En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

06.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 3 heures 39 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 4 heures 35 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 7 heures 16 sec
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 10 heures 42 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 1 jour 9 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 3 heures 57 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 5 heures 3 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 6 heures 31 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 7 heures 38 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 9 heures 58 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 10 heures 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 10 heures 40 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 10 heures 42 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 jour 48 min
Simplification ?

L'absence de réponse vaudra approbation : cette révolution silencieuse et majeure par laquelle François Hollande va tordre le bras à l'administration française

Publié le 18 mai 2013
"Qui ne dit mot consent" devrait bientôt être une réalité dans l'administration française. Mais ce changement majeur aura-t-il les effets révolutionnaires annoncés ?
Éric Verhaeghe et Xavier Matharan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Qui ne dit mot consent" devrait bientôt être une réalité dans l'administration française. Mais ce changement majeur aura-t-il les effets révolutionnaires annoncés ?

François Hollande a déclaré lors de sa dernière conférence de presse "Dans de nombreux domaines, pas tous, le silence de l’administration vaudra désormais autorisation et non plus rejet. Ce sera effectivement un changement considérable. Il doit être limité à des domaines". Peut-on dire que le Président est en train d'initier une petite révolution au sein de l'administration française ?

Xavier Matharan : Oui. Le Président vient d’inverser un principe de droit commun : le silence gardé par l’administration pendant un certain délai ne vaudra plus rejet, mais acceptation ! Il revient ainsi sur une règle vieille de plus d’un siècle et demi !

Les conséquences pratiques sont au moins de deux ordres :

- Pour les administrés, tout d’abord. Il s’agit d’une simplification majeure, le "renversement de la charge de la négation" pèse désormais sur l’administration. On peut donc estimer que pour les nombreuses décisions "tangentes", l’administration préférera donner gain de cause à l’usager plutôt que d’argumenter ;

- Pour l’administration, bien sûr. Les fonctionnaires seront tenus de préciser les motifs du refus ; ce travail nouveau va modifier quelques pratiques. Tout cela se faisant sous le contrôle du juge, de plus en plus enclin à sanctionner des refus non argumentés solidement.

Pensez-vous que cette mesure incitative peut fonctionner ? Les dysfonctionnements de l'administration française ne sont-ils pas plus profonds ?

Je pense sincèrement que cette mesure est à la fois courageuse, inéducable et conditionnée. Courageuse, car elle bouleverse des pratiques administratives vieilles de plus d’un siècle ; inéducable, cette mesure va dans le sens de l’histoire et est d’ailleurs connue par nombre de nos voisins. Mais aussi conditionnée par deux aménagements : primo, donner les moyens matériels et humains aux services de l’administration et secundo, prévoir des délais d’instruction particuliers à des domaines spécifiques.

Au-delà de cette réforme, quelles mesures pourraient aujourd'hui permettre à l’administration d'améliorer significativement la qualité de ses services ?

L’administration mais plus généralement l’État traverse une grave crise de légitimité aux causes multiples et complexes. A mons sens, il en existe deux mesures évidentes mais qui demande courage et volonté : simplifier l’administration à travers la suppression d’un échelon territorial et recentrer l’ État sur ses missions fondamentales.

Ce principe d'approbation automatique existe déjà, notamment avec la rupture conventionnelle. Peut-on parler d'une idée totalement nouvelle ?

Vous avez raison. Il existe près de 4500 régimes d’autorisation actuellement en vigueur : pour 450 d’entre eux, le silence de l’administration vaut déjà acceptation, le plus connu étant le régime du permis de construire. Il en restait donc plus de 4000 à modifier ! c’est donc bien "une forme de révolution" !

 

L'analyse d'Eric Verhaeghe, ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ?

Peu de Français ont probablement mesuré la portée de l’annonce de François Hollande lors de sa conférence de presse, à propos du choc de simplification: la reconnaissance d’un principe de consentement implicite aux demandes des administrés. Autrement dit, dans un certain nombre de domaines ou de cas qui restent à définir, le silence d’une administration vis-à-vis d’une demande d’un administré ne vaudra plus rejet, comme c’est le cas, mais acceptation de la demande.

