En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 1 heure 17 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 1 heure 52 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 5 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 19 heures 25 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 1 heure 26 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 2 heures 9 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 4 heures 13 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 19 heures 13 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 20 heures 13 min
© Reuters
Les revenus des 1% les plus riches ne proviennent qu'à 39% du travail.
© Reuters
Les revenus des 1% les plus riches ne proviennent qu'à 39% du travail.
Money, money, money !

Comment les 1% les plus riches gagnent vraiment leur argent

Publié le 10 septembre 2013
Alors que l'ensemble de la population tire 64% de ses revenus du travail, les ressources des 1% les plus riches n'en proviennent qu'à 39%, souligne une étude du Tax Policy Center. Une publication qui rappelle qu'à l'origine de toute fortune, on trouve l'investissement.
Nathalie Cariou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Cariou est consultante en intelligence financière. Elle accompagne les particuliers et les professionnels dans leur relation à l’argent et sur le chemin de leur indépendance, financière ou professionnelle. Elle est l’auteur de deux livres :...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'ensemble de la population tire 64% de ses revenus du travail, les ressources des 1% les plus riches n'en proviennent qu'à 39%, souligne une étude du Tax Policy Center. Une publication qui rappelle qu'à l'origine de toute fortune, on trouve l'investissement.

Atlantico : Une étude de Tax Policy Center a récemment révélé qu'aux Etats-Unis, les ressources de la population dans son ensemble provenaient à 64% des revenus du travail, alors que les revenus des 1% les plus riches n'en proviennent qu'à 39% (lire ici). Pour les 1% les plus riches, viennent ensuite les investissements (29%) et les revenus d’entreprise (24%). La situation est-elle comparable en France ?

Nathalie Cariou : L’étude de Tax Policy Center semble mettre à bas tous les clichés que l’on véhicule généralement sur les riches, à fortiori les 1% les plus riches ! A savoir que ce serait d’heureux (ou malheureux) oisifs sirotant sans discontinuer des cocktails au soleil à bord de leurs yachts de luxe. De quoi devenir vite gras et déprimés à force d’inactivité et d’absence d’objectifs !

Le Tax Policy Center nous rappelle que la réalité est tout autre : les riches ne sont pas, dans leur grande majorité, des inactifs. Ils travaillent et s’occupent de leurs investissements. Ce qui n’est pas non plus une sinécure !

Désolée pour les joueurs de loto occasionnels ou réguliers qui s’imaginent qu’une fois le gros lot gagné, il n’y a plus rien à faire.
Devenir riche demande du travail ... le rester également.

En France comme ailleurs, la richesse signifie à coup sûr plus de confort, plus de facilité, plus d’opportunités dont on peut tirer partie ... mais elle signifie aussi décider, agir, être responsable, rester maître de sa vie. Autant de mots difficilement compatibles avec la notion d’inactivité ou de retraite, même dorée !

D’ailleurs, est-ce la richesse qui rend responsable ? Ou la capacité à être intégralement responsable de sa vie qui crée la richesse ?


Concrètement, comment les 1% de Français les plus riches le deviennent-ils ?

Certains vous diront qu’il faut travailler pour gagner de l’argent. De là à en déduire qu’il faut travailler un peu pour gagner un peu d’argent et qu’en travaillant beaucoup vous gagnerez beaucoup d’argent, il n’y a qu’un pas, que l’on peut allègrement  franchir.

A tort.

Car à quelques grands patrons près, la base de tout enrichissement c’est l’investissement. L’argent que l’on gagne "à la sueur de son front" est un bon début, pour amorcer la pompe (il faut bien un peu d’argent pour investir !) mais c’est un moyen qui atteint vite ses limites.

D’abord parce que la capacité de travail de chaque individu est limitée ; d’autre part parce que l’effet de levier associé au travail est lui aussi limité. Or utiliser un effet de levier, quel qu’il soit, est ce qui a fait les 1% de Français les plus riches.

Qui dit effet de levier dit investissement. Investissement en temps (en créant sa propre activité par exemple) ; en argent (ce sont les placements financiers) ; voire en utilisant l’argent des autres (du banquier dans le cas d’un projet immobilier).
 
D’ailleurs, les plus grosses fortunes françaises ne sont pas entre les mains de salariés, même grassement payés, mais aux mains de "propriétaires – entrepreneurs" : Bernard Arnault, François Pinault, Serge Dassault, Xavier Niel pour n’en citer que quelques- uns.

Et notre exception française : Liliane Bettencourt, ne fait exception à la règle que si l’on oublie qu’elle est l’héritière du créateur de l’Oréal. Ce qu’elle n’a pas fait elle-même, son père l’a fait pour elle.

Les 1% des plus riches sont des personnes qui travaillent sans relâche et prennent leur retraite très tard. Même à la retraite, ces personnes continuent de travailler. Être acharné du travail est-il une source de revenu pour les 1% les plus riches ?

Devient-on riche en travaillant beaucoup ? Certainement pas s’il s’agit d’un travail salarié.

Mais dès qu’il s’agit de créer une entreprise, il est certain – tous les entrepreneurs vous le diront – qu’une certaine quantité de travail est nécessaire pour réussir. Le mirage du "devenir riche sans rien faire" est réservé aux gagnants du loto.

Or, une grande partie des riches sont entrepreneurs, propriétaires ou dirigeants d’entreprise. Ils ont probablement travaillé beaucoup, à une certaine période de leur vie. Arrivés à l’âge normal de la retraite, travailler 5 jours au lieu de 7 équivaut pour eux à des quasi vacances.

