En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 1 heure 29 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 2 heures 3 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 1 heure 37 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 2 heures 21 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 4 heures 24 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 19 heures 24 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 20 heures 24 min
© Reuters
Le meurtrier Anders Breivik.
© Reuters
Le meurtrier Anders Breivik.
Bonnes feuilles

Massacre de Breivik à Utoya : "Policier, j'ai vu sa détermination, sa folie, son sourire vide"

Publié le 01 septembre 2013
Laurent Obertone lève le voile sur l'intimité et la fabrication mentale du tueur norvégien, jusqu'aux heures sanglantes de l'été 2011. Extrait de "Utoya" (2/2).
Laurent Obertone
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Obertone est journaliste diplômé de l’ESJ de Lille. Après avoir travaillé pour un hebdomadaire français, il s'est consacré à l'écriture de "La France orange mécanique" (2013, Editions Ring). Il est l'auteur de "La France Big Brother"...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Obertone lève le voile sur l'intimité et la fabrication mentale du tueur norvégien, jusqu'aux heures sanglantes de l'été 2011. Extrait de "Utoya" (2/2).

Dans la maison d’accueil de l’île, j’ai vu cet homme, habillé en policier, menotté dans un fauteuil, ce blond au visage dur, ce bloc de glace, interrogé par l’équipe Delta. J’ai vu sa détermination, ses petits yeux noirs, sa folie, son sourire vide. J’ai entendu sa voix. Je l’ai entendu se plaindre de sa coupure au doigt. Autour de nous, il y avait soixante-neuf cadavres.

J’ai entendu ses délires, sur le multiculturalisme.

J’ai vu ses armes, trempées de sang.

J’ai lu cet énorme dossier, des dizaines de fois. J’ai parcouru ces soixante-neuf rapports d’autopsie. Soixante-neuf. Illustrés. J’ai vu les photos, sous tous les angles. Sur Utøya, tels qu’on les a découverts. Puis sur leur table d’autopsie. Ils étaient accompagnés de biographies, de témoignages. Sur la page de gauche, des photos d’eux pleins de vie, avec le sourire. Sur la page opposée, les visages clos, pâles, couturés. L’horreur de la mort.

J’ai vu ce show indécent, au tribunal. Devant les caméras j’ai vu parader l’assassin, des mois durant.

Tous les sentiments imaginables m’ont traversé.

Tuer cet homme, comme Ruby avait tué Oswald. J’y ai pensé.

Me tuer. J’y ai pensé.

Cette affaire m’a bouleversé. Les témoignages des familles, des amis... Le nombre de gens auxquels il a fallu annoncer de terribles nouvelles, expliquer l’inexplicable. Ce qu’un tel acte impliquait mentalement, socialement. Ça remettait tout en cause.

Qu’est-ce qui nous arrivait ?

Puis j’ai su. J’ai su que ce gars n’était pas comme nous. Ni comme personne.

J’ai fait partie de l’équipe qui a investi et fouillé la ferme de Breivik, à Rena. Ce qui m’a frappé, c’est l’ampleur de son travail. Des dizaines de sacs d’engrais, de produits, de mixers, un laboratoire, quantité de matériel, des milliers de documents, d’appareils électroniques, informatiques... Il y avait plusieurs vies là-dedans. Pour entrer nous avions coupé le courant -on se méfiait des pièges. Les torches des fusils de l’équipe Delta nous éclairaient. Il régnait là-dedans une ambiance irréelle. L’odeur de produits chimiques était forte, imprégnant cette atmosphère délétère et maléfique. J’étais persuadé que le pire était là, qu’on allait découvrir des animaux mutants dans les cages du sous-sol, ou des morceaux de cadavres empilés dans son grand congélateur.

Pour la première fois depuis des années, j’ai eu peur. Cette peur irrationnelle d’enfant dans le noir, qui trouve raisonnable d’imaginer qu’un cadavre en surgisse, avant de mettre le doigt sur l’interrupteur. À ce moment-là j’ai presque admiré cet homme, qui avait vécu là des années, dans cette atmosphère si irréelle, si terrifiante, pour y construire patiemment son acte dément. Ce qui m’intéresse n’est pas ce baratin idéologique derrière lequel il se cache. Ce qui m’intéresse est sa psychologie. Pourquoi ?

Ce qui m’effraie, c’est que je comprends qu’on puisse envisager de tuer. Mais je le garde pour moi, je fais comme si c’était simplement abominable, qu’il était convenu de s’en indigner, uniquement s’en indigner. Ce que je ne comprends vraiment pas, c’est qu’on puisse tuer. Le « courage » que ça implique. Le degré de psychopathie. Il faut un cerveau malade, pour passer à l’acte. Quelque chose dans le câblage qui ne fonctionne pas, ou qui ne fonctionne que trop bien.

