En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Les taux d'intérêt des crédits immobiliers pour les particuliers ont atteint un niveau historiquement bas au mois d'avril.
Opportunité

Crédits immobiliers au plus bas : est-ce le moment d'acheter ?

Publié le 07 mai 2013
D'après une étude de l'Observatoire Crédit Logement / CSA publiée lundi, les taux d'intérêt des crédits immobiliers pour les particuliers ont atteint un niveau historiquement bas au mois d'avril. Mais est-ce vraiment le moment pour acheter ?
Michel Mouillart est professeur d'économie à l'Université Paris X, spécialiste de l'immobilier et du logement. Il est le co-auteur de La modernité des HLM : Quatre-vingt-dix ans de construction et d'innovations (La Découverte, 2003).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Mouillart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Mouillart est professeur d'économie à l'Université Paris X, spécialiste de l'immobilier et du logement. Il est le co-auteur de La modernité des HLM : Quatre-vingt-dix ans de construction et d'innovations (La Découverte, 2003).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une étude de l'Observatoire Crédit Logement / CSA publiée lundi, les taux d'intérêt des crédits immobiliers pour les particuliers ont atteint un niveau historiquement bas au mois d'avril. Mais est-ce vraiment le moment pour acheter ?

Atlantico : Selon une étude de l'Observatoire Crédit logement/CSA publiée lundi, les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers par les banques ont atteint un niveau historiquement bas en avril. Comment expliquer que dans un contexte économique difficile, où les banques octroient difficilement des crédits, les taux soient aussi bas dans le secteur immobilier ?

Michel Mouillart : Ce ne sont pas les banques qui restreignent le droit des crédits. La chute de la production et du montant des crédits versés qu’on a constaté durant près de deux ans vient d’un effondrement de la demande. Cet effondrement prend ses racines aussi bien dans la dépression économique, la montée du chômage et une perte de pouvoir d’achat que dans la réduction, très forte, des soutiens publics notamment dans l’accession à la propriété. Dans ce contexte-là, les établissements de crédit s’efforcent d’enrailler le mouvement de recul de la production de crédit et baissent les taux d’intérêts autant qu’ils peuvent.

Pour cela ils s’appuient sur deux évolutions favorables :

- les coûts des ressources : depuis plusieurs mois déjà, le taux de l’OTA à 10 ans (Obligations assimilables au Trésor, les obligations émises par l’Etat français lorsqu’il s’endette sur les marchés), qui constitue le produit phare de financement des prêts immobilier en France, est descendu très bas 1.84% en avril, ce qui est exceptionnel. Dans le même temps les taux variables à court terme sont restés très bas, même presque nuls, en moyenne des taux à 2% sur 20 ou 25 ans aujourd’hui. C’est une baisse qui est sans précédent.

- la position de la France : les banques vérifient la qualité de la signature de l’emprunteur avant de lui accorder le prêt, pour s’assurer qu’il est en mesure de rembourser son emprunt, ce qui n’est pas le cas des pays européens voisins. En  France, la crise que l'on connait aujourd’hui ne se traduit pas par une explosion des défauts des emprunteurs comme c'est le cas au Portugal, en Espagne ou en Irlande. Donc les banques n’ont pas besoin de provisionner, comme ailleurs, pour faire face à des défauts de remboursement.

La baisse des taux est logique mais si les taux sont si bas c’est grâce à la position de la France. De plus, avril est la période des salons de l’immobilier, car la demande est plus importante au printemps. Les banques savent bien que si elles veulent conquérir de nouvelles clientèles et renforcer leur activité de crédit au particulier, c’est le moment de faire un geste commercial supplémentaire. Cette situation saisonnière vient en plus amplifier la baisse.

Cela signifie-t-il que c'est le bon moment pour acheter ?

Les taux d’intérêts sont bas et ils vont le rester jusqu’à l’automne voire l’hiver prochain, et vont peut-être baisser encore un peu. De ce point de vue-là, c’est le moment d’acheter. Cependant, pour réaliser un projet immobilier il faut disposer de l’épargne suffisante, d’une situation professionnelle stable. Aujourd’hui, l’Etat n’a plus de dispositif d’aide pour les achats à proposer aux particuliers car le prêt à 0% a été dénaturé. Même si c’est le moment, la demande va rester encore très prudente pendant un certain temps. Il est clair qu’à partir du printemps les marchés retrouvent de la vigueur, on vend plus volontiers au 2ème trimestre que pendant l’hiver. Le marché va bénéficier d’un meilleur approvisionnement en produit. Mais attention une baisse des taux n’engendre pas forcément une baisse des prix du marché immobilier.

Cette  baisse des taux est-elle amenée à se poursuivre ou va-t-on assister à un retournement de conjoncture ? Est-il pertinent d'envisager encore d'attendre avant d'acheter ? 

Cela dépend beaucoup de ce qu’il va se passer dans le reste de l’économie mondiale, on peut avoir des événements internationaux qui viennent bouleverser le marché. Mais cela signifie qu’à l’heure actuelle il n’y a pas de raison pour que les taux remontent. On peut encore attendre quelques mois avant d’acheter.

A quoi faut-il faire attention lorsqu'on souscrit un crédit immobilier ? 

Souscrire un crédit immobilier est une chose, pouvoir le rembourser en est une autre. Cela va correspondre à une charge qui peut être de l’ordre de 25 à 30% du budget.  En période de montée du chômage, il est prudent de souscrire à une assurance chômage ou du moins de se renseigner. Ensuite, il faut prendre en compte, en plus du crédit, les charges de copropriété le cas échéant et les impôts fonciers. De plus, tous les établissements de crédits imposent, à raison, une assurance décès et d’invalidité. Enfin, il faut bien prendre conscience qu’aujourd’hui le ménage a besoin d’une épargne préalable. Si cet apport fait défaut cela sera difficile, les prêts à 100% n’existent plus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
adieux
- 08/05/2013 - 08:05
comment prendre la main le sac
un fonctionnaire corrompu et un publireportage du lobby de l'immobilier, il suffit de suivre Michel Mouillart.

" Mais attention une baisse des taux n'engendre pas forcément une baisse des prix du marché de l'immobilier "

l'un de ses meilleurs.
Boumba
- 07/05/2013 - 18:04
@ la saucisse intello
Je pronostique comme vous depuis plus de 6 mois avec une pointe d'espoir dans le lot... Avant on ne me croyait pas, mais ça c'était avant.

Tant mieux que ça baisse et que nous les jeunes arrivés sur le marché du travail puissions acheter à prix raisonnable.

Pour ma part je vais attendre 1 à 1.5 ans avant d'acheter, si les prix ne baissent que de 10% je suis déjà gagnant comparé au loyer payé et au taux d'intérêt car j'emprunterais pour moins longtemps...
la saucisse intello
- 07/05/2013 - 12:03
Ce "spécialiste".....
prêche pour la gamelle de ses copains agents immobiliers et notaires. Ce n'est PAS ENCORE le moment d'acheter et voici pourquoi : La clientèle SOLVABLE est en voie de disparition. Ce ne sont ni les torche-mémées des maisons de retraite ni les coupeurs de frites de mac do qui vont acheter ! De plus, les banques vivent des prêts qu'elle accordent. Donc il y aura guerre des taux et ceux-ci resteront bas. Et quand les ventes (neuf comme abcien) auront bien piqué du nez, ce qui va MECANIQUEMENT se produire, là oui, il faudra sortir le chêquier ! Et n'oubliez pas : Dans peu de temps, l'acheteur fixera ET le prix ET le taux. Il faut juste laisser les stocks s'accumuler un peu plus.