En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 10 min 31 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 3 heures 23 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 3 heures 57 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 21 heures 5 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 56 min 17 sec
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 3 heures 31 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 4 heures 15 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 6 heures 18 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 21 heures 18 min
"Les deux principales causes du déclin des classes moyennes sont le progrès technique et la mondialisation."
"Les deux principales causes du déclin des classes moyennes sont le progrès technique et la mondialisation."
Petits meurtres entre amis

Classes moyennes : le 21ème siècle m'a tuer ?

Publié le 05 juin 2013
Dans un rapport publié ce lundi, l'Organisation internationale du travail observe un déclin des classes moyennes dans de nombreux pays développés.
Nicolas Bouzou et Julien Damon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Bouzou est économiste et directeur-fondateur d'Asterès. Il enseigne le droit des affaires et de management à Paris II-Assas et anime une chronique sur Canal Plus dans l'émission "La Matinale".Il a écrit, entre autres, La Politique de la jeunesse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un rapport publié ce lundi, l'Organisation internationale du travail observe un déclin des classes moyennes dans de nombreux pays développés.

Atlantico : Dans un rapport publié ce lundi, l'Organisation internationale du travail (OIT) observe le déclin des classes moyennes dans de nombreuses économies avancées. Le XXIe siècle est-il en train de signer la disparition des classes moyennes ? Pourquoi ?

Julien Damon : Parler de disparition est exagéré. En revanche, il y a un puissant mouvement de dé-moyennisation dans les pays riches, particulièrement aux Etats-Unis, et dans les pays émergents, un puissant mouvement de moyennisation. En clair, le XXIe siècle sera le siècle des classes moyennes dans les pays actuellement en développement quand le XXe siècle aura été le siècle des classes moyennes dans les pays aujourd'hui développés. Une étude de la Banque mondiale estime que la classe moyenne représente la part de personnes qui vivent avec un intervalle de revenu qui varie entre 10 et 100 dollars par jour. Actuellement, deux milliards d'habitants sur Terre se trouvent dans cette situation. Ils sont surtout en Europe et en Amérique du Nord et seulement à 28% en Asie. Dans une dizaine d'années, près de 3,5 milliards de gens sur Terre auront entre 10 et 100 dollars par jour. Mais ils seront majoritairement en Asie.

Nicolas Bouzou : La disparition certainement pas, mais le rétrécissement oui. La raison est commune à l'ensemble des pays développés : le contexte économique de mondialisation et d'accélération des innovations. Dans ce contexte là, la croissance économique est biaisée et sépare la société en deux grandes classes. Tout d'abord, la classe des "manipulateurs de symboles" qui sont en capacité d'utiliser et de concevoir des outils innovants et de les vendre sur un marché mondialisé. Cette classe compte notamment des ingénieurs, des designers et des entrepreneurs. La deuxième classe est formée par les gens qui sont un peu dépassés par le progrès et ne comprennent pas le phénomène de mondialisation. Il y a une polarisation de la société entre ces deux classes. Il y a des facteurs circonstanciels comme les difficultés en matière de logement et l'augmentation de la fiscalité qui accentuent ce phénomène.

L'affaiblissement des classes moyennes dans les économies développées est un sujet de préoccupation "pour des raisons économiques", souligne l'OIT, car "les décisions d'investissement à long terme par les entreprises dépendent aussi de la présence d'une vaste et stable classe moyenne qui soit en mesure de consommer". Quelles sont les conséquences économiques, notamment sur la consommation, de ce déclin ? 

Nicolas Bouzou : A partir du moment où les revenus prennent une forme de sablier, la consommation va, elle même, adopter une forme de sablier. De la même façon que beaucoup de gens ont de hauts revenus et beaucoup de gens de faibles revenus, on assiste à la fois à une extension de la consommation d'entrée de gamme (le low cost) et de la consommation de haut de gamme. Ces difficultés des classes moyennes ont surtout un impact sur la nature de la consommationAujourd'hui, la consommation est stable dans les pays développés. Mais ce qu'on ne voit pas dans les chiffres macro-économiques, c'est qu'elle devient beaucoup plus polarisée entre l'entrée de gamme et le haut de gamme. Toutes les entreprises de biens de consommation expliquent que le milieu de gamme est en train de s'effriter.

