En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 27 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 11 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 39 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 23 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 30 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 53 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 5 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 28 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 46 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 52 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 22 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 54 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 51 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 49 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 59 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 20 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 38 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 50 min
© D.R.
Le gouvernement vient de confirmer qu’il reprendrait dans son projet de loi sur la consommation une revendication des taxis visant à limiter la concurrence.
© D.R.
Le gouvernement vient de confirmer qu’il reprendrait dans son projet de loi sur la consommation une revendication des taxis visant à limiter la concurrence.
Fiacre et tuk-tuk

Offensive contre les offres alternatives aux taxis : et encore la victoire d’un lobby qui impose une vision médiévale de l’économie

Publié le 26 juillet 2013
Quand l'Etat soutient un quasi monopole en régulant la concurrence, c'est toute une vision de l'économie qui se dessine. C'est en fait une véritable lutte que le gouvernement engage contre l'économie nouvelle et plus généralement contre la modernité.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand l'Etat soutient un quasi monopole en régulant la concurrence, c'est toute une vision de l'économie qui se dessine. C'est en fait une véritable lutte que le gouvernement engage contre l'économie nouvelle et plus généralement contre la modernité.

Le gouvernement vient de confirmer qu’il reprendrait dans son projet de loi sur la consommation une revendication des taxis visant à limiter la concurrence : désormais, les « voitures de tourisme avec chauffeur »  (VTC) devront respecter un délai incompressible de 15 minutes entre la commande et la prise en charge du client. Cette proposition, aussi absurde qu’arbitraire, illustre qu’en matière économique et concurrentielle, Jean-Marc Ayrault et son équipe en sont restés à une vision médiévale de la concurrence, en totale opposition avec les évolutions économiques et sociales contemporaines.

En 1960, le rapport Rueff Armand écrivait que « la limitation réglementaire du nombre de taxis nuit à la satisfaction de la demande et entraîne la création de "situations acquises" ». En 2008, le rapport Attali estimait que l’ouverture du secteur, toujours pas réalisée, pourrait créer jusqu’à 45 000 emplois. Cela avait conduit Nicolas Sarkozy a instauré un régime plus souple pour les VTC, ces voitures auxquelles le consommateur ne peut avoir recours qu’en les réservant à l’avance (elles ne peuvent être hélées dans la rue). La concurrence s’est accrue pour les taxis ; ils ont protesté et été entendus par l’actuel gouvernement.

D’un point de vue concurrentiel, et comme dans de nombreux autres domaines, le projet en cours est une aberration, un retour à une économie archaïque : le gouvernement se fait le défenseur du potentat des taxis. En évinçant les nouveaux entrants, il leur garantit une rente. En prétendant défendre les « producteurs » contre les consommateurs, il remet en cause tout le fonctionnement du marché et se fait le promoteur d’une vision rigide et datée de l’économie. La concurrence et la croissance qu’elle permet sont au contraire des processus dynamiques : dans un processus normal, les VTC devraient inciter les taxis traditionnels à être plus efficaces ; aussi chers mais en offrant des services supplémentaires, ou moins onéreux. Le consommateur en sortirait gagnant, bénéficiant de prestations moins coûteuses et de meilleures qualités, c'est-à-dire au final d’un meilleur choix et d’une meilleure allocation de ses moyens.

Ce qui est encore plus regrettable, c’est que par cette mesure, le gouvernement montre qu’il passe à côté des mutations profondes de notre modèle économique. Derrière ce débat, il n’y a pas qu’une affaire de taxis : c’est en réalité une transition totale vers l’économie de demain que le projet de loi sur la consommation est en train d’essayer de bloquer.

Cette transformation repose sur l’intégration des nouvelles technologies dans les transactions traditionnelles. C’est ce qui a fait le succès des VTC : au lieu de réserver votre taxi « à l’ancienne », les entreprises comme l’américain Uber ou le français chauffeur-privé, récemment primé comme entreprise innovante, proposent de le faire par l’intermédiaire d’un téléphone et de suivre le véhicule qui s’approche vers vous en temps réel. Le client peut ensuite noter son chauffeur. C’est donc l’introduction d’internet, de la géolocalisation, du crowdsourcing et la démocratisation des smartphones qui ont permis le développement de ces entreprises. C’est un conflit entre entreprises innovantes et dinosaures qui se joue, en France et ailleurs, pas juste une anecdote sectorielle.

