En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 4 min 59 sec
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 2 heures 20 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 4 heures 58 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 35 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 7 heures 2 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 17 heures 16 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 18 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 27 min 24 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 33 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 6 heures 21 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 7 heures 1 sec
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 7 heures 18 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 28 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 30 min
© Reuters
Un enfant a plus de chances de voir son avenir conditionné par la position sociale de ses grands-parents que par celle de ses parents.
© Reuters
Un enfant a plus de chances de voir son avenir conditionné par la position sociale de ses grands-parents que par celle de ses parents.
Tel grand-père, tel petit-fils

Et si c’était la réussite sociale de vos grands-parents qui prédestinait la vôtre?

Publié le 12 juillet 2013
Plusieurs études anglo-saxonnes publiées récemment indiquent que la réalité de la reproduction sociale n'est pas le seul héritage des parents, et que le destin professionnel et social d'un individu est davantage à chercher chez ses ancêtres plus lointains.
Denis Monneuse et Xavier Molénat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Monneuse est sociologue, écrivain et consultant en Ressources Humaines. Il est également l'auteur du livre Les jeunes expliqués aux vieux paru chez L'Harmattan en octobre 2012.Xavier Molénat est journaliste pour le magazine Sciences Humaines
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs études anglo-saxonnes publiées récemment indiquent que la réalité de la reproduction sociale n'est pas le seul héritage des parents, et que le destin professionnel et social d'un individu est davantage à chercher chez ses ancêtres plus lointains.

Selon des études réalisées par deux grandes universités britanniques, un enfant a plus de chances de voir son avenir conditionné par la position sociale de ses grands-parents que par celle de ses propres parents. Une conclusion qui revient à mettre en évidence une certaine permanence dans la reproduction sociale et donc de la faible mobilité des individus quand une famille est analysée sur plusieurs générations.

C'est ce travail sur le long terme qu'a d'ailleurs effectué Gregory Clark, professeur à l'université de Californie, quand il s'est intéressé dans une étude exhaustive à la répartition des noms de famille dans les différentes couches sociales en Angleterre depuis 1800. Et sa conclusion est sans appel : de 70 à 80% des statuts sociaux familiaux sont transmis de génération à génération sur plusieurs siècles.

Ces études font donc ressortir un constat lapidaire pour les idéaux méritocratiques : que l'on regarde sur deux générations ou sur deux siècles, la réussite sociale est rarement le fruit du seul travail individuel... et encore moins du hasard.

Atlantico : Les études menées par les universités d'Oxford et de Durham démontrent - surtout chez les hommes - que la position sociale des grands-parents a statistiquement plus de chance d'influencer le destin professionnel (positivement ou négativement) d'une personne que la position de ses parents. Ce résultat vous semble-t-il crédible ? Vous surprend-il et comment l'expliqueriez-vous ? 

Denis Monneuse : Cette étude repose sur un échantillon de plus de 17 000 personnes, le résultat est donc significatif. Une croyance populaire depuis le XIXe siècle veut qu’il existe une "loi des trois générations" : la première crée, la deuxième développe et la troisième dilapide. Cette étude prouve une nouvelle fois que cette loi n’est pas vérifiée ! On savait que la position sociale des grands-parents avait une influence sur les petits-enfants, mais pas qu’elle pouvait être supérieure à celle des parents. Ceci dit, l’enquête ne porte que sur des Britanniques. Il faudrait mener une recherche identique sur trois générations de Français pour voir si cette influence est aussi forte dans notre pays.

Cette étude remet-elle en cause le sacro-saint principe que l'on hérite sa position sociale en partie du capital social hérité des parents ? N'a-t-on pas accordé trop d'importance à la "famille nucléaire" pour prévoir la destinée d'un enfant alors que l'influence familiale était en fait beaucoup plus large ? 

Denis Monneuse : Il est vrai que l’on a trop tendance à se focaliser sur la transmission de capital social entre le père et ses enfants. Le rôle de la mère, des grands-parents ainsi que des oncles et tantes par exemple est plus rarement pris en compte. Pourtant, avec le bouleversement des structures familiales depuis les années 1970, la relation père / enfant s’est affaiblie. Mais il faut souligner que prendre en compte l’influence familiale au-delà de celle du père demande de mener des enquêtes beaucoup plus longues et plus complexes à analyser. Ce que montre cette étude, c’est que la reproduction sociale demeure extrêmement forte : le déclassement d’un membre de la famille n’entraîne pas le déclassement de ses descendants. De même qu’un seul "accident social" a des conséquences limitées sur la trajectoire familiale, une seule réussite sociale a peu de chance de modifier le positionnement social familial.

L'étude de Gregory Clark démontre que la probabilité d’évolution sociale d’un individu par rapport à ses ancêtres est quasiment nulle et cela sur plusieurs siècles. Quelle crédibilité accorder à un tel résultat ?

