En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

04.

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

05.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

06.

Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct

07.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 4 min 22 sec
décryptage > International
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

il y a 54 min 14 sec
décryptage > Culture
N’oublie pas leurs petits souliers

Petit (riche) papa Noël : mais au fait, que rapportent les tubes de Noël chaque année à leurs auteurs ?

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Europe
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 13 heures 8 min
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 14 heures 54 min
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 18 heures 42 min
light > France
Mauvaise camaraderie ?
Miss France 2020 : les ultimes heures de la compétition avant le sacre auraient été marquées par des tensions entre les candidates
il y a 19 heures 56 min
pépites > Social
Prévisions
Grève SNCF : Edouard Philippe exige un "plan de transport" pour les fêtes
il y a 22 heures 1 min
décryptage > Economie
Sommet

Sous les BRICS, la Chine

il y a 29 min 32 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Discours de l’anti-méthode

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

il y a 2 heures 27 min
décryptage > France
Usual Suspects

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 12 heures 57 min
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 14 heures 22 min
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 15 heures 51 min
pépites > Politique
Confiance
Edouard Philippe considère que la "bonne foi" de Jean-Paul Delevoye est "totale"
il y a 19 heures 17 min
pépite vidéo > Sport
Valeurs du sport bafouées
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a été huée et menacée par des supporters lors d'un match du Red Star
il y a 21 heures 19 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La genèse de Huaweï : comment le génie et les idées de Ren Zhengfei ont révolutionné les télécoms et l'industrie en Chine

il y a 22 heures 45 min
© Photo DR
© Photo DR
Bonnes feuilles

Défiance, dérision, violence : les symptômes d'une France en dépression collective

Publié le 14 septembre 2013
François Miquet-Marty a recueilli la parole de femmes et d'hommes de tous horizons sur l'impact de la crise économique au quotidien. Extrait de "Les nouvelles passions françaises" (1/2).
Sociologue et sondeur, François Miquet-Marty est président de Viavoice, institut d’études et de conseil en opinions. Il a notamment publié L’Idéal et le Réel : enquête sur l’identité de la gauche (Plon, 2006).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Miquet-Marty
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sociologue et sondeur, François Miquet-Marty est président de Viavoice, institut d’études et de conseil en opinions. Il a notamment publié L’Idéal et le Réel : enquête sur l’identité de la gauche (Plon, 2006).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Miquet-Marty a recueilli la parole de femmes et d'hommes de tous horizons sur l'impact de la crise économique au quotidien. Extrait de "Les nouvelles passions françaises" (1/2).

« Venise a la qualité de disparaître en un instant . »

Cette volonté de réinvention de la société française est d’autant plus notable que la France est aujourd’hui en proie à une profonde dépression collective. Une dépression et non un vague à l’âme, ou une inquiétude, une mélancolie, un désenchantement. Mais une dépression collective et non un agrégat de situations individuelles.

Une France dépressive

Ampleur d’une dépression

Le trouble que connaît la France n’est pas réductible à la « crise » économique, sociale et financière qui s’est accélérée à l’automne 2008. Un taux de croissance du PIB proche de zéro, un taux de chômage dépassant les 10 %, une dette publique de plus de 1500 milliards d’euros constituent bien évidemment des motifs d’inquiétude. Mais la situation française est particulière. Le malaise, l’autocritique, la dérision fleurissent, ternissent les esprits et les conversations. Alors, pour comprendre, certains évoquent une société qui se délite, un lien social qui se désagrège, des priorités au repli sur soi, un individualisme sinon un égoïsme. Face à la « crise », le mot d’ordre serait gouverné par l’inquiétude pour soi, pour sa propre situation, et les tendances individualistes historiquement à l’oeuvre s’amplifieraient encore.

Ces interprétations négligent la réalité des symptômes que connaît la France actuellement. Les proportions sont édifiantes : 70 % des personnes interrogées estiment que « la France et les Français sont en dépression collective ». La dépression de la France est une pathologie de psychologie collective. Elle est en cela un phénomène de société. La dépression française est celle d’un pays qui ne s’aime pas ou pas suffisamment, un pays qui ne se sent plus bien avec lui-même, un pays qui doute de lui-même, un pays qui ne sait plus où il va.

