En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 23 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 44 min 28 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 1 heure 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 1 heure 47 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 2 heures 14 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 10 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 19 heures 26 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 23 heures 17 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 52 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 5 min 27 sec
décryptage > High-tech
12 cyber-menaces

Nous avons peur que le Coronavirus fasse dérailler les prochaines élections mais personne ne soucie vraiment des cyber-menaces sur la démocratie qui sont pourtant bien plus graves

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 2 heures 40 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 18 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 21 heures 30 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 32 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Les réseaux sociaux peuvent servir de "bourse à l’emploi" et faciliter le recrutement de nouveaux membres.
© Reuters
Les réseaux sociaux peuvent servir de "bourse à l’emploi" et faciliter le recrutement de nouveaux membres.
Partner in crime

Délinquance 2.0 : quand les réseaux sociaux jouent les assistants du crime

Publié le 24 septembre 2013
Facebook, Twitter, Instagram, etc. Autant d'outils qui modifient les pratiques des délinquants et peuvent faciliter les réseaux criminels à attirer de nouvelles recrues.
Christophe Soullez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Soullez est criminologue et dirige le département de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) à l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Il est l'auteur de "Histoires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Facebook, Twitter, Instagram, etc. Autant d'outils qui modifient les pratiques des délinquants et peuvent faciliter les réseaux criminels à attirer de nouvelles recrues.

Atlantico : Dans les quartiers sensibles de Chicago, les violences commises par des gangs sont publicisées sur Facebook, Twitter ou encore Instagram, rapporte le site Wired (lire ici). Les médias sociaux peuvent-ils aider les réseaux de criminels à se structurer, voire à se professionnaliser ? Qu'en est-il en France ?

Christophe Soullez : Les réseaux sociaux, et plus largement Internet, sont des outils qui permettent aux groupes criminels d’étendre beaucoup plus facilement leur influence et de développer un niveau d’organisation plus élevé. Les membres des organisations criminelles peuvent maintenir un contact permanent et discret. Ils sont rapidement mobilisables. Les échanges d’information sont plus fluides et échappent pour partie à la surveillance des services répressifs. Grâce aux réseaux sociaux, aux messageries instantanées, etc. les organisations criminelles peuvent plus facilement contrôler leurs succursales basées à l’étranger mais également réagir beaucoup plus vite en cas de problème, d’interpellation, de saisie, etc. Les réseaux sociaux peuvent bien évidemment servir de "bourse à l’emploi" et faciliter le recrutement de nouveaux membres. Internet permet aussi de toucher des publics et des cibles très diverses et contribuer ainsi à la constitution d’un maillage beaucoup plus fin. Par ailleurs, certains groupes criminels sont tentés par le recrutement d’experts, comme des ingénieurs licenciés, qui vont mettre leurs talents au service de cette nouvelle économie du crime.

Cette publicité sur les réseaux sociaux Facilite-elle l’escalade de la violence et le mauvais exemple auprès des jeunes : intimidation en ligne, insultes à distance, vidéo de provocation etc. ?

D’une certaine manière ils offrent de nouvelles opportunités de commettre certains actes de délinquance et facilitent certains comportements. La discrétion qu’offre Internet, le fait que l’on soit derrière un écran, et qu’on se croit donc à l’abri, et qu’il n’y ait ni de contacts physiques ni même visuels sont sûrement des éléments qui facilitent le passage à l’acte, notamment chez les jeunes, qui n’ont pas nécessairement conscience de la gravité de l’acte qu’ils commettent, se croyant dans un monde virtuel. Il est plus facile d’insulter une personne derrière son écran que face à face. De même, avec les réseaux sociaux, lorsque un individu souhaite humilier une personne, ternir sa réputation, il dispose d’une capacité à répandre une information en quelques clics à des dizaines de personnes. Les réseaux sociaux, s’ils n’ont pas créé les insultes, les actes d’intimidation, etc. ont un effet amplificateur très important et surtout beaucoup plus ravageur. Ils simplifient à l’extrême des actes qui, auparavant, demandaient une démarche plus complexe et une certaine forme de raisonnement avant le passage à l’acte. Les réseaux sociaux, par leur simplicité, leur instantanéité et une certaine forme d’anonymat restreignent les capacités de réflexion tant sur l’acte lui-même que sur les conséquences de celui-ci.

Ces usages modifient-ils la délinquance dans le sens où elle s’opère dorénavant en ligne, autant dire au grand jour et non plus en secret ?

En fait, la criminalité sur les réseaux sociaux recouvre deux grandes catégories d'infractions : les infractions directement liées aux technologies de l'information et de la communication et celles dont la commission a été facilitée ou liée à l'utilisation de ces technologies. Dans la première catégorie on retrouve les atteintes aux systèmes de traitement automatisé de données ou encore ce qu’on nomme l’ingénierie sociale c’est -à-dire l’acquisition déloyale d’informations vitales en vue de commettre des escroqueries. La seconde catégorie est plus vaste et recouvre la diffusion de contenus illicites (pédopornographie, racisme, antisémitisme, etc.), les escroqueries par utilisation frauduleuse de numéro de carte bancaire pour une transaction en ligne ou encore les contrefaçons de logiciels ou d'œuvres audiovisuelles. Dans cette deuxième catégorie on retrouve également les infractions sexuelles, et plus particulièrement pédophiles, pour lesquelles Internet permet aux agresseurs "prédateurs" de rentrer en contact avec leurs victimes et de les "séduire" : corruption de mineurs, agressions sexuelles, atteintes sexuelles sur mineur, voire viol ou proxénétisme. C’est aussi dans cette catégorie qu’on peut classer les menaces, les injures ou les actes visant à ternir votre réputation (colportage de rumeurs, diffusion de vidéo filmée à votre insu, etc.).

Je ne suis pas certain que le fait de recourir aux réseaux sociaux pour commettre certains actes de délinquance donne une plus grande visibilité à ceux-ci. Ils permettent de toucher un plus grand nombre de personnes et donc de démultiplier les cibles "victimes" ou les "spectateurs" (ceux qui, sans être à l’origine de l’acte, vont en être les réceptacles) mais l’auteur a souvent l’impression qu’il est anonyme et protégé car derrière son écran et son adresse IP se situe parfois même à l’étranger.

Les menaces par réseaux sociaux interposés sont-elles suffisamment contrôlées et réprimées/punies ?

Le contrôle ou les poursuites contre les menaces réalisées via les réseaux sociaux ne peuvent être efficaces que si les victimes déposent plainte et informent les services de police et les unités de gendarmerie. Aujourd’hui si les réseaux sociaux sont surveillés par les services spécialisés de la police et de la gendarmerie, que cela soit dans le cadre d’une activité de police judiciaire, ou de renseignement, c’est surtout pour repérer les individus et les sites qui se livrent à du prosélytisme, à de la provocation à la haine, à de la propagande en matière de terrorisme, etc. Pour les actes de nature individuelle les services répressifs ne peuvent bien entendu pas surveiller toute la toile. Il est donc indispensable de déposer plainte.

Propos recueillis par Pierre Havez

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
SkipJ
- 24/09/2013 - 13:30
Un meurtrier à même eu 1,6 millions de soutiens sur le web
C'est dire.