En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Simplification ?

L'absence de réponse vaudra approbation : cette révolution silencieuse et majeure par laquelle François Hollande va tordre le bras à l'administration française

Publié le 18 mai 2013
"Qui ne dit mot consent" devrait bientôt être une réalité dans l'administration française. Mais ce changement majeur aura-t-il les effets révolutionnaires annoncés ?
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe et Xavier Matharan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Qui ne dit mot consent" devrait bientôt être une réalité dans l'administration française. Mais ce changement majeur aura-t-il les effets révolutionnaires annoncés ?

François Hollande a déclaré lors de sa dernière conférence de presse "Dans de nombreux domaines, pas tous, le silence de l’administration vaudra désormais autorisation et non plus rejet. Ce sera effectivement un changement considérable. Il doit être limité à des domaines". Peut-on dire que le Président est en train d'initier une petite révolution au sein de l'administration française ?

Xavier Matharan : Oui. Le Président vient d’inverser un principe de droit commun : le silence gardé par l’administration pendant un certain délai ne vaudra plus rejet, mais acceptation ! Il revient ainsi sur une règle vieille de plus d’un siècle et demi !

Les conséquences pratiques sont au moins de deux ordres :

- Pour les administrés, tout d’abord. Il s’agit d’une simplification majeure, le "renversement de la charge de la négation" pèse désormais sur l’administration. On peut donc estimer que pour les nombreuses décisions "tangentes", l’administration préférera donner gain de cause à l’usager plutôt que d’argumenter ;

- Pour l’administration, bien sûr. Les fonctionnaires seront tenus de préciser les motifs du refus ; ce travail nouveau va modifier quelques pratiques. Tout cela se faisant sous le contrôle du juge, de plus en plus enclin à sanctionner des refus non argumentés solidement.

Pensez-vous que cette mesure incitative peut fonctionner ? Les dysfonctionnements de l'administration française ne sont-ils pas plus profonds ?

Je pense sincèrement que cette mesure est à la fois courageuse, inéducable et conditionnée. Courageuse, car elle bouleverse des pratiques administratives vieilles de plus d’un siècle ; inéducable, cette mesure va dans le sens de l’histoire et est d’ailleurs connue par nombre de nos voisins. Mais aussi conditionnée par deux aménagements : primo, donner les moyens matériels et humains aux services de l’administration et secundo, prévoir des délais d’instruction particuliers à des domaines spécifiques.

Au-delà de cette réforme, quelles mesures pourraient aujourd'hui permettre à l’administration d'améliorer significativement la qualité de ses services ?

L’administration mais plus généralement l’État traverse une grave crise de légitimité aux causes multiples et complexes. A mons sens, il en existe deux mesures évidentes mais qui demande courage et volonté : simplifier l’administration à travers la suppression d’un échelon territorial et recentrer l’ État sur ses missions fondamentales.

Ce principe d'approbation automatique existe déjà, notamment avec la rupture conventionnelle. Peut-on parler d'une idée totalement nouvelle ?

Vous avez raison. Il existe près de 4500 régimes d’autorisation actuellement en vigueur : pour 450 d’entre eux, le silence de l’administration vaut déjà acceptation, le plus connu étant le régime du permis de construire. Il en restait donc plus de 4000 à modifier ! c’est donc bien "une forme de révolution" !

 

L'analyse d'Eric Verhaeghe, ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ?

Peu de Français ont probablement mesuré la portée de l’annonce de François Hollande lors de sa conférence de presse, à propos du choc de simplification: la reconnaissance d’un principe de consentement implicite aux demandes des administrés. Autrement dit, dans un certain nombre de domaines ou de cas qui restent à définir, le silence d’une administration vis-à-vis d’une demande d’un administré ne vaudra plus rejet, comme c’est le cas, mais acceptation de la demande.

La mesure paraît technique en apparence, et très éloignée de la vie quotidienne. Peu de Français formulent des demandes aux administrations, qui se heurtent à un refus implicite. Le cas le plus fréquent pourrait être celui du permis de construire, mais le droit du consentement implicite y est déjà en vigueur: l’article L 424-2 du Code de l’Urbanisme considère qu’un permis est tacitement accordé si l’administration ne s’y oppose pas expressément.

