En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 12 heures 59 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 14 heures 55 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 16 heures 6 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 17 heures 57 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 19 heures 20 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 20 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 21 heures 31 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 13 heures 13 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 23 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 15 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 16 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 18 heures 37 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 21 heures 18 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 22 heures 48 min
Un salarié de France Telecom s'est immolé par le feu ce mardi sur le parking du site...
Un salarié de France Telecom s'est immolé par le feu ce mardi sur le parking du site...
Drame social

Suicides à France Telecom : statistiques contre émotion

Publié le 27 avril 2011
Un salarié de France Telecom s'est immolé par le feu ce mardi sur le parking du site de son entreprise, à Mérignac, près de Bordeaux. La souffrance psychique qui existe au sein de cette société est indéniable, mais une analyse attentive du nombre de suicides au sein de France Telecom conduit à relativiser l'émotion suscitée par un tel drame.
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un salarié de France Telecom s'est immolé par le feu ce mardi sur le parking du site de son entreprise, à Mérignac, près de Bordeaux. La souffrance psychique qui existe au sein de cette société est indéniable, mais une analyse attentive du nombre de suicides au sein de France Telecom conduit à relativiser l'émotion suscitée par un tel drame.

Rien n’est plus périlleux qu’une mobilisation sans rigueur des données statistiques. Faute des savoirs théoriques et du recul nécessaires, on a vite fait de tomber dans le contresens. Avides de réponses simples et aisément communicables, les médias se rendent souvent coupables d’une utilisation erronée des statistiques. Le nouveau drame survenu chez France Telecom va probablement inciter une nouvelle fois les commentateurs à dénoncer violemment une entreprise devenue, dans l’esprit de beaucoup, une machine à tuer. Il ne faudrait pas cependant que l’émotion légitime du suicide nous pousse à des jugements excessifs.

Un stress au travail indéniable...

Il n’est évidemment pas question de nier que le stress au travail existe et que certaines méthodes de management sont nocives. Le problème de la souffrance psychique au travail est un objet d’étude depuis plusieurs décennies et mérite qu’on y soit attentif. C’est d’autant plus le cas à France Telecom, entreprise qui vit depuis quelques années un changement radical d’univers stratégique forcément traumatisant – on peut comprendre le désarroi de personnels qui voient leur contexte de travail passer rapidement du calme du secteur public aux bourrasques de l’hyper-concurrence. Cependant, c’est l’irrationalité du mouvement de vindicte populaire à l’encontre d’une société (et une seule) que nous voudrions ici stigmatiser.

Analysons en effet avec objectivité les chiffres concernant ce sujet grave. Le nombre annuel de suicides parmi les employés du groupe France Telecom sur le territoire français a été de 28 en 2000, 23 en 2001, 23 en 2002, 22 en 2003, 13 en 2008, 19 en 2009, 25 en 2010. Précision essentielle, direction et syndicats s’accordent sur ces chiffres. La série est interrompue entre 2004 et 2007, même si de source syndicale 2007 compterait 34 suicides. Sur les 3 dernières années (2009 ayant été l’année déclenchant le scandale), la moyenne des suicides serait donc de 19 pour 100 000 personnes par an. Compte tenu de la pauvreté des données disponibles, pouvons-nous affirmer que ce chiffres est, au sens statistique, anormalement élevé ?

... mais à analyser avec prudence

Le 10  mai 2010, l’Institut de Veille Sanitaire (INVS) a publié un rapport intitulé Suicide et activité professionnelle en France : premières exploitations de données disponibles afin de décrire l’évolution de la mortalité par suicide dans la population des salariés hommes selon leurs secteurs d’activité. Dans le secteur des Transports et télécommunications, secteur dans lesquels le taux de suicide est inférieur au taux moyen tous secteurs confondus, sur la période 1997 à 2002, le taux de suicide chez les salariés de sexe masculin s’établissait à 21,4 pour 100 000. Il convient de noter que le taux de suicide de la population prise dans son ensemble a diminué entre 2002 et 2006, passant de 17,8 à 16 pour 100 000. Ainsi le taux de suicide chez les salariés de sexe masculin devait avoisiner 19,2 pour 100 000 en 2006 (il n’y a pas à notre connaissance de données postérieures).

