En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 49 min 5 sec
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 1 heure 40 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 3 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 4 heures 57 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 7 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 8 heures 18 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 8 heures 51 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 9 heures 33 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 1 heure 14 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 4 heures 42 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 6 heures 41 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 7 heures 17 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 8 heures 14 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 9 heures 45 min
© Reuters
Laurent Fabius a déclaré hier mardi que "Bercy a besoin d'un patron".
© Reuters
Laurent Fabius a déclaré hier mardi que "Bercy a besoin d'un patron".
Portrait robot

Bercy a besoin d’un patron, soit. Mais qui est taillé pour le job?

Publié le 15 mai 2013
Laurent Fabius a déclaré mardi que "Bercy a besoin d'un patron", soutenant les déclarations de Ségolène Royal sur la nécessité de restructurer le ministère de l'Economie et des Finances. Reste à savoir qui a vraiment les épaules pour tenir ce rôle majeur parmi les troupes du PS.
Laurent Fargues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Fargues est rédacteur en chef adjoint du magazine et du site Internet Acteurs publics, média spécialisé dans l’analyse des politiques publiques et l’actualité de la fonction publique. Il est l’auteur, avec Thomas Bronnec, de l’ouvrage Bercy, au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Fabius a déclaré mardi que "Bercy a besoin d'un patron", soutenant les déclarations de Ségolène Royal sur la nécessité de restructurer le ministère de l'Economie et des Finances. Reste à savoir qui a vraiment les épaules pour tenir ce rôle majeur parmi les troupes du PS.

Atlantico : Laurent Fabius a déclaré hier matin : " Bercy a besoin d'un patron, là vous avez plusieurs patrons et quelle que soit la qualité des hommes et des femmes et leur degré d'entente je pense qu'une coordination plus forte serait utile". De plus Ségolène Royal a clairement déclaré qu'une "restructuration de Bercy" était nécessaire. Quel type de profil est le plus adapté à diriger le ministère de l'Economie ? Quelles sont les qualités requises pour ce poste clé du gouvernement ? Quels sont les principaux obstacles à surmonter, les embûches à éviter ?

Laurent Fargues : Lorsque Laurent Fabius déclare qu’il faut un patron à Bercy, il milite pour que le ministère soit dirigé par un seul ministre fort et non deux comme c’est le cas aujourd’hui avec Pierre Moscovici, ministre des Finances, et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif. Sous Nicolas Sarkozy, certains parlementaires UMP critiquaient déjà le découpage du ministère en deux : d’un côté un ministre des comptes publics et de l’autre un ministre de l’Economie. A l’inverse, lorsque Laurent Fabius était à Bercy, il avait hérité du super Bercy de Dominique Strauss-Kahn avec toutes ses prérogatives : budget, impôts, développement économique, questions bancaires, négociations européennes, etc. Ce modèle a l’avantage de mettre toutes les manettes de la politique économique dans les mains d’un seul et facilite la cohérence et la lisibilité de l’action.

Cela étant, sur le plan administratif, Pierre Moscovici est le vrai patron de Bercy puisque toutes les grandes directions sont placées sous ses ordres. Arnaud Montebourg n’a autorité directe que sur la direction générale de l’industrie et des services. Ce qui donne l’impression d’un Bercy à deux têtes est le fort poids politique et médiatique du ministre du Redressement productif. Il représente l’aile gauche du PS et se trouve en première ligne sur des sujets très médiatisés : les plans sociaux, le sauvetage des entreprises en difficulté, le devenir des entreprises publiques.

Le problème, c’est que cela donne la sensation qu’il y a deux lignes : une plus libérale incarnée par Moscovici, et une plus interventionniste incarnée par Montebourg. Cela porte préjudice à la lisibilité de la politique économique pour les Français, les autres pays européens, voire les marchés financiers. La cacophonie ne vient pas tant du nombre de ministres que des différends idéologiques entre les deux poids lourds du ministère.

Mais ce schéma permet aussi à François Hollande de ménager la diversité de son électorat, de se placer en arbitre et d’éviter un Bercy trop puissant. Par le passé, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy se méfiaient déjà de ce ministère, qui est l’un des plus puissants de la République.

Le bon ministre des Finances ce n’est pas forcément un chef d’entreprise ou un économiste. Lorsqu’on regarde les expériences passées, l’ancien patron Francis Mer commandait bien l’administration mais n’avait pas de poids politique, tout comme l’économiste Edmond Alphandéry, qui n’a pas laissé de trace durable de son passage. Le ministre des Finances est celui qui alerte sur les dépenses publiques et défend des choix parfois douloureux. Il doit avoir un vrai poids politique, c’est-à-dire qu’il doit représenter quelque chose dans son parti pour imposer ses vues. Il ne doit pas craindre de dire "non" à ses collègues du gouvernement.

Mais le ministre des finances n’a pas besoin d’être un économiste. Son administration ultra-compétente lui apportera toute l’expertise dont il a besoin. Le piège pour lui est plutôt d’oublier le programme politique de son parti pour reprendre uniquement les propositions de l’administration. Le ministre doit s’appuyer sur son administration pour mettre en œuvre le programme du président de la République et du gouvernement. Ses idées ne doivent pas venir, ou pas uniquement, de l’administration. Il ne doit pas se laisser phagocyter par elle.

Dans l'éventualité d'un remaniement, quelle est la personnalité politique qui, à l'heure actuelle, serait la mieux taillée pour le poste ? Et pour quelles raisons ?

Après l’affaire Cahuzac, Pierre Moscovici parait affaibli. Il est aujourd’hui taclé par Fabius et Royal. Cependant, rien ne dit qu’il a perdu la confiance de François Hollande. Il était son directeur de campagne et ils ont donné il y a plusieurs années des cours de politique économique à Sciences Po ensemble. S’il devait être remplacé, je ne pense pas que Laurent Fabius, qui a déjà occupé le poste, serait sur les rangs. On évoque le nom de Louis Gallois, mais François Hollande ne croit pas trop aux personnalités issues de la société civile qui deviennent ministre. Je crois davantage à des personnalités comme Pascal Lamy, l’actuel directeur de l’OMC, qui a un profil plus politique, Gérard Collomb, le maire de Lyon, ou Karine Berger, députée et économiste.

Dans l'histoire de Bercy, quels sont les ministres qui ont fait date à ce poste ? Qu'avaient-ils de plus que les autres ?

Parmi les nombreux ministres qui se sont succédés à Bercy, on retient Edouard Balladur, qui a opéré de nombreuses privatisations de 1986 à 1988, Pierre Bérégovoy, qui a impulsé la désinflation compétitive et la libéralisation des marchés financiers, Dominique Strauss-Kahn, qui a accompagné les 35 heures et les emplois jeunes, Laurent Fabius, qui a amorcé les baisses des impôts en 2000. Christine Lagarde restera comme la première femme ministre des Finances et celle qui a incarné la réponse internationale à la crise financière de 2008.

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Atlante13
- 16/05/2013 - 06:12
Qui ?
ben voyons, notre inénarrable Ségolène, bien sûr !!!
EOLE
- 15/05/2013 - 19:09
S'il faut un socialiste...
... pas trop nigaud, ce pourrait être Migaud didier...
N'est-il pas souhaitable que les conseilleurs deviennent les payeurs?
gliocyte
- 15/05/2013 - 17:53
Qui?
Prenez n'importe quel petit commerçant à son compte, il sera meilleur que toute cette clique....