En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

06.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 6 heures 26 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 6 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 7 heures 19 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 8 heures
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 8 heures 24 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 9 heures 32 sec
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 3 heures 38 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 6 heures 25 sec
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 6 heures 34 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 7 heures 8 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 7 heures 52 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 8 heures 2 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 9 heures 1 min
© REUTERS/Mathieu Belanger
Bien que spectaculaires, les accidents ferroviaires (comme ici au Québec) restent rarissimes.
© REUTERS/Mathieu Belanger
Bien que spectaculaires, les accidents ferroviaires (comme ici au Québec) restent rarissimes.
Vautours

Série noire dans les transports : comment l'instrumentalisation médiatique d'événements dramatiques mais isolés brouille notre perception du risque

Publié le 31 juillet 2013
La série noire d'accidents ferroviaires de juillet a réveillé des craintes liées aux transports, alors qu'ils n'ont jamais été aussi sûrs.
Xavier Tytelman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Formateur en aéronautique, spécialiste de la sécurité aérienne et président du Centre de Traitement de la Peur de l'Avion (www.peuravion.fr), Xavier Tytelman est également chargé d'étude Veille Analyse Anticipation au profit du Bureau Opérations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La série noire d'accidents ferroviaires de juillet a réveillé des craintes liées aux transports, alors qu'ils n'ont jamais été aussi sûrs.

Le mois de juillet a connu une série de catastrophes ferroviaires sans précédent, avec cinq accidents majeurs : déraillements de Lac-Mégantic au Canada (47 morts), de Brétigny (7 morts), de Saint-Jacques-de-Compostelle (79 morts), du Pakistan (16 morts), et collision entre deux trains en Suisse romande (1 mort). Ces accidents dramatiques nous ramènent à une réalité à laquelle nous ne voulons pas croire : le risque zéro n’existe pas, ni dans la vie de tous les jours ni dans les transports, quels qu’ils soient.

Dans notre monde moderne, la prise de risque doit être réduite à son minimum pour rendre le niveau de danger acceptable, mais cette perception du risque diffère en fonction de la place que les médias offrent à chaque type d’événement. Si l’on compare le traitement médiatique réservé aux transports aérien et ferroviaire, le constat est sans appel.

1) Plus un événement est rare, plus on en parle

Plus un événement est rare, plus les médias le soulignent et plus on le retient. Une vis manque sur un avion ? Cela fait 70 articles dans les journaux. Un avion roule dans le gazon à Roissy ? Cela devient une sortie de piste, et l’on imagine les hurlements affolés et l’évacuation de l’appareil en flammes… De simples incidents donc, mais des incidents que l’on perçoit comme des quasi-catastrophes. Il est bien loin le temps où un Boeing 747 de British Airways pouvait perdre un de ses quatre moteurs au décollage et réaliser la traversée de l’Atlantique avec les trois restants sans que cela n’émeuve qui que ce soit… Une procédure acceptée en 2005, mais impensable aujourd’hui !

Le transport ferroviaire bénéficie du phénomène inverse : les incidents sont tellement nombreux que l’on n’en parle pas, sauf pour les événements spectaculaires touchant les pays occidentaux. On dénombre néanmoins chaque année 2 400 incidents significatifs dans les trains au sein de l’Union Européenne, dont 90 déraillements et 80 collisions, provoquant plus d’un millier de morts, principalement aux passages à niveaux et parmi des personnes présentes sur les voies, mais également parmi les passagers [1]. Mais puisque personne ne parle de ces « petits » incidents, on a l’impression qu’il n’y en a pas et l’on est encore plus étonné lorsqu’un accident survient, surtout lorsque la loi des séries y met du sien. La focalisation actuelle sur le rail va amener les médias à répertorier chaque petit incident autrefois ignoré, renforçant le sentiment d’insécurité des passagers, jusqu’à ce que toute cette attention retombe et que les accidents soient oubliés. Il en va de même pour les accidents de la route : trop nombreux pour être évoqués.

