En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 10 heures 21 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 12 heures 22 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 13 heures 54 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 15 heures 18 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 17 heures 51 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 18 heures 40 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 20 heures 21 sec
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 20 heures 24 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 12 heures 22 sec
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 13 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 14 heures 42 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 17 heures 40 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 18 heures 53 sec
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 19 heures 23 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 20 heures 28 min
© Reuters
H&M a annoncé cette semaine son intention de délocaliser une partie de sa production asiatique vers l'Ethiopie.
© Reuters
H&M a annoncé cette semaine son intention de délocaliser une partie de sa production asiatique vers l'Ethiopie.
Changement d'adresse

Made in Africa : le nouvel eldorado des délocalisations ?

Publié le 26 août 2013
Une tribune de Richard Attias.
Richard Attias
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Richard Attias est un homme d'affaire et fondateur du New York Forum, un espace de rencontre et de débats dédié aux enjeux de l'économie globaleIl avait auparavant été l'organisateur du Forum mondial de Davos et de diverses rencontres internationales ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une tribune de Richard Attias.

Un an après l’ouverture de l’usine Renault à Tanger, la société H&M a annoncé cette semaine son intention de délocaliser une partie de sa production asiatique vers l’Ethiopie. Une première dans l’industrie textile qui pourrait préfigurer la nouvelle donne industrielle d’une Afrique émergente.

En économie plus qu’ailleurs les faits sont têtus, et les signaux du décollage économique du continent africain se font de plus en plus clairs : une croissance moyenne supérieure à 5% en 2012, les revenus médians ayant augmenté de 19% depuis 2011, +50% d’investissements directs étrangers depuis 2005, etc.

Au-delà de la litanie des chiffres, la croissance africaine est à appréhender dans le contexte d’une économie globalisée en perpétuelle recherche de relais de croissance. Et si l’Asie, puis les Brics, ont joué depuis près de trente ans le rôle de locomotives planétaires, ils se retrouvent aujourd’hui « victimes » de leur propre succès : hausse globale du niveau de vie, du prix du travail et par conséquence des coûts de production.

Autre atout pour l’Afrique. Sa proximité géographique avec l’Europe. A l’heure du pétrole cher, les coûts de transport deviennent une variable scrutée avec de plus en plus d’attention par les décideurs économiques.

Pour toutes ces raisons l’Afrique, malgré l’immensité des défis à relever notamment en matière de lutte contre la pauvreté et de bonne gouvernance, représente désormais le dernier Frontier Market de l’économie monde. C’est donc tout naturellement, et à condition que les Africains relèvent les défis qui se présentent à eux, que le continent a vocation à devenir l’un des ateliers du monde dans les décennies à venir.

C’est avec ce volontarisme que le président gabonais Ali Bongo a proposé à ses pairs que les pays africains s’engagent à ne plus exporter leurs matières premières non transformées et qu’une première transformation soit réalisée localement afin de générer un nivellement par le haut de l’échelle des valeurs.

Un exemple parmi d’autres qui démontre que la prise de conscience est désormais actée et bien réelle. Mais si tous les signaux sont au vert, les dirigeants africains doivent pleinement s’ouvrir aux exigences de la compétition économique mondiale et doter leurs pays des atouts pour y jouer les premiers rôles. Des exigences qui passent évidemment par la lutte contre la corruption ou la rationalisation administrative à l’échelle du continent, mais aussi et surtout par un effort soutenu en matière d’infrastructures.

Car c’est là que le bât blesse actuellement pour faire de l’Afrique un concurrent industriel crédible et durable des économies asiatiques. Non seulement les outils de production sont à créer, mais c’est l’ensemble du réseau logistique qu’il faut bien souvent moderniser et repenser pour améliorer la compétitivité africaine.

Le défi des infrastructures est immense pour arrimer (aux sens propres et figurés) l’Afrique à l’économie monde. Le continent a besoin de routes, de ports et aéroports modernes, mais aussi d’usines mécanisées pour attirer plus encore les investissements étrangers et concurrencer durablement l’hégémonie industrielle des Brics.

Une Afrique connectée au monde : il y a matière à l’optimisme. Si le continent n’en est encore qu’aux balbutiements de son décollage économique, tout laisse à penser que les sociétés africaines dans leur ensemble s’ouvrent à la globalisation des échanges aussi vite, voire plus vite, que d’autres régions du monde.

S’il n’était qu’un chiffre à retenir pour s’en persuader, ce serait celui de la percée fulgurante de la téléphonie mobile. En 10 ans, et malgré les difficultés économiques, le pourcentage d’Africains possédant un téléphone portable est passé de 0,7% à 70%.

L’émergence africaine est une réalité indéniable, mais les disparités sont encore trop grandes entre une « Afrique qui avance » et une « Afrique qui va mal » et se saborde… De l’Egypte à la Libye en passant par le Mali, les tensions et crispations autoritaires faussent trop souvent la croissance et constituent hélas encore un obstacle immense à l’industrialisation africaine. Espérons que le processus démocratique initié au Mali puisse servir d’exemple pour redresser la barre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
borissm
- 27/08/2013 - 06:28
Une des bases de la bonne gouvernance...
...est de refonder l'état civil.

L'auteur, avec raison, mentionne la nécessité pour les pays africains de "se doter des atouts pour y jouer les premiers rôles. Des exigences qui passent évidemment par (...) la rationalisation administrative".

L'une des causes de la "mauvaise gouvernance" africaine est l'impuissance des gouvernements à gérer leur population en raison de la mauvaise tenue de leur état civil.

Il convient alors de saluer à ce sujet l'entreprise dans laquelle s'est récemment lancé le gouvernement gabonais : refonder entièrement l'état civil du pays pour en faire un état civil central (et non plus municipal ou provincial), informatisé (et non plus tenu sur registres papier) et, surtout, biométrique (projet IBOGA).

Un tel état civil permettra de gérer, outre l'état civil lui-même, l'ensemble des opérations électorales (édition des listes, cartes électeurs, contrôle des scrutins) -- qui posent tant de problèmes dans le continent --, d'éditer des documents d'identité et de voyage sécurisés et fiables (biométriques), de contrôler les frontières, de faire (enfin) du foncier, du fiscal, etc.

Bref, de créer les conditions d'un pays moderne, plus qu'émergent : émergé.
Glop Glop
- 27/08/2013 - 02:12
Au delà de devenir des ateliers pour le monde...
... ils doivent également devenir des ateliers pour eux-mêmes. Il est évident qu'un Africain avec la valeur de ses revenus ne peut s'offrir du Made In ailleurs avec la différence importante des revenus entre les divers mondes économiques.
Bruno Cortona
- 26/08/2013 - 13:12
OUI
Bravo pour cette tribune où on ose dire les choses. Le courage de l'auteur dénote dans le concert frileux des idées reçues. Bravo Mr Attias longue vie au New York Forum et à ses réussites !