En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 14 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 19 heures 27 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 22 heures 37 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 22 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 19 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 21 heures 16 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 22 heures 41 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 22 heures 59 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 23 heures 1 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 14 heures
© REUTERS/China Daily
Il existe des solutions concrètes à mettre en place pour ne pas contrarier le marché de l'emploi.
© REUTERS/China Daily
Il existe des solutions concrètes à mettre en place pour ne pas contrarier le marché de l'emploi.
Kafkaïen

De l'air : 10 exemples qui font du code du travail une entrave à l'emploi

Publié le 01 octobre 2013
Avec
Le débat sur le travail dominical et la loi de simplification discutée à partir de ce mardi à l'Assemblée nationale relancent les questions de la complexité de la législation et de la flexibilité du marché du travail en France.
Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Il a été Chef économiste et Directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013. Auparavant, il a été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Il a été Chef économiste et Directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013. Auparavant, il a été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat sur le travail dominical et la loi de simplification discutée à partir de ce mardi à l'Assemblée nationale relancent les questions de la complexité de la législation et de la flexibilité du marché du travail en France.
Avec

5 réformes concrètes :

L'inversion complète de la hiérarchie des normes :

Jean-Charles Simon : A mon sens, la modification la plus importante du code du travail, qui en appellerait bien d’autres et l’allégerait considérablement, serait l’inversion complète de la hiérarchie des normes. Le contrat de travail entre une entreprise et un individu devrait être l’essentiel, la référence. Il ne devrait être contraint que par des dispositions d’ordre public minimales, qui constitueraient le résidu obligatoire du Code du travail. Ensuite interviendraient éventuellement des règles collectives décidées au niveau de l’entreprise, et enfin seulement, des dispositions totalement facultatives issues de conventions collectives ou d’accords interprofessionnels, qui ne pourraient en aucun cas s’imposer aux entreprises. Cette évolution majeure mettrait fin aux corporatismes d’un autre âge qui empêchent les entreprises et leurs salariés de définir librement leur organisation sociale. Alors même que la notion de branche ne correspond plus du tout aux réalités économiques actuelles, et qu’en ajoutant des obligations à un Code du travail déjà incroyablement prescriptif, les conventions collectives saturent un peu plus les degrés de liberté des entreprises. En particulier, toutes les dispositions relatives à la protection sociale complémentaire, aux rémunérations fixes et variables ou encore à la formation professionnelle devraient être du ressort exclusif de chaque entreprise.

Dominique Andolfatto : On pourrait reprendre une argumentation de l’Institut Montaigne, dans son rapport "Reconstruire le dialogue social" (2011). Selon l’article 34 de la Constitution, "la loi détermine les principes fondamentaux (…) du droit du travail, du droit syndical et de la sécurité sociale". Il suffirait donc d’appliquer effectivement le texte fondamental et, dès lors, un vaste champ incomberait à la négociation collective, dans l’entreprise ou dans les branches d’activités, la loi prévoyant déjà qu’un texte de niveau inférieur puisse déroger à un texte de niveau supérieur. Mais la reconnaissance de cette autonomie des partenaires sociaux et la décentralisation de la négociation ont encore beaucoup d’opposants sur leur chemin… même si, d’ores et déjà, existent des potentialités. L’actuel président de la République lui-même a dit qu’il n’était pas favorable à cette autonomie. Difficile en France de rompre avec le techno-césaro-papisme, selon une formule d’Olivier Duhamel. Difficile de faire confiance à la société.

L’absence de toute durée du travail légale : 

Jean-Charles Simon : Découlerait de ce principe général une modification particulière majeure : l’absence de toute durée du travail légale ou conventionnelle. Il subsisterait naturellement une durée maximale et des prescriptions compatibles avec le droit communautaire (pas plus de 48 heures par semaine, temps de repos hebdomadaire minimal, etc.), qui feraient partie des règles d’ordre public évoquées précédemment. Mais dans ce cadre, l’ensemble des questions relatives au temps de travail serait renvoyé au contrat de travail ou éventuellement à des dispositions collectives décidées au sein d’une entreprise, pas davantage. Ce qui apporterait notamment une réelle souplesse s’agissant de la rémunération et des conditions du temps de travail pouvant être effectué au-delà de la durée contractuelle de référence ou en-dehors des horaires initialement prévus (cas des nuits, week-ends, etc.). Et permettrait donc de mieux ajuster besoins économiques spécifiques de l’entreprise et attentes des salariés dans ces situations.

