En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

03.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

04.

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

05.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

06.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

07.

Mort d'Adama Traoré : près de 20.000 personnes rassemblées à Paris, des tensions en fin de manifestation

01.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

02.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

06.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Bonnes affaires estivales
Bruno Le Maire précise que le début des soldes est programmé pour le 15 juillet
il y a 6 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
"Equipe de pieds nickelés"
"Star des maladies infectieuses" : Didier Raoult revient sur la récente étude de la revue The Lancet
il y a 7 heures 45 min
R.I.P.
L’ancien boxeur Floyd Mayweather a l’intention de payer les funérailles de George Floyd
il y a 9 heures 32 min
pépites > Justice
Bataille d'experts
Mort d'Adama Traoré : la contre-expertise conclut que le plaquage ventral des gendarmes a entraîné l’asphyxie
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Anagrammes à quatre mains" de Karol Beffa et Jacques Perry-Salkow : pour sourire de plaisir

il y a 12 heures 30 min
pépites > Economie
Soutien aux entreprises
Renault : le prêt garanti de 5 milliards d'euros est validé par le gouvernement
il y a 13 heures 40 min
pépites > Justice
Nouvelle requête
Affaire Adama Traoré : une contre-expertise indépendante a été demandée par sa famille
il y a 15 heures 18 min
pépite vidéo > Europe
Anniversaire
Il y a 67 ans, la reine Elizabeth II était couronnée
il y a 16 heures 15 min
décryptage > Economie
Conséquences du Covid-19

De l’inutilité des prédictions économiques actuelles

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Politique
Enfin la vérité

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

il y a 18 heures 33 min
pépites > Justice
Manifestation
Mort d'Adama Traoré : près de 20.000 personnes rassemblées à Paris, des tensions en fin de manifestation
il y a 6 heures 50 min
pépites > Environnement
Zones d’ombre
Incendie de Lubrizol à Rouen : le Sénat va publier son rapport ce jeudi 4 juin
il y a 8 heures 52 min
pépites > Politique
Budget
Le déficit de la Sécurité sociale est revu à 52,2 milliards d'euros pour l’année 2020
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Colbert, une source d’inspiration pour les décideurs d’aujourd’hui" de Marc-Daniel Seiffert et Jean Paul Méreaux : qui trop embrasse, mal étreint…

il y a 11 heures 21 min
pépites > Justice
Couperet
Pierre Botton est condamné à cinq ans de prison ferme pour abus de biens sociaux
il y a 13 heures 9 min
pépites > Politique
Second tour
Elections municipales : Anne Hidalgo trouve un accord avec les Verts à Paris
il y a 14 heures 27 min
pépite vidéo > International
Loi et ordre
Emeutes après la mort de George Floyd : Donald Trump se rend à l’église vandalisée de Washington
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Santé
Organisation dynamique

L’obésité de notre système de santé face à l’agilité de ses acteurs

il y a 17 heures 32 min
décryptage > International
Parti de la loi et de l'ordre

Une tragédie américaine

il y a 18 heures 14 min
décryptage > Politique
Bas les masques

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

il y a 18 heures 41 min
Creuser sa tombe

Les raisons d’un grand écart : pendant que les pays européens les plus riches continuent de s’enrichir, les plus pauvres continuent de s’appauvrir

Publié le 26 juillet 2013
Le dernier classement de la Banque mondiale des pays les plus riches, en fonction de leur PIB par habitant, sacre la Norvège championne du monde. Ce classement met surtout en évidence le creusement de l'écart entre les pays du nord et les pays du sud de l'Europe.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier classement de la Banque mondiale des pays les plus riches, en fonction de leur PIB par habitant, sacre la Norvège championne du monde. Ce classement met surtout en évidence le creusement de l'écart entre les pays du nord et les pays du sud de l'Europe.

Atlantico La Banque mondiale a classé la Norvège comme étant le pays le plus riche du monde en fonction du PIB par habitant. Puis vient la Suisse (3e), le Danemark (6e), la Suède (7e). L'Allemagne et la France sont respectivement 14 et 15e. Les pays du sud de l'Europe eux s'enfoncent et voient leurs PIB par habitant baisser. Comment expliquer que les pays riches continuent de s'enrichir et que les pays plus pauvres continuent de s'appauvrir au sein de la zone Euro ?

