitôt un groupe blanc de défense comme pourrait l'être les identitaires.
dormezbonnesgens
- 04/11/2013 - 22:32
Pas représentatif 1
Je n'arrive pas à trouver l'exemple très parlant sur les nouveaux problèmes posés par la société multiculturelle où le blanc pauvre est le plus délaissé. Ce que ressent cet homme, tous campagnards le ressentaient autrefois en bien plus accentué. Un malaise à la ville qui n'était pas son élément, l'impression d'être considéré comme un "péquenot", un "bouseux", un "cul terreux". Les différences vestimentaires étaient bien plus marquées que maintenant. Le pire était la différence etre le parisien tête de chien et le campagnard tête de lard, qui de son côté lui rendait bien son mépris. Déjà, dans Jean de Florette, on voit combien ls techniques d'un homme de la ville sont détruites par un paysa du cru. Différence aussi plus marquée autrefois dans la mode vestimentaire qui arrivait avec des années de retard, comme les mois pour les films au cinéma. Cette différence s'est amenuisée, les nouvelles techniques ont été enseignées dans les lycées agricoles, les vêtements sont les mêmes dans les chaines qu'on rencontre partout, les films sortent en même temps. La télé est partout, internet aussi.La voiture a permis de se bouger. Il persiste des différences mais moindres qu'autrefois.