En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Pieuvre-mammouth

Et la Cour des comptes publia son rapport le plus cinglant sur l'ampleur de l'échec économique et démocratique de l'Etat français

Publié le 13 juillet 2013
Dans un rapport publié jeudi 10 juillet, la Cour des comptes dresse un bilan catastrophique des "dysfonctionnements" des services déconcentrés de l’État. Elle préconise une refondation totale de ces administrations dont les lourdeurs révèlent un échec plus lourd qui n'est autre que celui de l’État français.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un rapport publié jeudi 10 juillet, la Cour des comptes dresse un bilan catastrophique des "dysfonctionnements" des services déconcentrés de l’État. Elle préconise une refondation totale de ces administrations dont les lourdeurs révèlent un échec plus lourd qui n'est autre que celui de l’État français.

Le rapport publié par la Cour des comptes ce jeudi 11 juillet confirme ce que chaque citoyen et contribuable pressentait : l’Etat est un vaste bazar labyrinthique dépourvu de toute organisation rationnelle, privé de toute efficacité, accaparé par une lourdeur administrative telle qu’il ne parvient plus à assurer ses missions. Pire, il nuit à l’activité des autres acteurs de la société française. Comment pouvait-il en être autrement dans un pays où la puissance publique veut s’occuper de tout et ne fait confiance à personne ?

Ce que révèle la Cour des comptes, c’est qu’en France, avec notre Etat tentaculaire, la liberté est devenue une exception.

Le premier enseignement de ce rapport est que les réformes de l’Etat qui ont été menées jusqu’à maintenant n’en étaient pas. Timides, bredouillantes, elles se sont contentées d’apporter des petites retouches artistiques là où un grand débroussaillage était nécessaire. Le texte publié par la rue Cambon est édifiant. Dans le langage très policé qui est le sien, l’institution constate que l’Etat est particulièrement mal géré. Les compétences se chevauchent et empiètent sur celles des autres acteurs locaux, les responsabilités sont brouillées, les politiques incertaines, les redondances sont abondantes. Tout cela, aux frais des contribuables.

La deuxième leçon, c’est que l’Etat est tentaculaire. Il s’occupe de tout et n’a d’autre raison d’être que d’étendre son emprise sur la société. Qu’on en juge : les préfets de départements ont reçu en 2012 près de 80 000 pages de circulaires, pour qu’ils veillent sur ce que font les citoyens jusque dans les moindres détails ! Dans sa grande folie réglementaire, le gouvernement a même pondu une circulaire de 27 pages (!) sur les poulaillers ! Concrètement, cela veut dire que nous finançons collectivement des fonctionnaires chargés de les écrire, de les lire et enfin de les faire appliquer, c’est à dire de contrôler, de questionner, de vérifier. Malheureusement, le Gouvernement de François Hollande accélère dans cette frénésie de contrôle économique et social. Madame Pinel, ministre de l’artisanat et du tourisme, vient par exemple de proposer de réglementer les "drive", avec pour seule justification le fait qu’ils se développent sans être régulés par l’Etat. Quelle audace scandaleuse !

Le dernier fait marquant, à la lecture de ce document de la Cour des comptes, c’est que l’Etat n’a pas confiance en la liberté. Depuis 1982, la France vit sous le régime de la décentralisation. Dans un monde moderne, cela aurait dû encourager l’autonomie. Aux Etats-Unis, les Pères Fondateurs avaient précisément divisé le pouvoir en niveaux locaux dans le but d’encourager la liberté (il y a plus de 200 ans !). En France, la même idée a conduit à la démultiplication des administrations (et des impôts !) ! L’Etat central, si méfiant, n’a lâché du pouvoir qu’en maintenant ses propres services et en organisant un contrôle permanent.

Le rapport de la Cour des comptes n’est qu’un énième témoignage de l’échec économique et démocratique qu’est devenu l’Etat Français. Pléthorique, méfiant, suspicieux, il contrôle tout et avec une efficacité réduite. Rien ne doit se faire sans son autorisation, sans son aval, en dehors de son regard examinateur et réprobateur.

Dans une démocratie, la liberté devrait être la règle. En France, elle est devenue l’exception.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vspatrick
- 17/07/2013 - 09:17
Rapports qu'ils devraient ......
envoyer dans toutes ces écoles ENA etc..... pour que notre prochaine génération d'hommes politiques soient un peu moins a cote de leurs pompes..
ledevois
- 15/07/2013 - 17:11
si c'est la cour des comptes
institution géré par les socialos qui dit dit que la démocratie en France est une exception c'est que cela doit vraiment être grave et ingérable ce pays , -- j'ai un doute que la france puisse s'en sortir ,
Vinas Veritas
- 13/07/2013 - 19:51
Economies
Qui parle d'économies ? Qui fait des économies ?
Je viens une fois de plus de constater les méthodes de la Mairie de PAris dans les logements sociaux de la RIVP gérés par la municipalité de M. Delanöe.
Pour un évier en alu bouché par des détritus, le plombier s'est déplacé et a travaillé plus de 2 heures (déplacement compris tout de même) car il a tout bonnement remplacé cet évier par un beau tout neuf pour les occupants originaires d'Afrique car cet évier devait fonctionner et être propre. un simple nettoyage aurait suffit comme un simple dévissage du siphon mais cela est inaccessible aux nouveaux arrivants, trop technique, trop intelligent, et pourquoi nettoyer soi-même ?
c'est comme les savons liquides délivrés à cette population qui prenait 4 à 5 litres tout les mois dont la réponse m'avait été faite ainsi : "pourquoi irais-je l'acheter au supermarché du coin alors qu'ici je l'ai gratuitement ?"
rien à faire les services de la mairie de Montreuil en avait décidé ainsi : ils ont le droit de laver aux frais du contribuable français !