En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Mondial 2018 de foot : deux affaires de corruption présumées

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 46 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 24 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 19 heures 3 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 25 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 20 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 11 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 13 heures 8 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 16 heures 2 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 45 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 19 heures 15 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 20 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 20 heures 11 min
Politique numérique

Conseil national du numérique : dur dur de réguler Internet

Publié le 28 avril 2011
Initié par Nicolas Sarkozy pour assister la politique numérique du gouvernement, le Conseil national du numérique doit être lancé ce mercredi 27 avril. Mais avant même sa mise en place, celui-ci est déjà décrié...
Jean-Baptiste Soufron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien Secrétaire Général du Conseil National du Numérique et Directeur du Think Tank de Cap Digital, Jean-Baptiste Soufron est aujourd'hui avocat chez FWPA Avocats
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Initié par Nicolas Sarkozy pour assister la politique numérique du gouvernement, le Conseil national du numérique doit être lancé ce mercredi 27 avril. Mais avant même sa mise en place, celui-ci est déjà décrié...

En 2011, l’idée d’instituer un Conseil national du numérique sonne doucement surannée. Les esprits créatifs et libertaires de l’Internet sont bien peu enclins à accepter quelques conseils que ce soit. Et une révolution aussi transfrontière par nature que celle du numérique aura bien du mal à s’accommoder de la vocation nationale d’un tel organe. Mais c’est la tradition française qui s’exprime en faisant le plein de Conseils : Constitutionnel, d'État, d’Analyse Économique, de la Société, d’Orientation des Retraites… sans parler des différents comités et autres commissariats qui peuvent exister par ailleurs.

C’est donc notre façon républicaine de fonctionner, avec ses avantages et ses inconvénients, et que le “CNN” verra le jour ce mercredi 27 avril. Évoqué dans le plan numérique 2012 puis appuyé par Nicolas Sarkozy, il a fait l’objet d’un rapport de Pierre Kosciusko-Morizet remis en février dernier. Composé de différents acteurs d’Internet, il aura pour mission d’assister la politique numérique du gouvernement autour de toutes les questions qui concernent l’économie numérique. Il sera consulté en amont et en aval sur les projets de textes de lois, de décrets.

Pléthore de chefs d'entreprises

La liste des 18 membres actuellement pressentis pour composer le CNN a été dévoilée en fin de semaine dernière :

  • Gilles Babinet, entrepreneur et investisseur (CaptainDash, MXP4, Eyeka) fondateur de Musiwave.
    • Patrick Bertrand, Directeur Général de la CEGID, président de l’AFDEL.
    • Jean-Baptiste Descroix-Vernier, PDG-fondateur de Rentabiliweb.
    • Giuseppe De Martino, Directeur Juridique de Dailymotion.com, vice-président de l’ASIC.
    • Frank Esser, PDG de SFR, président de la Fédération Française des Télécoms.
    • Emmanuel Forest : Directeur Général Délégué de Bouygues Telecom.
    • Gabrielle Gauthey, Directrice des relations institutionnelles d’Alcatel-LucentAlcatel-Lucent
    • Pierre Louette, Directeur Exécutif d’Orange
    • Alexandre Malsch, fondateur de Melty.fr.
    • François Monboisse, Responsable du développement et des nouvelles technologies de Fnac.com, et président de la FEVAD.
    • Xavier Niel, fondateur de Free.
    • Marie-Laure Sauty de Chalons, PDG d’AuFéminin.com.
    • Jérôme Stioui, fondateur de Directinet.
    • Bruno Vanryb, PDG d’Avanquest Software, Président du Collège Éditeurs de logiciels du Syntec Numérique.
    • Nicolas Voisin, fondateur d’OWNI.

Une composition décriée

Sur le plan démocratique, dans son rapport sur le CNN remis fin-février, Pierre Kosciusko-Morizet préconisait que ses membres en soient élus. Les nominations pour le CNN seront officialisées ce mercredi, et le président devrait être désigné dans la foulée. Il suggérait également que l’on fasse une place aux utilisateurs (via par exemple une association de consommateurs). Sur ces points, si cette liste est définitive, il n'a pas été entendu.

In fine, c’est d’ailleurs cette liste de nominés qui a le plus fait jaser le landerneau des blogueurs. Christophe Ginisty, l’un des plus modérés, n’hésite pas à affirmer « qu’en faisant la part belle à des créateurs d'entreprise et des investisseurs, le pouvoir exécutif se prive de l'indépendance d'un collège qui rendrait ses avis sur le seul examen de l'intérêt général. » L’Informaticien parle de « fumisterie, » 01Net estime que la liste fait « grincer des dents. » Un faux site du Conseil a même été lancé sur un ton assez agressif en utilisant l’url http://www.conseil-national-du-numerique.com

Difficile de ne pas voir les conflits d’intérêts, mais ils sont inhérents à toute institution de ce genre, et ils ne sont pas suffisants pour priver le gouvernement de la possibilité de consulter les personnalités compétentes et représentatives d’un secteur. Mais pourquoi si peu de monde ? La composition actuelle du Conseil ne fait pas justice à la nature multiple de l’Internet. Étant donné l’importance du secteur pour l’ensemble de l’économie française, n’aurait-il pas été plus pertinent de sortir un peu du e-commerce et de composer un Conseil plus large incluant chercheurs, venture capitalistes, représentants de petites startups, etc. – voire des étrangers dont la présence aurait été un signal fort en faveur d’un Internet ouvert et international.

Une entité au pouvoir limité

En ce qui concerne la pertinence de la mission du Conseil par rapport aux autres instances existantes, plus d’une quinzaine de rapports depuis juin 1996 souhaitaient lui assigner la mission de fusionner les différentes instances du secteur au sein d’une seule entité.

Mais, hormis le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA), la plupart d’entre eux ont déjà disparu : « le Forum des droits sur l’internet a été dissous au cours du mois de décembre 2010 faute de financement suffisant ; le Conseil consultatif de l’internet, le Conseil supérieur de la télématique et le Comité de la télématique anonyme ont été dissous, le 9 juin 2009, en application de l’article 17 du décret du 8 juin 2006 ; le Conseil stratégique des technologies de l’information (CSTI) avait été créé par décret du 22 mars 2004 pour une durée de 3 ans ; le Comité de coordination des sciences et technologies de l'information et de la communication avait été créé par arrêté du 2 mai 2002 pour une durée de 2 ans ».

Et compte tenu de la composition et du mode de fonctionnement du Conseil, il est peu probable qu’il puisse imposer sa volonté aux différentes administrations et autorités indépendantes du secteur telles que l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), le CSA ou le CNC – sans compter les nouveaux venus tels que la HADOPI ou ETALAB.

In fine, ce n’est donc pas un conseil stratégique qui voit le jour. On peut saluer le fait que les membres de l’économie innovante se voient enfin offrir une petite place dans une instance officielle. Mais on reste loin d’une structure interdisciplinaire, pérenne et efficace

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
le Gône
- 27/04/2011 - 23:33
Bravo...ca c'est de la bonne franchouille...
Donc toute cette bande de gugus va se réunir pour parler (blablater) de la régulation d'un syteme d'echange "mondiale" est libre..eux les chtits franchouillard...Wouhaouuu alors là c'est la grosse marade..déjà rien que l'article est totalement inbitable..alors vous pensez bien que leur délires ca va "donner comme un vieux furoncle"..ahh c'est beau notre pays..pas prétentieux..juste "con"