En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 8 min 56 sec
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 31 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 13 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 17 heures 50 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 26 min 3 sec
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 14 heures 31 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 17 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 19 heures 53 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 20 heures 7 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 20 heures 21 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 21 heures 29 min
© Reuters
Les ours blancs pourraient bien être les premières victimes de la rapidité du réchauffement climatique.
© Reuters
Les ours blancs pourraient bien être les premières victimes de la rapidité du réchauffement climatique.
Espèces en danger

Extinction de masse en vue : un très grand nombre d’espèces pourrait disparaître d’ici 2100 en raison du dérèglement climatique

Publié le 16 juillet 2013
Une étude réalisée par John Wiens de l'université de l'Arizona a montré que certaines espèces animales ne pourront pas s'adapter et s'éteindront. En cause : la rapidité du réchauffement climatique.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude réalisée par John Wiens de l'université de l'Arizona a montré que certaines espèces animales ne pourront pas s'adapter et s'éteindront. En cause : la rapidité du réchauffement climatique.

Certaines espèces ne survivront pas au réchauffement climatique car celui-ci est trop rapide. C'est ce que démontre une récente étude. Une étude qui va à l'encontre de l'idée reçue de certains négationnistes du dérèglement climatique, consistant à dire que les animaux et les végétaux s'adapteraient quoi qu'il arrive à leur milieu.

Même s'il est vrai que de nombreuses espèces ont su s'adapter à travers le temps aux variations climatiques, la donne n'est plus la même à présent. Jusqu'à aujourd’hui l'évolution climatique était très lente. Hors, on constate à présent une accélération du réchauffement de la planète. Et le risque pour les espèces vivantes réside justement là, dans cette accélération. Le rythme du changement est trop brutal pour pouvoir s'y adapter. C'est ce que démontre l'étude réalisée par le professeur John Wiens de l'Université de l'Arizona.

Les changements climatiques ne sont pas des phénomènes nouveaux. La Terre dans son histoire a effectivement connu de grands bouleversements climatiques. Cependant, ils étaient jusqu'alors "naturels" (éruptions volcaniques, collisions de grosses météorites, etc...). Or, le principal responsable aujourd'hui des perturbations majeures du climat, c'est l'homme. Pour satisfaire la demande toujours plus importante de notre société de consommation, pour produire sans cesse de l’énergie, l'être humain à besoin de brûler une quantité considérable de matière carbone. Résultat : une libération massive dans l'atmosphère de gaz qui ont pour effet de réchauffer notre planète. Depuis 200 ans, ces activités humaines toujours plus nombreuses ont causé une augmentation inquiétante de ces gaz à effet de serre, ce qui cause un réchauffement anormal.

En partant d'un échantillon de 540 espèces incluant, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères, le professeur Wiens et ses collègues ont comparé les taux d'évolution des taux de changements climatiques prévus pour la fin de ce siècle. Les résultats, publiés dans la revue Ecology Letters, démontrent que la majorité des animaux terrestres seront incapables d'évoluer assez rapidement pour s'adapter au réchauffement climatique spectaculaire qui nous attend en 2100.

Car pour s'adapter à un nouveau milieu il faut pour les espèces changer de morphologie. Et cela nécessite du temps, ces changements s'effectuant petit à petit sur plusieurs générations. Si certaines espèces n'auront pas le temps de se réadapter, d'autres seront piégées car leur habitat sera trop fragmenté pour qu'elles puissent migrer ou bien encore, parce que leurs sources de nourriture disparaîtront. Au total, la biodiversité de la faune comme de la flore va s'amoindrir. Selon certains experts, le changement climatique pourrait provoquer la disparition de plus d'un million d’espèces d'ici à 2050.

Atlantico.fr a interrogé Alexandre Hassanin, Maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle, pour savoir ce qu'il pensait de cette étude.

Atlantico : Avez-vous connaissance de l'étude menée par le professeur John Wiens ? Partagez-vous ses conclusions ?

Alexandre Hassanin : Non, je ne la connaissais pas mais l'idée générale que le réchauffement climatique entraînera des extinctions d'espèces est un fait, déjà avéré. En revanche, les auteurs suggèrent que le rythme des extinctions sera cette fois beaucoup plus important que par le passé. Lors de cette étude, les chercheurs ont estimé le taux auquel les espèces ont changé d'habitat au cours de l’histoire des tétrapodes en fonction des variations climatiques passées. Ils ont ensuite utilisé cette estimation pour déterminer les taux d’extinction au cours des 100 prochaines années en se basant sur les dernières prédictions liées au réchauffement climatique (augmentation de 4°C en 2030). Estimer le taux de changement d'habitat ne me semble pas chose facile. Cela implique notamment de connaître les relations de parenté entre les espèces mais aussi d’avoir une idée précise de l'époque à laquelle elles ont divergé les unes des autres. Par ailleurs, cette étude assume que le taux de changement d'habitat est resté constant au cours de l’histoire des tétrapodes, ce qui me paraît là un a priori très lourd à soutenir. Les résultats de cette étude me semblent donc très hypothétique.

