En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 6 heures 50 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 8 heures 24 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 11 heures 9 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 11 heures 32 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 13 heures 48 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 14 heures 24 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 7 heures 45 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 9 heures 7 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 11 heures 13 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 11 heures 48 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 14 heures 33 min
Gonflette

La peur de l’inflation est-elle la plus belle escroquerie de tous les temps ?

Publié le 15 mai 2013
Selon une étude de Merrill Lynch relayée par "Business Insider", l'inflation n'existerait plus. Et si la crise monétaire était en fait de nature désinflationniste ?
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude de Merrill Lynch relayée par "Business Insider", l'inflation n'existerait plus. Et si la crise monétaire était en fait de nature désinflationniste ?

Les gens de Bank of America Merrill Lynch sont très forts (voir sur Business Insider le compte-rendu de leur dernière étude). Ils commencent par découvrir que l’eau coule de haut en bas : oui l’inflation est un mythe, elle a bien disparu en Occident depuis des années et ne subsiste que dans quelques isolats tropicaux (peu investissables de toute façon) où les banquiers centraux font n’importe quoi (Venezuela, Argentine). Bravo, fine analyse, et merci Merrill Lynch, cela ne fait que 5 ans que quelques économistes qui ont lu Milton Friedman s’acharnent à dire que cette crise monétaire est de nature désinflationniste, et qu’il est donc parfaitement stupide de tabler sur un retour de la croissance et de l’emploi en zone euro ou sur une hausse des taux (nominaux) souverains, et qu’au passage les vrais mesures de l’inflation (qui tiennent compte des biais de mesure et intègrent mieux les prix des actifs) nous livrent un message déflationniste. Cinq ans pour en arriver là, des millions de chômeurs, de faillites hypothécaires et bancaires, pour en arriver là, à l’évidence des surcapacités et des taux de déflation. Le jour où on organisera un concours de détection d’éléphants peints en vert fluo dans un couloir étroit, les gens de Merrill rafleront des médailles...

Mais ils ne s’arrêtent pas là, et c’est à ce moment que leur article devient vraiment comique. Ils décident d’inventer une théorie originale (en fait, un vieux ragot démenti par les faits sur tous les continents et depuis des lustres) : l’absence de liens entre la création monétaire (qui chez eux ne provient que des banquiers centraux, of course) et l’inflation (qui chez eux se résume à la mesure officielle, of course). Les agrégats monétaires n’auraient donc plus rien à nous enseigner. C’est la thèse la plus infondée depuis celle (inventée par le PCF) de la paupérisation absolue de la classe ouvrière française dans les années 1950 :

1/ Les données ne vont pas du tout dans leur sens ; c’est une analyse hors-sol :

On est frappé par la pertinence des agrégats monétaires larges, qui ont bien vu la bulle pré-2007 (une époque où la BCE laissait faire les bêtises immobilières puisque M3 progressait de 12%/an sur l’ensemble de la zone et bien plus vite encore en Espagne, une sacrée leçon d’orthodoxie…), qui ont accompagné la déflation Lehman et qui (en zone euro) font grise mine depuis 4 ans (rappel : la norme de progression de M3 fixée naguère par la BCE elle-même était de... 4,5%/an). Les agrégats plus étroits (M1) s’effondraient avant la crise des PIIGS (Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne, ndlr) de 2011, à cause de l’inaction coupable de la BCE, et se contractent ces derniers temps avec le début du retrait des LTRO ; ils sont très utiles pour qui sait les déchiffrer (surement personne chez Merrill). Les agrégats intermédiaires (M2) résument tout le dramatique cycle du crédit en zone euro. Ah si seulement nous pouvions avoir un M3 aux Etats-Unis (la série n’est plus publiée depuis 2006, l’année du retournement de l’immobilier et l’année de la mort de Milton Friedman…), nous pourrions voir chaque mois que le thème de l’hyperinflation est un "attrape nigauds".

Le graphique ci-dessous nous montre la séquence, avec une inflation officielle dont le rebond de 2010-2012 était totalement passager, misleading et artificiel : un gros effet de base (pour ceux qui n’entravent rien aux statistiques mais qui suivent plutôt le tennis, pensez à l’effet de glissement du classement ATP), du bruit issu des matières premières, et surtout l’effet des hausses de TVA un peu partout (et en premier lieu en Espagne). Aujourd’hui la vérité monétaire est criante, M3 avait raison, et quand on voit l’orientation de M3 sur les 3 ou 6 derniers mois en zone euro (ce sera pour un prochain papier sans doute, là sur le graph ci-dessous c’est un simple glissement sur un an), je vous dis bon courage si vous croyez encore au thème de l’inflation ou si vous êtes maso au point de demander à votre chef une grosse augmentation.  

(Petite aparté : ce sont aussi les agrégats monétaires larges qui nous disaient en 2011 que le thème de l’inflation en Chine était une blague. Ça ne va pas faire plaisir à Jean-Marc Daniel alors je referme la parenthèse, on me dit souvent que je suis trop taquin).

2/ L’idée sous-jacente de Merrill Lynch (beaucoup de création monétaire depuis 2007, cela devrait conduire à l’inflation au bout d’un moment or il n’y a pas d’inflation, ergo le lien est brisé) n’a aucun sens, pour cause de prémisse à 180 degrés du réel :

Dans un monde conforme aux projets monétaires de l’école de Chicago, c’est le banquier central qui serait seul responsable de cette chose sacrée, dangereuse et souveraine, qu’est la création monétaire. On peut ne pas aimer mais les choses seraient alors très simples : si la banque centrale crée de la monnaie en masse, il y aura de l’inflation au tournant, tôt ou tard. Dans le monde dit de fiat currency, de réserves fractionnaires et de responsabilités délicieusement entremêlées dans lequel nous vivons (pour hélas encore un long moment je le crains), les choses sont plus compliquées car le banquier central n’a de contrôle direct que sur la monnaie banque centrale : le reste (plus de 90% du stock de monnaie) relève des banques de 2e rang, les banques commerciales, et d’autres opérateurs financiers plus ou moins bien référencés.

