En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Flickr
Le Conseil d'analyse économique souhaite taxer les propriétaires immobiliers sur la base d'un loyer fictif.
Taxman
Taxer les loyers fictifs des propriétaires de leur logement ou le puits sans fond de l'obsession de la justice fiscale
Publié le 25 septembre 2013
Taxer les propriétaires qui occupent leur logement sur les loyers qu'ils percevraient s'ils proposaient leur bien à la location ? C'est ce que préconise une rapport du Conseil d'analyse économique remis ce mois de septembre au Premier ministre.
Didier Salavert est co-fondateur du think-tank la Fondation Concorde qu'il a aujourd'hui quitté.Vice-président et porte parole d’Alternative Libérale, il a participé à plusieurs campagnes électorales de Jacques Chirac, sans toutefois jamais adhérer au...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Salavert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Salavert est co-fondateur du think-tank la Fondation Concorde qu'il a aujourd'hui quitté.Vice-président et porte parole d’Alternative Libérale, il a participé à plusieurs campagnes électorales de Jacques Chirac, sans toutefois jamais adhérer au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Taxer les propriétaires qui occupent leur logement sur les loyers qu'ils percevraient s'ils proposaient leur bien à la location ? C'est ce que préconise une rapport du Conseil d'analyse économique remis ce mois de septembre au Premier ministre.

Le Conseil d’analyse économique (CAE) propose de taxer les propriétaires immobiliers sur la base d’un loyer fictif. La "logique" sur laquelle s’appuie ce raisonnement est que la taxation des revenus devrait être la même entre une personne qui achète un logement et le loue, et une personne qui achète un logement et l'habite. Pourquoi ne pas pousser ce raisonnement dans d’autres domaines et ne pas suggérer au CAE quelques pistes supplémentaires dignes de son intérêt pour la taxation de revenus fictifs au nom de la "justice" ?

Entendons-nous bien, il ne s’agit pas ici de dénoncer la facticité de telle ou telle assiette fiscale. Il y a bien longtemps que ce procédé est utilisé par le législateur (valeur locative pour les impôts fonciers, valeur d’actif avant taxation sur la plus-value potentielle pour l’ISF etc.). Le propos est seulement de montrer l’absurdité d’un raisonnement paré du seul principe de "justice" au premier degré en matière fiscale. Prenons quelques exemples pour illustrer le propos.

Pourquoi ne pas neutraliser la différence entre la taxation d’un capital individuel destiné à la retraite et la valeur actuelle d’une retraite salariée ? Après tout, il n’est pas "juste" que le capital constitué par la valeur actuelle d’un droit à retraite soit exonéré de toute taxation alors que celui qui a épargné volontairement toute sa vie afin de constituer sa propre rente voit son capital soumis à l’ISF. D’ailleurs, il ne fait aucun doute que celui qui céderait ce droit à un tiers à titre onéreux, verrait la rémunération de cette cession entrer dans ses revenus taxables.

Autre idée qui mérite attention des zélateurs d’une plus grande "justice" fiscale : la valeur de la garantie de l’emploi à vie. Cette valeur est assez facile à calculer. Sachant que le taux de chômage dans le secteur privé est de l’ordre de 15 % - assez étrangement le taux officiel du chômage est calculé sur l’ensemble de la population active alors que le dénominateur devrait exclure la population active jouissant d’une garantie de l’emploi à vie – on peut estimer que le coût de cette garantie est environ égal à 15 % du salaire. L’emploi à vie constitue donc un avantage en nature du même montant qu’il serait "juste" d’inclure dans le salaire imposable de ceux qui en bénéficient. Les universitaires composant le CAE démontreraient par une telle proposition l’impartialité qui doit accompagner toute revendication de justice.

Comme le principe de "justice" est par nature inépuisable, l’égalité devant les services publics constitue une source potentielle importante de revenus pour notre Etat. Il est acquis par nos consciences républicaines que le prix du timbre de la lettre qui nous est délivrée dans nos lointaines provinces doit être le même que celui de la lettre portée à quelques centaines de mètres d’un centre de tri postal. Chacun conviendra toutefois que le coût pour la Poste n’est pas identique pour ces deux prestations. Est-il juste que celui qui bénéficie d’une prestation en dessous de son coût ne soit pas imposable sur l’avantage ainsi reçu ? Après tout, ce qu’il économise ainsi n’est autre qu’un revenu supplémentaire dont est privé celui qui habite prés du centre de tri postal. Chacun comprendra ici que la lettre n’est qu’un exemple illustratif de nombreux autres avantages dont bénéficient des millions de contribuables potentiels au nom du principe de l’égalité devant les services publics.

Et la taxation du capital le plus important dans notre société avancée : le capital intellectuel ! Sa taxation serait d’autant plus "juste" qu’il a été souvent donné gratuitement par l’Etat à ceux qui l’ont reçu. Il serait donc "juste" que chaque diplômé voit sa base d’imposition sur le capital majorée d’un montant égal au coût de ses études pour la collectivité. Ici encore les membres du CAE devraient donner l’exemple sans lequel nul ne saurait adhérer à une proposition "juste".

Enfin, l’imagination étant sans limite en matière fiscale, quelle injustice plus flagrante que le soleil pour ceux qui en sont privés. Nos compatriotes qui vivent dans les régions privilégiées par Apollon, voient leur revenu disponible grandement majoré par l’inutilité pour eux d’acheter des vêtements chauds ou par des dépenses de chauffage élevées. La simple "justice" voudrait qu’ils soient imposés sur ce don du ciel.

Nous pourrions multiplier presque à l’infini les exemples pour montrer le caractère spécieux de la proposition du CAE sans doute plus désireux de plaire à un Etat aux abois financiers qu’à réfléchir. La fuite en avant fiscale dans laquelle le gouvernement s’engage oublie que la première vertu d’un système fiscal est l’efficacité au regard de l’objectif prioritaire qui devrait être le sien, à savoir le retour de la prospérité économique. La proposition du CAE de créer un revenu fiscal fictif des propriétaires immobiliers nous en éloigne hélas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (59)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
isaconfiture
- 26/09/2013 - 22:37
LA REVOLTE!
Bientôt, l'air que l'on va respirer sera taxé!
Ras le bol de la dictature des incapables!
Isaconfiture.
roudoudou
- 26/09/2013 - 22:16
Taxer l'inexistant
A ce niveau d'irrationalité on frise la philosophie : peut-on taxer un bien qui n'existe pas ?
Déjà l'ISF qui taxe un bien qui n'est pas une liquidité va dans cette voie surréaliste.
Mais là on est en pleine vulgate soviétique, vous vous souvenez, ce merveilleux régime qui avait inventé la schizophrénie sans symptôme afin d'envoyer les opposants au régime croupir au goulag avec une caution "médicale".
Les Socialistes ont retenu la leçon de Brejnev !
pimousse
- 26/09/2013 - 18:48
prochaine taxe(pardon contribution)
ce sera sur les portes et fenetres
et puis sur l air qu on respire
en attendant on engraisse pres de 900 parlementaires plus les deputés europeens plus les conseils generaux plus les conseils regionaux
qui aura le courage d en mettre quelques uns au chomage et de reformer ces structures administratives