2) Les peurs sont exploitées pour vendre du papier

La vie est un risque. Nous en sommes tous plus ou moins conscients. Mais chez certains cela prend des proportions proches de la phobie… La peur de l’avion touche plus du quart de la population et il est alors bien tentant pour la presse de s’engouffrer dans cette brèche et de faire du sensationnel : ça fait vendre. C’est ainsi qu’on retrouve en vitrine des libraires un bon nombre d’ouvrages émanant d’auteurs peu scrupuleux, fortement intéressés au rendement et qui font leurs choux gras des soi-disant dérives de l’industrie aéronautique…

Aucun livre ou film catastrophe, par contre, pour dénoncer la très méchante industrie ferroviaire qui conspire dans notre dos et nous met en danger sur notre trajet quotidien. Deux raisons à cela : le risque est quasi nul, tout comme dans l’aviation, mais personne n’est phobique du train. Enfin pas encore.

3) Des informations spectaculaires, mais orientées

Soyons clairs, le risque est quasi-nul mais des incidents demeurent, même s’ils sont rares. C’est là qu’agissent des « spécialistes » qui tentent de jouer sur les peurs pour obtenir ou conserver un avantage. Lorsque l’on remplace un système par une nouvelle version plus fiable, les visites d’entretien peuvent être espacées. Et bien les représentants du personnel vont hurler à la prise de risque pour les passagers et obtenir le maintien d’emplois. On demande aux pilotes d’Air France ou aux conducteurs de la SNCF d’occuper leur poste aussi longtemps que leurs homologues allemands ? Horreur ! Il en va de la vie de nos passagers ! Un petit souci lors d’une visite de maintenance ? C’est bien pire si la visite a été externalisée ! Des personnes sensées faire référence dans le domaine agitent donc le chiffon rouge de la sécurité à leur profit, entretenant une impression de danger.

On ne le répétera jamais assez : la sécurité n’a jamais été aussi optimale que ces dernières années, avec une réduction du nombre des incidents sans précédent, autant dans le transport ferroviaire que dans l’aérien. Alors le constat est là, et il est accablant : oui, la vie est faite de risques, et heureusement ils sont réduits. Le transport aérien reste le moyen de transport le plus sûr (aucun décès en Europe depuis 4 ans malgré 3 000 000 000 de personnes transportées sur des avions de lignes), suivi de près par le train. Depuis le début de l’année, la France a néanmoins connu plus de 1 500 morts sur la route et surtout 11 000 morts d’accidents de la vie courante. La conclusion est simple : si vous voulez éviter de prendre des risques, prenez l’avion ou le train, mais ne restez surtout pas chez vous !



[1] Chiffres de l’Agence Ferroviaire Européenne

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 31/07/2013 - 23:25
Après la catastrophe de St Jacques de Compostelle,
avons nous vu monter au créneau médiatique l'éternel syndicaliste CFDT en tee-shirt rayé (pas "de service", celui-là, car on avait été le chercher dans son camp de vacances de CE de la SNCF), pour nous resservir son laïus syndical sur l'absence de moyens humains et matériels, avec pour conséquence obligée cette succession d'accidents dramatiques...
Par solidarité internationaliste, ce brave camarade s'est ému des accusations éhontées qui pleuvaient sur son collègue ultra-Pyrénéen et il a évoqué la possibilité très forte d'une panne du système de freinage du train Espagnol (il est vrai que les freins ne sont plus très efficaces, à 190 km/heure....)
Après avoir vu le brave camarade syndicaliste plusieurs fois par jour, et plusieurs jours sur les chaînes de la propagande socialiste, BFM-TV, LCP et I-télé, ces chaînes commençaient leur journal par
"Dans l'accident ferroviaire de St. Jacques de Compostelle, l'enquête semble se diriger vers un défaut de contrôle des systèmes de freinage du train"...
Depuis que les faits veridiques ont démenti cette fausse information, aucun démenti, aucune honte des organes de la propagande officielle (où les syndicats semblent avoir la triste main!)...