La dépression française est un malheur masqué. Un malheur sourd, profond, récurrent, que l’on occulte, à mauvais compte, sous une fausse indifférence ou une légèreté facile et feinte.

Défiance, dérision, ball-trap et violence

Cet état dépressif se nourrit de pathologies du lien social. La première est la défiance : 71 % des Français estiment que l’on ne peut pas « faire confiance à des personnes que l’on ne connaît pas ». Et ce sentiment émane de tous les milieux sociaux, de toutes les générations. Il est redoublé par une défiance pour l’avenir du pays : 59 % considèrent que l’on ne peut pas avoir « confiance en l’avenir de la France ». Et, à l’inverse, les trois quarts (75 %) ont « confiance en l’avenir de l’Allemagne » et les deux tiers (67 %) en « l’avenir des États-Unis ». Dénigrement ou pessimisme pour soi, éloge ou optimisme pour les autres.

La deuxième pathologie est celle de la dérision. Une société dépressive est une société qui se délecte de railleries perpétuelles sur elle-même. Comme si elle ne s’appréciait plus, comme si elle entendait résolument imposer une distance avec soi. Les trois quarts des Français soutiennent que l’on « critique tout trop facilement » (77 %), et que l’on se « moque trop souvent des autres » (73 %). La dérision s’érige en exercice universel, à l’encontre des politiques, des dirigeants, des riches, des patrons, de ceux qui ne nous ressemblent pas, et peut être encore de ceux qui nous ressemblent. Un rire qui n’est pas un rire de bienveillance, mais de rejet, d’ostracisme. On rit avec délices au spectacle d’un dirigeant politique qui prend la parole. On rit plus encore dans les journaux satiriques, dans les tribunes libres, face aux Guignols qui font commerce de la stigmatisation festive. On rit avec réjouissance sur TF1, au gré d’un humoriste célèbre qui raille, le journal de 20 heures à peine achevé, les personnalités qui ont fait l’actualité. La cérémonie de déconstruction succède à l’information, et érige le dénigrement en conclusion fédératrice.

En 1974, il y a quarante ans, un anthropologue publiait un ouvrage resté célèbre : La société contre l’État. Pierre Clastres était allé au Paraguay, à la rencontre des Indiens Guyaki. Il observait dans cette société que la prise de parole du chef s’accompagnait de l’indifférence ou des rires de son peuple. Attitude de refus du pouvoir, expliquait Clastres, qui décelait dans ces sociétés « sans Histoire » en réalité un puissant moteur de refus de l’historicité. La société française, pourtant si historique par son parcours depuis la Révolution française et par son identité nourrie de visions de l’Histoire, fait aujourd’hui singulièrement écho à la société des Guyakis. À la manière des Guyakis, les Français rient face au spectacle du pouvoir, ou se détournent et investissent leur vie personnelle, leur travail, leur jardin, leur famille. À la manière des Guyakis, les Français critiquent sans vergogne ceux qui les dirigent, et se délectent volontiers de leur éventuelle déchéance politique ou médiatique.

Cet état d’esprit nourrit une troisième pathologie : le « ball-trap politique ». Les présidents de la République devenus si massivement impopulaires, décriés et volontiers moqués (Nicolas Sarkozy, François Hollande) avaient pourtant été élus avec des taux de participation massifs : 84 % concernant le premier, 80 % pour le second. Ces scores semblent désigner un paradoxe : un phénomène de désaffection majeur qui cependant ne parvient pas à ruiner, ni même à fragiliser, des pratiques d’implication collectives. On pourra y voir l’effet d’une personnification de la vie politique, qui incite les électeurs à soutenir leurs favoris comme à une course d’équitation, un match de football, ou un tournoi de stars. Il semble pourtant que la politique, même starifiée, dit et engage bien davantage que des compétitions sportives ou « people ». Cette étrange ambivalence – participation et dénigrement – apparaît plutôt comme le révélateur d’une société qui ne s’aime pas. D’un pays en crise psychologique, précisément, où se conjuguent désir d’affirmation collective de soi, et simultanément rejet de l’image incarnée par ses chefs d’État. Une volonté d’auto-contemplation aussitôt suivie d’un geste de destruction. Une ambition de connaissance de soi, et une incapacité à en accepter l’image ou le reflet. Ségolène Royal, icône de la gauche, catalysatrice d’espoirs aujourd’hui presque oubliés, bénéficiait au printemps 2007 d’une popularité avoisinant les 60 %… et avait recueilli, à la primaire « ouverte » de 2006, 60 % des suffrages exprimés par les adhérents. Il y eut une « évidence Royal ». Et il y eut bien évidemment le dénigrement de son image, certes accéléré par la défaite à la présidentielle de 2007, mais si puissamment entendu qu’il apparaît désormais, lui-même, comme une évidence.