Pourriez-vous donner un exemple concret d'une espèce en particulier qui ne pourra s'adapter au réchauffement si rapide de la planète et qui disparaîtra?

L'exemple le plus parlant selon moi, c'est l'Ours blanc. Son habitat naturel, la banquise est menacée de disparition par la fonte des glaces résultant du réchauffement climatique, ce qui entraîne une réduction de ses territoires de chasse. C'est une espèce spécialisée, c'est-à-dire qu’elle a développé toute une série d’adaptations spécifiques à son milieu. L'Ours blanc se nourrit principalement de phoques. Son pelage blanc représente l’une de ses adaptations : il s’en sert notamment pour se confondre avec le blanc de la banquise. Bien camouflé, l'animal peut ainsi surprendre plus facilement ses proies sur la banquise. Lorsque celle-ci aura disparu, l'animal devra alors développer d’autres stratégies de chasse. Ce qui faisait sa force (ses poils blancs) deviendra alors sa faiblesse dans un milieu "découvert de son manteau blanc". Peu à peu l'Ours blanc dans sa forme actuelle s'éteindra.

Quelles sont  les conséquences de la disparition d'espèces sur la Terre ?

Tout est lié. Si nous reprenons l'exemple de l'Ours Blanc, il chasse les phoques. Si l'Ours blanc disparaît, il y aura potentiellement de plus en plus de phoques car l’un de ses principaux prédateurs sera absent. Ainsi, on peut envisager une croissance des populations de phoques, ce qui se traduira par une diminution (au moins locale) des populations de poissons. C'est toute la chaîne alimentaire qui sera rapidement bouleversée.

 

Propos recueillis par Blanche Martin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

07.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Leucate
- 17/07/2013 - 17:09
@victor07 - glaciations
Durant les glaciations (..Mindel, Riss, Wurm, ?), les glaciers terrestres se forment et la mer descend de -120/130m environ. Nota, la banquise ne participe pas à l'élévation des océans, de la même façon qu'un glaçon en fondant ne fait pas varier le niveau de l'eau dans le verre.
En Europe, la Méditerranée était une mer fermée mais non prise par les glaces, les îles britanniques étaient un glacier et la banquise d'hiver descendait jusqu'aux côtes de la Galice espagnole tandis que la banquise d'été restait cantonnée au sud de l'Angleterre.
Des passages permettaient donc aux hommes primitifs ou modernes de passer à pied sec d'Afrique du nord en Europe, d'Asie en Amérique ou dans les îles actuelles de l'Indonésie tout en chassant leur gibier habituel et de coloniser ces territoires.
La dernière glaciation, le Wurm, s'est terminée il y a 10.000 ans et le niveau des eaux est remonté jusqu'à - 15m dans un premier temps, permettant à l'homme de coloniser des terres aujourd'hui disparues, le "doggerland" du nom de l'actuelle zône de pêche le "dogger bank" en mer du nord.
Le climat se réchauffant encore, la mer est remontée à son niveau actuel il y a 6000 ans, la GB devenant une île.
Manso
- 17/07/2013 - 16:59
Pour une « Démographie Responsable »
Ne nous voilons pas la face, la disparition d'un « très grand nombre d’espèces d’ici 2100 » n'a au final qu'une seul et même origine : la surpopulation humaine...
Il eut fallu stopper notre prolifération dans les années 70 du siècle dernier, au moment où "nous" avons pris conscience du phénomène.
Peut être aurions nous pu sauver alors un grand nombre de ces espèces emblématiques que sont les tigres et les lions (éradiqués à 97% depuis le début du XXème siècle) ou les grands singes et les gorilles.
Le crime est tellement abominable qu'il n'est même pas sûr que la disparition de l'humanité qui suivra inéluctablement celle des autres espèces soit de nature à nous consoler...
prochain
- 17/07/2013 - 16:39
@Dona Ferentes bonjour, tapez : Maurice Strong CO2
Je me méfie des commentaires je préfère les documents authentiques des archives voici une autre perle : Aimé Césaire et le PCF. Bonne lecture!