En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 36 min 20 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 8 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 6 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 41 sec
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 5 heures 13 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 5 heures 34 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 8 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 1 heure 53 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 2 heures 37 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 3 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 4 heures 44 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 7 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 5 heures 42 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 38 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 6 heures 8 min
© Reuters
Dès son arrivée à l'Intérieur, Manuel Valls, né en Espagne et naturalisé Français à 20 ans en 1981, avait annoncé son intention de "relancer" les naturalisations".
© Reuters
Dès son arrivée à l'Intérieur, Manuel Valls, né en Espagne et naturalisé Français à 20 ans en 1981, avait annoncé son intention de "relancer" les naturalisations".
Portrait robot

14% de naturalisations supplémentaires en 2012 : qui sont les nouveaux Français ?

Publié le 30 août 2013
Manuel Valls a présenté mercredi en Conseil des ministres un dispositif visant à faciliter les naturalisations. Le ministre de l'Intérieur a aussi indiqué que celles-ci ont augmenté de 14% en un an.
Maxime Tandonnet,Mehdi Thomas Allal et Maryse Tripier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur. Il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Valls a présenté mercredi en Conseil des ministres un dispositif visant à faciliter les naturalisations. Le ministre de l'Intérieur a aussi indiqué que celles-ci ont augmenté de 14% en un an.

Atlantico : Selon le ministère de l'Intérieur, le nombre d'étrangers ayant acquis la nationalité française par naturalisation aurait augmenté de 14% sur un an. Manuel Valls a, de plus, présenté mercredi 28 août 2013 en Conseil des ministres un décret visant à faciliter les naturalisations. Quel est aujourd'hui le profil de ces nouveaux Français ?

Maxime Tandonnet : En 2010, le nombre de femmes qui ont obtenu la nationalité française est légèrement plus élevé que celui des hommes. Les 5 premières nationalités à acquérir la nationalité françaises sont : marocaine (13 807), algérienne (7 280), tunisienne (4 286), turque (2 961) et russe (2 666). Cela correspond grosso modo, avec des nuances, au poids des flux migratoires et des populations étrangères en France. Quant à l’âge, la grande masse des nouveaux Français correspond aux catégories de la population active, entre 20 et 60 ans, la classe d’âge la plus importante se situant entre 30 et 40 ans.

Mehdi Thomas Allal : Si le nombre d'étrangers naturalisés est reparti à la hausse depuis 2012, la composition de cette population n'a pas réellement variée : les pays du Maghreb sont toujours surreprésentés ; l'âge moyen des personnes naturalisées se situe toujours dans la moyenne des 30-50 ans ; les femmes sont toujours un peu supérieures aux hommes ; tandis que les étrangers naturalisés sont mieux insérés sur le plan professionnel que la moyenne des étrangers.

Contacté par atlantico.fr, le ministère de l'Intérieur a déclaré ne pas être en mesure de fournir des détails sur les chiffres des naturalisations ayant eu lieu en 2012. Les tableaux publiés ci-dessous sont issus du rapport au parlement sur les chiffres de la politique d'immigration et d'intégration de 2012 (chiffres de 2011). 

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)


(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Au-delà de l'obtention de la nationalité, certaines communautés sont-elles plus proches des valeurs et des modes de vie français que d'autres ? Attendent-elles la même chose de la nationalité française ?

 

Maxime Tandonnet : La France ne reconnaît pas les communautés, contrairement au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Mieux vaudrait parler de "populations d'origine". Franchement, je ne crois pas que certaines populations prises dans leur ensemble, se sentent naturellement plus françaises que d'autres et qu'elles aient davantage de prédisposition à devenir françaises. Les Européens sont bien sûr très proches des Français du fait de l'histoire, de la proximité géographique, d'un patrimoine commun, grec, latin, chrétien et de l'héritage des Lumières, et de la citoyenneté commune. Avec les ressortissants des anciennes colonies, d'Afrique et d'Asie, nous avons aussi des liens linguistiques et historiques très forts. Je pense que c'est avant tout une question de personne, d'éducation, de valeurs individuelles, d'état d'esprit vis-à-vis du pays d'accueil, ainsi que de conditions sociales et économiques.