Nicolas Sarkozy, au lendemain de ce même scrutin présidentiel, à l’été 2007, triomphait auprès de l’opinion et apparaissait alors parfois comme un président si talentueux et populaire qu’il semblait voir sa réélection assurée en 2012… Il y eut une « évidence Sarkozy », cependant si rapidement balayée, dès le mois de janvier 2008, avec des pertes de popularité de près de 20 points, consacrant l’incompréhension face à un homme qui semblait afficher ses bonheurs personnels, alors que la France s’estimait, au même moment, de plus en plus éprouvée par la « vie chère ».

Les années qui suivirent ont ajouté les quolibets aux moqueries, les indignations entendues aux stigmatisations, à l’endroit d’un homme qui soudain apparaissait, crise économique aidant, incompétent, inconstant, trop communiquant… Mais également trop petit, trop nerveux, trop vulgaire, trop « bling bling », trop « président des riches ». En quelques mois, la France est passée du soutien massif à la dénonciation de convention.

En 2012, l’histoire, bien évidemment en des termes différents, s’est reproduite dans son principe. François Hollande n’a certes jamais bénéficié des scores de popularité dont son prédécesseur a pu se prévaloir. Et l’état de grâce n’a pas véritablement existé. Mais le candidat socialiste a suscité de réels espoirs à gauche, l’idée d’un vrai « changement » et d’une efficacité. Mais dès l’automne, celui qui disposait de popularités supérieures à 50 % en été, se voyait privé de ce crédit, désapprouvé par 65 % des Français. Les défauts d’image imputés deux ou trois ans auparavant à François Hollande se sont à nouveau fait jour, et les railleries collectives, amplifiées par les critiques médiatiques, ont prospéré. En quelques années, la France épuise ainsi l’image de ses dirigeants effectifs ou potentiels, tour à tour reconnus puis décriés. Hissés sur le pavois puis entraînés en déchéance de réputation. De gauche ou de droite indistinctement.

Extrait de "Les nouvelles passions françaises : refonder la société et sortir de la crise", François Miquet-Marty, (Michalon éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

04.

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

05.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

06.

Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct

07.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Glop Glop
- 15/09/2013 - 10:04
Je n'ai pas le sentiment...
... d'une France qui déprime mais plutôt d'une France qui réapprend à se connaître, qui décide doucement mais sûrement de se réapproprier le droit et le devoir de penser par elle-même. Etrangement et contrairement à ce qui est écrit, l'égoïsme semble s'effacer de plus en plus au profit d'une recherche collective par petits groupes fusionnant les uns avec les autres, une quête de complémentarité à plus grande échelle avant de se séparer pour redéfinir d'autres groupes et ainsi de suite. Les dirigeants (comprendre les politiciens et issus des grandes écoles de pseudo direction et management politico-économique) sont mis à l'écart, raillés, moqués, parce qu'ils apportent eux-mêmes le produit qui le permet: leur incompétence réelle et vérifiable, exactement comme un Capitaine qui ne saurait pas faire le point alors que le moindre membre de son équipage lui, le saurait. Les Français ne sont pas dépressifs, ils sont fatigués d'entretenir tout et n'importe quoi. Le paquetage est lourd et sera allégé, débarrassé du superflu.
Ganesha
- 15/09/2013 - 03:37
Marine Le Pen
François Hollande avait suscité l'espoir par son discours du Bourget...
Espérons que Marine Le Pen fera preuve de plus de courage et de force d'âme !
sandhom
- 14/09/2013 - 20:39
Ben voyons
On oublie, Mr Miquet-Marty, l'influence massive de la presse et des médias en général sans oublier les sondages joliment "troussés" par les instituts en fonction des besoins. Une presse particulièrement orientée et inféodée qui fait et défait les hommes politique et participe de beaucoup à cette dépression.