Après tout ce que j’avais lu sur les chevaliers Templiers, ce manifeste écœurant, le ridicule et la grandiloquence de ses déclarations, sa paranoïa évidente, le décalage vis-à-vis de la réalité... les rapports des psychiatres m’ont déçu. Comme tous les autres, j’espérais qu’un nom de pathologie en sorte, un truc indiscutable, un terme médical, une étiquette rassurante, définitive, où tous les symptômes s’imbriqueraient dans ce dossier comme un puzzle d’enfant. Breivik = malade. N’importe quel désordre mental aurait fait l’affaire. Ça nous aurait tous soulagés. Ça aurait enfin normalisé toute cette folie échappée de la tête d’un homme, dont j’avais l’impression qu’elle nous contaminait tous, petit à petit. Je voulais faire de Breivik un accident, une catastrophe naturelle. Ce serait trop facile. La réalité, c’est qu’il n’y a pas d’explications. Du moins pas une explication aussi claire. Il y a un « faisceau de causes », comme disent les enquêteurs à propos des crashs aériens, quand le drame provient de la défaillance d’un système, et pas seulement d’un homme.

Ce que j’ai vu en Breivik, c’est un mégalomane égocentrique, obsédé par la puissance, par l’aspect des choses et de sa personne. C’est un maniaque capable de tout comprendre et de tout réaliser, car suffisamment obsessionnel pour parvenir à ses fins. Il n’était pas assez intelligent pour réussir dans la société. Il a compris qu’il pouvait réussir contre. Il a commencé à se rebeller contre sa mère. Puis à travers ses graffitis. Puis par l’intermédiaire d’un parti politique sulfureux. Il ne pouvait pas s’arrêter là. Ce gars a la folie des grandeurs, une grandeur à la mesure de sa petitesse. Il se voit éminent, immense. C’est un gouffre. Quand il a compris que sa vision de lui-même n’avait aucun rapport avec la réalité, il a voulu se construire, dans son jeu vidéo mental, un scénario à la mesure de ses fantasmes. Un acte de terrorisme géant, dont il serait le seul et unique auteur. Il a voulu imposer à la réalité sa vision de lui-même. Et comme il est intelligent et obsessionnel, il a réussi.

La créature Anders Behring Breivik est son propre docteur Frankenstein.

Ce qui m’a le plus impressionné en lui, c’est sa certitude absolue que son monde est le bon. À vous faire douter que la réalité existe. La réalité peut se modifier à son contact, pour devenir non pas ce qu’elle est, mais ce qu’il a décidé qu’elle soit. Tant il est déterminé, je pense qu’il n’en a même pas conscience. Il a fabriqué son univers dans sa tête et l’a cuirassé derrière plusieurs couches de blindage mental.

Dans son manifeste, Breivik cite une définition du chevalier Templier, donnée par Bernard de Clairvaux, qui lui sied parfaitement. « Le Templier est un chevalier sans peur, dont l’âme est protégée d’une armure de foi et le corps d’une armure de fer. Il ne craint ni démon, ni homme. La mort non plus ne l’effraie pas, parce qu’il l’a désirée ».

Breivik s’est débarrassé de ses sentiments. Son esprit est si verrouillé que le monde extérieur n’en peut ébranler les constructions.

Nous avons longtemps cherché ses réseaux. Nous avons traqué dans toute l’Europe d’autres chevaliers Templiers. Nous n’en avons pas trouvé. Breivik est un loup solitaire. Ses amis sont comme lui. Ils agiront comme lui, ne seront saisissables que quand ils sortiront de leur tanière. Hélas, il sera toujours trop tard.

-------------------------------------------------------------

"Utoya", de Laurent Obertone (Editions Ring)

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jp Lejeune
- 01/09/2013 - 15:00
@Sophile
Ça aurait été étonnant qu'ils l'abattent : il s'est rendu spontanément. Les flics européens (et les norvégiens de surcroit) n'abattent les forcenés que s'ils refusent de se rendre et constituent un danger.
Alsacien
- 01/09/2013 - 14:52
intéressant...
Laurent Obertone tente de contrebalancer l'effet "France Orange mécanique", de se racheter un côté acceptable...
Tuer serait MAL ? Voilà qui est étrange, durant ma carrière militaire l'État m'a envoyé le faire bien souvent, et quand Barack Hussein Obama dira "go" notre "président" le fera encore comme au Mali.
Ce que cette ordure de Breivik à fait est écoeurant, perso moi je l'aurai pendu, MAIS, pourquoi SES victimes valent-elles tellement plus que les victimes des "sans papier" ou des "troisième génération" qui rêvent d'un Kosovo sur nos terres ?
Vous avez désespéré nos jeunes en voulant les remplacer. Assumez au moins la guerre en cour car ce sont bien des "gouvernements" qui l'on déclenchée ! Pas les peuples qui eux n'ont jamais été consultés.
Sophile
- 01/09/2013 - 14:39
@JPLejeune
Je continue à le lire ce soir et vais voir comment O. en parle.
Ce qui m'étonne c'est que les policiers ne l'aient pas abattu !!!