La généralisation de ce principe de consentement implicite constitue-t-elle une mesure de simplification importante ?

En fait, cette mesure devrait avoir un impact important pour les entreprises qui introduisent des recours devant les tribunaux administratifs, notamment dans le domaine de la construction, de la fiscalité, de l’urbanisme ou de l’environnement. Cela ne signifie pas qu’elle n’aura pas d’impact pour les particuliers, dans le cas où ceux-ci contestent une décision administrative. Mais les décisions administratives qui touchent les particuliers sont beaucoup plus rarement contestées que les décisions impliquant des entreprises.

De ce point de vue, l’inversion de la doctrine en vigueur depuis 1922 (c’est un arrêt du Conseil d’Etat de cette année-là, appelé arrêt Dame Cachet, qui a posé le principe du rejet implicite) aura un impact favorable sur les relations entre les administrations et les entreprises. Les fonctionnaires ne pourront en effet plus agir comme des matous sur leur radiateur face aux usagers de leurs services, en faisant le dos rond et en traînant les pieds pour répondre aux demandes qu’ils reçoivent.

Cette mesure suffit-elle à produire un choc de simplification ?

Au-delà du gain sectoriel de productivité qu’elle va induire (les services devant forcément répondre aux demandes là où ils laissaient passer le temps), elle semble globalement très sous-dimensionnée par rapport aux enjeux de fond. Ceux-ci ont pour nom: transformation numérique de l’administration française, et assouplissement global des procédures, là où la rigidité a gagné du terrain ces dernières années.

Sur ce point, l’Etat, qui a pourtant créé une obscure mission de modernisation de l’action publique, semble privé de véritable vision. Alors que les services fiscaux ont plutôt bien réussi le passage à la déclaration fiscale (de l’impôt sur le revenu des personnes physiques) sur Internet, les autres services sont en retard.

La simplification se situe pourtant là: dans la capacité des administrations à simplifier la vie du citoyen par une dématérialisation accrue des procédures, et l’intégration des techniques de e-citoyenneté dans la décision publique. Alors que de petits Etats comme le Luxembourg se sont courageusement attelé à cette transformation, les hiérarques de la fameuse Direction Générale de la Modernisation de l’Etat en France ont systématiquement étouffé dans l’oeuf tous les projets qui étaient présentés.

L’enjeu présidentiel est tout entier contenu aujourd’hui dans la capacité des hauts fonctionnaires chargés de la modernisation publique de mettre à exécution la mission pour laquelle ils sont payés. Un challenge qu’on se divertira à suivre dans la durée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
michels
- 19/05/2013 - 10:01
on s'enflamme !
il faut se calmer, HOLLANDE a dit "dans de nombreux domaines, pas tous".
D'une part il faut attendre le texte qui à ma connaissance n'est pas encore programmé et d'autre pas il faut attendre de savoir ce que veut dire "pas tous".
Le lobby de l'administration va peser de tout son poids pour réduire la portée véritable de cette mesure.
j'espère faire preuve de défaitisme, mais pourquoi HOLLANDE a-t-il mis ce bémol ?
Par indécision congénitale ou par souci justement de se préparer des portes de sortie.
Blablawoops
- 19/05/2013 - 00:21
Noyons le poisson
D'apres vous, combien de temps faudrait-il à l'administration pour répondre à 13 millions de contribuables réclamant la suspension du versement de leurs impôts au premier juin au motif que notre argent est inutilement versé dans un panier percé ?

En coordonant bien nos courriers, il devrait y en avoir quelques-uns qui ne recevront pas de réponse à temps.

A moins que le champ d'application de cette révolution de bac-à-sable ne se limite qu'aux autorisations de travaux sur la face cachée de la lune..?

Qui donc voulait autoriser les Class-Actions ??
Alex de M.
- 18/05/2013 - 19:01
tu parles Charles !
Cela fait longtemps que l'administration maitrise l'art de l'accusé de réception suspensif des délais lui étant opposés.
Pour les permis de construire par exemple la lettre annonçant un examen plus approfondi du dossier est déjà automatisée au 25ème jour dans de nombreux départements.