Philippe Crevel : Le classement de la Banque mondiale sur les pays les plus riches fait la part belle aux petits Etats en ce qui concerne la population comme la Norvège, le Qatar, la Suisse, l’Australie, le Danemark, la Suède ou Singapour. Parmi les 10 premiers, 9 appartiennent à cette catégorie, la 10ème place étant occupée par les Etats-Unis. Pour être en tête de peloton, il vaut également mieux être bien doté en énergie ou en matières premières. C’est le cas de la Norvège mais aussi du Qatar, de Koweït et de l’Australie. Etre une  place financière comme la Suisse permet également d’être bien placé. La Suisse occupe ainsi la troisième position ou Singapour. Les mieux classés ont également comme caractéristique de bénéficier d’un fort consensus social et politique. C’est le cas des pays d’Europe du Nord qui de plus ont misé sur les hautes technologies. Ce classement souligne l’impact de la forte augmentation des cours des matières premières et de l’énergie ces dernières années.

Le classement de la Banque mondiale permet, par ailleurs, de mesurer le recul voire le déclin de certains Etats d’Europe du Sud. Le PIB par habitant du Portugal passe de 23.716$ en 2008 à 20.182$ en 2012. Celui de Grèce est passé de 30.399$ en 2008 à 22.083$ en 2012. La France est également à la peine avec un PIB par habitant en baisse et une peu honorable 15ème place.

Les plans d’assainissement des finances publiques ont abouti à des contractions du PIB. La montée forte du chômage, en Grèce ou en Espagne, réduit le montant des revenus entraînant par définition un recul du PIB par habitant. En France, ce phénomène est accentué par l’augmentation de la population, environ 200 000 par an. La France a besoin de plus de croissance que ses voisins pour maintenir le PIB par habitant. A contrario, l’Allemagne qui connaît une diminution de sa population depuis plusieurs années, est dans la situation inverse.

Il n’en demeure pas moins qu’au sein de la zone euro, le Nord et le Sud divergent de plus en plus. D’un côté, les pays industriels ayant réussi à maîtriser leurs coûts et leur dette publique, et de l’autre le Sud en proie à une désindustrialisation rapide.  

Plus finement, quand on regarde les situations de ces pays, notamment en répartition de la richesse parmi la population, que constate-t-on ? La richesse des pays en termes de PIB par habitant va-t-elle forcément de paire avec la richesse de la population ?

Tout indicateur est arbitraire. Le PIB par habitant en prenant en compte la parité du pouvoir d’achat comporte, à ce titre, des défauts. Il n’en demeure pas moins qu’il permet d’effectuer assez facilement des comparaisons entre les pays. Certes, cet indicateur est incomplet pour mesurer la force d’une économie ou l’influence d’un pays. Les Etats-Unis, première puissance mondiale, n’arrive qu’en 10ème position selon le classement de la Banque Mondiale. La Chine, seconde puissance économique arrive bien plus loin. Ces deux Etats qui ont respectivement 314 millions et 1,344 milliard d’habitants sont deux grandes puissances démographiques comme l’est également l’Inde. Les Etats-Unis concourent à la sécurité collective de l’Europe via l’OTAN par exemple et contrôle plus ou moins Internet. La Chine produit, de son côté, plus de la moitié des biens industriels. Il faut noter que les Etats bien classés le doivent également par une forte homogénéité sociale aidée en cela par la petite taille de leur population. Un grand État est sujet aux inégalités.

La richesse de la population peut également se mesurer en fonction du patrimoine détenu. Le classement obtenu diffère alors de celui du PIB par habitant. Une récente étude de la BCE a révélé que l’Allemagne figurait en fin de classement avec un patrimoine médian de 51 400 euros contre 267 000 euros pour les Chypriotes.

L’Espagne, l’Italie et la France, mal classées en matière de PIB par habitant, figurent en tête pour la richesse. Le patrimoine moyen français est de 233 000 euros, celui des Espagnols de 291 000 euros (en 2008 avant la chute de l’immobilier). Le patrimoine moyen à Chypre est de 671 000 euros et celui de l’Italie de 275 000 euros. Ce décalage est lié à la valorisation de l’immobilier. Avec le PIB par habitant, nous mesurons un flux essentiellement économique quand le patrimoine représente un stock issu d’une richesse passée.

La situation contrastée des pays européen vis à vis de l'euro a-t-elle jouée un rôle ?

L’euro a permis durant ses huit premières années de rapprocher les niveaux de développement des pays membres avec une croissance soutenue en Europe du Sud. Mais, l’absence de mécanisme de régulation et de compensation des déficits conduit à des ajustements brutaux. Étant donné que l’arme de la dévaluation qui permet d’appauvrir un pays de manière indolore n’existe pas, il faut en passer par une réduction directe du PIB et donc à un appauvrissement réel de la population. In fine, le résultat est le même. Sans l’euro, il est fort probable que les pays les plus fragiles auraient connu d’importantes tensions en 2009 comme en 2012.