Julien Damon : La moyennisation des sociétés occidentales était signe de l'affirmation de la société de consommation. Une classe moyenne pressurisée est extrêmement problématique pour les formes de consommation. D’ailleurs, ces formes de consommation ont tendance à se polariser dans les pays riches avec de plus en plus de haute qualité vers le haut et vers le bas une consommation low cost. Il y a une polarisation de la consommation entre des segments privilégiés et des segments défavorisés. Le contraire de ce qui se passait durant les périodes de croissance des années 1950 aux années 1990. 

Si dans les pays développés, on constate un affaiblissement des classes moyennes, dans les économies émergentes, l'OIT observe au contraire, une expansion de la classe moyenne. Sommes-nous en face d'un basculement historique qui est en train de remettre en cause les grands équilibres mondiaux ? Se dirige-t-on vers une paupérisation des pays occidentaux ?

Julien Damon : La mondialisation a des effets positifs d'ouverture des échanges et de réduction de la pauvreté dans les pays en développement. Il y a une très forte dynamique de sortie de la pauvreté dans des pays qui sont des géants démographiques, devenus des géants économiques : la Chine, le Brésil, l'Inde. Il y aura probablement de la paupérisation dans certains pays, mais le mouvement est essentiellement démographique. Les personnes qui naissent aujourd'hui dans les pays en développement et les pays émergents naissent avec des possibilités dont leurs parents et leurs grands-parents n'avaient même pas idée. Plutôt qu'une paupérisation relative de l'Occident, on observe un enrichissement puissant des pays en développement.

L'accès à la voiture est un marqueur puissant des classes moyennes. Au XXe siècle, la classe moyenne française était la classe moyenne qui accédait à un véhicule, voire à la bi-motorisation. C'était parfaitement clair aux Etats-Unis des années 1950 aux années 1990. Aujourd'hui, l'accès à la voiture, c'est précisément ce qui caractérise les classes moyennes en Inde ou en Chine. Le parc automobile chinois était en 2010 de 35 millions de véhicules individuels. La taille moyenne du ménage chinois étant de trois personnes, on pouvait compter une classe moyenne de 100 millions de personnes. En revanche, dans les pays riches, l'accès à la voiture qui coûte de plus en plus cher devient un problème. A l'inverse, l'accès à la voiture reste quelque chose de merveilleux dans les pays en développement.

Nicolas Bouzou : Les deux principales causes du déclin des classes moyennes sont le progrès technique et la mondialisation. La mondialisation, c'est le fait que les emplois qui autrefois étaient occupés par les classes moyennes ou les petits employés ont été délocalisés dans les pays émergents. De ce point de vue, il y a effectivement un système de transfert, de basculement. En même temps, une partie de la solution à ces difficultés est de se connecter sur la croissance des pays émergents pour essayer de nous réindustrialiser. Il faut utiliser cette faiblesse pour en faire une force.

Ce phénomène de rétrécissement des classes moyennes dans les pays développés est-il également en partie lié à la crise ?

Nicolas Bouzou : La crise accentue ce phénomène. Prenons l'exemple de l'évolution de la fiscalité. Face à la crise, les Etats essaient d'augmenter la fiscalité pour maintenir les recettes fiscales. La fiscalité augmente forcément davantage pour les classes moyennes que pour les autres classes. Tout simplement parce que les faibles revenus sont exemptés des augmentations d'impôts et les hauts revenus ont des patrimoines beaucoup plus mobiles que les classes moyennes. Logiquement, l'essentiel des augmentations d'impôts va être supporté par les classes moyennes.

Autre exemple, le logement. Les hauts revenus n'ont pas de problèmes d'accès au logement et les faibles revenus ont accès à des dispositifs du type HLM. Ce n'est pas le cas des classes moyennes. Les difficultés conjoncturelles accentuent un phénomène qui est plus structurel. Même lorsqu'on sortira de la récession, on continuera à parler de déclassement des classes moyennes.

Julien Damon : Conjoncturellement, l'impact sur le pouvoir d'achat des classes moyennes des pays de l'Union européenne est naturellement puissant. On peut l'observer notamment en Grèce ou en Espagne. Mais dans le cas américain, le phénomène est plus structurel. Depuis une dizaine d'années déjà, le revenu moyen s'effrite continuellement. Il y a un mouvement de concentration de la richesse sur les plus aisés et de concentration de la population dans des strates plus défavorisées. En clair, on avait une idée des sociétés occidentales en voie de moyennisation comme étant des "montgolfières". Alors que dans les pays pauvres, on parlait de société pyramidale à base gigantesque. A partir de la fin des années 1990, on a commencé à se dire que les sociétés des pays occidentaux ressemblaient de plus en plus à des sabliers avec une base importante de pauvres et de classes moyennes inférieures paupérisées et en même temps une classe favorisée qui se renforçait. Aujourd'hui, nous avons une formidable montgolfière dans les pays émergents et des craintes sur les classes moyennes dans les pays riches.

