En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 53 min 7 sec
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 2 heures 51 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 3 heures 28 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 4 heures 25 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 5 heures 55 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 7 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 3 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 4 heures 28 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 5 heures 43 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 7 heures 9 min
© Reuters
La problématique du bruit en open space est importante, les salariés ont beaucoup de mal à se concentrer.
© Reuters
La problématique du bruit en open space est importante, les salariés ont beaucoup de mal à se concentrer.
L'enfer, c'est les autres

Quand l'open space tue la productivité

Publié le 28 juin 2013
Outre-Atlantique, des architectes en sont arrivés à la conclusion que l'open space impacterait négativement la productivité. Pourtant, on trouve cette organisation du travail dans plus de 60 % des entreprises en France...
Stéphanie Guemmi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphanie Guemmi est ergonome et psychologue du travail chez Technologia.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Outre-Atlantique, des architectes en sont arrivés à la conclusion que l'open space impacterait négativement la productivité. Pourtant, on trouve cette organisation du travail dans plus de 60 % des entreprises en France...

Atlantico : Une récente étude américaine menée par l'agence d'architecture et de design Gensler démontre que l'open space impacte négativement la productivité (lire ici). Que pensez-vous des résultats de cette étude ?

Stéphanie Guemmi : Je partage l'idée, dans le sens où c'est ce que nous constatons aux travers de nos expertises. Il faut aller plus loin dans cette phrase, c'est-à-dire que c'est l'open space tel qu'il est conçu, implanté dans nos entreprises qui pose problème, pas le concept en soi.


Alors que cette organisation est plébiscitée par une large partie des entreprises, 60 % des Français travaillent actuellement en open space, elle ne semble pas réellement favoriser l'efficacité. N'a-t-on pas surestimé les vertus de l'open space ?


L'idée première de l'open space était de promouvoir des espaces de travail pour favoriser les échanges, la communication entre des salariés. Ce concept d'échange a était détourné au bénéfice des m². Ainsi, aujourd'hui l'open space est synonyme d'espace de travail restreint, de promiscuité...


Deux problèmes majeurs se posent actuellement dans le concept d’open space :

  • le premier c’est qu’on implante les postes de travail en dépit du métier exercé. Tous les métiers n’ont pas le même fonctionnement et les mêmes besoins. L’activité même est oubliée. Si un espace projet a besoin d’échanger, de communiquer… un service de ressources humaines, un service juridique n’a pas les mêmes besoins. On ne peut pas mettre tous les métiers en open space.
  • le second c’est que le concept est utilisé pour gagner des m². Or si on mettait la surface nécessaire par poste de travail, on pourrait très bien avoir le bénéfice des échanges entre les salariés, favoriser la communication, tout en leur créant un environnement de travail individuel et suffisant pour que chacun ait son propre espace. Nous avons rencontrés des open space qui donnaient satisfaction aux salariés, mais la surface par poste de travail avoisinait les 20m², or ce que l’on rencontre la majeure partie du temps de sont des surfaces de 5/6 m².


Outre la productivité, quelles sont les autres nuisances de l'open space pour  les salariés ?

Il y a un impact sur la santé et sur le collectif de travail. La problématique du bruit est importante, les salariés ont beaucoup de mal à se concentrer, ils sont régulièrement interrompus dans leurs activités ce qui occasionnent une charge cognitive importante. A cela s'ajoute un bruit de fond continu qui est épuisant. Bon nombre de salariés se disent davantage fatigués dans ce type de configuration.

Le collectif est amoindri, chacun cherchant des espaces physiques et/ou temporel pour arriver à faire son travail, il en arrive le résultat inverse, c'est-à-dire que les personnes s'isolent les uns des autres. Bien entendu, il y a toujours des exemples qui font l'exception comme un groupe projet rassemblé sur un même plateau, mais la tendance est quand même le délitement du collectif.

Entre une difficulté à réaliser son travail, une fatigue lancinante, un collectif amoindri, on a la beaucoup d'ingrédients pour créer des conditions de travail délétères qui vont générer du stress.

Les économies en termes de coût et de gain d'espace compensent-elles les pertes liées à la productivité ?

