En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 37 min 13 sec
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 13 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 10 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 3 heures 41 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 4 heures 26 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 4 heures 52 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 17 heures 46 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 1 heure 43 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 heures 14 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 2 heures 47 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 3 heures 29 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 4 heures 55 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 18 heures 17 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 20 heures 10 min
© Reuters
L'autorité de François Hollande est remise en cause.
© Reuters
L'autorité de François Hollande est remise en cause.
Rappel à l'ordre

Hollande recadre le gouvernement : mais puisqu'on vous dit que ce sera le dernier avertissement…

Publié le 03 octobre 2013
François Hollande a recadré ses ministres, qui ne pourront désormais plus s’exprimer dans les médias avant d’avoir obtenu l'autorisation de Matignon.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a recadré ses ministres, qui ne pourront désormais plus s’exprimer dans les médias avant d’avoir obtenu l'autorisation de Matignon.

"Je n’aime pas faire ce rappel …Ce sera la dernière fois". Et si cette fois, c’était vrai ? Si François Hollande, préoccupé par les sondages révélant son impopularité persistante, avait décidé que cela ne pouvait pas durer et que son gouvernement, plus précisément celui de Jean-Marc Ayrault, devait être repris en mains et tenu plus fermement ?

C’est en tous cas le message que l’Elysée veut faire passer après la polémique Duflot-Valls sur les Roms. Et tout indique qu’il veut s’en donner les moyens. Ainsi a-t-on appris, par une indiscrétion publiée dans Libération, que les ministres ne pourront plus s’exprimer dans les médias avant d’avoir obtenu l’autorisation de Matignon. Ultime serrage de boulon, au terme de deux jours de communication hautement scénarisée sur la  nécessaire solidarité gouvernementale.

C’est qu’aujourd’hui, la situation est aussi sérieuse qu’inédite : le chef de l’Etat a été interpelé publiquement par une ministre qui lui demandait de désavouer un de ses collègues dont les propos sur l’intégration des Roms dans la société française l’avait heurtée. Il y avait déjà de quoi choquer, mais l’incident s’est produit le jour où François Hollande retournait à Florange. Un moment important pour lui, une visite qui devait mettre un terme aux accusations de "trahison" portées par les ouvriers des aciéries, auxquels il avait promis pendant la campagne électorale que les hauts fourneaux ne fermeraient pas. Revenir sur place avec une série d’annonces pour la région était pour François Hollande la meilleure façon de montrer qu’il est un homme de parole. Les injonctions de Cécile Duflot ont tout gâché.

Le chef de l’Etat n’avait évidemment pas à répondre publiquement à ce type d’interpellation, tout à fait inédite et inadmissible sur le plan institutionnel. Mais elle a provoqué une situation cornélienne sur le plan politique, puisqu’il s’agissait d’arbitrer entre un ministre populaire, en l’occurrence Manuel Valls, et une ministre "complémentaire", Cécile Duflot, dont la participation au gouvernement symbolise la diversité de la majorité. Au delà de ce dilemme sur la politique à adopter vis-à-vis des Roms, la question de l’autorité de François Hollande a une fois de plus été soulevée, et par ricochet celle de la crédibilité de tout l’édifice gouvernemental. D’où la séquence hautement scénarisée autour du Conseil des Ministres, dont le huis clos apporte sa dose de mystère, et de l’Assemblée Nationale, où les questions d’actualité offrent une "caisse de résonance" idéale au gouvernement.

Après une première mise au point de Jean-Marc Ayrault déclarant, devant un Manuel Valls muselé pour l’occasion,  que les Roms peuvent "s’intégrer" dans la société, il y a eu le Conseil des ministres. On a rapporté avec force détails que tous ceux qui étaient assis autour de la table du Conseil en regardant fixement leur dossier ont senti passer le vent du boulet et auraient compris que cette fois, la menace était bien réelle, écoutant François Hollande "déplorer d’avoir à faire cette mise au point et  dire clairement ne pas vouloir le refaire à l’avenir", après avoir rappelé que "participer à un gouvernement n’efface pas les sensibilités, mais impose la stricte application des règles de solidarité, d’unité et de responsabilité". Ce qui veut dire, dans l’esprit de François Hollande, qu'il n’y aura pas de prochaine fois. Et, cerise sur le gâteau, le président de la République a demandé au Premier ministre de "veiller encore davantage au travail et à l’expression du gouvernement".

Avant de recadrer l’expression médiatique des membres du gouvernement, Jean-Marc Ayrault a relayé le propos présidentiel devant la représentation nationale. Et c’est en réponse à un député de l’opposition qui interpelait le ministre de l’Intérieur que Jean-Marc Ayrault a déclaré qu’"un gouvernement, c’est un ensemble de personnalités, mais ce n’est pas une addition d’individualités. C’est une équipe qui consacre l’essentiel de son temps et de son énergie au service du pays et rien d’autre", et rappelé "que le traitement des Roms devait se faire avec fermeté, humanité et dans le respect de la loi". Fermez le ban.

Sur le fond, la question des Roms est-elle tranchée au gouvernement ? Pas vraiment. Invités à choisir entre Valls et Duflot dans les sondages, c’est  le ministre de l’Intérieur qui a la faveur de l’opinion et François Hollande pencherait en faveur de la fermeté. Mais François Hollande peut-il se passer des Verts ? Il ne le souhaite pas ; c’est pourquoi Cécile Duflot  bénéficie d’une grande mansuétude, plus grande que son ex-collègue Delphine Batho, qui contestait le budget alloué à l’Ecologie mais ne pesait pas politiquement. Cécile Duflot est aussi et avant tout la dirigeante occulte d’Europe-Ecologie-les Verts, qui tient son congrès le mois prochain. Sa longévité gouvernementale n’est pas seulement suspendue à sa bonne conduite au gouvernement, mais également aux résultats du vote interne de son parti, qui traverse une crise profonde en ce moment. La promesse de maîtriser sa parole n’est donc pas gravée dans le marbre. Mais la main de François Hollande, elle, ne pourra plus trembler .

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 04/10/2013 - 14:02
Ah... Si l'UMP avait su gérer ses sensibilités politiques
Sarkozy, avec ses think tanks, aurait organisé soigneusement quelques Kuaks !
 
Un Kuak pour faire plaisir aux réactionnaires, un kuak pour faire plaisir au libéraux, un kuak pour faire plaisir aux gaullistes, un kuak pour faire plaisir aux centristes : Peut-être aurait-il fini par gagner l'élection ?
 
Mais non, chez Sarko2012, on a eu le droit qu'à des kuaks pour faire plaisir à l'extrême droite. On a vu le résultat.
 
Pendant ce temps, Hollande organise une communication de crise basée sur les cuacs, qui lui permet de s'assurer que chaque sensibilité politique de l'extrême gauche au centre droit ait un ministre bien aimé.
 

Daisy.A
- 04/10/2013 - 13:25
"le pigiste n'a pas recadré Hollande sur la photo"
Le petit gros ne fait pas le poids. C'est quand même un comble! LOL
Daisy.A
- 04/10/2013 - 04:47
"Ce sera la dernière fois"
Combien des fois il nous a servi la même soupe?

La France n'a plus de gouvernement, mais un Comité Central des representants de divers courants de gauche, à sa tête un ancien premier sécretaire par défaut du PS et président par erreur de casting de la Vème République, qui n'a jamais été ministre et n'a rien foutu de sa vie avant de profiter de déboires de Strauss-Kahn. La vrai dernière fois qui vaille se sera en Mai 2017, quand Le Rendouillet Ier sera éjecté du palais.