En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 10 min 28 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 4 heures 26 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 10 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 5 heures 47 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 13 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 14 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 18 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 4 heures 52 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 22 heures 27 sec
© RIA Novosti / Reuters
"Une part non-négligeable des Russes, surtout dans les classes moyennes urbaines, semble être lasse des mises en scène de leur président."
© RIA Novosti / Reuters
"Une part non-négligeable des Russes, surtout dans les classes moyennes urbaines, semble être lasse des mises en scène de leur président."
Storytelling

Communication made in Poutine : sur qui fonctionne-t-elle vraiment ?

Publié le 31 juillet 2013
L'actuel président russe s'est bâti une image d'homme fort et viril. Une stratégie qui vise à le présenter en sauveur de la patrie russe.
Jean Sylvestre Mongrenier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Sylvestre Mongrenier est chercheur à l’Institut français de géopolitique (Université de Paris VIII) et chercheur associé à l’Institut Thomas More.Il est notamment l'auteur de La Russie menace-t-elle l'Occident ? (éditions Choiseul, 2009).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'actuel président russe s'est bâti une image d'homme fort et viril. Une stratégie qui vise à le présenter en sauveur de la patrie russe.

Atlantico : En plongeur ou à la chasse, aux commandes d'un bolide ou à bord d'un avion de chasse... Le président de la fédération de Russie s'est bâti une image à coups d'exploits où la réalité se mêle à la fiction. Quels sont les ressorts de cette stratégie de communication ? Quel intérêt Vladimir Poutine trouve-t-il à recourir massivement aux ficelles du storytelling politique?

Jean-Sylvestre Mongrenier : Si tant est que les mots ont encore un sens, ce ne sont pas des exploits - « exploit » désigne une action mémorable - mais de simples mises en scène à des fins de propagande politique. Le storytelling en question est bien pauvre mais je ne suis pas sûr que cette dernière expression soit adéquate. En fait, ces images ne véhiculent pas un récit édifiant ou signifiant, sinon la mise en scène du leader politique national et de sa juvénilité persistante.

Au-delà de l’effet immédiat, Poutine songerait-il déjà à un quatrième mandat ? Ces images sont-elle sensées valoir pour les prochaines années ? Il faut plus y voir un retour du « même » qu’une véritable stratégie politico-médiatique. Le savoir-faire et le professionnalisme des spécialistes du storytelling fait défaut.

Quel impact le storytelling du Kremlin produit sur la population russe ? Peut-on parler d’une communication efficace ? L’image de l’homme fort et viril correspond-t-elle à l’attente du public russe ?

L’effet attendu est de souder la population autour du leader national en tant que symbole et élément unificateur de la Russie. L’objectif est-il atteint ? Il se trouvera toujours des gens pour vous expliquer que les Russes, considérés comme une totalité indivise, aiment Poutine mais qu’en est-il au fond ? Dans quelle mesure ne s’agit-il pas chez nombre de Russes d’une forme de conformisme dépourvu d’affects ? Ou encore d’une réaction de prestance vis-à-vis de l’interlocuteur étranger ? Où sont les véritables études d’opinion et les enquêtes sociologiques attestant de l’amour des Russes pour Poutine ?

Dans les faits, une part non-négligeable des Russes, surtout dans les classes moyennes urbaines, semble être lasse et n’est plus dupe de ces mises en scène. Faudrait-il considérer ces gens comme de mauvais Russes, en rupture de ban avec leurs compatriotes ? Si la Russie vit dans un régime semi-autoritaire qui se durcit à grande vitesse depuis le début du troisième mandat présidentiel de Poutine, ce pays s’est aussi notablement ouvert au cours des deux dernières décennies. A l’avenir, il faudra certainement réévaluer le stéréotype du Russe fasciné par la mise en scène d’images de force et de virilité. C’est là une image infantilisante de la Russie et des Russes.

Se positionner en homme providentiel d'une Russie au bord du chaos. N’est-ce pas une façon pour Vladimir Poutine de légitimer son retour contesté au Kremlin en 2012 et légitimer un pouvoir fort ?