Dominique Andolfatto : On l’oublie souvent mais nos "35 heures" connaissent déjà de nombreuses exceptions ou modulations possibles… et, dans certaines branches, comme le transport routier, on les dépasse allègrement… Il faut en règle générale négocier un accord d’entreprise pour pouvoir déroger aux 35 heures. C’est un aspect de la fameuse loi du 20 août 2008 plus connue pour avoir remis en cause les règles de représentativité syndicale. Cela dit, sans doute faudrait-il remettre à plat la question du temps de travail, la simplifier, revoir aussi les questions du travail de nuit ou du travail du dimanche qui défraient l’actualité et, sans tout nécessairement chambouler, adapter le droit au contexte économique, social et culturel, tenir compte également de la faiblesse des implantations syndicales dans les entreprises et, dès lors, ne pas vouloir inventer un théâtre d’ombres – ce qu’est bien souvent le dialogue social aujourd’hui – qui ajoute un formalisme artificiel à un droit qui est un véritable mille-feuille, de surcroît sujet à interprétation.

La création d'une instance unique de représentation du personnel :

Jean-Charles Simon : Toujours dans le domaine des relations du travail, il conviendrait d’avoir une instance unique de représentation du personnel, fusionnant comité d’entreprise (CE), comité d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail (CHSCT), délégués syndicaux ou du personnel (DS/DP). Ne seraient représentées dans cette instance que les listes ayant obtenu au moins 25 % des suffrages exprimés (pour éviter l’émiettement qui favorise des expressions sporadiques), étant entendu qu’aucune condition (du type ancienneté préalable ou affiliation à un syndicat) ne devrait empêcher la constitution et la présentation d’une liste. Enfin, la direction de l’entreprise devrait pouvoir privilégier la mise en œuvre ou la modification d’une disposition collective d’entreprise par référendum plutôt que par négociation avec l’instance unique de représentation.

Dominique Andolfatto : L’idée d’une institution représentative unique n’est pas nouvelle compte tenu de la complexité, voire des chevauchements, actuels, sans parler des effets de seuil préjudiciables à l’emploi. L’Institut Montaigne, dans le rapport déjà cité, préconisait deux institutions, l’une de nature stratégique, au plus haut niveau de l’entreprise, centrée sur la politique de l’entreprise, des questions d’organisation, la santé au travail… Et une autre instance de proximité dédiée aux conditions opérationnelles de travail. Au passage, il conviendrait de remettre également à plat le financement de ces instances, le rendre effectivement transparent, interdire les décharges syndicales.

Quant à la question des règles de représentativité syndicale, elle a déjà fait couler beaucoup d’encore… et engendrer une réforme importante qui a commencée à être mise en œuvre en 2009. Il faudrait déjà évaluer cette réforme avant d’en programmer une nouvelle. Il faut être conscient également qu’existe en France une tradition de pluralisme syndical qui n’est sans doute pas sans effets pervers pour les salariés car elle conduit à diviser leur représentation (ce que dans des pays comme les Etats-Unis ou le Canada, on ne parvient pas à comprendre ; c’est vu comme une façon pour les salariés de se tirer une balle dans le pied)… Mais ce pluralisme, même s’il est devenu plus un fait organisationnel que culturel, existe. En outre, certains employeurs s’en accommodent fort bien. Et il paraît difficile d’instrumentaliser le droit pour remettre en cause cette situation.

Supprimer la juridiction des prud’hommes : 

Jean-Charles Simon : Il faut aussi revoir complètement le règlement des conflits dans l’entreprise, et d’abord supprimer la juridiction des prud’hommes, dont le principe, la composition et l’efficacité sont critiquables. Comme dans beaucoup de pays, il conviendrait de renvoyer ces conflits aux juridictions civiles ordinaires (ou naturellement pénales dans les cas concernés), donc à des magistrats professionnels, et de donner ainsi une dimension plus exceptionnelle à des contentieux qui tendent à être systématisés aujourd’hui. Et il faudrait, au civil, prévoir un règlement exclusivement indemnitaire de ces conflits en cas de condamnation, à l’exclusion de toute décision impactant la marche de l’entreprise (annulation de décisions, reprise de procédures, réintégration, etc.). En particulier, la contestation de licenciements collectifs ne devrait pouvoir donner lieu devant un tribunal, le cas échéant, qu’à une indemnisation complémentaire des salariés, sans distinction d’avec ce qui aurait pu être décidé au titre d’un licenciement individuel dans un contexte similaire et pour des contrats de même nature.