Encore plus si cette activité moins dense s’accompagne de la possibilité de travailler "ailleurs" (au soleil, au bord de la mer, au ski, dans un tout autre cadre que celui d’un bureau).

Travailler plus, ou plus longtemps, n’est le rêve de personne quand il s’agit d’assurer sa subsistance en échange de nombreuses heures (et années) d’un travail dans lequel on est plus ou moins investi.

Mais les plus riches ont cette chance de "travailler" à faire ce qui leur plaît – certains diront ce qui les amusent.
Normal donc qu’ils aient envie de s’amuser le plus longtemps possible. Normal qu’ils aient envie de se sentir actifs, dans une occupation qui leur apportent le sentiment – que nous recherchons tous – de se réaliser.

Et ce d’autant plus facilement qu’ils n’ont plus l’obligation financière de travailler.  Après tout, n’est-ce pas la (seule ?) définition universelle de la richesse : avoir le choix de faire ce que l’on fait et de mener la vie que l’on a envie d’avoir, sans contrainte financière ?

C’est pourquoi je parle davantage personnellement de liberté financière que de richesse – et que nous continuerons, pendant quelque temps encore, à essayer vainement de mettre un chiffre sur la richesse : car on n’est pas riche à partir d’un certain montant ... on est riche quand on a la liberté de ses choix. Y compris celui de continuer à travailler quand c’est ce qui nous passionne.

Une autre étude de Bank of America a récemment révélé que seuls 16% des millionnaires prévoient d’investir massivement leurs réserves en cash à court terme. Les riches épargneraient beaucoup à un rythme record et investiraient peu. Doit-on considérer qu’un fort taux d’épargne favorise le niveau de richesse ? Comment ?

Que faire de son argent quand on en a ? L’épargner ? L’investir ? Où ? En bourse, dans l’immobilier, dans des entreprises risquées ? Ces questions, que tout un chacun se pose dès qu’il a quelques économies devant lui, les 1% les plus riches se les posent également.

En ayant tiré semble-t-il quelques leçons de la crise de 2008 :

  • Nos économies (occidentales ou mondiales) sont manifestement moins stables qu’elles pouvaient l’être il y a encore quelques années : croissance molle, cycles économiques plus courts, retournement de marché rapide, fragilité accrue par la mondialisation

 

  • Le monde change toujours plus vite et notre visibilité sur ce que sera l’avenir à court terme s’est terriblement réduite (et a totalement disparu sur le moyen terme)

 

  • Avoir une stratégie d’investissement unique, sans diversification, peut coûter très cher lorsque le marché se retourne, que l’économie toute entière - ou un secteur économique - rentre en crise (crise des subprimes, crise financière ...)

 

Et les riches redécouvrent alors une règle qu’ils avaient oubliée (ou pas encore apprise), portés qu’ils étaient par des années de relative stabilité économique et d’enrichissement facile : toute stratégie d’accroissement de richesses (nécessairement basée sur des investissements à risque) doit s’accompagner d’une volonté quasi identique de conservation et de consolidation des richesses acquises. Au risque de tout perdre au prochain ouragan. Ou de devoir vendre, faute de liquidités, au moment le moins favorable.

D’où des taux d’épargne des riches trois fois plus élevés qu’en 2009, à côté d’investissements massifs, sur le marché boursier particulièrement, pour profiter de la belle reprise de la bourse américaine.

Mais il y a une deuxième leçon derrière ces chiffres. Elle vaut pour chacun, même ceux qui n’appartiennent pas au cercle fermé des 1% les plus riches :

C’est bien notre épargne qui fera notre richesse. A condition qu’elle soit, pour partie au moins, investie pour travailler à notre place.  L’argent thésaurisé – les "réserves en cash" dont il est fait mention plus haut – n’a jamais permis à personne de s’enrichir. Pas grave pour les riches qui, sûrement, n’ont pas tant que ça besoin d’avoir plus. Probablement plus grave pour ceux et celles qui sont décidés à modifier leur situation financière, à s’enrichir, pour se donner les moyens d’une autre vie.

Propos recueillis par Karen Holcman.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Quizz79
- 09/09/2013 - 22:35
"devenir riche [...] certainement pas s il s agit d un travail
salarie"

Manque de connaissance total de votre secteur si vous vous considerez "experte" du secteur financier (ce que semble indiquer votre titre)
Avez vous la moindre idee de ce que le top 3% des salaries du secteur financier peuvent gagner en moyenne ?

Je vous assure, plus que ce qu a quoi votre definition de "riche" fait reference ...
rmgl
- 09/09/2013 - 20:56
pour "gagner"
beaucoup d'argent il suffit de faire comme Cahuzac et les ministres qui étaient au parfum comme ils disent, de faire travailler les autres sous menaces de licenciements s'ils ne s'exécutent pas illico presto, de faire la guerre afin de vendre des armes aux belligérants et de se faire verser la compensation de vie etc.
l'homme honnête n'a pas d'avenir.
Logique, la loi du plus fort est toujours… et comme disait Napoléon, la loi est toujours du coté du plus gros canon.
Ganesha
- 09/09/2013 - 10:21
Mafia
Il est bien connu qu'au delà d'un chiffre, relativement bas, il n'est pas possible d'accumuler honnêtement une grande fortune !
Plutôt que de lire les affirmations délirantes de cette dame (mme Bétencourt serait un bourreau de travail) visionnez plutôt un des nombreux films qui nous présentent la carrière des parrains de la Mafia ! Ou alors ceux qui relatent la vie des spéculateurs boursiers, avant qu'ils ne se jettent par la fenêtre du 39ème étage...