L’économie en voie d’apparition a pour autre caractéristique d’être toujours plus dispersée : internet permet de se mettre facilement en relation avec une clientèle potentielle presque infinie et facilite donc la multiplication des initiatives, d’autant plus que l’industrie des services ne nécessite pas un apport en capital important. En somme, chacun peut se faire entrepreneur et chef d’entreprise. C’est d’ailleurs ce qui explique le succès du statut d’auto-entrepreneur contre lequel le gouvernement est en train de lutter de manière absurde. C’est aussi ce que montre le succès fulgurant de l’économie collaborative, qui n’est rien d’autre que la revalorisation du marché : chaque consommateur peut se faire vendeur ou producteur de services avec blablacar (covoiturage) ou AirBnB (partage de domicile). Demain, avec l’impression 3D, nous serons tous des makers comme l’écrit Chris Anderson.

L’économie qui vient permet à chacun de s’engager dans la production et la consommation, en donnant plus de pouvoir aux consommateurs. Comme dans la vie démocratique où la tendance profonde est d’accorder plus de pouvoir aux citoyens de manière décentralisée (à travers, notamment l’empowerment), l’économie de demain encourage l’implication au niveau micro. C’est aussi le cas dans l’entreprise, comme le montre la tendance du say on pay, qui accroit l’intervention des actionnaires.

Une autre qualité de l’économie en formation, c’est qu’elle donne l’avantage à l’acteur local et à la petite entreprise dynamique capable de s’adapter rapidement – et non aux grands groupes de taxis bien installés, par exemple. Il suffit pour le constater de voir le succès des sites qui vantent la relation de proximité, qu’elle soit commerciale (comme leboncoin) ou d’ordre communautaire (en créant des communautés d’affinité). De manière assez paradoxale, le numérique recrée des liens sociaux et des solidarités de proximité.

Dans ce contexte, il est impératif de repenser l’intervention de l’Etat et sa légitimité. Or, le gouvernement est enfermé dans une vision passéiste de l’économie : régulatrice à outrance, uniformisatrice en tout, centralisatrice de manière systématique. L’affaire des taxis le montre, mais aussi celle des auto-entrepreneurs ou la manière dont est gérée le Ministère de l’Education nationale. Ces politiques sont à l’exact inverse des tendances économiques et sociales contemporaines. L’apparition récente et dynamique des VTC ne s’explique pas uniquement par le contexte monopolistique des taxis, mais aussi parce qu’elle s’inscrit dans une tendance très forte des sociétés contemporaines, qui repose sur une atomisation du marché toujours plus grande et une "horizontalisation" des relations sociales et individuelles, en utilisant les ressources technologiques contemporaines. C’est le modèle d’internet qui se diffuse à l’ensemble de la société. Pendant ce temps, le gouvernement lui en reste à la préhistoire…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
monteils
- 27/07/2013 - 11:20
50 000 emplois potentiels
A Londres, new york ou hong kong vous avez un taxi immédiatement et pour pas cher. L'offre est trois fois supérieure soit 50 000 emplois productifs potentiels.
Ce que nos dirigeants socialistes ne comprennent pas c'est que l'offre va créer la demande.
Il m'est arrivé d'attendre un taxi 1 heure sur les champs elysées ...pour se voir refuser la course!!!
Delanoe a supprimé le tiers des places de stationnement à Paris, soit 70 000 places..... mais pas un taxi de plus!
Quand à la question de l'indemnisation des licences il existe des solutions techniques.
cpamoi
- 26/07/2013 - 20:38
Taxi = vol qualifié.
Une licence au XXI e siècle pour faire rouler une voiture ? Pour une étude de notaire, je veux bien l'entendre, mais pour un métier aussi peu qualifié depuis l'invention du GPS ! Autrefois, le taxi devait au moins connaître les rues... Sans oubliez que si vous prenez un vol low cost, il y a de fortes chances que le taxi vous coûte aussi cher que le billet d'avion !
Madfox78M
- 26/07/2013 - 15:02
Paris
Si un conducteur de taxi lit cette question, peut-il y répondre? Merci;
pourquoi tous les, et je dis bien TOUS, taxi dans l'anceinte de Paris sont TOUJOURS et je dis bien TOUJOURS indisponible. Et ce quelque soit l'heure. Alors certain vont me dire qu'ils sont en train de faire la queue pendant 4 heures à Roissy. A New-York il y a aussi des aeroports, et pourtant il est superflu de reserver un taxi, il suffit de descendre dans la rue de lever le bras et dans la seconde le taxi le plus proche s'arrete. Chose impossible à Paris... je ne parle meme pas de la question que les taxis en France vous pose, c'est pour aller ou et qui parfois vous répondent : cela ne m'interresse pas.......... je souhaite comprendre pourquoi les taxi demandent au gouvernement de les proteger alors qu'ils ont une attitude qui fait que tout parisien reve de beneficier de la meme liberté qui existe en Russie; il suffit de lever la main et toute personne peut vous prendre en taxi. ce n'est pas la seule chose positive en Russie. Merci a tout professionnel du taxi qui répondra.