En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 33 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 1 heure 15 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 3 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 4 heures 40 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 5 heures 8 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 7 heures 7 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 10 heures 6 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 20 min 40 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 1 heure 2 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 1 heure 41 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 4 heures 15 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 4 heures 57 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 5 heures 27 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 8 heures 15 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 9 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 10 heures 46 min
© Reuters
En France, 20% des femmes souhaiteraient ne pas prendre le nom de leur mari.
© Reuters
En France, 20% des femmes souhaiteraient ne pas prendre le nom de leur mari.
Patronyme

Les Françaises prennent-elles encore le nom de leur mari ?

Publié le 03 juin 2013
Certaines femmes mariées décident de conserver leur nom de naissance ou d’accoler celui-ci au nom de leur bien-aimé. Mesdames, pourquoi conserver ou non son patronyme de jeunesse ?
Laurent Toulemon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Toulemon est chercheur à l'Institut national d'études démographiques (INED) et responsable de l'unité de recherche "Fécondité, famille, sexualité" du même institut. Ses domaines de recherche portent notamment sur l'étude des structures...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certaines femmes mariées décident de conserver leur nom de naissance ou d’accoler celui-ci au nom de leur bien-aimé. Mesdames, pourquoi conserver ou non son patronyme de jeunesse ?

Atlantico : Aux États-Unis, une étude (ici) révèle une tendance des jeunes femmes à adopter le nom de leur mari davantage que dans les années 1990, laissant entrevoir un renversement de tendance (elles ne seraient plus que 18% aux États-Unis à garder leur nom de naissance). Les jeunes femmes américaines seraient donc plus "traditionnalistes" que leurs aînées sur la question. En France, 20% des femmes souhaiteraient ne pas prendre le nom de leur mari, selon un sondage BVA publié en 2011 (ici). Comment a évolué l’attitude des femmes (et de leurs maris) sur la question en France, et comment peut-elle prochainement encore évoluer ?

Laurent Toulemon: En l'absence de données récentes comparables, je n'ai pas la réponse à cette question. Les comportements peuvent différer fortement des pratiques. Par exemple, d'après le sondage de 2011 que vous citez, "s’ils avaient un premier enfant cette année, 40% des hommes et des femmes ne lui donneraient pas pour nom de famille le seul nom de son père", mais 89% des enfants qui sont nés en France en 2012 portent le seul nom de leur père (selon une étude de l'Insee). Même en se limitant aux enfants nés de parents non mariés et aux aînés, le compte n'y est pas... Pour revenir au nom du mari, les réponses montrent une préférence pour le nom du mari, puis pour les deux noms. C'était déjà le cas il y a quinze ans. Mais l'usage du nom peut varier selon les contextes : des femmes peuvent après leur mariage conserver leur nom de naissance ou utiliser les deux noms, mais n'utiliser que le nom du mari à l'école de leurs enfants. Il faut bien distinguer les réponses à des questions d'opinion (dans lesquelles les personnes répondent ce qu'elles rêveraient de faire ou ce que qu'elles préfèrent dire) et les comportements réels dans des situations concrètes. 

Que traduit l’adoption du nom du mari à l’origine ? Quel symbole et quel sens attribuer à cet acte aujourd’hui ?

Rappelons d'abord que les femmes, comme les hommes, conservent leur nom de naissance à leur mariage. Elles ont la possibilité de prendre le nom de leur mari comme nom d'usage. Cette habitude reste majoritaire, mais la loi ne fait qu'autoriser les femmes (comme les hommes) à prendre le nom de leur conjoint comme nom d'usage. Le mari peut donc également prendre le nom de la femme comme nom d'usage. Les époux peuvent aussi accoler leurs deux noms, dans l'ordre qu'ils préfèrent. Seules les personnes mariées peuvent prendre le nom de leur conjoint. A l'origine le fait pour la femme de prendre le nom du mari était en cohérence avec la transmission du nom du père. Depuis la loi sur le nom des enfants, les parents peuvent choisir de donner à leurs enfants le nom du père, de la mère, ou les deux accolés dans un ordre ou dans un autre (père-mère ou mère-père). Pour que les membres d'une famille (père, mère, enfants) portent tous le même nom, il n'est donc plus nécessaire que tous portent le nom du mari.

En France, suite au vote de la loi sur le mariage homosexuel, cette possibilité de garder son patronyme prend une toute autre dimension, puisque la différence sexuelle n’est plus là pour inscrire une règle d’usage par défaut. La loi Taubira pourrait-elle par ricochet généraliser la différence de noms entre époux ?