La mesure paraît technique en apparence, et très éloignée de la vie quotidienne. Peu de Français formulent des demandes aux administrations, qui se heurtent à un refus implicite. Le cas le plus fréquent pourrait être celui du permis de construire, mais le droit du consentement implicite y est déjà en vigueur: l’article L 424-2 du Code de l’Urbanisme considère qu’un permis est tacitement accordé si l’administration ne s’y oppose pas expressément.

La généralisation de ce principe de consentement implicite constitue-t-elle une mesure de simplification importante ?

En fait, cette mesure devrait avoir un impact important pour les entreprises qui introduisent des recours devant les tribunaux administratifs, notamment dans le domaine de la construction, de la fiscalité, de l’urbanisme ou de l’environnement. Cela ne signifie pas qu’elle n’aura pas d’impact pour les particuliers, dans le cas où ceux-ci contestent une décision administrative. Mais les décisions administratives qui touchent les particuliers sont beaucoup plus rarement contestées que les décisions impliquant des entreprises.

De ce point de vue, l’inversion de la doctrine en vigueur depuis 1922 (c’est un arrêt du Conseil d’Etat de cette année-là, appelé arrêt Dame Cachet, qui a posé le principe du rejet implicite) aura un impact favorable sur les relations entre les administrations et les entreprises. Les fonctionnaires ne pourront en effet plus agir comme des matous sur leur radiateur face aux usagers de leurs services, en faisant le dos rond et en traînant les pieds pour répondre aux demandes qu’ils reçoivent.

Cette mesure suffit-elle à produire un choc de simplification ?

Au-delà du gain sectoriel de productivité qu’elle va induire (les services devant forcément répondre aux demandes là où ils laissaient passer le temps), elle semble globalement très sous-dimensionnée par rapport aux enjeux de fond. Ceux-ci ont pour nom: transformation numérique de l’administration française, et assouplissement global des procédures, là où la rigidité a gagné du terrain ces dernières années.

Sur ce point, l’Etat, qui a pourtant créé une obscure mission de modernisation de l’action publique, semble privé de véritable vision. Alors que les services fiscaux ont plutôt bien réussi le passage à la déclaration fiscale (de l’impôt sur le revenu des personnes physiques) sur Internet, les autres services sont en retard.

La simplification se situe pourtant là: dans la capacité des administrations à simplifier la vie du citoyen par une dématérialisation accrue des procédures, et l’intégration des techniques de e-citoyenneté dans la décision publique. Alors que de petits Etats comme le Luxembourg se sont courageusement attelé à cette transformation, les hiérarques de la fameuse Direction Générale de la Modernisation de l’Etat en France ont systématiquement étouffé dans l’oeuf tous les projets qui étaient présentés.

L’enjeu présidentiel est tout entier contenu aujourd’hui dans la capacité des hauts fonctionnaires chargés de la modernisation publique de mettre à exécution la mission pour laquelle ils sont payés. Un challenge qu’on se divertira à suivre dans la durée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
michels
- 19/05/2013 - 10:01
on s'enflamme !
il faut se calmer, HOLLANDE a dit "dans de nombreux domaines, pas tous".
D'une part il faut attendre le texte qui à ma connaissance n'est pas encore programmé et d'autre pas il faut attendre de savoir ce que veut dire "pas tous".
Le lobby de l'administration va peser de tout son poids pour réduire la portée véritable de cette mesure.
j'espère faire preuve de défaitisme, mais pourquoi HOLLANDE a-t-il mis ce bémol ?
Par indécision congénitale ou par souci justement de se préparer des portes de sortie.
Blablawoops
- 19/05/2013 - 00:21
Noyons le poisson
D'apres vous, combien de temps faudrait-il à l'administration pour répondre à 13 millions de contribuables réclamant la suspension du versement de leurs impôts au premier juin au motif que notre argent est inutilement versé dans un panier percé ?

En coordonant bien nos courriers, il devrait y en avoir quelques-uns qui ne recevront pas de réponse à temps.

A moins que le champ d'application de cette révolution de bac-à-sable ne se limite qu'aux autorisations de travaux sur la face cachée de la lune..?

Qui donc voulait autoriser les Class-Actions ??
Alex de M.
- 18/05/2013 - 19:01
tu parles Charles !
Cela fait longtemps que l'administration maitrise l'art de l'accusé de réception suspensif des délais lui étant opposés.
Pour les permis de construire par exemple la lettre annonçant un examen plus approfondi du dossier est déjà automatisée au 25ème jour dans de nombreux départements.