En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 36 min 30 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 3 heures 49 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 23 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 31 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 3 heures 57 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 4 heures 41 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 17 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 44 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 21 heures 44 min
© flickr/bob jagendorf
Une simple recherche sur Google avec les mots "les roux" laisse apparaître en première suggestion 'les roux puent".
© flickr/bob jagendorf
Une simple recherche sur Google avec les mots "les roux" laisse apparaître en première suggestion 'les roux puent".
Personne n'en parle

Le roucisme, ou discrimination anti-roux : oui, ça existe et tout le monde en rit

Publié le 14 octobre 2013
Les roux ont été victimes de nombreux préjugés au cours de l'histoire. Si les condamnations ont aujourd'hui disparu, les moqueries persistent.
Valérie André
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie André est professeur d'histoire de la littérature à la Faculté de Philosophie et Lettres à l'Université Libre de Bruxelles.Elle est l'auteure de Réflexions sur la question rousse : Histoire littéraire d'un préjugé (Editions Tallandier, 2007).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les roux ont été victimes de nombreux préjugés au cours de l'histoire. Si les condamnations ont aujourd'hui disparu, les moqueries persistent.

Atlantico : Une simple recherche sur Google avec les mots "les roux" laisse apparaître en première suggestion 'les roux puent". Pourquoi les roux sont-ils encore victimes de préjugés et de moqueries ?

Valérie André : Le phénomène est assez simple et n'a que faiblement évolué dans le temps et dans l'espace. Il s'agit d'un préjugé ancestral si bien ancré dans la conscience collective que l'on ne se rend même plus compte de la nature même du préjugé qu'il constitue. Les blagues et les remarques émises à l'égard des roux ont déjà entendues de tous, lues dans des livres ou vues à la télévision ce qui entraîne une certaine habitude.

"Poil de carotte", "tu as regardé le soleil au travers d'une passoire"... tous ces propos sont hérités de siècles entiers de préjugés sur les roux qui remontent jusqu'à l'antiquité. Les hommes roux sont par exemple souvent réputés agressifs, violents ou colériques... Mais un individu qui entend tout le temps les mêmes moqueries a tendance à anticiper voire à se comporter en victime pour se protéger en amont. C'est typiquement l'effet "poil de carotte".

Cette situation débouche sur une mécanique assez courante : la marginalité ou la minorité va provoquer dans le groupe d'accueil un mouvement extrêmement ambivalent d'attraction ou de répulsion. Dans le cadre de la rousseur, la société a tendance à mettre en avant le caractère négatif.

La rousseur n'est rien d'autre qu'une singularité biologique au sens propre du terme qui se caractérise par certains éléments particuliers dont le résultat est une différenciation dans la composition de pigment que l'on appelle la mélanine qui détermine si un individu est blond, brun ou noir de cheveux. Cette couleur de cheveux représente 3% dans une population où il n'y a pas d'ascendants (parents, ancêtres...) roux. Si l'on se base sur un panel neutre, nous sommes effectivement sur une "anomalie" au sens épidémiologique du terme.

A contrario, il existe également une certaine attraction des roux. Une survalorisation de la rousseur féminine émerge même depuis plusieurs années avec toute une série de produits colorants pour les cheveux, shampoings spéciaux... parfois même pour des raisons associées aux préjugés comme la sensualité de la femme rousse. Nous sommes donc bien dans une ambivalence.

Pouvons-nous parler de discrimination voire de "roucisme" ou simplement de préjugés ?

Nous pouvons tout à fait parler d'une discrimination et, dans une certaine mesure, d'un racisme anti-roux puisque les procédés intellectuels et non-intellectuels sont exactement les mêmes. La seule différence avec le "racisme", c'est qu'il n'y a pas d'ethnie rousse ou de groupe ethnique correspondant à cette singularité.

Les préjugés n'en sont par conséquence que plus tenaces et peu pris en considération car les blagues et moqueries sur les roux apparaissent comme restant dans le champ du politiquement correct. Mais si l'on remplace tous les quolibets émis à l'égard des roux par une référence à un groupe ethnique existant, on se rend rapidement compte que l'on tombe dans le racisme. Des propos parfois incriminés par la loi. Or ce n'est pas le cas avec les références à la rousseur car il ne s'agit pas d'un groupe ethnique particulier.

Quelles peuvent-être les dérives possibles de cette banalisation des propos anti-roux ?