Difficile à dire par manque d'études réelles et précises sur le sujet, cependant de ce que l'on peut voir, je pense qu'à court terme les économies sont réelles, mais qu'en deux/trois ans la tendance s'inverse. Un certain nombre d'entreprises effectue des travaux d'aménagement dans les deux ou trois ans qui suivent leur aménagement initial pour remettre des cloisons, prendre des surfaces complémentaires, rajouter des pieds au plan de travail pour pouvoir séparer les benchs... A cela il faut ajouter les arrêts maladies et c'est sans compter la baisse de productivité directe.


Créé dans les années 1990, l’open space était présenté comme révolutionnaire. Est-ce le début de la fin de ce mode d'organisation du travail ?

Malheureusement, je pense que l'open space tel qu'il est conçu aujourd'hui a encore quelques belles années devant lui. Dans la situation de la course du prix du m², les entreprises voient en l'application de l'open space une économie non négligeable. Bien que l'open space soit de plus en plus décrié, il faudra encore quelques années avant d'en revenir.

De plus, pour contrecarrer les problématiques énoncées haut et fort, de nombreux spécialistes en aménagement prônent des solutions pour répondre à la problématique du bruit et de la concentration. Aussi, on voit fleurir des micros espaces en accès libre, pour permettre aux salariés de réaliser les réunions, informelles, les échanges téléphoniques… Sauf que l’on constate que ces espaces, souvent très stylisés, sont peu ou pas utilisés par les salariés. Parce que souvent ces espaces sont mal situés (au milieu ou à proximité des open space), sont d’une conception phonique insuffisante, de ce fait la problématique de la gêne du bruit n’est que déplacée. Avec tous ces nouveaux moyens, les entreprises pensent qu’il suffit d’installer ce type d’équipement pour contrebalancer la problématique des open space.


Y a-t-il d'autres tendances en matière d'aménagement de bureau qui pourraient le supplanter ?

Malheureusement, on voit arriver une autre tendance encore plus désastreuse : le "desk sharing" ou "bureau partagé". Le principe est une implantation en open space, avec en complément la disparition du bureau attitré. Il y a quelques années ce concept était utilisé pour certains métiers comme par exemple des commerciaux qui venaient 4/5 jours par mois dans leur entreprise, aussi ils partageaient leurs bureaux avec leurs homologues. C'était une rationalisation de l'occupation de l'espace que l'on peut entendre. Aujourd'hui on commence à voir apparaître dans certaines entreprises, ce principe pour des sédentaires. Les entreprises qui implémentent ce procédé partent du principe qu'entre les jours de RTT, les congés, les arrêts maladies..., le taux d'occupation des locaux au quotidien n'est pas à 100%. Aussi, ils invoquent le partage du poste de travail pour rationaliser les m². Le résultat dans ces entreprises, c'est que le matin quand vous arrivez, vous ne savez pas si vous allez trouver une place, il faut "tourner", parfois le salarié se retrouve avec des personnes d'autres services. Les salariés vivent très mal cette situation. Alors certains nous disent, préférer ne plus venir et privilégier le télétravail. Le collectif, la communication, les échanges entre collègues, l’organisation, le fonctionnement du service... tout est touché, sans oublier l’isolement du salarié et du stress que cela va occasionner.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 28/06/2013 - 20:09
Une évidence.
Que l'open space tue la productivité, dans l'exercice de toutes les fonctions qui demandent concentration et donc isolement, est une évidence. Il serait temps de s'en rendre compte. L'open space n'a d'intérêt, que dans les fonctions où les autres ne constituent pas une source de nuisance par le bruit.
Ex abrupto
- 28/06/2013 - 16:17
L'open space
quelle horreur! Une invention de gourou de société de conseil en organisation (sic). Déconcentration, désoptimisation de l'espace utilisé (je sais , c'est contre intuitif et pourtant...)
Aux US alors que je téléphonais en France ma secrétaire s'approche et me dit:" Quand vous appelez la France, pas la peine de décrocher le téléphone. Continuez à parler comme d'habitude...."
secotine
- 28/06/2013 - 15:49
a quand le paie sharing
Suis-je bête, c'est déjà le cas avec l'Etat