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Les naturalisations avaient été divisées par deux entre 2010 et 2012. Pour les relancer, Manuel Valls avait publié dès octobre 2012 une circulaire assouplissant les critères pour les précaires, les jeunes et les "talents". Cette circulaire peut-elle avoir un impact sur la composition des populations concernées ?

Mehdi Thomas Allal : L'impact de la circulaire est difficile à évaluer du point de vue de la composition des populations concernées. L'essentiel a consisté à amoindrir les critères linguistiques et scolaires, sans toutefois brader la nationalité française. Il s'agit avant tout de vérifier les critères d'intégration, et non d'une assimilation forcée et factice. Un étranger qui souhaite devenir Français n'a plus besoin de tout connaître dans son pays d'accueil, il lui est cependant demandé de respecter les valeurs et les grands principes qui fondent notre République.

Maxime Tandonnet : Les naturalisations correspondent à des tendances démographiques lourdes.

Maryse Tripier : La naturalisation n'est pas un droit. On peut l'acquérir par mariage ou par réintégration si l'on vient d'anciennes colonies. Cependant, le plus souvent, on l'obtient par décret, publié au Journal Officiel, après une demande et une procédure plutôt longue. Pays d'assimilation, l'acquisition de la nationalité française signe un processus d'intégration réussi. Il y a toujours eu des fluctuations dans l'octroi de la nationalité, elle a été plus généreuse pour pourvoir l'armée en soldats et carrément provisoire, comme sous le régime de Vichy, qui a déchu les juifs naturalisés de leur nationalité française.

La restriction globale des droits des étrangers remonte à loin. Depuis la suspension de l'immigration en 1974,  toutes les dispositions concernant  les migrants sont devenues plus restrictives : lois Pasqua, (1994, 1996), critères de regroupement familial de plus en plus exigeants, droit d'asile en chute, absence d'avancée sur le droit de vote local des étrangers non-communautaires, suspicion permanente sur les mariages mixtes, abolition de la carte de séjour de 10 ans, recherche ubuesque des ascendances de Français nés à l'étranger.

On peut estimer que ces restrictions à l'immigration légale ont favorisé la montée des sans-papiers dont la régularisation est un enjeu permanent. Les dispositions que Manuel Valls tente d'assouplir avaient abouti à une conception qu'on peut résumer ainsi, "il faut déjà être intégré pour pouvoir résider" (et non l'inverse, ce qui était la norme autrefois) : parler le français, connaître les valeurs de la République, avoir un CDI, avoir un logement, vivre à la française, quasiment. Dans d'autres pays d'Europe, ces apprentissages sont offerts aux migrants, sur place, et le processus aboutit ou non.

Quels sont les avantages procurés par une naturalisation en France ? Quelles peuvent être les motivations d'une telle demande ?

Maxime Tandonnet : Les étrangers en situation régulière, et en particulier ceux qui sont munis d’une carte de résident de 10 ans, ont strictement accès aux mêmes droits sociaux que les Français. La naturalisation permet en revanche d’obtenir le droit de vote et l’accès aux métiers de la fonction publique qui restent réservés aux Français. Devenir Français, c’est surtout pour certains, l’aboutissement d’un parcours et une grande fierté.

Mehdi Thomas Allal : Les avantages sont très nombreux. Ils sont à la fois directs et indirects : parmi les premiers, on trouve évidemment le droit de vote et, autre exemple, un plus large accès aux métiers de la fonction publique ; parmi les seconds, il est clair que les personnes naturalisées sont moins discriminées dans tous les domaines. Peut-être aussi, parce qu'elles font preuve d'une plus grande abnégation face aux difficultés, voire d'un certain patriotisme. Ces motivations sont parfois tout simplement matérielles. Mais le plus souvent elles impliquent un sentiment de dépassement du pays d'origine, parfois même vécu comme une trahison par la personne concernée et dans son entourage.