Le discours de la Russie au bord du chaos mais sauvée par Poutine, c’était il y a plus de dix ans. Si le Kremlin, après deux mandats présidentiels et un tandem Poutine-Medvedev (avec le premier campé en mâle dominant), en est encore à expliquer qu’il faut sauver la Russie du chaos, c’est que la « mission » n’a pas été remplie entre 1999 et 2013. A cet égard, il est vrai que les hauts cours des hydrocarbures et leurs effets sur une économie avant tout exportatrice de produits bruts ne doivent pas occulter le fait que la Russie n’est pas, stricto sensu, une économie émergente. Sur le plan de la modernisation économique, la « mission » n’a pas été remplie. Quant aux libertés politiques, leur champ se rétrécit depuis l’arrivée Poutine au pouvoir. Ces derniers mois, la situation est même devenue très inquiétante.

Par ailleurs, la croissance faiblit, comme dans tous les pays dits du BRICS et le « monde des émergents ». Or, le contrat implicite entre Poutine et ses électeurs était l’acceptation d’un certain autoritarisme moyennant la possibilité d’accéder à la « société de consommation » et ses standards. D’une part, le ralentissement de la croissance menace ce « contrat » ; d’autre part, les classes moyennes russes veulent plus de reconnaissance politique et la responsabilisation des hommes qui dirigent le pays. Les jeux de pouvoir entre les cercles qui évoluent autour du Kremlin et leurs luttes pour le contrôle de la rente suscitent un mécontentement politique diffus.

Enfin, sommes-nous face à un « pouvoir fort » ? Poutine a bien une idée du devenir historique de la Russie mais il peine à se poser en figure souveraine transcendant les intérêts particuliers et les contingences. Dans l’ensemble, le système de pouvoir est surtout soucieux d’auto-conservation et de reproduction. Puissant théoricien du politique, Julien Freund explique qu’une civilisation ou une unité politique n’ayant d’autre finalité que l’auto-conservation est une forme en déclin. 

L’avalanche d’images fortes et de faits grandiloquents n’est pas sans rappeler d’autre personnalités de l’histoire russe. Peut-on faire un lien entre la communication de Vladimir Poutine et le culte de la personnalité stalinien ?

C’est bien une sorte de culte de la personnalité qui s’instaure mais en « basse intensité ». Lénine puis Staline étaient littéralement divinisés (on oublie trop souvent que le culte de la personnalité commence avec Lénine), ce qui n’est pas le cas avec Poutine. Ce dernier est plutôt présenté comme une incarnation du « Russian dream » dans ses différentes facettes et de l’homme idéal pour les Russes. Guère de grandiloquence ou d‘emphase dans la mise en scène de la personne de Poutine. A intervalles réguliers, il est simplement rappelé aux Russes que leur président est courageux, athlétique voire artiste à ses heures. Ainsi l’a-t-on vu en crooner ou encore jouer du piano.

L’idée directrice de ces messages consisterait-elle aussi à poser Poutine en anti-Eltsine ? Si tel était le cas, cela serait un signe de vieillissement du pouvoir en place, un pouvoir qui peine à se renouveler et n’est pas sûr de sa légitimité. Eltsine, qui a affronté d’autres vents que Poutine, a quitté le Kremlin il y a bientôt quatorze ans et c’est sous sa protection que le second a amorcé sa marche au pouvoir. Il est vrai que dans l’histoire de la « Russie-Soviétie », le successeur cherche à se légitimer en détruisant l’image de son prédécesseur. Quand on succède à soi-même, cela devient plus compliqué.

En 1999, quand il s’est fait photographier dans le cockpit d’un avion de chasse, l’image a impressionné le monde entier. Aucun chef d’Etat ne s’était montré sous ce jour. Vladimir Poutine est-il un précurseur en matière de communication politique ? Est-ce significatif d’une certaine modernité dans l’exercice du pouvoir ?

Une telle impression, au plan mondial de surcroît, semble exagérée. Eu vrai, qui s’en souvient ? On peut douter que ladite image passe à l’histoire, à l’instar de celle Kennedy devant le mur de Berlin par exemple. Il faut aussi rappeler que certains chefs d’Etat de l’après-Deuxième Guerre mondiale ont un véritable passé militaire à leur actif, y compris dans l’arme aérienne. Considérons seulement les remarquables états de service de George H. Bush. Poutine, pas plus que ses homologues occidentaux aujourd’hui, n’a un tel passé militaire. Nous sommes dans la suggestion et le simulacre. En Russie également, la « société du spectacle » l’emporte sur les faits et les expériences de première main.