Dominique Andolfatto : Faut-il vraiment supprimer les prud’hommes ? Rappelons que ce sont les professionnels eux-mêmes qui, au XIXe siècle, ont souhaité l’institution de ces juridictions composées de magistrats issus du monde du travail, justement pour éviter une approche trop abstraite des litiges du travail qui aurait été celle des magistrats professionnels. Faut-il dès lors s’en remettre de nouveau à ces derniers – et donc à des tiers – si existe, par ailleurs, un projet d’autonomie réelle de la négociation collective ? Sans doute conviendrait-il toutefois de faire un peu benchmarking, comparer entre eux quelques modèles de juridictions du travail, définir leurs "performances", rechercher en particulier des procédures rapides. Avec la longueur des procédures actuelles, et leurs rebondissements qui peuvent sembler arbitraires, on a l’impression parfois d’être revenu sous l’Ancien régime… Le problème c’est d’abord celui de l’incertitude juridique.

Assouplir le cadre du contrat de travail et de sa rupture : 

Jean-Charles Simon : Enfin, il faudrait justement assouplir le cadre du contrat de travail et de sa rupture. Libérer le champ du contrat, c’est dynamiser fortement le marché du travail, et donc renforcer à terme le pouvoir de négociation des salariés. Le cadre contractuel devrait pouvoir être librement aménagé dans le respect des règles d’ordre public, en ayant par défaut une durée indéterminée et une indemnisation prédéfinie de sa rupture. Sauf en cas de faute du salarié, la rupture à l’initiative de l’entreprise n’aurait pas à être motivée (et notamment pas au titre de sa situation économique), et ne pourrait donc être contestée au fond. En contrepartie, et en l’absence d’autres dispositions contractuelles, ce cas de rupture donnerait lieu au versement d’une indemnité prédéfinie, tenant compte de l’ancienneté sans toutefois lui être proportionnelle. Le cas échéant, cette indemnité de base serait complétée par l’indemnisation d’un préjudice particulier négociée entre les parties (dans le contrat, par avenant ou au moment de sa rupture) ou résultant d’une décision de justice à la suite d’un contentieux.

 Dominique Andolfatto : La forêt des contrats de travail est sans aucun doute à clarifier. Il convient de trouver une formule simple pour faciliter – et donc ne pas décourager – l’embauche. En 2013, l’accord et la loi sur la compétitivité et la sécurisation de la loi ont ouvert une voie qui semble convaincre une majorité des partenaires sociaux (mais aussi des acteurs politiques). Les lignes semblent donc en train de bouger. Il faut surtout chercher à combattre le dualisme de l’emploi : super-protections d’un côté, précarité de l’autre…

5  bonnes pratiques à mettre en œuvre :

Avoir conscience du désastre

François Taquet : Nous avons un code de plus de dix mille articles ! La comparaison avec le droit suisse ferait presque sourire : le Code du travail suisse comporte uniquement... cinquante-quatre articles ! Certains ont pesé le Code du travail : 500 grammes en 1978 : 1450 g en 2010  (on a triplé en 30 ans). Nous avons 38 formes de contrats de travail, là où beaucoup de pays n’en connaissent qu’une ! Nous avons 24 lignes sur une fiche de paie contre 4 ou 5 ailleurs. Les taux de charges changent fréquemment... Et on pourrait ainsi continuer ! Parfois on se pose la question de savoir à qui est destiné notre droit ! Sans doute pas aux salariés qui ne peuvent pas se repérer dans ces fatras de textes ! Sans doute pas à la plupart des entreprises françaises (les TPE représentent plus de 80 % des entreprises françaises) ! Alors à qui ? Les commentateurs, les intellectuels ?

Peut on encore dire aujourd’hui que "nul n’est censé ignorer la loi" ? Montesquieu écrivait dans l’Esprit des lois : "ceux qui ont un génie assez étendu pour donner des lois à leur nation doivent faire de certaines attentions sur la manière de les former. Elles doivent être simples et ne doivent point être subtiles. Elles ne sont point un art de logique mais la raison simple d’un père de famille". Comment ne pas être d’accord avec le juriste Georges Ripert lorsqu’il affirmait que "le législateur est perdu dans l’abondance de son œuvre" : lois inutiles, lois de bavardages, lois de circonstances, absence de lisibilité de la politique sociale, sanctions démesurées et parfois non justifiées ? En 1991 déjà, le Conseil d’Etat avait utilisé une formule célèbre : "quand le droit bavarde, le citoyen ne lui prête plus qu’une oreille distraite". Et de dénoncer  la "prolifération des textes", "l’instabilité des règles" et "la dégradation de la norme". Les causes de ces maux étaient analysées et quelques formules sévères, restées célèbres, ont mis en lumière ces dérives : "logorrhée législative et réglementaire", "raffinements byzantins", "droit mou", "droit flou", "droit à l’état gazeux".