Maryse Tripier : Les avantages de la naturalisation sont immenses dans notre pays car la nationalité et la citoyenneté (existence de droits civiques, de vote, sociaux...) sont plus étroitement liées que dans d'autres pays. L'accès à la fonction publique évidemment, l'absence de tracasseries administratives auxquelles sont soumis les étrangers, mais aussi une circulation plus facile dans le monde et la possibilité de participer plus activement à la vie sociale et politique. Les obstacles étaient souvent le refus de la double nationalité dans certains pays d'origine, un rapport affectif aux origines parfois.

Changer les critères de naturalisation a-t-il un effet sur la cohésion sociale ?

Maxime Tandonnet : A titre personnel, je considère que l’accès à la nationalité française n’est en aucun cas un simple outil d’intégration, ce qui n’aurait strictement aucun sens, mais l’aboutissement d’un parcours et la concrétisation de votre appartenance effective à la nation considérée comme une famille, dont vous maîtrisez la langue, les bases de la culture, dont vous respectez les valeurs essentielles, les institutions et les règles de vie, avec laquelle vous partagez le sentiment d’une communauté de destin. Un équilibre délicat est à définir, afin de ne pas brader les critères de la nationalité ni les rendre inaccessibles. En étant trop restrictif, on engendre des frustrations et des sentiments d’injustice. En étant trop large, on affaiblit l’unité et la cohésion de l’ensemble. Je ne suis pas certain qu’il faille se polariser sur les chiffres globaux, mais plutôt se centrer sur les conditions de l’entrée dans la communauté nationale.

Mehdi Thomas Allal : C'est surtout un danger dénoncé à tort par l'extrême-droite, alors que l'acquisition de la nationalité a tendance à renforcer le sentiment d'appartenance et donc la cohésion sociale. Cela permet de mettre plus de gens sur un même pied d'égalité. Cela permet également aux personnes concernées de jouer un rôle de modèle vis-a-vis des membres de leur entourage, et permet donc de lutter contre le communautarisme. En bref, c'est un facteur d'intégration.

Maryse Tripier : Changer (c'est-à-dire simplement élargir ou assouplir les critères d'accès) ne peut que favoriser la cohésion sociale. Ce serait moins important, si on accordait une vraie citoyenneté aux étrangers intégrés. Comment faire comprendre qu'un Anglais qui vit en Dordogne, a plus d'accès à l'emploi et à la vie politique locale qu'un immigré maghrébin de longue date ? Si on ne change rien sur la citoyenneté et le traitement des étrangers, la recherche de la nationalité ne peut qu'augmenter. Cependant les flux sont stables depuis le boom de l'après guerre.

La naturalisation ne règle pas tout. Les minorités visibles, les harkis, les originaires des DOM TOM, les nouveaux Français musulmans en savent quelque chose. La cohésion sociale ne dépend pas que des "papiers". Les discriminations relèvent d'une logique psychosociale plus ancrée encore et les dispositifs juridiques devraient les combattre. Néanmoins, la perspective d'une naturalisation, octroyée dans des conditions identiques sur le territoire, dans le respect de critères objectifs offre à la fois un horizon et des conditions à respecter pour les intéressés.

Quelle a été l'évolution des naturalisations sur les trente dernières années ? Existe-t-il une différence entre une politique de droite et une politique de gauche ?

