En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 53 min 40 sec
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 3 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 5 heures 45 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 8 heures 31 sec
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 11 heures 38 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 2 heures 35 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 5 heures 38 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 6 heures 44 sec
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 6 heures 56 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 55 min
Jackpot

Mais à qui et à quoi adhèrent les donateurs de la collecte record de 11 millions d’euros de l’UMP ?

Publié le 10 septembre 2013
Si le parti, soulagé de ses problèmes financiers, respire ; reste à savoir qui pourra récupérer politiquement un succès que Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy semblent déjà se disputer.
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le parti, soulagé de ses problèmes financiers, respire ; reste à savoir qui pourra récupérer politiquement un succès que Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy semblent déjà se disputer.

Atlantico : Jean-François Copé a annoncé dimanche 8 septembre que l'UMP avait atteint les 11 millions d'euros nécessaires au remboursement des comptes de campagnes de Nicolas Sarkozy invalidés par le Conseil constitutionnel. Dans l'immédiat, qui vous apparaît le mieux placé pour récolter les fruits politiques de cette réussite ?

Jean Pétaux : Il est difficile de se prononcer si tôt. La prudence invite à ne désigner le vainqueur d'une telle opération qu'après quelques mois, le recul étant ici nécessaire. On pourrait très bien voir cette première victoire se transformer en une victoire à la Pyrrhus qu'il serait incapable d'exploiter par la suite. Pour faire plus simple, on peut gagner une bataille sans pour autant gagner la guerre. Ce que l'on peut déjà dire néanmoins, c'est que Nicolas Sarkozy a su administrer la preuve que l'appel qu'il a lancé auprès des militants a reçu un écho certain, ce qui sous-entend que sa capacité de mobilisation est plus ou moins intacte. Autre élément positif pour l'ancien président, il a réussi à obliger tous les grands cadres du parti à mettre la main à la poche, parfois en leur tordant un peu le bras si nécessaire. Cette action semble le confirmer dans son statut de président officieux du parti, momentanément "empêché" par les événements, mais bien susceptible de revenir à terme dans l'arène politique.

On peut cependant modérer ce constat en considérant que beaucoup de militants ont certes contribué à la remise à flot du parti, mais en gardant bien à l'esprit que la campagne de Nicolas Sarkozy était à l'origine de cette situation. Les militants ont répondu à l'appel, tout en se disant qu'on ne les y reprendrait plus. Dans ce contexte, on peut se dire que cette contribution financière de taille a eu pour objectif de sauver davantage l'UMP en soi plutôt que son ancienne figure de proue. Ainsi, ce que la presse a appelé un peu rapidement le "Sarkothon" ressemble, selon moi, davantage à une sorte "d'UMPthon", ce qui ne revient pas au même.

A contrario, chez Copé, on a l'impression que la déclaration de dimanche soir ressemblait pour beaucoup à un baiser de la mort en direction de l'ancien président. D'une certaine manière, il peut aujourd'hui se dire qu'on ne pourra pas lui reprocher d'avoir tiré sur l'ambulance Sarkozy, mais aussi qu'il est désormais dédouané de toute obligation envers lui. Ce n'est ainsi pas un hasard si le maire de Meaux a levé le tabou quelques jours après l'appel à contribution sur le droit d'inventaire du quinquennat précédent.

Les "jeunes loups" du parti se sont volontairement tenus à l'écart de l'affaire. Doivent-ils s'en mordre les doigts pour autant ? 

Je pense que cette génération post-Sarkozy (Le Maire, Pécresse, Wauquiez, Bertrand) est dans une posture assez similaire à celle des cadres du RPR après la défaite de Chirac en 1988. Un corpus de frondeurs s'était ainsi formé autour de Philippe Séguin et de Charles Pasqua pour critiquer vertement les actions de l'ancien leader. On a vu alors fleurir un peu partout des "rénovateurs" qui réclamaient une refonte programmatique du parti. Une partie non négligeable de ces cadres a d'ailleurs fini par rejoindre Balladur en 1993. Il ne serait donc pas étonnant dans ce contexte de voir la génération actuelle, qui a fait ses classes sous le quinquennat précédent, tenter tout ce qui est possible pour "tuer le père" et dégager l'espace politique. Dans cette même logique de remise en cause, les "quadras" de l'UMP se sont logiquement tenus à l'écart de l'affaire des fonds de campagne en se disant qu'il était préférable de voir Copé et Fillon prendre les coups tandis qu'ils restaient opportunément sur le banc de touche.

Peut-on dire par ailleurs que cette réussite est un signe favorable pour l'UMP dans le cadre de sa reconstruction, ou assiste-t-on simplement au début des ennuis ?

Quelle que soit la formation politique, tant qu'elle est d'importance, le problème de la gestion des différends courants pose logiquement problème. Cela peut déboucher sur une guerre des chefs qui finit par donner aux militants une impression négative et décourageante. Il est pour l'instant clair que l'UMP n'a pas retrouvé aujourd'hui la sérénité qui la caractérisait avant les événements d'octobre 2012. Fillon et Copé ont eu beau jeu de signer une "paix des braves", toute personne un peu attentive ne pourra s'empêcher d'entendre le cliquetis des couteaux que l'on affûte. Si l'UMP respire financièrement, la question de l'unité politique reste donc à régler.

Plus largement, pour ce qui est de la place politique de l'UMP au sein de la droite en général, on observe au centre-droit des personnalités comme Borloo et Bayrou tenter de ressusciter un UDF capable de faire concurrence à ce que l'on pourrait appeler la droite "forte", mais il est difficile de théoriser sur l'avenir d'une situation qui reste hypothétique. Pour ce qui est du Front national, on peut rester sceptique sur les capacités de Marine Le Pen à engranger des scores suffisamment importants aux municipales, ce qui devrait offrir un certain répit à l'UMP. Si le FN peut effectivement décrocher quelques mairies, comme celle d'Hénin-Beaumont, on assistera probablement à une recomposition massive des forces en présence à droite. L'enjeu sera cependant bien plus complexe pour les européennes où la formation des Le Pen enregistre traditionnellement  des scores importants.

 Propos recueillis par Théophile Sourdille

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jeanne1412
- 11/09/2013 - 15:48
MOI AUSSI J AI DONNE POUR SARKO
pour toutes les raisons déjà si bien exprimée par mes prédécesseurs,
et pour la démocratie
et CONTRE LA POLITIQUE ACTUELLE
HOLLANDE DÉGAGE ! tu ruines la France !
calydol
- 11/09/2013 - 01:24
Don UMP
Vous vous posez des questions bien inutiles. Comme une immense partie des donateurs, j'ai donnée POUR SARKO et rien que pour lui, pas même pour l'UMP. J'ai donné comme témoignage de gratitude pour ses années de présidence, le temps où la France était belle et heureuse malgré les difficultés économiques (comprenez par opposition à aujourd'hui). J'ai donné en espérant qu'il revienne aux présidentielles de 2017. J'ai donné pour le convaincre de revenir... S'il ne revient pas, je voterai pour Marine le Pen car aucune voix de l'UMP ne me parle en dehors de NS.
Jamar
- 10/09/2013 - 21:46
le don...
...servait d'abord à empêcher que la gauche ne se retrouve en position de trop grande force, au cas où la faillite aurait été déclarée. Mais de là à en conclure que la participation au sarkothon signifie que l'on approuve l'ump les yeux fermés, il y a de la marge ; et trop de gens qui ne savent pas vraiment s'ils sont mâle ou femelle, dans ce parti... Jamar.