En direct
Best of
Best Of
En direct
Qu'est-ce que l'ironie ?
Second degré
Ce que l'ironie révèle de nos pensées
Publié le 31 août 2013
La "bonne vieille ironie" des premiers James Bond sera réinjectée dans le prochain opus de la franchise britannique, a déclaré Daniel Craig. Antoine de Caunes, de son côté, dans la présentation de son "Grand Journal" déclarait "ne pas vouloir faire de l'ironie froide". Reste à savoir ce que l'on met derrière le mot.
Sylviane Barthe-Liberge est psychologue clinicienne et psychothérapeute. Elle anime et publie sur son site personnel : www.consultations-psychologue.com.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylviane Barthe-Liberge
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylviane Barthe-Liberge est psychologue clinicienne et psychothérapeute. Elle anime et publie sur son site personnel : www.consultations-psychologue.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La "bonne vieille ironie" des premiers James Bond sera réinjectée dans le prochain opus de la franchise britannique, a déclaré Daniel Craig. Antoine de Caunes, de son côté, dans la présentation de son "Grand Journal" déclarait "ne pas vouloir faire de l'ironie froide". Reste à savoir ce que l'on met derrière le mot.

Atlantico : La "bonne vieille ironie" des premiers James Bond sera réinjectée dans le prochain opus de la franchise britannique, a déclaré Daniel Craig, ajoutant ne pas vouloir "tomber dans le pastiche". Quelle est la fonction de l’ironie ? Pourquoi l'utilise-t-on ?

Sylviane Barthe-Liberge : L’ironie a surtout une fonction de critique vis-à-vis d’une situation ou d’une personne, et généralement pour la rendre plus acerbe. Elle est une forme de raillerie. Catherine Kerbrat-Orecchioni insiste sur la position offensive de l’orateur ironique qui ainsi "attaque, agresse, vise une cible" et constate que l’ironie "décrit généralement en terme valorisant une réalité qu’il s’agit de dévaloriser".

Freud a d’ailleurs développé cette hypothèse en 1905, précisant que l’ironie permettait une agressivité qui, dans son sens littéral, serait inacceptable socialement. Colston a lui aussi soutenu cette idée en 1997. Socrate, par exemple, en son temps, utilisait l’ironie afin de mettre ses interlocuteurs face à leur ignorance (ayant ici une fonction dénonciatrice entraînant une prise de conscience).

Par ailleurs, l’ironie permet d’avoir l’air drôle. Mais elle peut aussi laisser la place à l’ambiguïté, permettant les sous-entendus. L’ironie a également une fonction de cohésion sociale : pour ironiser, il faut être initié ! Donc ceux qui saisissent l’ironie vont se reconnaître mutuellement. Dans tous les cas, l’ironie permet d’exprimer une pensée plutôt agressive, mais sans en avoir l’air. On va donc la manier soit sur le mode offensif, soit sur le mode défensif (hypothèse notamment développée par Alain Berrendonner). Mais dans tous les cas, elle est une "arme verbale".

"Derrière toute plaisanterie se cache un fond de vérité", a-t-on coutume de dire ou d’entendre. L’adage se vérifie-t-il en ce qui concerne l’ironie ? En quoi cette dernière est-elle révélatrice de nos pensées ?

En effet, si on part du principe que l’ironie permet de sous-entendre une idée, alors effectivement elle soulève un voile de vérité. En usant de l’ironie, nous entretenons plus ou moins l’ambiguïté sur le sens de nos propos et en modulons la portée. Ainsi, nous nous épargnons de prendre le risque d’exposer clairement nos pensées ou nos intentions, mais pour autant, nous les suggérons plus ou moins fortement. C’est une manière de doser la teneur des échanges, sans trop s’exposer. Donc un moyen de se protéger, en contrôlant ce que nous donnons à voir de nous-mêmes.

Les personnes maniant fréquemment l’ironie ont-elles un profil psychologique particulier ? Est-ce l’arme - ou le bouclier - des cyniques ?

Sans tomber dans la caricature, nous pouvons tous user à un moment ou un autre de l’ironie. User, mais pas abuser ! Cependant, l’ironie (comme mode de communication régulier) relève plus du caractère sadique en général. Ceux qui abusent fortement de l’ironie offensive (donc de l’arme), ce sont les manipulateurs (et à l’extrême, les pervers narcissiques). L’ironie permet un double langage très utile aux manipulateurs, avançant leurs idées sournoisement, sans en assumer la responsabilité. C’est un bon moyen pour créer le doute, mais aussi menacer indirectement. Nous sommes sur le registre de l’ironie, dont l’agressivité est tournée sur autrui, par excellence.

En revanche, en ce qui concerne l’ironie défensive (avec une agressivité retournée souvent contre soi), on va davantage retrouver des gens qui manquent de confiance en eux et qui ont une faible estime d’eux-mêmes. Souvenez-vous de l’adage qui dit que la meilleure des défenses reste l’attaque. Et là, l’ironie est un bouclier.

A l’inverse, quel est le profil psychologique de la personne ne sachant pas manier, et surtout ne comprenant pas l’ironie ? Pourquoi ne maîtrisons-nous pas tous les mêmes degrés d’humour ?

Il me semble que la personnalité obsessionnelle est sans doute celle qui est le moins susceptible de manier et de comprendre l’ironie, éprouvant déjà des difficultés avec l’humour. Dans sa forme la plus typique, le conflit psychique de l’obsessionnel s’exprime par des symptômes dits compulsionnels (idées obsédantes, compulsions d’actes indésirables, lutte contre les pensées et tendances, rites conjuratoires…). Le mode de pensée est caractérisé par la rumination, le doute, les scrupules. Ce qui aboutit à une inhibition de la pensée et de l’action. Et ce qui ne permet pas l’once de créativité nécessaire à l’ironie.

En fonction de nos structures de personnalité et de notre affirmation de nous-mêmes, nous ne pouvons pas être « égaux » face à l’ironie. Il en va de même pour l’humour. Les personnes rigides, obsessionnelles par exemple, vont prendre les discours au premier degré, ne saisissant pas forcément les subtilités langagières. L’humour nécessite un certain détachement de soi-même. En psychologie, l’humour est un mécanisme de défense mature soulignant une personnalité élaborée et affirmée.
Prenez par exemple une situation qui vous met, vous personnellement, en difficulté (parce qu’elle vous renvoie à une blessure narcissique) : vous aurez bien plus de mal à prendre du recul et à en rire que si vous êtes dans une situation qui ne touche pas une de vos failles narcissiques !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
2bout
- 31/08/2013 - 18:27
Sylvianne,

S'exprimer en ces termes : "On va faire une pause fiscale ! " permet-il de faire reconnaitre à vos interlocuteurs votre capacité à pouvoir être drôle comme vous l'écrivez ? Ou faut-il y voir les propos d'un manipulateur qui n'assume pas, un sadique ou un pervers narcissique ?