En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 31 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 33 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 15 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 12 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 16 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 55 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 8 heures
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 35 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 38 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
Les salariés deviennent plus productifs par crainte de la récession afin de protéger leur emploi.
© Reuters
Les salariés deviennent plus productifs par crainte de la récession afin de protéger leur emploi.
La supériorité du bâton sur la carotte

La crise a amélioré la productivité des salariés… mais pas forcément pour de bonnes raisons

Publié le 04 septembre 2013
Trois économistes américains révèlent dans une étude que les Etats avec le plus fort taux de chômage sont ceux où la productivité des travailleurs a le plus fortement augmenté. Les facteurs sont nombreux et pas uniquement positifs.
Francis Kramarz est économiste, spécialiste des questions d'emploi et du marché du travail.Professeur à l'école Polytechnique et l'ENSAE, il est également directeur du Centre de recherche en économie et statistique (CREST).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Kramarz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Kramarz est économiste, spécialiste des questions d'emploi et du marché du travail.Professeur à l'école Polytechnique et l'ENSAE, il est également directeur du Centre de recherche en économie et statistique (CREST).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trois économistes américains révèlent dans une étude que les Etats avec le plus fort taux de chômage sont ceux où la productivité des travailleurs a le plus fortement augmenté. Les facteurs sont nombreux et pas uniquement positifs.

Atlantico : Dans un article universitaire "Making Do With Less : Working Harder During Recessions" ("Faire autant avec moins : Travailler plus dur pendant les récessions") trois économistes américains trouvent une corrélation entre niveau de récession et niveau de productivité des travailleurs. Comment expliquer cette corrélation ?

Francis Kramarz : Les chercheurs à l'origine de cette étude - qui démontre une corrélation entre niveau de chômage et productivité des travailleurs - sont très sérieux. Il s'agit d'Edward P. Lazear, Kathryn L. Shaw et Christopher Stanton. Leurs résultats ne portent sur l'étude que d'une seule entreprise. Autrement dit, nous ne pouvons pas faire de généralité pour l'ensemble des entreprises.

Il faut souligner que les salariés peuvent devenir plus productifs en période de crise pour deux raisons principales :

 

- Ils deviennent eux-mêmes plus productifs par crainte de la récession afin de protéger leur emploi.

- Les récessions sont marquées par des phases de licenciements et, lorsque celles-ci surviennent, les travailleurs les moins productifs sont les premiers à être remerciés. Mécaniquement, la productivité moyenne des travailleurs d'une entreprise augmente alors que ces derniers ne travaillent pas spécialement plus dur ou mieux. Nous pouvons donc nous retrouver dans une situation où la productivité augmente simplement parce que les moins productifs sont éjectés des statistiques.


Dans les phases de récession, les entreprises sont toutes touchées par la crise. Mais ce sont les moins productives qui disparaissent. Ce phénomène est vrai à chaque récession. Il s'agit d'une logique Schumpeterienne : la récession a du bon parce qu'elle élimine les entreprises les plus fragiles et les moins productives, même si cela est négatif pour les salariés s'ils ne peuvent pas se redéployer sur d'autres entreprises rapidement.

La pression et les contrôles sur les salariés ont-ils tendance à s’accroître en phase de récession ?

Alexander Mas et Enrico Moretti ont démontré dans une de leurs études que parmi les caissiers et caissières, ceux et celles qui se savent surveillés par leurs collègues ou leurs supérieurs ont tendance à être plus productifs. Le regard des autres augmente donc la productivité. La crise a tendance à renforcer les contrôles sur les salariés ce qui tend à augmenter par conséquent la productivité.

De même, certains travaux - notamment ceux de Cédric Afsa et Pierre Biscourp - démontrent que lorsque la France est passée aux 35 heures, le stress et les accidents du travail se sont accrus. Autrement dit, la baisse du temps de travail a été compensée en partie par plus de productivité au détriment de la santé.

Une telle augmentation de la productivité est-elle moins efficace que celle issue d'incitations diverses - comme une promesse de meilleure rémunération ?

Les parts variables des rémunérations ont des effets incertains. Les chefs d'entreprises ont souvent des stocks options et les études ne permettent pas de démontrer qu'ils accroissent leur productivité avec la crise.

Si une partie de votre rémunération dépend du cours de bourse, vous perdez en rémunération. Vous n'allez donc pas travailler plus sachant que l'effet sur votre sur votre fiche de paie sera nul. Cela dépend donc fortement de l'architecture des incitations mises en place.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 04/09/2013 - 19:20
Tout DRHJ (Jetable) vire chaque mois le % le plus lent...
...Et, mais uniquement en cas de croissance rapide, le DRHJ ré-engage des jeunes + rapides, mais uniquement ceux qui travaillent chez la concurrence, pour faire d'une pierre 2 coups!
Donc un chômeur n'a aucune chance de retrouver du travail!
D'ailleurs, le DRHJ dit du chômeur: il est très très très intelligent!
Tout le monde aura compris...
prochain
- 04/09/2013 - 14:57
Occupez-vous de la productivité de la fonction publique
100 fonctionnaire / 1000 habitants, deux fois plus nombreux que chez nos concurrents donc inefficaces, les frais de fonctionnement ont déjà dépassé la limite du supportable. Ce système n'est efficace que pour produire des chômeurs.
naouak
- 04/09/2013 - 10:06
On savait déjà
L'idée que les gains de productivité viennent aussi de l'élimination des travailleurs les moins productifs n'est pas nouvelles (Cf article suivant, de 2006 : http://www.alain-lambert.org/2006/12/840-productivite-horaire-et-salaire-ou-le-nouveau-dilemme-de-la-poule-et-de-l-oeuf/)
Le coût du travail et les 35 h ont éliminés les travailleurs les moins productifs, les plus fragiles, pour accroitre le chômage structurel. C'est tout notre système éducatif qui est à revoir, mais nos très reac socialistes ne sont pas prés de toucher à leurs clientèles