Vladimir Poutine, précurseur en matière de propagande politique ? Il s’agit plutôt de vieilles recettes - d’autres en d’autres temps ont usé et abusé de ces « ficelles » - et ces mises en scène sont répétitives, usées même. En Russie, les dernières images de Poutine pêchant un brochet de plus de 20 kg ont suscité moult moqueries et railleries. On peut supposer que le plus grand nombre regarde cela avec indifférence et vaque à ses affaires quotidiennes. Au total, ces opérations de propagande ne sont-elles pas contre-productives ? Elles ont d’abord surpris puis amusé. Aujourd’hui, elles lassent.

Propos recueillis Nicolas Hanin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Lampiste
- 02/08/2013 - 19:49
"Puissant théoricien du
"Puissant théoricien du politique, Julien Freund explique qu’une civilisation ou une unité politique n’ayant d’autre finalité que l’auto-conservation est une forme en déclin."
Ouais, mais il semblerait que ce génie n'ait pas vu que le déclin est encore plus rapide avec le bougisme imbécile qui n'a d'autre but que la réélection de nos parasites professionnels.
Car depuis les années 90, il est bien évident, ici, que nous sommes sur la pente savonneuse, alors que depuis la même époque et la fin de l'URSS, le niveau de vie a considérablement changé. Il suffit d'y aller pour voir des pays dynamiques, où l'on trouve tout pour développer des activités de haute technicité, des gens motivés. Des villes où on se sent libre...
Bien sur, il reste des séquelles du paradis coco, la corruption comme ici. C'est "amusant" de voir que nos "zintellos", nos "zélites", soit-disant libérales crachent d'autant plus sur la Russie qu'elle démontre la faillite du bolchevisme.
Il est vrai que les banques de Wall Street avaient fait assez d'efforts pour lancer la bande de racailles en train plombé qui a coulé le pays qui aurait pu devenir une de premières puissances mondiales en 17, la Russie.
ledevois
- 31/07/2013 - 14:09
moquerie de poutine
on peut bien sur se moquer de l'image qu'il peut produire , bien sur :!
mais pour ceux qui ont connu l'ukraine , la russie dans les années 1990 ou les magasins étaient vide il est certain qu'un Poutine a fait ce qu'il fallait pour augmenter le train de vie des Russes , --
dans les pays de l'est un politique corrompu va en prison , -- en France on lui fait un procès qui dure plusieurs décennies et qui n'aboutis pas , __
je m'en fou de son cinéma-- c'est ce qu'il fait pour son paysqui m'intéresse --
je trouve stupide les mauvaises relations diplomatique avec la France alors qu'il y a tant à faire dans ce vaste pays ;
en Espagne ou je suis actuellement ils sont moins con , l'état va même faire de la pub en russe pour qu'ils aient une facilité d'entrer en Espagne -- visa très rapide , aide aux investisseurs exct -exct - !
l'espagne va se relever -- ça commence déja !
ledevois
- 31/07/2013 - 14:09
moquerie de poutine
on peut bien sur se moquer de l'image qu'il peut produire , bien sur :!
mais pour ceux qui ont connu l'ukraine , la russie dans les années 1990 ou les magasins étaient vide il est certain qu'un Poutine a fait ce qu'il fallait pour augmenter le train de vie des Russes , --
dans les pays de l'est un politique corrompu va en prison , -- en France on lui fait un procès qui dure plusieurs décennies et qui n'aboutis pas , __
je m'en fou de son cinéma-- c'est ce qu'il fait pour son paysqui m'intéresse --
je trouve stupide les mauvaises relations diplomatique avec la France alors qu'il y a tant à faire dans ce vaste pays ;
en Espagne ou je suis actuellement ils sont moins con , l'état va même faire de la pub en russe pour qu'ils aient une facilité d'entrer en Espagne -- visa très rapide , aide aux investisseurs exct -exct - !
l'espagne va se relever -- ça commence déja !