Cette tendance à l'enrichissement des pays riches et à l'appauvrissement des pays pauvres va-t-elle perdurer en Europe ? Pourquoi ?

L’affaiblissement de certains Etats d’Europe est intimement lié à la crise que nous vivons depuis 2009. Il faut, de ce fait, espérer que la zone euro puisse sortir rapidement de la récession. Des pays comme l’Espagne ou le Portugal semblent avoir accompli une grande partie du travail d’assainissement même si la situation des banques espagnoles peut encore être jugée inquiétante.

Néanmoins, au-delà de la situation conjoncturelle, l’Europe souffre de ses dysfonctionnements. L’Union européenne n’est pas un État fédéral doté d’outils permettant de corriger des inégalités. En Allemagne comme aux Etats-Unis, il existe des fonds fédéraux ou des systèmes de péréquation fiscale qui évitent une divergence trop forte des différents Etats. En outre, l’absence de barrière linguistique facilite la mobilité de la population. Au sein de la zone euro, la solution à la crise des dettes passe par une restauration de la compétitivité et conduit donc à des diminutions de salaire et à une réduction des dépenses publiques. Il faut souligner que la Grèce comme l’Espagne avaient enregistré de forts taux de croissance durant la première partie des années 2000 du fait d’un recours massif à l’endettement rendu possible par des taux d’intérêt très bas. La création de bulle d’endettement associée à une inflation plus forte que dans le cœur de la zone euro a abouti à une nette détérioration de compétitivité des Etats d’Europe du Sud. La cure d’austérité vise à remettre les compteurs à zéro au prix d’un appauvrissement relatif. Pour éviter que ces Etats n’entrent pas dans un cycle dépressif incontrôlable que les investissements redémarrent afin de tirer profit des gains de compétitivité obtenus.

Comment améliorer globalement la situation ?

L’Europe, par absence de consensus et de volonté politique, a privilégié une méthode comptable pour régler la crise des dettes publiques laissant à chaque État le soin de mener les réformes structurelles. L’Europe est avant tout une zone de régulation dotée d’une monnaie unique. Il faudrait franchir une nouvelle étape en réalisant un grand pas vers le fédéralisme avec à la fois l’instauration de moyens de transferts financiers pour juguler des crises asymétriques qui frappent un ou plusieurs Etats de la zone. Il pourrait être imaginé que l’indemnisation du chômage revienne à l’échelon européen qui aurait évidemment, en contrepartie, un fort droit de regard sur l’organisation du marché du travail. Il faut, en effet, comme dans un État prévoir des mécanismes d’apurement des dettes.

En France, nul ne regarde les régions déficitaires et celles qui sont excédentaires. Or, en Europe, la monnaie unique n’a pas abouti à des mécanismes de péréquation et de compensation. Le système actuel, par sa structure même, est un moteur à inégalités croissantes, du fait de l’absence de force de rappel. Les pays à excédents commerciaux disposent d’entreprises ayant des taux de marge élevés leur permettant d’investir et d’améliorer leur compétitivité. L’investissement constitue une des priorités que l’Europe et les Etats membres devraient avoir afin d’éviter la spirale du déclin que les Etats du sud connaissent. Il faut non pas jouer sur la demande qui ne favorise que les pays exportateurs mais créer un choc d’offre. 

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

03.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

04.

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

05.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

06.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

07.

Mort d'Adama Traoré : près de 20.000 personnes rassemblées à Paris, des tensions en fin de manifestation

01.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

02.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

06.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
un_lecteur
- 26/07/2013 - 10:47
plus d'europe ?
voilà plusieurs articles que je lis concluant sur : Plus d'Europe.
- Nous sommes dans la merde, il faut donc plus d'Europe,
- Les choses semblent aller un peu mieux, c'est le moment pour plus d'Europe...
.
Un peu comme le réchauffement climatique :
- Il fait chaud : c'est le réchauffement climatique,
- Il fait froid : C'est le réchauffement climatique.
- Inondations : C'est le réchauffement climatique,
- Sécheresse : C'est le réchauffement climatique...
.
Le bourrage de crane fait rage.
veloman95
- 26/07/2013 - 09:17
Faux
En vérité les pays riches s'enrichissent plus que les pays pauvres qui sont, dans l'absolu, moins pauvre qu'avant. On ne voit plus ces abominables famines du temps passé. Cela n’empêche pas de trouver la répartition des richesses injuste.
Jardinier
- 26/07/2013 - 00:00
Ce que je trouve bizarre, c'est le classement de l'allemagne.
A peine devant la France en terme de PIB par habitant, loin derriere pour la richesse de ses habitants, je m’étonne un peu.