En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 22 min 51 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 1 heure 6 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 1 heure 28 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 2 heures 39 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 6 heures 2 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 6 heures 31 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 21 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 51 min 1 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 1 heure 16 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 4 heures 24 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 5 heures 29 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 6 heures 15 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 21 heures 8 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 22 heures 16 min
© Reuters
Un enfant a plus de chances de voir son avenir conditionné par la position sociale de ses grands-parents que par celle de ses parents.
© Reuters
Un enfant a plus de chances de voir son avenir conditionné par la position sociale de ses grands-parents que par celle de ses parents.
Tel grand-père, tel petit-fils

Et si c’était la réussite sociale de vos grands-parents qui prédestinait la vôtre?

Publié le 12 juillet 2013
Plusieurs études anglo-saxonnes publiées récemment indiquent que la réalité de la reproduction sociale n'est pas le seul héritage des parents, et que le destin professionnel et social d'un individu est davantage à chercher chez ses ancêtres plus lointains.
Denis Monneuse est sociologue, écrivain et consultant en Ressources Humaines. Il est également l'auteur du livre Les jeunes expliqués aux vieux paru chez L'Harmattan en octobre 2012.Xavier Molénat est journaliste pour le magazine Sciences Humaines
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Monneuse et Xavier Molénat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Monneuse est sociologue, écrivain et consultant en Ressources Humaines. Il est également l'auteur du livre Les jeunes expliqués aux vieux paru chez L'Harmattan en octobre 2012.Xavier Molénat est journaliste pour le magazine Sciences Humaines
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs études anglo-saxonnes publiées récemment indiquent que la réalité de la reproduction sociale n'est pas le seul héritage des parents, et que le destin professionnel et social d'un individu est davantage à chercher chez ses ancêtres plus lointains.

Selon des études réalisées par deux grandes universités britanniques, un enfant a plus de chances de voir son avenir conditionné par la position sociale de ses grands-parents que par celle de ses propres parents. Une conclusion qui revient à mettre en évidence une certaine permanence dans la reproduction sociale et donc de la faible mobilité des individus quand une famille est analysée sur plusieurs générations.

C'est ce travail sur le long terme qu'a d'ailleurs effectué Gregory Clark, professeur à l'université de Californie, quand il s'est intéressé dans une étude exhaustive à la répartition des noms de famille dans les différentes couches sociales en Angleterre depuis 1800. Et sa conclusion est sans appel : de 70 à 80% des statuts sociaux familiaux sont transmis de génération à génération sur plusieurs siècles.

Ces études font donc ressortir un constat lapidaire pour les idéaux méritocratiques : que l'on regarde sur deux générations ou sur deux siècles, la réussite sociale est rarement le fruit du seul travail individuel... et encore moins du hasard.

Atlantico : Les études menées par les universités d'Oxford et de Durham démontrent - surtout chez les hommes - que la position sociale des grands-parents a statistiquement plus de chance d'influencer le destin professionnel (positivement ou négativement) d'une personne que la position de ses parents. Ce résultat vous semble-t-il crédible ? Vous surprend-il et comment l'expliqueriez-vous ? 

Denis Monneuse : Cette étude repose sur un échantillon de plus de 17 000 personnes, le résultat est donc significatif. Une croyance populaire depuis le XIXe siècle veut qu’il existe une "loi des trois générations" : la première crée, la deuxième développe et la troisième dilapide. Cette étude prouve une nouvelle fois que cette loi n’est pas vérifiée ! On savait que la position sociale des grands-parents avait une influence sur les petits-enfants, mais pas qu’elle pouvait être supérieure à celle des parents. Ceci dit, l’enquête ne porte que sur des Britanniques. Il faudrait mener une recherche identique sur trois générations de Français pour voir si cette influence est aussi forte dans notre pays.

Cette étude remet-elle en cause le sacro-saint principe que l'on hérite sa position sociale en partie du capital social hérité des parents ? N'a-t-on pas accordé trop d'importance à la "famille nucléaire" pour prévoir la destinée d'un enfant alors que l'influence familiale était en fait beaucoup plus large ? 

Denis Monneuse : Il est vrai que l’on a trop tendance à se focaliser sur la transmission de capital social entre le père et ses enfants. Le rôle de la mère, des grands-parents ainsi que des oncles et tantes par exemple est plus rarement pris en compte. Pourtant, avec le bouleversement des structures familiales depuis les années 1970, la relation père / enfant s’est affaiblie. Mais il faut souligner que prendre en compte l’influence familiale au-delà de celle du père demande de mener des enquêtes beaucoup plus longues et plus complexes à analyser. Ce que montre cette étude, c’est que la reproduction sociale demeure extrêmement forte : le déclassement d’un membre de la famille n’entraîne pas le déclassement de ses descendants. De même qu’un seul "accident social" a des conséquences limitées sur la trajectoire familiale, une seule réussite sociale a peu de chance de modifier le positionnement social familial.

L'étude de Gregory Clark démontre que la probabilité d’évolution sociale d’un individu par rapport à ses ancêtres est quasiment nulle et cela sur plusieurs siècles. Quelle crédibilité accorder à un tel résultat ?