Les dérives sont donc énormes parce que les roux en souffrent individuellement et sont isolés. Cette souffrance est d'autant plus importante qu'avec l'essor des réseaux sociaux nous sommes entrés dans un engrenage puisque la toile favorise l'expansion de propos qui ne sont pas passés au crible de l'auto-censure : c'est une véritable banalisation des propos anti-roux.

Nous avons ainsi assisté à un florilège d'"actions anti-roux" via les réseaux sociaux. L'une d'elle a mal tourné au Canada avec l'organisation d'une "Journée nationale des coups de pied aux roux" qui s'est traduit par plusieurs accidents et l'ouverture d'une enquête policière en 2008. En France, en Savoie, un collégien s'est même pendu en février 2013 à cause de la souffrance qu'il ressentait des moqueries sur les roux dont il était victime. Il y a un vrai problème.

Il serait absurde de mettre ce mouvement anti-roux au même niveau que l'antisémitisme ou autres formes de racisme. Mais il s'agit d'une véritable discrimination susceptible d'évoluer vers une radicalisation.

Une Ginger Pride (une "roux pride") s'est tenue au Royaume-Uni le 10 août dernier. Y a t-il un "sentiment roux" ?

Face à ces événements, une certaine communautarisation des roux se créer de manière artificielle. Cette volonté d'appartenir à un groupe est le propre même de l'altérité : lorsque vous vous sentez minoritaire, vous cherchez à vous rapprocher de ceux qui vous ressemblent.

La surmédiatisation (par rapport aux années précédentes) des discriminations anti-roux tend à favoriser ce rassemblement et cette solidarité entre les rouquins et rouquines, ce qui n'est rien d'autre qu'une réaction aux groupes anti-roux que l'on a pu voir naître ces dernières années.

Comment les roux ont-ils été victimes de préjugés et d'attaques dans l'histoire ? Que savons-nous réellement ?

Les roux ont été victimes de nombreux préjugés ou châtiments au cours de l'Histoire, mais moins systématiquement qu'on ne le pense. Les femmes rousses étaient considérées comme des sorcières au XVIe siècle. Mais lorsque vous regardez les traités composés par les inquisiteurs des chasses aux sorcières, vous ne trouvez pas la rousseur comme trait physique distinctif. Il s'agit surtout d'une idée qui s'est développée bien qu'elle ne corresponde pas vraiment à la réalité de l'époque. Pourtant, dans les livres, les romans, les représentations picturales... il y a beaucoup de sorcières rousses.

De même, l'idée selon laquelle Judas était roux est largement répandue dans la croyance collective. Jusque dans les années 1920, nous retrouvons ainsi dans la plume de beaucoup d'auteurs comme Emile Zola ou Honoré de Balzac l'expression "roux comme Judas". Or aucune référence n'est faite à la couleur des cheveux de Judas dans l'évangile. Il s'agit donc d'une idée qui s'est imposée d'elle-même par la représentation que la société a pu s'en faire. Il reste difficile de déterminer si les roux ont souffert de la mauvaise réputation de Judas chez les chrétiens.

Dans un ordre différent, les prostituées sont souvent rousses dans la littérature du XIXe siècle. C'est récurrent chez certains écrivains comme Emile Zola ou Guy de Maupassant alors qu'aucun élément ne permet de le prouver. Marie-Madeleine est ainsi souvent représentée comme étant rousse alors qu'il n'y a aucune référence à cette rousseur présumée dans les textes bibliques.

Que le personnage soit réel ou pas, roux ou pas... le problème n'est pas là. Le problème est la représentation que la société s'en fait, sous forme de mythe et de fantasme qui s'alimentent dans le temps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Satan
- 20/10/2013 - 01:37
Suppôts de Satan vous dîtes?
Et personne pour parler de la discrimination envers les satanistes??? Encore un scandale occulté!
anakyn
- 14/10/2013 - 13:23
Bah !
Au Moyen-Âge, on les considérait comme les suppôts de Satan et on les brûlait ! Les temps changent......
jemima
- 14/10/2013 - 12:20
un oubli ? ............
vous parlez des religions juive et chrétienne .... mais savez-vous que l'islam prétend que Mohammed était roux ou teint en roux ? ... les roux ont donc la cote ! ...
d'ailleurs le "bon musulman" teint ses cheveux et sa barbe en roux ... à voir surtout au Pakistan ... Afghanistan où c'est très fashion sauf pour les femmes bien entendu pour qui le roux est la couleur de la débauche ...
@Ravidelacreche et Leditgaga ... et le roux bignolle ? .. c'est bon aussi non ? ..