Mais on ne peut tenter de comparaison sans retraiter ces chiffres afin de tenir compte de la structure particulière de la population des salariés de l’entreprise dont nous voulons évaluer le caractère pathologique. Selon la DREES en 2006, le taux de suicide de la population prise dans son ensemble, est de 8,2 pour 100 000 pour les femmes et 25,2 pour 100 000 pour les hommes. Le taux de suicide varie selon l’âge de la population, la catégorie des moins de 34 ans présente un taux de suicide de 22 pour 100 000 alors que celle des 35-44 ans présente un taux de suicide de 34,5 pour 100 000 et celle des 45-64 ans un taux de 36,2. Nous ne disposons malheureusement pas des statistiques croisées sur les critères de l’âge et du sexe. On le voit néanmoins, la masculinisation et l’âge sont donc des facteurs contribuant à augmenter très sensiblement le taux de suicide.

Revenons donc à France Telecom. En 2009, l’entreprise dénombrait sur le territoire français 100 827 salariés, dont 36 815 femmes et 64 012 hommes. 10,2% de ces salariés ont moins de 35 ans, 20,9 % ont entre 35 et 45 ans et 68,9% plus de 45 ans. Comme certains commentateurs l’ont noté, la comparaison des chiffres de France Telecom (qui regroupe par définition seulement des actifs) avec les chiffres nationaux n’est pas possible car elle négligerait le très fort taux de suicide des inactifs (chômeurs et précaires notamment). Faute de mieux, nous pouvons néanmoins, à partir des résultats de l’étude INVS et moyennant des redressements liés à la féminisation et à la structure d’âge de la population de France Telecom, tenter une comparaison.

En retenant une féminisation moyenne des salariés de France Telecom sur le territoire français de 36,5% et une propension au suicide chez les hommes 3,07 fois supérieure à celle des femmes, le taux de suicide chez les salariés des deux sexes devrait atteindre 14,5 pour 100 000. Mais il faut de plus prendre en compte la structure âgée du salariat de France Telecom : le « taux de suicide théorique » atteint alors près de 16,9 pour 100 000.  Ainsi, le taux de suicide constaté chez France Télécom à 19 pour 100 000 serait seulement légèrement plus élevé que celui de la moyenne du secteur des transports et télécommunications. La faiblesse de l’écart et la prise en compte d’une marge d’erreur statistique invitent en tout état de causes à nuancer fortement l’image d’organisation gravement pathologique que les médias se sont plus à diffuser.

L’apparition d’une vague de stigmatisation irrationnelle visant France Telecom fournit une illustration frappante de la manière dont l’analyse précautionneuse des causes multiples et imbriquées du suicide – analyse sans doute trop peu « médiatique » car complexe – est subvertie par une accusation primaire sans fondement scientifique solide. Le suicide est une question trop grave et la souffrance au travail un problème trop important pour que de telles déformations soient tolérables. Souhaitons que le nouveau drame qui met France Telecom sur la sellette soit l’occasion de réflexions dépassionnées et loin des caricatures concernant la question traditionnelle de la conciliation entre travail – supposant nécessairement contraintes – et réalisation de soi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 28/04/2011 - 20:49
FT = la France face à la mondialisation ?
Le sentiment de stress éprouvé par une partie du personnel de FT,avec des personnes de statuts différents est réel.
Je me demande si le malaise que ressentent beaucoup de Français face à la mondialisation ne serait pas de même nature : se rendre compte que les différentes protections sociales acquises ne sont plus de mise. Normal il n'y a pas de politiques pour positiver la mondialisation !
bacal
- 28/04/2011 - 13:25
Comparaison et raison
Les modes de management sont comparables chez les concurrents de FT (SFR, Bouygues, etc / objectifs, résultats, compétition). Comment expliquer alors que seul FT soit frappé par ce mal qui ne me semble pas lié à la souffrance au travail mais bien plus à la perte d'un confort professionnel que connaissaient les anciens et qui explique que les jeunes de FT ne soient pas atteints par cette "crise".
Lio
- 28/04/2011 - 11:11
Ah les chiffres contre l'émotion...
Vous aurez beau prendre des pincettes, je trouve ignoble votre démarche consistant à minimiser par les statistiques un drame dont tout le contexte (immolation, parking de l'agence, lettre) prouve qu'il s'agit bien d'un appel au secours d'un salarié en souffrance pour des raisons de mauvais management de FT. Cette société n'est pas la seule mais sa conduite est responsable de tous ces suicides.