A l'occasion de leur mariage (le premier dans le cadre de la loi), Vincent Autin et Bruno Boileau ont déclaré vouloir utiliser comme nom d'usage Autin-Boileau. Je ne sais pas si l'ordre choisi pour les noms est simplement alphabétique ou fondé sur une autre raison, mais les époux n'ont pas souhaité garder chacun leur nom de naissance. Le mariage de personnes de même sexe ne modifie que très peu une situation déjà très ouverte, où les conjoints (de même sexe ou de sexe différent) conservent légalement chacun leur nom de famille (nom de naissance) mais peuvent choisir telle ou telle combinaison de leurs noms comme nom d'usage. La présence de couples de même sexe participe de la diversité des familles, mais ne crée pas cette diversité, déjà présente par le jeu des ruptures et des nouvelles unions. 

Quels sont les éventuels avantages et inconvénients à conserver l'usage de son nom de naissance au sein d'un couple marié ?

Les parents non mariés ne sont pas autorisés à prendre le nom de leur compagne ou compagnon. Si les parents ne sont pas mariés les enfants peuvent porter le nom de leurs deux parents accolés, mais pas le "même nom" que leurs deux parents, qui doivent garder chacun leur propre nom. En cas de rupture d'union, il est possible de conserver le nom de son ancien époux mais, en cas de remariage ou de nouvelle naissance les conjoints ou les enfants auront des noms différents. L'avantage de conserver son nom de naissance, c'est la continuité au cours de la vie. Le fait d'accoler les deux noms permet de combiner la stabilité et la nouveauté... et de permettre que les enfants portent le même nom (composé) que leurs parents. Dans l'étude parue dans Population et Sociétés déjà citée, Marie-France Valetas montrait à quel point les opinions et comportements sont complexes et divergents : après un divorce les femmes cadres reprennent moins souvent leur nom de naissance que les ouvrières, mais elles sont plus favorables à la transmission du nom de la mère. Quand beaucoup d'enfants porteront deux noms et qu'ils se mettront à leur tour à avoir des enfants, la question de la transmission se posera à nouveau: si chaque parent a déjà deux noms, le couple devra choisir parmi ces deux noms celui ou ceux (deux au maximum) qu'ils transmettront à leurs enfants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le gorille
- 04/06/2013 - 03:16
Madame Alice Mimine, secouez le cocotier !
@MIMINE 95 - 03/06/2013 - 10:36
J'enfonce le clou. Vers 1977 (j'ai oublié le millésime) une loi a donné la parité parentale. Ouf ! Je vous assure.
Vite fait bien fait, mon épouse (nous sommes mariés en bonne et due forme) a aussitôt récupéré à son propre nom tout le courrier lié aux prestations natales et allocations familiales, ainsi que les virements. Je n'avais plus besoin de faire une délégation !
Mieux : avant de nous rencontrer, mon épouse et moi-même avions deux politiques distinctes concernant les assurances. Les circonstances ont fait que je suis devenu ayant-droit de ma femme sous son nom de jeune fille pour une assurance, et aussi ayant-droit sous son prénom mais avec mon nom pour une autre... Alors ? Alors secouez le cocotier !
Le gorille
- 04/06/2013 - 02:58
Reprenez le manche
@MIMINE 95 - 03/06/2013 - 10:36
Je crois que vous êtes mal renseignée à chaque cas : bousculez la routine encroûtée qui vous répond !
Mon épouse, qui a pris mon nom - tout en me faisant remarquer que "les femmes perdaient leur identité et de quel droit ? Hum ?" - reçoit du courrier (administratif, etc...) à son nom de jeune fille à tel point que j'ai du inscrire mon épouse deux fois (avec mon nom, puis son prénom et son nom de jeune fille) sur ma boîte aux lettres.
Pour les courriers "importants", déclarez-vous "Monsieur Oscar Trucmuche OU Madame Alice Mimine" : c'est le "OU" qui fait toute la différence, et nous a tiré plus d'une fois d'embarras !
Par exemple les passeports : sans le "OU" sur les factures, il fallait que je signe un certificat comme quoi j'hébergeais ma propre épouse. Non ! C'était insupportable pour moi aussi !
Et puis vous avez raison : c'est quoi cette coutume d'adresser du courrier au nom de "Monsieur et Madame Oscar Trucmuche" ? Vous, madame, vous disparaissez complètement !
Relisez aussi mon commentaire 03/06/2013 - 09:14
ntzsch
- 04/06/2013 - 00:55
Les temps changent.
A l'heure actuelle, on voit des fratries vivant avec leur mère et portant trois noms différents. Il serait de nos jours plus simple que les enfants portent principalement le nom de leur mère.
D'autre part, certaines femmes changent de nom tous les deux ou trois ans. On ne les retrouve plus dans les fichiers médicaux. Il serait bon, qu'au moins sur le plan de la santé, elles gardent le même patronyme toute leur vie.