Maxime Tandonnet : Si on prend les 3 principales voies d’accès à la nationalité française - naturalisation par décret, mariage et droit du sol -  elles sont en augmentation continue, sauf au cours des deux dernières années : 92 410 en 1995, 128 096 en 2002, 131 904 en 2007, 137 452 en 2008, 135 842 en 2009, 142 275 en 2010 (cf : rapport sur la politique de l’immigration). Si l’on se situe sur le long terme, d’après les chiffres de la Commission européenne (Eurostat) la France est l’un des pays les plus ouvert à l’acquisition de la nationalité : 135 800 en 2010, loin devant l’Allemagne (96 100), l’Italie (59 400)  Espagne (79 600). Seul le Royaume-Uni fait plus (203 600). Bien sûr, la gauche comme la droite ont la tentation d’exploiter ce sujet, soit pour donner des gages d’ouverture, soit pour marquer la fermeté. Il serait logique que la communauté nationale, dans son unité et dans son ensemble, s’interroge et se prononce sur les critères d’adhésion qu’elle entend définir. Ce sujet, fondamental pour l’avenir de la nation, devrait être sanctuarisé, ne jamais donner lieu à des polémiques ou annonces politiciennes et électoralistes, mais au contraire faire l’objet d’un consensus national. En sommes nous capables ? Je n’en suis malheureusement pas sûr.

Mehdi Thomas Allal : Globalement, l'évolution de ces trente dernières années s'est alignée sur l'idéologie suivante, qu'elle que soit la couleur politique du gouvernement : un meilleur contrôle des flux migratoires, en échange d'une meilleure intégration des populations déjà sur place. Une véritable rupture a été de ce point de vue engagée vers la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy. La ligne "Buisson" s'est progressivement imposée en vue de restreindre l'accès a la nationalité. Cette "extrême droitisation" d'une partie de la droite républicaine a eu des effets considérables sur le vote des minorités d'origine étrangère, qui s'est porté massivement sur le candidat de gauche.

Maryse Tripier : La droite a été toujours à l'initiative des restrictions des droits des étrangers, la gauche a parfois renversé la tendance (régularisations de 1981), mais elle n' a pas changé les règles du jeu. A titre personnel, je trouve incohérent de refuser le droit de vote local aux étrangers non communautaires intégrés et de crier au loup sur une augmentation des naturalisations. C'est l'idée pernicieuse qu'il y aurait des "vrais Français" et d'autres non.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (79)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DavidDomTom
- 02/09/2013 - 18:41
Le ministre de l'intérieur abuse de sa postion
En effet, Mr Valls étant d'origine espagnole, sa famille ayant bénéficié de la naturalisation française, profite de son poste et de sa fonction pour amplifier l'immigration en France avec la bénédiction du 1er ministre d'origine alemande. Ils ont bien pris le temps de choisir leur camp politique pour le faire. Le laxisme du PS n'est plus à démontrer, puisque c'est devenu leur religion. A ce rythme là l'identité française sera pire que celle des peuples colonisés.
jerem
- 02/09/2013 - 13:58
@Intelligenti pauca - 30/08/2013 - 11:50
qui est responsable de la mauvaise intégration ? il faudrait comprendre la france ?

ben voyons .... jamais la faute d'un certain mode de vie en vase clos avec pour principale intégration ... la prise de contact de l'association communautaire pour connaitre les bonnes ficelles que le pekin moyen ignore tres majoritairement ....

On va vous inviter à prendre un bon bus en banlieue poru vous faire ecouter les conversations dans la langue de pagnol et d'anatole france, juste pour voir votre niveau de connaissance des sonorités.

2013 et voir des commune avec des associations sportive portugaise .... je regrette pour l'integration et son défaut mais il faudra chercher ailleurs les responsables ....car pour les impots ces charmantes associations ne font pas de communautarisme pour savoir d'ou viennent les subventions ..

j'ai pris l'exemple portugais pour eviter toute facilité de l'argument victimaire traditionnel


PIF31
- 02/09/2013 - 08:35
iL Y A DANGER
Le commentaire de "Laicité" (entre autre) , est plus vrai que vrai . Les déçus successif de cette fausse Gauche font maintenant de plus en plus de bruit au point que nos Socialistes n'ont plus que la solution d'aller chercher les voix des gens issus de l'immigration , des gens pratiquant des religions que nous ne voulons pas . Et avec celles des homos (contents de se marier et d'adopter) , ils ont sans doute calculés qu'ils devraient repasser .
On est loin , très loin de "La France" que nous aimons et que nous voulons protéger .