Xavier Molénat : Aussi triste que cela puisse paraître,  les résultats de cette étude ne me semblent absolument pas surprenants. Notre vision d’un Occident et d’une France offrant une grande mobilité sociale a été créée par un effet de loupe grossissante centré sur l’évolution sociale qui prend pied entre l’après-guerre et le début des années 1960. Cela n’a pourtant duré qu’une vingtaine d’années mais l'idée s’est répandue dans l’esprit de tous les Français comme un petit fantasme auquel se raccrocher. Dans les faits, de nombreux chercheurs ont montré que dès 1965, un important phénomène de déclassement social a commencé à se mettre en place. Cependant, la société a bien évidemment préféré croire aux théories de chercheurs comme Henri Mandras qui soutenait la moyennisation de la société et le rapprochement progressif des conditions de vie entre les Français. L’état actuel de notre société prouve qu’il avait tort.

Cela démontre-t-il que malgré tous les systèmes d’égalité des chances et de redistribution l’ascenseur social est un mythe ?

Xavier Molénat : Je crois en effet que même lorsque la mobilité sociale a brièvement existé, elle n’était en fait dû qu’à des raisons structurelles de modification de l’emploi et non pas à une égalitarisation de la société. La France malgré son État providence et son système social est victime d’une forte inertie en terme d’évolution sociale comme le soutien avec force le sociologue Camille Peugny dans son livre Le Destin dans le berceau. Malgré ce constat, la situation était plutôt pire si l’on remonte à travers les siècles. Les niveaux d’équilibre du patrimoine est bien sûr meilleur et les terres n’appartiennent plus autant à un micro groupe qu'au Moyen-Age. Cette inertie correspond donc plutôt à une absence d’évolution au sein des classes sociales mais pas à une absence d’amélioration dans les conditions de vie. Il faut la comprendre comme une analyse relative et pas absolue sans quoi il serait incohérent de dire que la situation moyenne des Français n’évolue pas à travers les siècles. Ainsi, si la mobilité sociale en France correspond à une exception historique, il est probable que les grands appareils démocratiques et redistributifs ne sont absolument pas inutiles puisque s’ils n’améliorent visiblement pas l’évolution sociale ils limitent les inégalités.

Ces résultats indique-t-il qu'il existe une génération de "parents" - grosso modo issue des Trente glorieuses - qui aurait été la seule à s'affranchir pleinement des héritages familiaux, alors que les "petits-enfants" ne font que revenir à la norme ? 

Denis Monneuse : L'étude des universités d'Oxford et de Durham ne prend en compte que des variables socioprofessionnelles et salariales. Elle n’intègre pas de dimensions qualitatives telles que les valeurs. Donc il ne faut pas chercher à extrapoler sur l’ensemble de ce qu’ont pu hériter les petits-enfants de leurs parents et de leurs grands-parents. Ceci dit, des enquêtes sur les jeunes Français montrent que ceux-ci partagent un certain nombre de valeurs avec leurs grands-parents : l’importance de la famille, de la fidélité, du respect… Mais ils ne définissent pas nécessairement ces valeurs de la même façon que leurs aînés ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gliocyte
- 12/07/2013 - 08:16
@la saucisse intello
Quelle est la "morale" de votre histoire? Prônez-vous l'enfant unique? Est-ce "plus je vois les hommes, plus j'aime les bêtes?" (votre amour pour celles-ci ne fait aucun doute, au regard de vos nombreuses métaphores). Avez-vous donc décidé, vu le monde, que saucisse intello ne fera jamais dans les "saucissettes" ni dans les "saucissonous"?
Occidentale
- 12/07/2013 - 07:26
en mode encore plus nouveau du genre plus complet
Denis est un sociologue et Monneuse est la sociologue
Allo, mais on cherchera où pour se trouver quand le couple est devenu une paire de même acabit genre grand-maman et grand-maman d'un coté, et grand-maman et grand-maman de l'autre
ou alors avec grand-papa et grand-papa et avec grand-papa et grand-papa.
Heureusement il y aura des salles de shoot étatiK pour purger l'être humain.

la saucisse intello
- 12/07/2013 - 04:13
@ gliocyte....
Quand nous sommes en ville, mon travail du matin c'est pain-journal-café. Pour çe je passe parfois devant une école primaire à l'heure où les "mamans" viennent amener leurs co......pardon, leurs moutards. Il m'arrive de saisir des bribes de "conversation" ou d'entendre une conne (parfois plusieurs !) raconter leur pauvre vie au téléphone. Alors moi qui crains celui qui est là-haut (car un jour il faudra bien paraître !), je joins les mains, ferme les yeux et murmure "mon père, mon père, pourquoi m'as-tu abandonné" ! Et quand viendra l'heure, il me dira "la saucisse, la saucisse, j'ai entendu parler de toi (car j'entends tout !), tu n'avais pas beaucoup d'estime pour tes frères humains ? " et moi "non mais franchement, ya longtemps que t'as pas regardé en bas, t'as vu la tronche qu'ils ont, mes frères, putain, je regrette pas que tu m'aies fait fils unique ! D'ailleurs toi aussi, tu n'en as qu'un, hein, pas fou le grand patron ! "