En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 7 min 5 sec
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 22 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 5 heures 14 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 6 heures 31 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 17 heures 9 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 20 heures 50 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 21 heures 21 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 44 min 24 sec
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 5 heures 23 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 7 heures 13 sec
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 17 heures 24 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 20 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 21 heures 35 min
© Reuters
Les réseaux sociaux peuvent servir de "bourse à l’emploi" et faciliter le recrutement de nouveaux membres.
© Reuters
Les réseaux sociaux peuvent servir de "bourse à l’emploi" et faciliter le recrutement de nouveaux membres.
Partner in crime

Délinquance 2.0 : quand les réseaux sociaux jouent les assistants du crime

Publié le 24 septembre 2013
Facebook, Twitter, Instagram, etc. Autant d'outils qui modifient les pratiques des délinquants et peuvent faciliter les réseaux criminels à attirer de nouvelles recrues.
Christophe Soullez est criminologue et dirige le département de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) à l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Il est l'auteur de "Histoires...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Soullez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Soullez est criminologue et dirige le département de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) à l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Il est l'auteur de "Histoires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Facebook, Twitter, Instagram, etc. Autant d'outils qui modifient les pratiques des délinquants et peuvent faciliter les réseaux criminels à attirer de nouvelles recrues.

Atlantico : Dans les quartiers sensibles de Chicago, les violences commises par des gangs sont publicisées sur Facebook, Twitter ou encore Instagram, rapporte le site Wired (lire ici). Les médias sociaux peuvent-ils aider les réseaux de criminels à se structurer, voire à se professionnaliser ? Qu'en est-il en France ?

Christophe Soullez : Les réseaux sociaux, et plus largement Internet, sont des outils qui permettent aux groupes criminels d’étendre beaucoup plus facilement leur influence et de développer un niveau d’organisation plus élevé. Les membres des organisations criminelles peuvent maintenir un contact permanent et discret. Ils sont rapidement mobilisables. Les échanges d’information sont plus fluides et échappent pour partie à la surveillance des services répressifs. Grâce aux réseaux sociaux, aux messageries instantanées, etc. les organisations criminelles peuvent plus facilement contrôler leurs succursales basées à l’étranger mais également réagir beaucoup plus vite en cas de problème, d’interpellation, de saisie, etc. Les réseaux sociaux peuvent bien évidemment servir de "bourse à l’emploi" et faciliter le recrutement de nouveaux membres. Internet permet aussi de toucher des publics et des cibles très diverses et contribuer ainsi à la constitution d’un maillage beaucoup plus fin. Par ailleurs, certains groupes criminels sont tentés par le recrutement d’experts, comme des ingénieurs licenciés, qui vont mettre leurs talents au service de cette nouvelle économie du crime.

Cette publicité sur les réseaux sociaux Facilite-elle l’escalade de la violence et le mauvais exemple auprès des jeunes : intimidation en ligne, insultes à distance, vidéo de provocation etc. ?

D’une certaine manière ils offrent de nouvelles opportunités de commettre certains actes de délinquance et facilitent certains comportements. La discrétion qu’offre Internet, le fait que l’on soit derrière un écran, et qu’on se croit donc à l’abri, et qu’il n’y ait ni de contacts physiques ni même visuels sont sûrement des éléments qui facilitent le passage à l’acte, notamment chez les jeunes, qui n’ont pas nécessairement conscience de la gravité de l’acte qu’ils commettent, se croyant dans un monde virtuel. Il est plus facile d’insulter une personne derrière son écran que face à face. De même, avec les réseaux sociaux, lorsque un individu souhaite humilier une personne, ternir sa réputation, il dispose d’une capacité à répandre une information en quelques clics à des dizaines de personnes. Les réseaux sociaux, s’ils n’ont pas créé les insultes, les actes d’intimidation, etc. ont un effet amplificateur très important et surtout beaucoup plus ravageur. Ils simplifient à l’extrême des actes qui, auparavant, demandaient une démarche plus complexe et une certaine forme de raisonnement avant le passage à l’acte. Les réseaux sociaux, par leur simplicité, leur instantanéité et une certaine forme d’anonymat restreignent les capacités de réflexion tant sur l’acte lui-même que sur les conséquences de celui-ci.

Ces usages modifient-ils la délinquance dans le sens où elle s’opère dorénavant en ligne, autant dire au grand jour et non plus en secret ?

En fait, la criminalité sur les réseaux sociaux recouvre deux grandes catégories d'infractions : les infractions directement liées aux technologies de l'information et de la communication et celles dont la commission a été facilitée ou liée à l'utilisation de ces technologies. Dans la première catégorie on retrouve les atteintes aux systèmes de traitement automatisé de données ou encore ce qu’on nomme l’ingénierie sociale c’est -à-dire l’acquisition déloyale d’informations vitales en vue de commettre des escroqueries. La seconde catégorie est plus vaste et recouvre la diffusion de contenus illicites (pédopornographie, racisme, antisémitisme, etc.), les escroqueries par utilisation frauduleuse de numéro de carte bancaire pour une transaction en ligne ou encore les contrefaçons de logiciels ou d'œuvres audiovisuelles. Dans cette deuxième catégorie on retrouve également les infractions sexuelles, et plus particulièrement pédophiles, pour lesquelles Internet permet aux agresseurs "prédateurs" de rentrer en contact avec leurs victimes et de les "séduire" : corruption de mineurs, agressions sexuelles, atteintes sexuelles sur mineur, voire viol ou proxénétisme. C’est aussi dans cette catégorie qu’on peut classer les menaces, les injures ou les actes visant à ternir votre réputation (colportage de rumeurs, diffusion de vidéo filmée à votre insu, etc.).

Je ne suis pas certain que le fait de recourir aux réseaux sociaux pour commettre certains actes de délinquance donne une plus grande visibilité à ceux-ci. Ils permettent de toucher un plus grand nombre de personnes et donc de démultiplier les cibles "victimes" ou les "spectateurs" (ceux qui, sans être à l’origine de l’acte, vont en être les réceptacles) mais l’auteur a souvent l’impression qu’il est anonyme et protégé car derrière son écran et son adresse IP se situe parfois même à l’étranger.

Les menaces par réseaux sociaux interposés sont-elles suffisamment contrôlées et réprimées/punies ?

Le contrôle ou les poursuites contre les menaces réalisées via les réseaux sociaux ne peuvent être efficaces que si les victimes déposent plainte et informent les services de police et les unités de gendarmerie. Aujourd’hui si les réseaux sociaux sont surveillés par les services spécialisés de la police et de la gendarmerie, que cela soit dans le cadre d’une activité de police judiciaire, ou de renseignement, c’est surtout pour repérer les individus et les sites qui se livrent à du prosélytisme, à de la provocation à la haine, à de la propagande en matière de terrorisme, etc. Pour les actes de nature individuelle les services répressifs ne peuvent bien entendu pas surveiller toute la toile. Il est donc indispensable de déposer plainte.

Propos recueillis par Pierre Havez

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
SkipJ
- 24/09/2013 - 13:30
Un meurtrier à même eu 1,6 millions de soutiens sur le web
C'est dire.