En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 32 min 9 sec
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 1 heure 41 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 2 heures 2 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 2 heures 36 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 19 heures 26 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 1 heure 13 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 1 heure 36 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 2 heures 11 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 2 heures 36 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 18 heures 54 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 22 heures 31 min
L'addition, s'il vous plaît

Ce que Fukushima nous apprend sur les vrais coûts de la sortie du nucléaire

Publié le 20 août 2013
A la suite de sa décision d'arrêter la plupart de ses centrales nucléaires, le Japon a vu son déficit commercial se multiplier par deux sur un an.
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la suite de sa décision d'arrêter la plupart de ses centrales nucléaires, le Japon a vu son déficit commercial se multiplier par deux sur un an.

Atlantico : Le déficit commercial du Japon a presque été multiplié par deux en un an notamment à cause des importations en hydrocarbures qui font suite à l'arrêt de la plupart des centrales nucléaires du pays après la catastrophe de Fukushima. Dans le cadre de la France, quel serait le coût d'une sortie du nucléaire ou de la fermeture de la plupart de ses centrales ?

Stephan Silvestre : Tout d’abord, il faut bien distinguer deux situations très différentes : celle des suites d’un accident, comme au Japon, ou celle des suites d’une décision politique, comme en Allemagne. 

Les conséquences économiques d’un accident nucléaire seraient de natures très diverses et pas nécessairement cumulatives. Il faut distinguer d’une part les conséquences directes sur le site (intervention post-accident, perte d’exploitation et décontamination) des conséquences indirectes que seraient une pénurie d’électricité pour les entreprises et ménages et le remplacement de l’électricité perdue par de l’électricité produite avec des centrales thermiques ou importée. Enfin, il y a les conséquences induites, liées, par exemple, à une baisse de la fréquentation touristique, à une baisse du moral des ménages ou encore à une baisse de l’image de marque des industriels français de l’énergie dans le monde.

Pour la première catégorie, les conséquences directes, on peut légitimement prendre l’exemple japonais en considération, encore que chaque site et chaque accident présente ses spécificités. Mais il s’agit-là de la partie la moins coûteuse, de l’ordre de quelques dizaines de milliards d’euros. Pour les conséquences indirectes, la comparaison est déjà nettement moins pertinente. Contrairement au Japon, insulaire, la France est intégrée dans un vaste réseau européen, de plus en plus interconnecté, et tout risque de pénurie est relativement minime. Il existe même des surcapacités actuellement en Europe. La France ne serait donc pas contrainte d’importer massivement du gaz liquéfié pour produire son électricité.

Enfin, la pénurie d’électricité a frappé durement les industries japonaises, provoquant un ralentissement dans les secteurs stratégiques de l’automobile et de l’électronique. Qu’on le déplore ou que l’on s’en réjouisse, la France est maintenant très désindustrialisée et l’impact serait donc bien moindre. Il se chiffrerait tout de même en centaines de milliards d’euros. Quant aux conséquences induites, potentiellement les plus lourdes, elles sont extrêmement difficiles à apprécier.

La situation de la France est moins bonne que celle du Japon. D’une part, elle dépend beaucoup plus du tourisme que ce dernier. D’autre part, sa situation géographique au cœur de l’Europe fait qu’un accident impacterait aussi ses voisins (et clients). Enfin, pour ce qui est de l’image de son industrie nucléaire, elle est justement basée sur un très haut niveau d’exigence de sûreté. Un accident lui serait donc fatal.

Le cas d’un arrêt politique de l’industrie électronucléaire est très différent. Dans ce cas, le processus de démantèlement et de décontamination peut être planifié. Son amortissement financier pourrait être absorbé par l’opérateur principal (EDF) s’il se faisait sur une période suffisamment longue, c’est-à-dire plusieurs décennies. Sur une période aussi courte que douze ans, il serait ingérable par EDF sans l’aide des pouvoirs publics, c’est-à-dire des contribuables.

Quelles seraient les conséquences en matière de coût de l'électricité ?

Il faudrait s’attendre à une envolée d’au moins 50% des tarifs pour les particuliers et jusqu’à 70% pour les industriels. Il en résulterait d’un côté un affaissement de la consommation des ménages et d’autre part la délocalisation d’activités industrielles à forte intensité énergétique, comme la chimie, la sidérurgie ou encore le papier-carton. Les prix des billets de train et de métro seraient aussi sensiblement impactés.

Enfin, la France devrait renoncer à l’exportation de ses équipements et services électronucléaires - qui achèterait à un pays qui est en train de fermer ses propres sites ? La perte nette d’activité économique se chiffrerait entre 100 000 et 200 000 emplois directs, indirects et induits.

L'objectif de François Hollande d'abaisser la part du nucléaire dans la production d’électricité en France de 75% à 50% en 2025 est-il réalisable ? La France est-elle bien positionnée en matière d'énergies alternatives au nucléaire ?

Un passage de 75% à 50% d’électricité d’origine nucléaire n’est pas envisageable sans une baisse massive de la consommation. En effet, sur la base de la consommation actuelle, cela signifierait trouver 130 TWh d’électricité non nucléaire par an. Or, les centrales thermiques produisent actuellement 50 à 60 TWh, les éoliennes environ 13 TWh et le solaire à peine 2,3 TWh. Quant à l’hydroélectricité (65 TWh), elle n’a guère de potentiel en raison de la saturation des sites disponibles. On voit que, même en consentant à d’énormes efforts, les énergies renouvelables ne seraient pas en mesure de compenser le déficit.

De plus, si la consommation des industriels baisse effectivement en raison de la désindustrialisation du pays, celles des ménages et des entreprises de services, elles, continuent d’augmenter, mues par l’augmentation continue du taux d’équipement des ménages en appareils électroniques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alain38
- 21/08/2013 - 16:25
intéressant mais quelques erreurs
Article intéressant, notamment car il met l'accent sur l'utopie que représente la réduction de 75 à 50% de la part du nucléaire, impossible sans réduction drastique de notre consommation. Même s'il est nécessaire d'améliorer notre "efficacité énergétique" (consommer moins pour le même service), il est illusoire de vouloir réduire de 20 à 50% notre consommation d'électricité, alors que celle-ci a toujours crû depuis la révolution industrielle et que nombre de nos concitoyens aspirent à améliorer leur confort. A moins de sanctionner ceux qui consomment et de transformer notre république en dictature Verte ?
Une erreur : la sortie du nucléaire (passer de 75 à 0%) n'augmentera pas les factures d'électricité de 50% mais les multipliera par deux à trois ! (l'Allemagne a encore du nucléaire et paye le kWh deux fois plus cher que nous).
fob
- 21/08/2013 - 15:45
Article très intéressant
Au beau milieu de tous les articles négatifs et de partis pris contre le nucléaire, je trouve cet article différent et intéressant.
Il montre, en dehors des convictions personnelles de chacun, les limites et les impacts à ce que représenterait une sortie du nucléaire en France.
Cela dans un contexte économique déjà dégradé.
Attention cependant à certains arguments (soulignés par d'autres lec teurs) : les réseaux de transport sont souvent saturés et le risque de black-out est réel suivant les moments et les régions. Ainsi, il n'est donc pas forcément garanti de pouvoir importer de l'électricité lorsqu'on en aurait besoin, en cas de grand froid en Europe par exemple.
pehm
- 20/08/2013 - 17:31
Pitoyable !
Article minable : un drame humain, doublé de la démonstration de l'illusion de la sécurité de l'industrie nucléaire, réduit à des considérations économiques, d'ailleurs bien douteuses...