L’influence de la banque centrale reste forte, mais s’exerce plus indirectement. Alors si l’appétit pour le risque diminue, si le désendettement devient la mode, c’est de la destruction monétaire massive qui s’opère, par le secteur privé. Si des marchés entiers disparaissent (« crise de la titrisation », division par deux de la taille du marché US du commercial paper, crise des LBO dans certains pays, chacun peut y aller de son exemple), c’est de la destruction monétaire. C’est comme cela que cela devrait être analysé : moins de dette, moins de monnaie. Si des entreprises font faillites et d’autres font défaut, c’est de destruction monétaire dont on parle. Aux Etats-Unis, l’endettement global des ménages rapporté à leur revenu disponible a diminué de plus de 15 points depuis le début de la crise, essentiellement sous l’effet de la multiplication des défauts sur les crédits hypothécaires (sur la période récente, bien que les transactions aient repris sur le marché du logement, l’encours de dette hypothécaire rapporté au revenu disponible a continué à baisser). Les crédits font les dépôts, certes, mais symétriquement le remboursement d’un crédit induit une destruction monétaire. En net, au final, l’effet est incertain : si on a affaire à une banque centrale qui fait exploser son bilan (par des achats massifs d’actifs, par exemple des MBS pour les américains) et qui fait tout pour limiter la destruction monétaire des agents privés (en mettant les taux à 0% et en s’engageant à les y maintenir longtemps, par exemple), alors la monnaie se maintien, globalement : la chute du multiplicateur monétaire et de la vitesse de circulation monétaire est en partie compensée, le PIB nominal (la demande agrégée) (l’activité) reste à peu près en ligne. C’est ce qui se passe aux USA, en Chine, en Suède, dans la plupart des pays OCDE, et même depuis peu au Japon (à confirmer).

En zone euro, c’est différent, car à la grève de la faim monétaire opérée classiquement par le secteur privé en phase post-bulle, la BCE a décidé d’ajouter une grève de la faim de la monnaie banque centrale : pratiquement pas d’achats d’actifs (les 220 milliards du programme SMP, c’est nada), pas de taux à 0%, pas d’engagement dans la durée, que des coquilles vides (MES, OMT) ou de simples opérations de liquidité (type LTRO) pour « zombifier » les banques les plus fragiles, pas d’égards pour le taux de changes surévalué, et un mépris pour les agrégats monétaires digne des analystes de Merrill Lynch (du moins à partir de 2008, quand ces agrégats ont commencé à raconter une histoire qui ne plait pas du tout à la BCE et en particulier à la Bundesbank). On voit le résultat de tout cela, ainsi que de l’activité pas beaucoup plus contra-cyclique des autorités budgétaires et des instances de régulation (qu’est-ce que Bale III sinon une grosse entreprise procyclique de destruction monétaire ?), du moins en zone euro. L’activité s’enlise donc dans la debt-deflation à la Fisher, et les imbéciles regardent (comme dans les années 30) le doigt, les conséquences, les symptômes (les déficits budgétaires, l’absence de réformes structurelles, le drame du chômage, le manque de solidarité en Europe) : comment voulez vous réformer en pleine terreur monétaire ? comment voulez vous assainir vos comptes quand votre activité progresse moins vite que la capitalisation des taux de votre dette ? comment voulez vous créer de l’emploi si la demande n’est pas là ? et pourquoi la solidarité européenne se renforcerait-elle alors que la BCE attise les spreads de taux, divise pour régner et accuse les Etats périphériques de tous les maux au moment où la maison brûle ?

Bref. Je suis peut-être un peu sévère avec Merrill Lynch, après tout 99% des gens tombent dans le panneau et crient « au feu » inflationniste en pleine glaciation monétaire. Mais on ne sortira pas de la crise tant que l’on ne l’aura pas compris. Les japonais ont mis plus de 20 ans...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ilmryn
- 16/05/2013 - 02:08
@totor101 - revisionnisme historique
totor101 - "pendant les 30 glorieuses l'inflation était à 5-6% l'an
nous avons eu droit à une inflation à 2 chiffres sous Giscard...
et depuis l'inflation c'est "caca"
.
D'abord il faut analyser une situation au delà de son appellation: Si j'appelle un étron "délice de noël" ça reste un étron.
.
La situation des pauvres et de la population était incomparablement plus mauvaise pendant les "30 glorieuses", la pauvreté y était bien plus grande et bien plus sévère, quant au prolétaires et la classe moyenne ils étaient bien moins riches.
.
Et l'inflation n'a pas laissé du tout de bon souvenirs puisque c'est l'entubage des fourmis par les cigales.
Ilmryn
- 16/05/2013 - 02:02
@eheime
eheime - "Tant que les états et les menages s'endettent le cauchemard continuera."
.
Tout à fait ! L'économie ce n'est pas compliqué : vivre à crédit n'est pas possible.
eheime
- 15/05/2013 - 15:13
suite
Or aujourd'hui, on imprime on imprime mais on ne met pas les surrendettés (états, particuliers) en situation de se libérer de leurs chaines ..