Xavier Molénat : Aussi triste que cela puisse paraître,  les résultats de cette étude ne me semblent absolument pas surprenants. Notre vision d’un Occident et d’une France offrant une grande mobilité sociale a été créée par un effet de loupe grossissante centré sur l’évolution sociale qui prend pied entre l’après-guerre et le début des années 1960. Cela n’a pourtant duré qu’une vingtaine d’années mais l'idée s’est répandue dans l’esprit de tous les Français comme un petit fantasme auquel se raccrocher. Dans les faits, de nombreux chercheurs ont montré que dès 1965, un important phénomène de déclassement social a commencé à se mettre en place. Cependant, la société a bien évidemment préféré croire aux théories de chercheurs comme Henri Mandras qui soutenait la moyennisation de la société et le rapprochement progressif des conditions de vie entre les Français. L’état actuel de notre société prouve qu’il avait tort.

Cela démontre-t-il que malgré tous les systèmes d’égalité des chances et de redistribution l’ascenseur social est un mythe ?

Xavier Molénat : Je crois en effet que même lorsque la mobilité sociale a brièvement existé, elle n’était en fait dû qu’à des raisons structurelles de modification de l’emploi et non pas à une égalitarisation de la société. La France malgré son État providence et son système social est victime d’une forte inertie en terme d’évolution sociale comme le soutien avec force le sociologue Camille Peugny dans son livre Le Destin dans le berceau. Malgré ce constat, la situation était plutôt pire si l’on remonte à travers les siècles. Les niveaux d’équilibre du patrimoine est bien sûr meilleur et les terres n’appartiennent plus autant à un micro groupe qu'au Moyen-Age. Cette inertie correspond donc plutôt à une absence d’évolution au sein des classes sociales mais pas à une absence d’amélioration dans les conditions de vie. Il faut la comprendre comme une analyse relative et pas absolue sans quoi il serait incohérent de dire que la situation moyenne des Français n’évolue pas à travers les siècles. Ainsi, si la mobilité sociale en France correspond à une exception historique, il est probable que les grands appareils démocratiques et redistributifs ne sont absolument pas inutiles puisque s’ils n’améliorent visiblement pas l’évolution sociale ils limitent les inégalités.

Ces résultats indique-t-il qu'il existe une génération de "parents" - grosso modo issue des Trente glorieuses - qui aurait été la seule à s'affranchir pleinement des héritages familiaux, alors que les "petits-enfants" ne font que revenir à la norme ? 

Denis Monneuse : L'étude des universités d'Oxford et de Durham ne prend en compte que des variables socioprofessionnelles et salariales. Elle n’intègre pas de dimensions qualitatives telles que les valeurs. Donc il ne faut pas chercher à extrapoler sur l’ensemble de ce qu’ont pu hériter les petits-enfants de leurs parents et de leurs grands-parents. Ceci dit, des enquêtes sur les jeunes Français montrent que ceux-ci partagent un certain nombre de valeurs avec leurs grands-parents : l’importance de la famille, de la fidélité, du respect… Mais ils ne définissent pas nécessairement ces valeurs de la même façon que leurs aînés ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gliocyte
- 12/07/2013 - 08:16
@la saucisse intello
Quelle est la "morale" de votre histoire? Prônez-vous l'enfant unique? Est-ce "plus je vois les hommes, plus j'aime les bêtes?" (votre amour pour celles-ci ne fait aucun doute, au regard de vos nombreuses métaphores). Avez-vous donc décidé, vu le monde, que saucisse intello ne fera jamais dans les "saucissettes" ni dans les "saucissonous"?
Septentrionale
- 12/07/2013 - 07:26
en mode encore plus nouveau du genre plus complet
Denis est un sociologue et Monneuse est la sociologue
Allo, mais on cherchera où pour se trouver quand le couple est devenu une paire de même acabit genre grand-maman et grand-maman d'un coté, et grand-maman et grand-maman de l'autre
ou alors avec grand-papa et grand-papa et avec grand-papa et grand-papa.
Heureusement il y aura des salles de shoot étatiK pour purger l'être humain.

la saucisse intello
- 12/07/2013 - 04:13
@ gliocyte....
Quand nous sommes en ville, mon travail du matin c'est pain-journal-café. Pour çe je passe parfois devant une école primaire à l'heure où les "mamans" viennent amener leurs co......pardon, leurs moutards. Il m'arrive de saisir des bribes de "conversation" ou d'entendre une conne (parfois plusieurs !) raconter leur pauvre vie au téléphone. Alors moi qui crains celui qui est là-haut (car un jour il faudra bien paraître !), je joins les mains, ferme les yeux et murmure "mon père, mon père, pourquoi m'as-tu abandonné" ! Et quand viendra l'heure, il me dira "la saucisse, la saucisse, j'ai entendu parler de toi (car j'entends tout !), tu n'avais pas beaucoup d'estime pour tes frères humains ? " et moi "non mais franchement, ya longtemps que t'as pas regardé en bas, t'as vu la tronche qu'ils ont, mes frères, putain, je regrette pas que tu m'aies fait fils unique ! D'ailleurs toi aussi, tu n'en as qu'un, hein, pas fou le grand patron ! "