Le pari politique de la disparition des inégalités et de la redistribution est-il en train d'être perdu ? Comment les dirigeants peuvent-ils inverser cette tendance ?

Nicolas Bouzou : L'éclatement des inégalités est la conséquence des difficultés des classes moyennes. Pour le dire simplement, cela signifie que vous avez plus de pauvres et plus de riches. Cela signe en effet l'échec des politiques de redistribution. Aujourd'hui, les bonnes politiques pour re-cimenter le lien social sont des politiques de formation et de logement. Si vous augmentez la densité des villes vous faites baisser le prix des loyers pour les classes moyennes et vous améliorez le lien social. Lorsque vous améliorez la formation des enfants, vous luttez contre les inégalités. 

Julien Damon : Il y a un puissant mouvement de réduction des inégalités internationales par l’enrichissement des uns et la relative paupérisation des autres. Là où les classes moyennes émergent, il y a un éclatement des inégalités vers le haut. Là où elles s'effondrent, il y a aussi un éclatement des inégalités avec une concentration sur les ultras riches (les fameux 1%) et une paupérisation des classes moyennes inférieuresIl y a donc une diminution des inégalités internationales et une augmentation des inégalités nationales. Les systèmes de transferts, qui ont accompagné l'émergence des classes moyennes dans les pays riches au XXe siècle, sont bien incapables de soutenir la dynamique de moyennisation qui s'est arrêtée. Pour faire un point sur l'actualité, le fait de rogner assez largement sur le quotient familial, mais aussi sur d'autres prestations, jusqu'à toucher un tiers de la population, c'est effectivement taper sur la classe moyenne.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (80)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
2bout
- 06/06/2013 - 19:39
@ isga : un sous-doué en vacances.
"@2bout : vous êtes un sous-doué
en fait, il n'y a qu'a vous ou presque que je dis cela. Vous n'êtes vraiment pas très intelligent, très peu cultivé, et sa suinte dans vos commentaires. Typiquement, sans la gauche et les syndicats, vous seriez le genre de losers qui n'arriverait pas à gagner plus de 500€ par mois."
C'est du hasard ramené à la statistique : entre des tas d'âneries, vous visez parfois juste :
J'ai fêté mes 18 ans chez les soviets (en RDA) avec une délégation composée uniquement de syndicalistes CGT. Un souvenir de jeunesse qui m'a permis de voir fonctionner ce syndicat de l'intérieur. Aujourd'hui, je leur suis reconnaissant.
Ilmryn
- 06/06/2013 - 19:23
lsgAh ah ah ah
Dommage que la réalité dise merde et re-merde à tes élucubrations. J'espère que tu as 17 ans sinon c'est lamentable.
.
1-On parlait classe moyenne, reste concentré (prend ta ritaline)
2-Les bas et les moyens salaire n'ont cessé de progresser depuis la guerre SURTOUT quand les niveaux d'imposition, de contrôle et d'état étaient encore raisonnable. (50-85)
3-La France est en faillite elle s'en sort beaucoup moins bien que les autres pays (sauf PIGS cf plus bas) et infiniment moins bien que les plus libéraux. (CA, DN, LX, CH, ND etc)
.

Crier victoire dans un pays surendetté dont tous les indicateurs sont rouge vif faut le faire MUAHAHAHAHA quel crétin !
.
Les pays qui se cassent la gueule (les PIGS) sont comme par hasard dans la même zone: peu de liberté économique, gros état interventionniste, grosse imposition et démocratie médiocre:
http://www.heritage.org/index/ranking
http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie
2bout
- 06/06/2013 - 16:38
@ isga
Vos modèles sont très réducteurs, votre pont de vue est réactionnaire (dans le sens qu'il réagit à l'évolution de l'environnement socio-économique / il n'y a plus que dans des cellules syndicales que l'on parle de prolétariat), et votre sens de l'anticipation relève de l'astrologie, mais cela, je vous en ai déjà parlé.
Une caricature qui vaut la peine d'être étudiée.