En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
L'addition, s'il vous plaît
Ce que Fukushima nous apprend sur les vrais coûts de la sortie du nucléaire
Publié le 20 août 2013
A la suite de sa décision d'arrêter la plupart de ses centrales nucléaires, le Japon a vu son déficit commercial se multiplier par deux sur un an.
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la suite de sa décision d'arrêter la plupart de ses centrales nucléaires, le Japon a vu son déficit commercial se multiplier par deux sur un an.

Atlantico : Le déficit commercial du Japon a presque été multiplié par deux en un an notamment à cause des importations en hydrocarbures qui font suite à l'arrêt de la plupart des centrales nucléaires du pays après la catastrophe de Fukushima. Dans le cadre de la France, quel serait le coût d'une sortie du nucléaire ou de la fermeture de la plupart de ses centrales ?

Stephan Silvestre : Tout d’abord, il faut bien distinguer deux situations très différentes : celle des suites d’un accident, comme au Japon, ou celle des suites d’une décision politique, comme en Allemagne. 

Les conséquences économiques d’un accident nucléaire seraient de natures très diverses et pas nécessairement cumulatives. Il faut distinguer d’une part les conséquences directes sur le site (intervention post-accident, perte d’exploitation et décontamination) des conséquences indirectes que seraient une pénurie d’électricité pour les entreprises et ménages et le remplacement de l’électricité perdue par de l’électricité produite avec des centrales thermiques ou importée. Enfin, il y a les conséquences induites, liées, par exemple, à une baisse de la fréquentation touristique, à une baisse du moral des ménages ou encore à une baisse de l’image de marque des industriels français de l’énergie dans le monde.

Pour la première catégorie, les conséquences directes, on peut légitimement prendre l’exemple japonais en considération, encore que chaque site et chaque accident présente ses spécificités. Mais il s’agit-là de la partie la moins coûteuse, de l’ordre de quelques dizaines de milliards d’euros. Pour les conséquences indirectes, la comparaison est déjà nettement moins pertinente. Contrairement au Japon, insulaire, la France est intégrée dans un vaste réseau européen, de plus en plus interconnecté, et tout risque de pénurie est relativement minime. Il existe même des surcapacités actuellement en Europe. La France ne serait donc pas contrainte d’importer massivement du gaz liquéfié pour produire son électricité.

Enfin, la pénurie d’électricité a frappé durement les industries japonaises, provoquant un ralentissement dans les secteurs stratégiques de l’automobile et de l’électronique. Qu’on le déplore ou que l’on s’en réjouisse, la France est maintenant très désindustrialisée et l’impact serait donc bien moindre. Il se chiffrerait tout de même en centaines de milliards d’euros. Quant aux conséquences induites, potentiellement les plus lourdes, elles sont extrêmement difficiles à apprécier.

La situation de la France est moins bonne que celle du Japon. D’une part, elle dépend beaucoup plus du tourisme que ce dernier. D’autre part, sa situation géographique au cœur de l’Europe fait qu’un accident impacterait aussi ses voisins (et clients). Enfin, pour ce qui est de l’image de son industrie nucléaire, elle est justement basée sur un très haut niveau d’exigence de sûreté. Un accident lui serait donc fatal.

Le cas d’un arrêt politique de l’industrie électronucléaire est très différent. Dans ce cas, le processus de démantèlement et de décontamination peut être planifié. Son amortissement financier pourrait être absorbé par l’opérateur principal (EDF) s’il se faisait sur une période suffisamment longue, c’est-à-dire plusieurs décennies. Sur une période aussi courte que douze ans, il serait ingérable par EDF sans l’aide des pouvoirs publics, c’est-à-dire des contribuables.

Quelles seraient les conséquences en matière de coût de l'électricité ?

Il faudrait s’attendre à une envolée d’au moins 50% des tarifs pour les particuliers et jusqu’à 70% pour les industriels. Il en résulterait d’un côté un affaissement de la consommation des ménages et d’autre part la délocalisation d’activités industrielles à forte intensité énergétique, comme la chimie, la sidérurgie ou encore le papier-carton. Les prix des billets de train et de métro seraient aussi sensiblement impactés.

Enfin, la France devrait renoncer à l’exportation de ses équipements et services électronucléaires - qui achèterait à un pays qui est en train de fermer ses propres sites ? La perte nette d’activité économique se chiffrerait entre 100 000 et 200 000 emplois directs, indirects et induits.

L'objectif de François Hollande d'abaisser la part du nucléaire dans la production d’électricité en France de 75% à 50% en 2025 est-il réalisable ? La France est-elle bien positionnée en matière d'énergies alternatives au nucléaire ?

Un passage de 75% à 50% d’électricité d’origine nucléaire n’est pas envisageable sans une baisse massive de la consommation. En effet, sur la base de la consommation actuelle, cela signifierait trouver 130 TWh d’électricité non nucléaire par an. Or, les centrales thermiques produisent actuellement 50 à 60 TWh, les éoliennes environ 13 TWh et le solaire à peine 2,3 TWh. Quant à l’hydroélectricité (65 TWh), elle n’a guère de potentiel en raison de la saturation des sites disponibles. On voit que, même en consentant à d’énormes efforts, les énergies renouvelables ne seraient pas en mesure de compenser le déficit.

De plus, si la consommation des industriels baisse effectivement en raison de la désindustrialisation du pays, celles des ménages et des entreprises de services, elles, continuent d’augmenter, mues par l’augmentation continue du taux d’équipement des ménages en appareils électroniques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Le "chat renard", une nouvelle espèce de félin découverte en Corse
06.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
07.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alain38
- 21/08/2013 - 16:25
intéressant mais quelques erreurs
Article intéressant, notamment car il met l'accent sur l'utopie que représente la réduction de 75 à 50% de la part du nucléaire, impossible sans réduction drastique de notre consommation. Même s'il est nécessaire d'améliorer notre "efficacité énergétique" (consommer moins pour le même service), il est illusoire de vouloir réduire de 20 à 50% notre consommation d'électricité, alors que celle-ci a toujours crû depuis la révolution industrielle et que nombre de nos concitoyens aspirent à améliorer leur confort. A moins de sanctionner ceux qui consomment et de transformer notre république en dictature Verte ?
Une erreur : la sortie du nucléaire (passer de 75 à 0%) n'augmentera pas les factures d'électricité de 50% mais les multipliera par deux à trois ! (l'Allemagne a encore du nucléaire et paye le kWh deux fois plus cher que nous).
fob
- 21/08/2013 - 15:45
Article très intéressant
Au beau milieu de tous les articles négatifs et de partis pris contre le nucléaire, je trouve cet article différent et intéressant.
Il montre, en dehors des convictions personnelles de chacun, les limites et les impacts à ce que représenterait une sortie du nucléaire en France.
Cela dans un contexte économique déjà dégradé.
Attention cependant à certains arguments (soulignés par d'autres lec teurs) : les réseaux de transport sont souvent saturés et le risque de black-out est réel suivant les moments et les régions. Ainsi, il n'est donc pas forcément garanti de pouvoir importer de l'électricité lorsqu'on en aurait besoin, en cas de grand froid en Europe par exemple.
pehm
- 20/08/2013 - 17:31
Pitoyable !
Article minable : un drame humain, doublé de la démonstration de l'illusion de la sécurité de l'industrie nucléaire, réduit à des considérations économiques, d'ailleurs bien douteuses...