En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
La deuxième conférence environnementale a lieu du 20 au 21 septembre.
Exemple vert
Transition écologique : les recettes des pays qui ont réussi à faire bouger les choses
Publié le 21 septembre 2013
Lors de l'ouverture de la deuxième conférence environnementale, François Hollande a fixé d'ambitieux objectifs de réduction de la consommation d'énergie en France, à horizon 2030 et 2050.
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de l'ouverture de la deuxième conférence environnementale, François Hollande a fixé d'ambitieux objectifs de réduction de la consommation d'énergie en France, à horizon 2030 et 2050.

Atlantico : La deuxième conférence environnementale a lieu du 20 au 21 septembre. Il s'agit, pour le gouvernement, de définir les axes majeurs pour la transition écologique. Au niveau européen, quels sont les pays en avance par rapport à la France sur la transition écologique ?

Florent Detroy : Une poignée de pays ont effectivement pris une longueur d'avance. Le Danemark est le cas le plus représentatif. Copenhague a très tôt misé sur l'énergie éolienne. Son constructeur de turbine Vestas a longtemps fait la course en tête des constructeurs mondiaux, avant de s’essouffler. Mais il n'en reste  pas moins qu'aujourd'hui, 25% de son électricité consommée provenait l'année dernière de l’éolien. L’Allemagne, par le biais de subventions généreuses à la production d'énergie renouvelable, est également en train de faire décoller sa part d'électricité verte. Elle tournait autour de 22% en 2012.

Après, ces succès doivent être relativisés, puisque la réduction des émissions de CO2, un des autres objectifs de l'UE, ne va pas assez vite, voire augmente comme en Allemagne. Il faut aussi souligner que certains pays sont déjà proches des objectifs européens, comme la Suède, parce qu'ils se sont engagés de longue date dans la transition énergétique. Un mixte de soutien aux énergies renouvelables, d'innovation technologique et de fiscalité énergétique à bien préparer le pays à la transition énergétique.

Quelles sont les politiques misent en place par nos voisins qui leur ont permis de réussir ou d’entamer de façon très positive cette transition ? Combien de temps faut-il pour en voir les effets concrets ?

Beaucoup de pays ont mis en place un soutien aux énergies renouvelables avec des tarifs généreux de rachats de l'électricité verte. Et ce soutien a fait des miracles, puisque la France, l'Allemagne ou encore l'Italie ont connu une croissance relativement rapide de leur production de solaire ou d'éolien. Mais avec la crise économique les fonds disponibles se sont réduits. La France est revenue sur ces subventions. L'aspect financier est donc essentiel. Il n'est toutefois pas suffisant. La croissance des capacités de renouvelables a généré d'autres problèmes. La production d'énergie intermittente doit être répartie de manière intelligente sur le réseau, au risque de créer des perturbations. Or, l'Allemagne connaît quelques problèmes face au décollage de ses capacités.

Là encore la Suède est un bon exemple, puisque le pays a su développer ses smart grid, ses réseaux intelligents, destinés à ''lisser'' la production d'énergie verte. Enfin, il faut évoquer l'aspect régional de la transition énergétique. A l'approche très centralisatrice française de la politique énergétique, l'Allemagne a opposé une approche beaucoup plus régionale, conforme à son mode de gouvernance, ce qui a permis d'expérimenter davantage de solutions innovantes et d'aller plus vite dans la transition. La France ne fait que débuter à ce niveau, avec les schémas régionaux climat-air-énergie.

Ces mesures sont-elles transposables en France, et pourquoi ? Dans quelle mesure est-ce une problématique culturelle ?

Au-delà de l'approche centralisée/décentralisée, certains pays bénéficient d'un engagement sur ces questions bien antérieure aux années 2000, et ce pour des raisons qui ne sont pas forcément environnementales. Je vous parlais des avantages de certains pays par rapport à d'autres lors de la définition d'objectifs européens pour 2020. L'Allemagne est un cas typique. Un foyer allemand consomme aujourd'hui entre 20 et 30% de moins d'énergie qu'un foyer français. Cela n'est pas dû au fait que Berlin ou les Lander ont mis en place des plans de rénovation thermique de l'habitat plus tôt que nous. Mais plutôt, au fait que le gouvernement allemand n'a jamais hésité historiquement à faire supporter la hausse du coût de l'énergie aux ménages, pour privilégier les industriels. Nous avons fait l'exact inverse, si bien qu'aujourd'hui les Allemands sont en avance sur l'objectif de 20% de gain d'efficacité énergétique, du moins dans le logement.

Bien sur que la France peut s'inspirer de ce qui marche dans les autres pays. Mais les chercheurs sur ces questions soulignent qu'il serait plus avantageux pour tous de décider de projets énergétiques communs, plutôt que de développer chacun dans son coin son "mix énergétique".

Quel est le pays le plus avancé ? Comment l’expliquer ?

En tête du classement, l'Estonie, qui a déjà atteint son objectif pour 2020. Les pays scandinaves (Danemark, Suède, Finlande), l'Espagne ou encore la République Tchèque devraient eux aussi atteindre leurs objectifs rapidement. L'Allemagne a de son côté triplé sa part de renouvelables, qui s'établit à 12,4%, contre 4% en 2004.

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
06.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
07.
Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
amike
- 22/09/2013 - 09:07
Transition écologique ! Mais pour quoi faire ?
- le CO2, à cause du réchauffement climatique ? Mais allez chercher l'information ailleurs... Le GIEC panique à l'idée que l'arrêt du réchauffement climatique depuis 15ans (alors que le CO2 sort à fond) puisse les mettre au chômage. C'est un problème mineur en France...

- le pétrole : C'est moins le pic (je rappelle que selon ses promoteurs, le pic devait se produire en 2010, avec un prix à 300$ constant) que les sources d'approvisionnement qu'il faut garantir.

- Les alternatives : pour moi, tant que le coté batterie (stockage de l'énergie à long terme) n'aura pas été résolu, les aides à la production d'électricité (eol,solaire) sont "du vol", point. Les smart grids et l'amélioration de nos centrales sont la réalité en France, il faut arrêter d'imaginer d'être sur une île ... Savez vous qu'il existe des théorie de production d'énergie électrique nucléaire alternatives (sels de thorium) ?

- Les économies : Pitié ! Fuyez comme la peste (ou avec un baton trés long) toute mesure fiscale pour les économies ou la production d'électricité, si vous êtes un simple particulier : vous n'êtes pas le bénéficiaire, mais le pigeon car ce sont des appâts...

MauvaiseFoi
- 22/09/2013 - 07:25
Comique
Simplet et sa bande de nains sont notoirement compétents pour traiter les problèmes de 2030 voire 2050. Et pourquoi pas 3140 ?
Mais pour demain matin ?
RIEN, NOTHING, NADA ...
prochain
- 21/09/2013 - 17:23
yt75 remet ça sur le pic pétrolier ce qui est vrai pour ceux...
...qui n' ont pas de pétrole ni n'en veulent pas, il faudrait savoir...la propagande de ces écolos de canapé champions de la décroissance qui imaginent que leurs acquis "garantis" seront éternels...sur le dos des autres.