Eviter l'instabilité législative

François Taquet : L’association pour la simplification et la dématérialisation des données sociales réclame une seule date pour les réformes de la paie (la loi de finances rectificative de 2012 avait ainsi crée 3 dates différentes pour le forfait social, la fin des exonérations TEPA et la hausse des contributions sur les stock options. Dans le discours préliminaire du Code civil, il est écrit :  "l’histoire nous offre-à peine la promulgation de deux ou trois bonnes lois dans l’espace de plusieurs siècles".

Ne pas complexifier davantage la législation du travail

François Taquet : Les gouvernants oublieraient ils que le droit du travail n’a pas été crée dans le but développer de savantes théories, ou de développer des arguments juridiques pointus devant les tribunaux, mais pour favoriser l’emploi par des textes simples et qui ne changent pas à chaque saison ? Montesquieu écrivait "il est quelquefois nécessaire de changer certaines lois, mais le cas est rare et, lorsqu'il arrive, il faut le faire d'une main tremblante".

Ne pas décourager l’emploi

François Taquet : A force de dire que le droit du travail doit protéger les salariés, n’a-t-on pas oublié qu’il devait également et surtout protéger l’emploi ? Or, non seulement la rigidité du droit du travail pénalise le marché de l'emploi, mais elle contribue à l'accroissement de la précarité. Une étude de l'OCDE a récemment montré que la France est à la fois le pays où la protection de l'emploi est la plus forte, mais aussi où le sentiment d'insécurité des salariés est le plus élevé. Sans doute faut-il sortir de cette spirale, par moins de contraintes et davantage de flexibilité.

Ne pas ennuyer les employeurs avec des réglementations inutiles

François Taquet : N’est ce pas le président Pompidou qui disait qu’il fallait éviter d’"emmerder" les Français ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (67)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 04/10/2013 - 14:28
@golvan - 02/10/2013 - 10:08
parfaitement d'accord et cela permettrait de couper le cordon ombilical avec le public qui se mele de faire des greves y compris pour des sujets qui ne les concernent pas .

des enseignants qui font greve pour les employés territoriaux du nettoyage des batiments scolaires

des cheminots qui vont bloquer des entreprots de bus

des cheminots et des enseignants qui font greve a propos d'une reforme des retraites qui ne va concerner que le privé .

oui mettre a bas le poids des fonctionnaires dans les syndicats nationaux serait une parfaite bonne chose , pour rappeler que les salariés du privés sont toujours plus nombreux et cotisent nettement plus que les salariés du public.

Cela evitera les exercices de tortillage des syndicats qui parlent toujours en pensant aux a priori de reaction de leur base publique.

D'ailleurs les pays dont on nous gave de la représentativité ne sont ils pas dans des systemes obligatoires ? bien sur !!!

De meme qu'on ne compare pas un taux de participation aux elections belges (vote obligatoire) avec un taux de participation francais.... la représentativité comparée avec des systemes par essence totalement different est ridicule.
jerem
- 04/10/2013 - 14:21
@prochain - 01/10/2013 - 20:06 ---- ah oui la CGPME
le syndicat des PME , le syndicat ou le président en place depuis une decennie nous la sort fort bonne cette semaine a Cash Investigation .

il achete un site pour 678.000 euros , sans mise en concurrence pour mettre des videos de 45 secondes (2 par mois ) quand des sites comparables coutent 5 a 10 fois moins cher

Et de dire benoitement à Elise Lucet : non je n'ai pas fait de mise en concurrence , j'ai confiance dans l'agence de communication avec laquelle nous travaillons habituellement.

on espere que de nombreux dirigeants qui triment pour pauyer leur charges chaque mois , ont bien vu ce moment magistral .... d'un défenseur des PME qui n'est pas regardant à la dépense; comme pour la couleuvre de la complementaire santé obligatoire gagnée de haute lutte pour les PME . les assureurs vont meme pouvoir prendre en charge les 3 jours de carence en cas d'arret maladie (les jours special week end rallongé) au frais de l'entreprise et du salarié .....

oui , oui la CGPME .....

on se demande encore pourquoi les PME sont aussi bien defendues .... on comprend

replay le cash investigation de cette semaine

Ca complete le tableau avec l'uimm et ses especes au comptoir
jerem
- 04/10/2013 - 14:12
@francois taquet - merci pour la référence ....
http://www.cairn.info/loadimg.php?FILE=EE/EE_0609/EE_0609_0073/fullEE_id9264025235_pu2006-09s_sa06_art06_img005.jpg

http://www.oecd.org/els/emp/oecdindicatorsofemploymentprotection.htm